Dans le labyrinthe de papier. [Reno pv Ehol]



 

 :: RP Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dans le labyrinthe de papier. [Reno pv Ehol]

avatar
Messages : 103
Age : 0
Métier : Archiviste
Humeur : Curieuse
Points Histoire : 73
Ven 30 Déc - 18:37
Bibliothèque d'Aquaria, 3 janvier 762, 10h00

La bibliothèque était tellement vaste que Reno lui même n'en connaissait pas tous les recoins malgré ses quelques années de service. Un labyrinthe de savoir, tellement de livres qu'on se demande si chaque exemplaire est unique ou si le plus rare ouvrage possède lui même 50 exemplaires en ce lieu. Le jeune archiviste se pavanait en examinant chaque étagère, saisissant parfois un livre pour le déposer dans sa charrette soit pour le lire plus tard, soit pour le restituer à son étagère d'origine. Il n'était pas rare qu'un client, pour unmotif aussi banal que l'étourderie ou le dénigrement des consignes de la bibliothèque, le dépose sur un mauvais rayonnage. Par hasard, il passa devant une gigantesque porte en ébène et, comme à chaque fois, s'accorda un petit moment à l'admirer. Une porte interdite, ne pouvant être franchie que par le haut clergé. Reno, qui s'était laissé ronger trop longtemps par la curiosité, avait posé la main sur la poignée en ivoire et aussitôt, il avait senti le courant magique circuler, prêt à agir si l'archiviste tentait de tourner la sphère blanche.

<< Reno, ça ne va pas ? >>

L'archiviste tourna la tête. Siphel la suivait. Aujourd'hui, elle ne travaillait pas, comme depuis bientôt un mois, songeait le jeune homme. Elle se faisait toujours si discrète qu'il lui arrivait même parfois de l'oublier. La damoiselle l'observait avec inquiétude et Reno lui sourit pour la rassurer.

<< Dis-moi, Siphel. Tu ne t'es jamais demandé ce qu'il y avait derrière cette porte ?
- C'est la place réservée aux plus hautes instances du clergé, tu le sais bien.
- Je le sais bien, mais ce qu'il contient, je veux dire. Quels genres d'ouvrages ? Y a-il seulement des ouvrages d'ailleurs ?
- Toi et ta curiosité. Ca ne peut-être que des ouvrages religieux, des reliques laissés par Ehol ou je ne sais quels autres secrets que l'évêque partage avec ses fidèles. >>

Reno ne trouva rien à redire. Siphel avait beau ne pas être la femme la plus érudite qu'il connaissait, elle avait bien assez de jugeote pour savoir quoi répondre afin de mettre un terme aux divagations de son amant.

L'archiviste secoua la tête et traîna son chariot jusqu'à un espace sous une baie vitrée pour laisser filtrer assez de lumière à projeter sur les tables. Quelques érudits étaient déjà installé sur les larges bancs en pin et leurs yeux bougeant incessant indiquaient qu'ils s'abreuvaient de savoir. Reno s'arrêta au bout d'une table éloignée et arrêta son chariot. Il commença alors un tri méthodique des ouvrages à ranger, éloignant ceux qu'ils souhaiterait étudier de plus près durant la journée. Siphel, comme à chaque fois qu'elle passait un peu de temps avec son amant à son travail, l'aidait également à faire le tri et écartait un ouvrage pour sa lecture personnelle. Reno lui jeta un œil et un détail l'intriga vaguement. Encore une robe ample qui coulait sur son ventre. Ventre qui avait légèrement grossi. N'étant pas des plus perspicaces sur ces choses, le mage de feu mit ça sur le compte d'une mode naissante de la robe ample chez la femme et d'un manque d'activité couplé à un abus de la bonne chaire. C'était vrai que Siphel mangeait vaguement plus, mais jamais de la nourriture déconseillé par le premier diététicien venu. Elle se faisait plutot des épinards ou de la soupe... Reno ne s'inquiétait que très peu pour son amante, la sachant capable de se reprendre en main, puis acheva son tri. Au final, son total s'éleva à une dizaine d'ouvrage à ranger et 5 à étudier. Siphel en prit la moitié et s'éloigna pour les ranger. Reno fit de même avec l'autre moitié.

Peu de temps après, le couple était plongé dans leur lecture respective, Reno étudiant un ouvrage récent et prenant des notes à côté, tant pour son travail que pour ses recherches personnelles. L'ouvrage était un livre traitant de différentes théories sur l'apprentissage de la magie du vent, des conseils pour les apprentis sorciers aux secrets les plus profonds des arcanes du vent. Siphel, elle, potassait plutot sur un livre que Reno n'avait pas étudié... après tout, pourquoi s'enticherait-il de conseils pour la femme enceinte ? D'autant plus que le livre était usé, le nom sur la couverture était quasiment illisible de là où il était...

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 336
Age : 15
Métier : Utopiste
Humeur : Optimiste
Points Histoire : 0
Ven 30 Déc - 20:21
Aquaria. Ehol n'avait jamais visité la cité de l'eau auparavant, et il était émerveillé à chaque pas qu'il faisait. Les pierres blanches, les statues, les églises... et toutes ces personnes, tantôt joyeuses et pleines de vies, tantôt plongées dans le recueillement. Il n'y avait aucune trace de criminalité ou de vandalisme, aucune douleur ni aucune peine visible. Combien ce monde différait des villages de Terra! C'était ce qui se rapprochait le plus de la perfection à ses yeux.
Pénétrant dans la grande bibliothèque, le jeune garçon fut émerveillé par le spectacle qui s'offrait à lui. Des livres. Des livres, des livres, des livres et encore des livres. Il y en avait partout: à droite, à gauche, dans les étages, les sous-sol, dans les mains, sur les étagères... Et tous ces gens qui lisaient, dans le silence le plus pieu. C'était merveilleux!

La bibliothèque avait son propre caractère que l'on ne pouvait trouver dans aucune autre: il y avait à la fois cette ambiance ancienne qui se ressentait en chacun des pans de murs, au contact des livres aux couvertures usées, lus maintes et maintes fois; et il y avait ce silence, solennel, presque religieux qui régnait. C'était bien là Aquaria, la nation du calme et de l'histoire. En ce monde fermé, il percevait plus de vérité que dans les rivières et les montagnes du monde, comme si chacun de ces livres recelait en lui une part de l'histoire, un élément de la vie.

Ehol se glissa dans l'un des "couloirs" formés par les immenses étagères, se dressa sur la pointe des pieds et saisit l'un des ouvrages au hasard. Il passa sa main sur le livre pour y dégager la poussière, ce qui révéla une inscription runique ancienne. Le livre avait été traduit d'un ouvrage plus ancien, et comportait à la fois des parties en runes et d'autres écrites en langue ancienne, mais via l'alphabet courant. Le livre était épais, vraiment, et Ehol peinait à le soulever, mais il sourit en parcourant les premières pages du livre et décida de l'emprunter pour le lire en entier. Il s'éloigna vers l'une des tables de bois disposées pour la lecture, et s'installa face à un homme et une jeune femme qui lisait à ses côtés. Il les avait vus arpenter les rayons auparavant, peut-être étaient-ils des fidèles de cet endroit?

