Lucius d'Ignis



 

 :: Pres à revalider :: Ignis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lucius d'Ignis

avatar
Messages : 7
Age : 26
Métier : 7ième prince d'Ignis
Points Histoire : 0
Lun 30 Déc - 2:08
IdentitéNom: D’Ignis
Prénom(s): Lucius Lionel Aiden
Titre: Le Phœnix
Âge: 26 ans
Genre: Homme
Nature:  Magicien
Affinité: Le fils d’Iskandar d’Ignis ne peut que posséder une flamme en lui.
Pays: Ignis
Métier: 7ième prince d’Ignis
Langues: Courante, toutefois ce dernier possède quelque connaissance de la langue ancienne grâce aux divers enseignement d’Atrée
* Thème:Patterns in the Ivy by Opeth on Grooveshark


Caractère et MoraleLucius Lionel Aiden d’Ignis est sans doute tout ce que l’on doit s’attendre d’un prince d’Ignis, ou du moins c’est ainsi qu’il ce montre publiquement.  Enfin, il s’agit d’ici d’un prince exemplaire, s’il s’agit d’un prince Ignisien exemplaire alors cela est sans doute sujet à débat.   Il s’agit ici d’un protagoniste aux nombreux secrets, des secrets qui doivent à tout prix demeurer ainsi.  Ce personnage possède nombreuses façade, un masque pour toute occasion selon le publique. Comment est-ce donc possible de bien définir un homme dont une grande partie de sa vie semble être une grande pièce de théâtre où il se doit de jouer le rôle d’un homme exemplaire ?   Qui est-il véritablement ?  Celui-ci ce doit absolument de jouer un rôle, de tenter de partager une vision du monde commune avec les autres membres de sa famille. Puisque dans la vie politique d’Ignis, chaque être ce doit de jouer son rôle et ici, démontrer la moindre faiblesse peut vous coûter cher.

Une relation père fils, voilà ici un exemple sans doute un peu particulier de ce type de relation.  Lorsqu’on y songe, notre cher Lucius est un peu choyez par la vie, ce dernier possède le titre de prince d’Ignis.  Il est certes fils du grand Iskandar d’Ignis, toutefois ce jeune prince proviens tout de même des entrailes d’une amante.  Est-il aussi noble que ses frères et sœurs ?  Est-ce qu’il a autant de droit que les autres au trône d’Ignis ?  Certes il ne s’agit pas ici d’un rôle qu’il a jadis souhaité véritablement prendre, être prétendant au trône d’Ignis.  Cette motivation ne lui fut certes pas transmise par son paternel ou du moins cette vigoureuse flamme habitant le prince en ce jour fut longtemps dormante durant nombreuses années.   Ne vous attendez surtout pas à la même relation familiale entre un père et son fils que celle d’un simple paysan, lorsqu’on possède le sang royal il s’agit d’un tout autre univers. Ces derniers n’ont jamais posséder une relation bien intime, hormis la simple reconnaissance de titre et de sang.   Il est sans doute un peu difficile de posséder une image paternel ou de savoir ce que c’est d’être un homme dans ce genre de situation.  Toutefois, cela ne