D'un naturel sociable au possible, il voulait leur adresser la parole, mais puisqu'il était d'usage de garder le silence, et qu'il ne fallait pas interrompre la lecture d'autrui, il se décida à entamer son livre, regardant de temps à autre vers l'homme et la jeune femme, pour voir s'ils arrivaient au bout de leur lecture.
En quinze minutes, il finit l'ouvrage, ce qui était un véritable exploit au vu de la longueur de celui-ci, mais il tournait les pages si vite que l'on pût croire qu'il ne regardait que les lignes, sans les parcourir. Relevant une fois de plus la tête au dessus de son livre, il s'aperçut que son futur interlocuteur avait cessé de prendre des notes, et s’apprêtait à débuter un autre livre.


- Euh... Bonjour! Ce livre vous a plu ?

Il semblait un peu timide, mais quoi de plus normal de la part d'un jeune garçon face à un homme qui semblait être un savant ? Ce dernier venait de lire un livre sur les théories magiques, de part son titre cela semblait porter sur les magies de vent. Alors il était magicien ? Le jeune garçon posa sur le côté son livre, et fixa d'un air curieux son interlocuteur.

On pouvait lire sur la couverture, en langage ancien, cette seule phrase "De l'existence de Dieu par la voix du Messie". Un récit sur les prophétie d'un jeune garçon nommé Ehol.




"J'effacerai toutes les tragédies de ce monde."

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 103
Age : 0
Métier : Archiviste
Humeur : Curieuse
Points Histoire : 73
Ven 30 Déc - 23:56
L'art de maîtriser le vent semble s'opérer en mélangeant son flux magique à l'atmosphère. La symbiose entre le flux magique et les particule d'oxygène crée une forme d'extension d'être pour le magicien qui peut ainsi contrôler l'air, et en conséquence le vent, comme s'il s'agissait de bouger son bras ou sa jambe.

Reno recopia ce passage sur ses notes personnelles et griffonna un résumé bref mais concis à l'intention d'un lecteur qui serait intéressé par les ouvrages traitant sur la magie de vent. Le mage de feu referma délicatement le livre et le déposa à l'écart avant de tendre la main pour attraper le suivant, un livre traitant cette fois de théories sur les liens entre les différents éléments magiques.


<< Euh... Bonjour! Ce livre vous a plu ? >>

L'archiviste interrompit son geste et toisa la personne qui s'était adressée à lui. C'était un jeune homme qui tenait un épais ouvrage religieux. Reno reconnut le livre et se souvint avoir passé une nuit entière et une partie de l'aube qui suivit pour le lire tant il était complexe et surtout bien garni. Il nota toutefois que le livre était fermé côté « dos », ce qui impliquerait qu'il venait d'être fini ? Soit le jeune homme ne cherchait qu'un passage précis, soit il était venu plusieurs fois pour le lire petit à petit, deux solutions envisageables. Quoi qu'il en soit, autant satisfaire la curiosité du petit homme.

<< Eh bien, en tant qu'archiviste, je ne conseillerais pas ce livre à quelqu'un qui n'a jamais vraiment pratiqué la magie. L'auteur a négligé les explications sur divers termes, mais je ne suis pas mage de vent donc je ne peux pas vraiment donner un avis impartial et objectif. Sinon, je l'ai trouvé plutôt bon, c'était une bonne approche pour étudier la théorie. >>

L'archiviste glissa le livre vers le jeune homme.

<< Vous pouvez le lire si vous voulez, j'en ai fini avec lui. >>

C'était sans doute l'objectif de cette question après tout. Pourquoi déranger une personne qui vient de finir un livre pour lui poser cette question, sinon ? Il voulait un avis sur le livre dans le but de le lire, pas pour... disons... demander où sont les sanitaires.

Siphel avait vaguement levé les yeux de son chapitre qui donnait des idées d'exercices en vue de la préparation à l'accouchement et, devant la bêtise monumentale de Reno, elle soupira un bon coup silencieusement et repris son étude de l'illustration assez brouillonne pour expliquer les étapes de l'exercice.

Siphel ne pouvait décidément pas en croire la bêtise de son amant. Ce n'était vraiment pas quelqu'un taillé pour le sociable, toujours plongé dans ses études au point d'en négliger l'extérieur. Quand le petit (ou la petite?) arrivera, elle devra faire l'effort de sortir ce grand dadais dehors, le présenter à ses amis... bref, lui aérer le cerveau et lui apprendre ce que c'était que la vie en communauté. Peut-être cela l'aidera-il à comprendre l'art des sous-entendus et aussi à remarquer plus aisément quand une femme est enceinte.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 336
Age : 15
Métier : Utopiste
Humeur : Optimiste
Points Histoire : 0
Dim 1 Jan - 22:03
Ehol écouta patiemment les dires du jeune homme qui lui faisait face. Alors c'était bien un traité sur la magie du vent! Et lui, n'étant pas maitre de cet élément, le lisait pourtant! Qu'il était intéressant! Il n'y avait que trop peu de personnes qui acceptaient de voir par delà leurs besoins, c'était là une belle preuve d'ouverture d'esprit.
Mais, n'avait-il pas dit qu'il était archiviste ? Alors il faisait partie des gens s'occupant de cet endroit! Ah, décidément, le jeune sage avait bien fait de lui adresser la parole! Tomber du premier coup sur un des archivistes, vraiment, quel coup de chance! Peut-être pourrait-il lui parler de ce lieu, de cette ville, et même lui raconter des anecdotes! Plus que les livres, les récits des citoyens recelaient de détails inédits, d'instants fragmentés d'une vie, de ces choses qui n'étaient pas dignes de figurer dans l'Histoire, mais en faisaient pour autant partie intégrante.


<< Vous pouvez le lire si vous voulez, j'en ai fini avec lui. >>

Ehol ouvrit grand ses yeux et accepta l'ouvrage avec un sourire. Il en observa la couverture et parcouru d'un regard la première page, hochant la tête pour lui-même. Il le déposa devant lui et montra à son tour le livre qu'il venait de consulter.

- Merci beaucoup! Voulez-vous lire celui-ci ? Je viens de le terminer. C'est un peu abstrait, mais très intéressant.

Il posa le livre près de son interlocuteur en lui souriant, avant de se plonger à son tour dans la lecture du livre de magie, poussant des "oh" de surprise, discrets, mais non moins expressifs, tandis qu'il tournait les pages du livre à très grande vitesse. Il s'attardait parfois sur les images mais rebondissait aussi vite sur la page suivante, parcourant le livre avec avarice. Bien entendu, il n'était pas magicien, mais ce que ce livre exprimait du vent, il l'avait un jour éprouvé, et l'éprouvait encore. C'était effectivement un ouvrage passionnant.

Ehol était bien plus attiré par les documents historiques ou les textes religieux, mais ces traités magiques avaient ce petit quelque chose de "vrai", cette infime trace de ce qui était une vérité acceptée par tous, quelque fût leur inclinaison politique par ailleurs. A l'instar des sciences - et bien qu'Ehol n'ait jamais été un prodige dans ce domaine - la magie apprenait toujours quelque chose au lecteur. Et c'était exactement ce à quoi aspirait le jeune garçon.
Le savoir.


- Dites, comme vous êtes archiviste, vous avez lu tous les livres ici ?

Le sage posa la question de manière totalement innocente et quelque part, assez naïvement, en mettant sur le côté le livre de magie qu'il venait d'achever. C'est vrai, s'il pouvait chaque jour, observer et trier ces livres, alors certainement, il devait déjà tous les avoir parcourus... non ? Lui en tout cas, n'aurait surement pas pu s'en empêcher, et il lui vient à l'esprit que ce métier serait tout à fait inapproprié pour sa personnalité. Il aurait passé plus de temps à lire qu'à ranger, sûrement.

Mais comment expliquer à un enfant qu'il peut exister un lieu qui compte plus de livres que d'hommes ? Et quand une vie, aucun humain normalement constitué ne serait capable de tous les parcourir, en eût-il consacré chacun de ses jours et chacune de ses nuits ? Comment dire à un prodige que la lecture nécessite parfois plus d'efforts que de simplement tourner une page ?




"J'effacerai toutes les tragédies de ce monde."

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 103
Age : 0
Métier : Archiviste
Humeur : Curieuse
Points Histoire : 73
Lun 2 Jan - 0:50
Le jeune homme observa le livre puis s'en empara presque aussitôt.

<< Merci beaucoup! Voulez-vous lire celui-ci ? Je viens de le terminer. C'est un peu abstrait, mais très intéressant. >>

Et il poussa le livre religieux dans la direction de Reno qui l'écarta.

<< Merci mais je l'ai déjà lu. Il est vraiment passionnant et me semblait assez complet pour un ouvrage historique, mais vraiment complexe aussi. >>

Et il se replongea dans sa lecture, l'autre s'étant déjà lancé dans la lecture de l'ouvrage, lâchant parfois une discrète exclamation de surprise poussé par le lecteur qui découvre une chose qui lui parait aussi insolite que surprenante.

Quelques instants plus tard...


<< Dites, comme vous êtes archiviste, vous avez lu tous les livres ici ? >>

Reno ressentit la pointe de l'agacement de celui qui est trop souvent et trop longtemps dérangé dans son travail ou son occupation fétiche, mais le fait était qu'on parlait d'une chose qui le passionnait, justement, ce qui rendait le dérangement supportable.

<< Je ne travaille pas ici depuis très longtemps et les ouvrage sont trop nombreux pour être lu en à peine 2 ans. Mais j'avoue en avoir lu une bonne partie, oui, vu qu'il s'agit de mon travail. J'estime en avoir lu plus ou moins un quart, d'ici quelques années, j'aurais fini de lire ceux qui se trouve dans les locaux qui me sont autorisés, mais d'ici là, de nouveaux ouvrages arriveront certainement. >>

D'innombrables ouvrages emplis de savoir peut être nécessaire pour atteindre son objectif... son regard parcourut le panorama masqué par les étagères emplis de livre et son œil se fixa quelques instants sur la partie visible de la porte qui menait à la « zone interdite ».

<< Néanmoins, s'il y a un livre en particulier que vous souhaiteriez lire, je suis tout à fait apte à vous guider jusqu'à lui. >>

Pour le peu qu'il sache où se trouve le livre, bien sur, mais il s'était fabriqué un plan qu'il gardait dans sa sacoche pendant ses heures de service. Une carte de la bibliothèque fait main avec les différentes sections annotées sur le côté. Rien de bien compliqué en somme pour aider un visiteur désirant un livre en particulier.

Reno fixa le jeune homme et remarqua que l'ouvrage de magie était fermée côté dos, comme son prédécesseur... sans doute une étourderie du jeune homme qui l'a fermé du mauvais côté en reprenant la conversation, rien d'inquiétant ou répréhensible.

Siphel, en revanche, avait vu le gamin parcourir le livre à la vitesse de l'éclair... et elle en avait déduit que le jeune homme n'avait fait que parcourir les lignes jusqu'à trouver ce qu'il cherchait à divers endroits, une simple recherche d'information. Peut être ce jeune homme était-il un manipulateur du vent et qu'il cherchait à améliorer son art.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 336
Age : 15
Métier : Utopiste
Humeur : Optimiste
Points Histoire : 0
Ven 6 Jan - 12:14
La bibliothèque d'Aquaria était réputée - et ce à travers tout Albion - pour être la plus grande et la plus complète de toutes. Histoires du monde, originaux d'ouvrages religieux, traités de magie supérieure, et paraissait-il même, de nombreux ouvrages de magie ancienne, rescapés de la persécution d'Ignis suite à la chute de l'Empire.
Un nombre incalculable, pourtant, le jeune sage n'avait jamais songé qu'il pût y avoir d'autres livres que tous ceux présents sous ses yeux. Alors il existait des zones réservées? D'autres rayons de bibliothèques, dissimulés de tous ? Alors qu'il y avait autant de livre ici! Ehol ne les avait pas comptés, et il n'aurait certainement pas pu le faire tant les rayons étaient vastes, mais... combien y en avait-il ? Un millier ? Peut-être deux mille, cinq mille livres ? Et cet homme en avait lu près d'un quart!!

De plus si des ouvrages supplémentaires arrivaient chaque année, et à supposer que la zone réservée à l'archiviste fût plus grande que celle réservée aux visiteurs alors... alors...


<< Néanmoins, s'il y a un livre en particulier que vous souhaiteriez lire, je suis tout à fait apte à vous guider jusqu'à lui. >>

L'intervention de l'archiviste coupa net le fil de sa réflexion, il lui proposait - à lui, simple visiteur - de lui montrer n'importe quel livre ? Alors qu'ils venaient de se rencontrer ! Il devenait de plus en plus rare de trouver des personnes disposées à aider les autres de nos jours, même à Terra, patrie de la solidarité. Etait-ce l'influence des préceptes d'Ehol qui poussait les gens à s'aider mutuellement ? Ou cet homme était-il fondamentalement altruiste ?

Le jeune garçon jugea que cette question n'avait pour lors pas d'importance, et se félicita d'avoir rencontré quelqu'un d'aussi bien disposé. Son esprit vif enregistra immédiatement cette personne comme étant un nouvel ami, et il répondit avec toujours le même sourire radieux sur le visage.


- Ce sera avec plaisir, même si je n'ai pas de livres en tête pour le moment. Peut-être pouvez-vous m'en conseiller un ?

Ses connaissances littéraires n'étaient en réalités pas si étendues que cela. Il connaissait les livres qu'il avait lu, et le noms des saints ouvrages et de quelques événements historiques intéressants, mais face à un archiviste de 'La Bibliothèque' il ne pouvait que s'incliner. Il était de plus certain que tous les ouvrages que cet homme lui conseillerait seraient merveilleux. Sans plus attendre la réponse de son interlocuteur, il enchaîna dans l'instant, tant la situation présente l'excitait.

- Dites, dites, il y a combien de livres dans cette bibliothèque?

Il y avait un mot pour les enfants comme lui: curieux. Ehol était l'archétype de l'enfant intelligent et curieux, désirant tout apprendre, tout savoir, cherchant à absorber la moindre parcelle du monde, et à la faire sienne. Il y avait un charme certain dans cette attitude enfantine, ainsi, il est vrai, qu'un agacement notoire. Il était on ne peut plus ouvert au monde, mais il devait souvent se heurter aux égos et à la patience des autres personnes, bien souvent moins passionnées qu'il ne l'était. Et bien qu'il ne comprenait pas tout à fait ce sentiment, il se devait de reconnaître qu'il était aussi une part importante du monde.




"J'effacerai toutes les tragédies de ce monde."

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 103
Age : 0
Métier : Archiviste
Humeur : Curieuse
Points Histoire : 73
Ven 6 Jan - 13:48
A en juger la réaction du jeune homme, Reno l’avait coupé dans une profonde réflexion, mais néanmoins ça ne semblait pas vraiment gravissime à en juger le sourire radieux qui illuminait son visage.

<< Ce sera avec plaisir, même si je n'ai pas de livres en tête pour le moment. Peut-être pouvez-vous m'en conseiller un ?
- Eh bien…
- Dites, dites, il y a combien de livres dans cette bibliothèque? >>

A peine Reno réfléchissait-il à la réponse d’une question que déjà il était assailli par une autre. Un tel déluge d’interrogations ne pouvait signifier qu’une chose : la curiosité rongeait cet enfant. Il n’y avait pas de mal à être curieux, c’était la voie de la connaissance, mais l’être trop pouvait être dommageable. Enfin, l’archiviste n’était pas son père, à lui d’apprendre à se tempérer. En attendant…

<< D’après les archives de la bibliothèque, on en répertorie déjà au moins 45950 ouvrages, mais il est probable que certains aient échappé à l’inventaire qui s’est déroulé il y a trois ans, et il est également possibles que certains aient disparu au cours d’un vol quelconque. >>

C’était difficile à admettre, mais aussi vigilant soit le personnel de l’établissement, il y avait toujours un larron capable de voler un ouvrage pour le revendre en ayant constaté sa valeur ou encore pour le lire et le recopier. Heureusement que les vols étaient plutôt rare.

<<Pour répondre à votre précédente question, tout est une question de goût. Si vous êtes passionné par la religion, il y a toute une section regroupant les différents ouvrages sur le sujet, le meilleur étant celui que vous venez de lire. Mais les meilleurs sont sans doute dans la partie réservé aux hauts membres du clergé. Pour le reste… quel genre de livre voulez-vous lire ? >>

Et les voilà partis dans une discussion sur les livres. Siphel ne saurait y trouver une place, après tout elle était moins littéraire que Reno et son nouvel ami. Elle griffonna quelques conseils sur l’entretien d’un nouveau-né et sur des recettes de bouillie adapté à leur croissance puis referma le bouquin, s’emparant à présent d’un livre sur la thérapie par la magie d’eau.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 336
Age : 15
Métier : Utopiste
Humeur : Optimiste
Points Histoire : 0
Jeu 19 Jan - 18:19
C'était fantastique ! Près de cinq mille ouvrages ! Certes le nombre n'était peut-être pas tout à fait exact, mais tout de même ! Le jeune garçon demeurait stupéfait par cette déclaration, dire qu'il y en avait autant... De quoi pouvaient-ils traiter ? Les sciences, la religion, la magie, l'histoire, la culture ? Et de quand pouvaient-ils bien dater ? De la fondation d'Aquaria ? De la chute de l'Empire ? Ou même, de sa création ?

Et il y avait des personnes qui osaient voler les livres ? Piller la mémoire de l'histoire était un acte impardonnable ! ... Enfin, si, c'était pardonnable, mais très très grave ! Emporté par ses propres réflexions, Ehol songeait à ce qui pouvait pousser un homme à commettre un tel acte. Etait-ce la soif de connaissance ? L'appât du gain ? La tristesse, le dépit ? Ou peut-être se sentait-il seul, abandonné, et honteux de lui-même ?


<< Pour répondre à votre précédente question, tout est une question de goût. Si vous êtes passionné par la religion, il y a toute une section regroupant les différents ouvrages sur le sujet, le meilleur étant celui que vous venez de lire. Mais les meilleurs sont sans doute dans la partie réservé aux hauts membres du clergé. Pour le reste… quel genre de livre voulez-vous lire ? >>

Humm... quel genre de livre ? Il n'y avait jamais vraiment réfléchi. Il voulait tout lire! Tous les sujets, quels qu'ils fussent, l'intéressaient. La religion oui bien entendu, mais aussi l'histoire, les récits, les contes et merveilles, la magie - quoiqu'il ne la pratiquât pas - les mathématiques, l'art... Tout ce qui pouvait être découvert, tout ce qui était nouveau, tout ce qu'il ne savait pas.
Son seul désir était d'embrasser l'absolu.


"Hum... je dois vraiment faire un choix ?"

Il scruta les livres d'ores et déjà posés sur la table, puis les étagères qui s'étalaient à l'infini. Son regard suppliant fut braqué sur Reno durant quelques secondes, qui semblèrent durer une éternité. Il soupira, inspira, puis se décida à choisir. Après tout, il fallait bien commencer quelque part. Et quitte à choisir un début...

"Vous avez des contes religieux ? Pas des traités sur la foi ou les croyances, plutôt des... récits ?"

Il hésita à user du terme 'légende', et se ravisa en pensant que l'endroit n'était peut-être pas le mieux adapté. Le jeune garçon avait toujours été un grand adepte des anciennes légendes: le pèlerinage d'Ehol, les aventures d'Albio et de Tristan, les grandes guerres et aussi les histoires de l'Empire.

A vrai dire l'exactitude des faits retransmis lui importait peu, il voulait simplement pouvoir appréhender la façon dont les écrivains avaient pensé leur oeuvre, dont ils considéraient les actes du jeune homme qui était autrefois le sage des quatre chemins. Il voulait savoir quelle morale avait perduré.




"J'effacerai toutes les tragédies de ce monde."

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 103
Age : 0
Métier : Archiviste
Humeur : Curieuse
Points Histoire : 73
Mar 24 Jan - 22:00
<< Hum... je dois vraiment faire un choix ?
- Ce serait bien, pour commencer. J'ignore quels sont les thèmes qui vous passionnent et si je ne les connais pas, je ne peux pas aider. >>

S'il devait deviner en se basant sur ce qu'il savait ou voyait du jeune homme, il lui aurait proposé des livres religieux ou bien des récits fantastiques, le pêché mignon des jeunes lecteur de son âge en fait.

Reno laissa le jeune homme promener son regard, puis le poser sur lui. Un regard implorant, un peu exagéré pour la requête qui suivait.


<< Vous avez des contes religieux ? Pas des traités sur la foi ou les croyances, plutôt des... récits ? >>

Des récits religieux ? Sans doute voulait-il parler des livres relatant les aventures d'Ehol, Albio, Tristan, etc. Oh ça, il y en avait.

Reno se leva et passa derrière Siphel, se penchant vers elle.


<< Tu veux bien surveiller mon travail s'il te plait ?
- D'accord. >>

Reno embrassa furtivement le cou de son amante et s'accorda une seconde pour observer le schéma d'une technique de soin de maladies bénigne chez le nourrisson. Peut-être Siphel voulait-elle se lancer dans une carrière médicale afin de gagner sa vie autrement que par les petits boulots. Reno laissa son amante à ses études et se dirigea vers les rayons religieux en invitant son jeune ami à le suivre.

Ils se retrouvèrent donc dans le fameux rayonnage. Reno parcourait en vitesse les livres en attrapant par-ci par-là un bouquin, fouillant dans sa mémoire pour les comparer, en rangeant certains, en empilant d'autres... au final, il se retrouva avec 5 livres des légendes sur les fameuses entités divines.


<< Voilà. Ce sont les meilleurs ouvrages que j'aie pu lire en ce qui concerne les récits religieux. Ils ne sont pas trop versés dans la religions mais c'est bien rédigé et il ne leur manque aucun détail qui aie été prouvé. Par contre, pour ce qui est des rumeurs infondées, ils n'y font guère allusion. >>

Car bien évidemment, comme pour chaque récit sur une légende populaire, certains inventent des variantes. Certaines sont étouffées dans l'oeuf, d'autres persistent encore, déclenchant des débats entre puristes et crédules. Parmi les cinq livres, 2 étaient assez usé par le temps et l'usure, mais demeuraient lisibles, 2 étaient visiblement récents et le dernier était encore plus usé que les 2 premiers, mais surtout rédigé dans la même ancienne langue que le livre religieux bouquiné par le jeune homme précédemment. Là encore, Reno avait mit un certain temps à le lire...

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 336
Age : 15
Métier : Utopiste
Humeur : Optimiste
Points Histoire : 0
Sam 11 Fév - 15:00
On raconte que de toutes les formes de communication, l'expression du visage est la plus révélatrice; plus discrète, et aussi, souvent, plus involontaire, les sentiments qu'elle laisse filtrer n'en sont que plus authentiques. Ainsi Ehol avait-il espéré percevoir, dans la réaction de son interlocuteur, les signes de réjouissance habituels des fidèles d'Aquaria, à la vue d'un jeune garçon demandant des récits religieux. Pourtant il n'en fut rien, et cette réaction indifférente ne fit qu'intriguer davantage le jeune homme.

<< Tu veux bien surveiller mon travail s'il te plait ?
- D'accord. >>

L'archiviste emprunta l'un des multiples chemins que créaient les étagères, délaissant quelques minutes la femme à ses côtés qui se révéla être sa compagne. Les quelques regards qu'elle lui avait adressés auparavant l'avaient intrigué, mais désormais, tout était clair. Ainsi ils étaient un couple, peut-être même étaient-ils mariés ?

Ehol se leva à son tour et passa de l'autre côté de la table, observant le jeune homme qui s'éloignait, naviguant entre les différents rayons aussi aisément que l'eau s'infiltre dans la roche. Son regard se posa sur la jeune femme qui avait repris sa lecture, et il fit un pas vers elle, se plaçant à ses côtés. Elle leva naturellement la tête et ils se fixèrent quelques secondes, le regard bienveillant d'Ehol ne reflétant plus cette curiosité naïve, mais plutôt, une certaine forme de joie assurée.


- Il n'y a nul besoin de vous inquiétez.

Le ton de sa voix étaient à présent plus posé, elle était claire tandis qu'il murmurait et elle recelait une incroyable force. Son visage semblait pareil à celui d'un ange, et à la manière d'un prêtre, il s'agenouilla devant la jeune femme et posa sa main sur son ventre. Il prononça quelques mots en langue ancienne, avant de relever la tête vers elle.

- Gardez confiance en vous. Vous êtes d'ores et déjà sa mère, et personne mieux qu'une mère ne sait comment s'occuper de son enfant.

Il lui sourit, et posa la main sur son épaule avant de rejoindre Reno. En quelques secondes, il se retrouva dans son dos, au moment où il se tournait pour lui désigner les livres. Quel homme passionné! Et heureux, aussi. Mais il était tellement focalisé sur son travail, qui s'avérait aussi être sa passion, qu'il manquait de vue l'essentiel. Enfin, sa 'naïveté' lui semblait touchante, et Ehol s'amusait en pensant à la mine de surprise et de bonheur qu'il afficherait quand elle le lui annoncerait.

- Merci, c'est exactement ce que je cherchais! Pour le moment, je vais prendre celui-ci.

Il se saisit de l'un des livres, celui-la qui semblait le plus vieux, car il avait déchiffré sur la tranche un titre qui lui plaisait. Peut-être l'une des choses au monde qui l'avait le plus intrigué, et ce depuis qu'il avait lu les ouvrages du culte d'Albio. Les récits ayant suivi le départ d'Albio et la mort d'Ehol, premier Sage des quatre chemins.
Ces événements qu'il aurait tant souhaité contempler.
Ces émotions, qu'il aurait tant aimé partager




"J'effacerai toutes les tragédies de ce monde."

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 103
Age : 0
Métier : Archiviste
Humeur : Curieuse
Points Histoire : 73
Dim 12 Fév - 19:30
Ehol se saisit du livre le plus vieux qu’ai sélectionné Reno, un ouvrage traitant du culte d'Albio et des derniers jours d'Ehol. Reno laissa le jeune homme prendre le livre et sillonna les rayonnages en sens inverse afin de ranger les livres et retourna à sa table. Siphel observait le jeune homme, une main sur le ventre. Elle avait l'air... intriguée ? Ou en tout cas au moins semblait-elle bizarre. Reno s'avança vers elle.

<< Ca ne va pas ?
- Hmm ? Si, si.
- Tu te tiens le ventre... tu as mal ?
- Non non. >>

Reno haussa les épaules et reprit son travail sans tenir compte du fait que Siphel n'aie pas changé de page depuis son départ. L'archiviste laissa de nouveau tout tracas environnant s'éloigner de lui pour se focaliser sur les récits qui l'intéressaient, recopiant chaque détail pouvant l'aider dans ses recherches. Dans un tel état de concentration passionnée, rien ne pouvait le troubler... sauf peut être...

<< Reno ?
- Hmm ? >>

Posant une nouvelle fois sa plume avec la mine de celui qui aurait préféré ne pas être dérangé mais qui cède de bon cœur, Reno leva les yeux vers Siphel. Elle avait l'air un peu tendue et tendait une liste de noms vers lui, la première partie était une liste prénoms de fille et la deuxième de garçons.

<< Donne moi ton avis, quels prénoms tu préfères ?
- Siphel, je n'ai pas vraiment le temps de...
- Fais-le, s'il te plait, et fais le bien. >>

Abdiquant par un soupir, Reno lut attentivement les prénoms un par un. La plupart étaient banals, d'autres lui évoquaient des prénoms de personnes connues plus ou moins. Pourquoi Siphel lui faisait-elle faire ça ? Il l'ignorait. Finalement, après avoir lu et relu la liste, il encercla de sa plume « Amalia » et « Adament » puis fit glisser la feuille vers la demoiselle.

<< Voilà. Pourquoi tu m'as fait faire ça ?
- On va en avoir besoin, bientôt.
- Comment ça ?
- Quand tu ouvriras les yeux tu comprendras peut être. >>

Siphel soupira et Reno abdiqua en voyant sa mine agacée. Décidément, elle était bizarre ces derniers temps. L'archiviste commençait un peu à s'inquiéter mais laissa ses appréhensions de côté en reprenant son travail. Finalement, son amante fit glisser la liste vers le jeune homme pour lui demander son avis à lui.

(Je te laisse imaginer d'autres noms, hein ^^')

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 336
Age : 15
Métier : Utopiste
Humeur : Optimiste
Points Histoire : 0
Sam 25 Fév - 12:27
Une larme coula sur l'une des joues d'Ehol tandis qu'il achevait la lecture du second chapitre. Cet ouvrage était extrêmement bien écrit, il devait dater du deuxième ou du troisième siècle de l'Empire. Le soin apporté aux pages, la qualité graphique des runes et l'encre utilisée... ce livre devait avoir été écrit par des scribes de l'Eglise, avant d'être réécrit par des prêtres ou des évêques d'Aquaria. Dire qu'ironiquement, ces récits avaient donné naissance au plus grand schisme du culte d'Ehol...
Albio. Fidèle à lui-même, jusqu'au bout. L'ancien émissaire de la terre était vraiment quelqu'un de grand. Et Elena... ces récits avaient vraiment su conserver quelques aspects de son âme furieuse. Enfin, ils étaient un peu trop gentils, la vraie n'aurait pas mâché ses mots. A ce propos, il se demandait ce que pouvait devenir Shànan. Un jour, il lui raconterait en détail l'histoire de son 'ancêtre'; tout au moins ce qu'il en savait. Elles se ressemblaient trop pour qu'il passât à côté de cette occasion.

Il passa ses doigts une fois encore sur les traits. Oh, bien sûr, ce livre là était une reproduction, et non l'original, mais quelle reproduction!! Le style employé était identique aux premières variantes du langage ancien, aucune simplification n'avait été effectuée, et la traduction frôlait la perfection. Dire que ce langage avait perduré, et était à présent parlé presque couramment dans ces contrées...

Ehol releva la tête, tandis que la jeune femme lui tendait une liste de noms pour son enfant.


- J'y pense... je ne connais pas encore vos noms.

Il sourit naturellement à Siphel avant de scruter la liste qu'on lui proposait. Des prénoms intéressants, la liste était plutôt longue mais il ne lui fallut qu'une seconde pour en saisir tous les champs. L'archiviste semblait apprécier les noms en "A" et il devait reconnaître que l'Histoire en avait du moins reconnu un, dont il avait lu la légende quelques secondes auparavant.
Un nom n'était pas quelque chose à prendre à la légère, ce serait l'identité, la première forme d'être que l'enfant recevrait du monde et de ses parents. Un nom, c'était une partie de soi, la première inclinaison de sa vie.


- Les premiers hommes sont apparus au son de leur nom, car avant même de naître, ils existaient. Les mots ont plus de pouvoir que nous ne le pensons.

Il sourit à cette dernière affirmation, et rendit la liste à Siphel, avant de reprendre sa lecture. Il ne lui restait que deux chapitres à lire, cela finirait probablement vite. Dans un sens, c'était dommage. Il n'aimait guère la fin des histoires, car elle impliquait de se séparer des héros que l'on avait suivi, de quitter ce monde qui était sien.




"J'effacerai toutes les tragédies de ce monde."

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 103
Age : 0
Métier : Archiviste
Humeur : Curieuse
Points Histoire : 73
Dim 26 Fév - 10:30
Reno se focalisait complètement dans son travail, laissant le jeune homme faire ce que Siphel lui avait demandé.

<< J'y pense... je ne connais pas encore vos noms.
- Probablement parce que vous ne nous l'avez pas demandé. >>

Bon certes, il ne satisfaisait pas sa curiosité mais il ne voyait pas pourquoi il devrait lui donner un nom qu'il allait oublier de toutes façons, à moins qu'il ne revienne souvent à la bibliothèque ?

Un frisson lui parcourut l'échine, signe que Siphel lui lançait un regard de reproche


<< Les premiers hommes sont apparus au son de leur nom, car avant même de naître, ils existaient. Les mots ont plus de pouvoir que nous ne le pensons. >>

Reno releva la tête de son travail à contrecoeur pour observer le jeune homme. Cette théorie... il l'avait déjà lue dans un ouvrage et il n'y distinguait qu'une vague métaphore. Les hommes ont existé bien avant d'avoir un nom, mais à l'époque, ils étaient sans personnalité,tous uniformes, comme des animaux : ils vivaient, chassaient, mangeaient, dormaient, et c'était tout. C'est quand ils se sont chacun octroyé un nom qu'ils on commencé à viivre, à poser les bases de la civilisation, à avoir leur propre personnalité, voilà ce que signifiait cette phrase selon lui. Quand à la force des mots... Reno ne lui accordait que le pouvoir de persuasion et de manipulation ainsi qu'une influence sur quelques rituels magiques, mais rien de bien extraordinaire pour un érudit.

<< Et quel sens donnez vous à ces paroles ? Beaucoup de personne y trouvent des signification assez différentes selon leur point de vue. Ce que vous venez de dire, cela veut dire quoi pour vous ? >>

Mais déjà le jeune homme s'était-il relancé à sa lecture. Reno ne s'attendait guère à avoir une réponse à ses questions, lança un simple regard à Siphel qui se contenta de hausser les épaules avant de se replonger dans une lecture, d'un simple roman cette fois, une main sur le ventre. Drôle de posture pour lire...

Reno se replongea de son côté également dans son travail. Il avait bientôt fini sa pile de livre et son travail pour la journée par conséquent.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 336
Age : 15
Métier : Utopiste
Humeur : Optimiste
Points Histoire : 0
Dim 26 Fév - 12:52
Un vent de froid parcourut la salle. La réponse de l'archiviste était si glaciale et indifférente qu'elle aurait probablement découragé toute personne sensée de l'approcher. C'était comme un mur qu'il érigeait entre lui et les autres, et il était difficile de croire qu'un tel homme avait pu réunir assez de confiance et d'amour pour apporter la vie. Ehol se tourna vers la jeune femme: c'était certainement grâce à elle. Le miracle de l'amour, hein ? Mais il était encore bien loin de la fin de son voyage. Le regard noir que lui lança sa bien-aimée prouvait toutefois qu'il avançait dans le bon sens.
L'archiviste releva la tête, les dernières paroles d'Ehol l'avaient apparemment interpellé et... intéressé. Une chose rare, semblait-il.


<< Et quel sens donnez vous à ces paroles ? Beaucoup de personnes y trouvent des significations assez différentes selon leur point de vue. Ce que vous venez de dire, cela veut dire quoi pour vous ? >>

Oh oh oh, ça, on ne l'entendait pas tous les jours. Encore moins dans la bouche d'un habitant d'Aquaria. Des significations différentes selon le point de vue... ? Une idée intéressante, mais quelque peu stupide. Ehol se demandait bien ce qu'il voulait dire par là, mais puisqu'il voulait des explications, il lui en donnerait. Le sage des quatre chemins déplaça le livre sur le côté, plus qu'un chapitre, il éprouvait un peu de tristesse de devoir couper sans cesse sa lecture, mais après tout, discuter avec une autre personne était au moins aussi enrichissant.

"Il se nomma Watos, l'Absolu, et fut à l'origine de toutes les choses."

Origine, chapitre premier. C'était là que tout commençait, et s'il ne comptait pas lui expliquer en détail l'évolution du culte de Watos, cette phrase était essentielle. Parce qu'à l'origine de toutes les choses, se trouvait un nom. Un mot qui avait repoussé le néant, une existence qui naquit grâce au Verbe.

"La naissance d'un être... est la chose la plus merveilleuse au monde. L'existence, toutefois, ne démarre pas à cet instant. Un être existe dès lors que son existence est reconnue. Dès qu'il reçoit une identité, un nom. Lorsque le premier mot s'échappe des lèvres de ses parents, lorsqu'ils reconnaissent leur amour, et le fruit de celui-ci alors... la simple vie devient un être. Et lorsqu'il acquiert le langage et parvient à s'exprimer, il est alors humain.
C'est ce qui nous différencie des animaux, et de toutes les autres formes de vie de ce monde."


Pour le dire simplement, en tout cas. Il devait paraitre absurde à quiconque écoutait la conversation de voir un enfant tenir de tels propos, pourtant, il n'y avait aucun doute dans ses paroles. Ehol semblait pareil à un maître enseignant à son élève, ou un prêtre effectuant le recueil à ses fidèles. Prêcher en Aquaria. C'était certainement le dernier endroit au monde où il s'était imaginer parler ainsi. Mais à bien y réfléchir, c'était peut-être le meilleur endroit pour le faire.

Les va-et-viens silencieux des archivistes et le bruit des pages tournées pour seule musique, le jeune sage reprit son discours, comme naviguant sur ce flot de notes incomprises. Dans cette bibliothèque s'érigeait le temple du savoir, et pourtant, elle était certainement peuplé des plus ignorants.


"Le monde est l'enfant du langage. Nous, plus que tous les autres. En tant que magicien, vous devriez le savoir. Tous ces miracles que les mots peuvent créer, toutes ces barrières que les sentiments peuvent briser. L'humain maitrise la forme la plus pure du langage. Malheureusement, peu d'entre nous semblent s'en être rendus compte..."

Il acheva sa tirade en plaçant sa main contre sa poitrine. Quelques curieux s'étaient tournés vers eux, mais repartaient à présent bien vite dans leur lecture. L'intérêt est volage, c'est aussi un des fondements de l'homme. Pourtant, il aurait souhaité que cette parole provienne à tous ses semblables, et qu'ils la comprennent. Parce que c'était là, la seule vérité qui pouvait les sauver tous.

"Ce que vous appelez interprétation, je le nomme fourvoiement. Et c'est notre rôle à tous d'y pourvoir, Reno."




"J'effacerai toutes les tragédies de ce monde."

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 103
Age : 0
Métier : Archiviste
Humeur : Curieuse
Points Histoire : 73
Mar 28 Fév - 10:26
Le jeune homme écarta son livre, visiblement avec un petit contrecoeur que Reno comprenait bien, et il se lança dans une explication.

<< Il se nomma Watos, l'Absolu, et fut à l'origine de toutes les choses. >>

Reno reconnut bien vite la citation du premier chapitre de l'Origine. Il comptait faire la messe pour lui expliquer ou bien... ?

<< La naissance d'un être... est la chose la plus merveilleuse au monde. L'existence, toutefois, ne démarre pas à cet instant. Un être existe dès lors que son existence est reconnue. Dès qu'il reçoit une identité, un nom. Lorsque le premier mot s'échappe des lèvres de ses parents, lorsqu'ils reconnaissent leur amour, et le fruit de celui-ci alors... la simple vie devient un être. Et lorsqu'il acquiert le langage et parvient à s'exprimer, il est alors humain.
C'est ce qui nous différencie des animaux, et de toutes les autres formes de vie de ce monde.
>>

Ca avait quand même des allures de messe, mais jusque là Reno avait toujours un peu de mal à comprendre ce qu'il voulait lui expliquer quoique ça commençait à s'éclaircir. Néanmoins, qu'un simple enfant profère des paroles aussi adulte, c'était quand même assez impressionnant.

<< Le monde est l'enfant du langage. Nous, plus que tous les autres. En tant que magicien, vous devriez le savoir. Tous ces miracles que les mots peuvent créer, toutes ces barrières que les sentiments peuvent briser. L'humain maitrise la forme la plus pure du langage. Malheureusement, peu d'entre nous semblent s'en être rendus compte... >>

Reno y voyait un peu plus clair. C'était toujours un peu sombre mais au moins l’essentiel était compris... à priori. En gros, pour le jeune homme, les mots étaient la source primaire de tout, existence, pouvoirs... intéressant. Mais ce jeune homme et sa façon de prêcher comme un archévêque... il cachait certaines choses, mais ça ne concernait pas Reno donc il n'allait pas chercher plus loin...

<< Ce que vous appelez interprétation, je le nomme fourvoiement. Et c'est notre rôle à tous d'y pourvoir, Reno. >>

Et en plus de ça il démontrait qu'il connaissait son nom. Alors pourquoi avoir demandé des présentations ? Reno brûlait d'envie de le demander, mais il sentait que Siphel allait encore soupirer de dépit, donc il allait s'abstenir.

<< Vous avez une façon assez religieuse d'expliquer votre point de vue monsieur... >>

Mouais... si le jeune homme connaissait le nom et la profession de Reno, ce n'était hélas pas réciproque... mais vu comme il parlait de façon religieuse, il n'aurait pas été étonnant que ce jeune érudit eut été (ou soit toujours?) un prêtre en formation ou quelque chose du genre.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 336
Age : 15
Métier : Utopiste
Humeur : Optimiste
Points Histoire : 0
Sam 10 Mar - 23:24
Un silence.
Ehol ramena rapidement sa main à sa bouche, plissa les yeux, trembla, et se mit à rire.


-Hahaha...haha... vous... vous êtes intéressant!

Il se retenait. Vraiment, il se retenait. Depuis combien de temps n'avait-il pas eu l'envie de laisser libre cours à ses émotions, et de partir en éclats de rire ? Oh, trop longtemps... après tout, une fois de temps à autre, c'était une bonne chose. Il gloussa quelques secondes encore, avant de se reprendre, en plaçant sa main droite sur son coeur. Il inspira profondément, une fois, puis deux, et se mit sur la pointe des pieds.
Il était dans une bibliothèque, ce genre de débordements n'aurait pas été très poli. Mais ce que venait de dire cet homme... c'était tout simplement hilarant. Que diable faisait-il à Aquaria ? Etait-il trop bon pour remarquer qu'il était entouré de croyants, ou bien trop intelligent pour même chercher à effectuer telle constatation ? Alors comme ça, la théocratie abritait aussi des personnes dans son genre ... vraiment, c'était fascinant. Et peut-être un peu triste.


- Excusez-moi... aaaah, je ne m'y attendais vraiment pas...

Et en plus de cela, il l'avait appelé "Monsieur". Ehol ignorait toutes les moeurs d'Aquaria, et considérer un garçon comme homme à 15 ans lui semblait effectivement sensé, mais... l'entendre de la bouche de quelqu'un, ça n'était pas pareil. Surtout quand la plupart des gens vous prennent pour le sexe opposé, ce qui, étrangement, lui arrivait souvent hors de cette cité.

- Vous savez, je pense que tout finit toujours par s'expliquer ainsi. Pas avec la religion, non, mais par la foi. C'est au fond, la maxime de tous les actes humains. Croire à jamais.

Le sage finit par se rasseoir, terminant le livre qu'il avait commencé quelques minutes plus tôt. En effet, c'était un ouvrage passionnant. Il regretterait presque de ne pouvoir passer sa vie entière ici, à en lire de tels. Mais tout voyage avait sa fin, et la sienne ici semblait se rapprocher de plus en plus... bah, il aviserait au moment venu, comme toujours.

"... Albio le Généreux et Elena la Flamme de l'Aurore eurent alors un fils. Bercé par l'amour et la joie, fils des plus grands guerriers, il serait aussi bon et puissant que ses parents, et aussi sage que son frère."

Ahah, la Flamme de l'Aurore ? Ehol poussa un autre petit rire, tout aussi maitrisé. Dire que la postérité lui avait conservé ce nom, dérivé d'une petite blague ... Albio cependant, avait hérité d'un surnom à la mesure de son coeur. C'était chose touchante, qu'on se souvint de lui ainsi. Ellys avait été élevé sous son culte, mais à chaque fois qu'il apercevait ce titre, il ne pouvait s'empêcher d'être chamboulé.
En fin de compte, l'enfant avait peut-être bien une âme 'paternaliste'...




"J'effacerai toutes les tragédies de ce monde."

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 103
Age : 0
Métier : Archiviste
Humeur : Curieuse
Points Histoire : 73
Dim 11 Mar - 1:17
Le jeune homme semblait trouver la réponse de Reno hilarante... il a au moins eu la décence de minimiser le plus possible son fou rire pour ne pas déranger les lecteurs.

<< Hahaha...haha... vous... vous êtes intéressant! >>

Reno haussa un sourcil puis se tourna vers Siphel, elle même souriante. Quoi ? Qu'est ce qu'il avait dit ? Il avait beau se repasser sa phrase dans tous les sens, il ne voyait rien de drôle... non franchement, c'était incompréhensible.

<< Excusez-moi... aaaah, je ne m'y attendais vraiment pas... >>

Reno était vraiment pris au dépourvu tellement c'était incompréhensible. Où était l'humour dans tout ça ? Il ne comprenait vraiment pas... il devrait sortir plus souvent et faire quelques progrès dans l'art de la conversation, sans doute. Il garda cet événement dans un coin des la tête des fois qu'un jour il comprenne où était la blague.

<< Vous savez, je pense que tout finit toujours par s'expliquer ainsi. Pas avec la religion, non, mais par la foi. C'est au fond, la maxime de tous les actes humains. Croire à jamais.
- Oui, mais la foi découle de la religion, dans un sens >>

Le jeune homme avait toutefois déjà repris sa lecture, lecture qu'il n'osa plus interrompre. Toutefois, il n'aimait pas qu'un mystère lui résiste trop longtemps et décida donc de se rapprocher doucement de Siphel pour lui demander dans un murmure audible seulement par celle-ci :

<< Qu'est ce qu'il y avait de drôle dans ce que j'ai dit ?
- Je te l'ai déjà dit : quand tu ouvriras les yeux, tu comprendras peut être.
- Toi et tes énigmes...
- Tu te dis intelligent, mais tu ne reconnais pas les évidences.
- De quoi tu parles ? Tu es bizarre, toi... >>

Siphel soupira alors et referma de façon un peu trop sèche le livre.

<< La liste des noms, les ouvrages que je lis, mon ventre un peu arrondi, ça ne te dit rien ? >>

Reno réfléchit un moment, puis le déclic se fit enfin et il eut un air vraiment ahuri.

<< Tu... tu es...
- C'est pas trop tot, gros bêta. >>

Le choc de l'annonce le laissa pantois un long moment. Un enfant. Il allait être père. Et il n'a jamais songé à faire le lien entre tout ça. Il se coupait décidément trop de la réalité en bouquinant... Un enfant... il allait perdre du temps de travail pour élever un enfant... bizarrement, ça lui faisait plus plaisir qu'autre chose. Est-ce que ça sera un garçon ou une fille ? Sera-il lié à l'eau ou au feu ? Il s'imaginait déjà tellement de choses qu'il en était coupé de la réalité. La bibliothèque n'existait plus, il n'y avait plus qu'un avenir qu'il s'imaginait. L'espace d'un instant, son ambition démesuré s'évapora puis lui revint avec tout le reste. Il avait sa main qui caressait le ventre arrondi de Siphel. A l'allure, il en déduit qu'elle en était déjà au quatrième mois.

Avant de devenir dieu, il allait devoir être père... et si dieu il ne devenait pas, il pouvait toujours léguer sa quête à sa progéniture, peut être. Au moins ses recherches n'auront pas été vaines...

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 336
Age : 15
Métier : Utopiste
Humeur : Optimiste
Points Histoire : 0
Jeu 5 Avr - 21:33
Il y avait dans le culte d'Ehol un passage qui se référait, aussi étrange que cela pût paraitre, aux génies et aux hommes simples. Bien que ces éléments du culte fussent introduits bien après le temps des émissaires, le nouveau sage des quatre chemins y trouvait une certaine vérité. Le bonheur, disait-il, n'était possible qu'à ceux qui vivaient pleinement dans toute leur simplicité. Et il y avait chez les personnes intelligentes une facheuse tendance à négliger les choses triviales.

Reno en était l'exemple parfait, il était tant absorbé par ses études et son but qu'il en avait négligé sa famille. Et la révélation de cette naissance venait de bouleverser son univers, d'anéantir l'ordre qui y régnait.
Et de la destruction naitrait le bonheur. Oh, il ne se faisait plus vraiment de soucis à présent. Siphel pourrait le ramener à la réalité. Tout comme cette enfant.


*Les livres sont de merveilleux mondes... mais ils ne recèlent pas la sagesse, simplement des informations. Le reste, c'est de vous qu'il dépend*

Ehol fixa un moment l'archiviste, le sourire niais sur son visage et son regard vide indiquait qu'il était perdu dans ses pensées. De très belles pensées, c'était une certitude. Cet homme était à l'aube du plus grand tournant de sa vie, et dans quelques mois, dans une année, il ne serait plus du tout le même. Le regard du sage s'arrêta sur la dernière rune, comme un ultime adieu à cet ouvrage qui venait d'achever. Chacun des mots parcourait à présent son esprit, et s'écoulait en lui avant de s'unir à son coeur. Albio, hein ?

- Choisissez bien son nom. Ce simple mot définira une grande partie de son être. Et puis, les petites filles y accordent toujours une importance particulière.

Ehol sourit, parcourant une dernière fois la salle de son regard. Il reviendrait à coup sûr, mais pas tout de suite. Il devait laisser à ces enfants le soin d'évoluer, de grandir, avant de leur parler. Ehol avait du moins appris quelque chose aujourd'hui, quelque chsoe qu'il n'oublierait pas de sitôt. Et il espérait qu'il en serait de même pour eux.

Dans un murmure, il disparut. Durant une seconde, où plus personne ne l'observait. Comme s'il n'avait jamais existé.

Tout irait bien.
Ils s'en sortiraient très bien.




"J'effacerai toutes les tragédies de ce monde."

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 103
Age : 0
Métier : Archiviste
Humeur : Curieuse
Points Histoire : 73
Ven 6 Avr - 13:29
Papa… l’information flottait dans la tête de Reno qui avait encore du mal à y croire… il allait être papa…

<< Choisissez bien son nom. Ce simple mot définira une grande partie de son être. Et puis, les petites filles y accordent toujours une importance particulière. >>

Reno l’entendait à peine, ses yeux fixés sur le ventre à peine arrondi de Siphel, sur lequel se promenait toujours sa main… papa… il allait avoir un enfant…

<< Reno… hé ho, debout !
- Hmm ? >>

L’archiviste se sentit secoué par la main de Siphel sur son épaule. La réalité se heurta à lui avec le choc d’une bulle de savon qui explose. Le jeune homme était parti et lui était toujours dans la même position que tout à l’heure.

<< Je disais qu’il était temps d’y aller. C’est l’heure de fermeture maintenant.
- Oh… oui oui. >>

L’archiviste se leva subitement et commença à sonner l’heure de fermeture, en profitant pour ranger des livres qui trainaient sur la table. Une phrase lui revint en mémoire pendant son boulot…

<< Choisissez bien son nom. Ce simple mot définira une grande partie de son être. Et puis, les petites filles y accordent toujours une importance particulière. >>

C’était le jeune homme qui avait dit ça, non ? Il avait l’air d’avoir la certitude que ça sera une fille… nan, il devait se faire des idées. On ne pouvait pas savoir si ça sera une fille ou un garçon avant le jour de l’accouchement… Amalia… ça sera un ravissant prénom pour une fille… et si c’est un garçon ? La, il n’avait pas vraiment d’idée… il avait entouré un nom un peu au hasard, tout à l’heure, maintenant qu’il savait pourquoi, il voulait rechoisir avec plus d’attention…

Le soleil se couchait et Siphel rejoignit son amant pour rentrer chez eux… tout semblait beaucoup plus beau que d’ordinaire…

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Dans le labyrinthe de papier. [Reno pv Ehol]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Perdu dans le labyrinthe, retrouvé par le danger! [PV Dementia]
» Vos drop dans le labyrinthe !
» Tu iras dans les villes de papiers et n'en reviendras jamais - Azraël
» [TERMINÉ] Expédition à trois dans le Labyrinthe, pas toujours une bonne idée.
» Expédition dans le labyrinthe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RP-
Sauter vers: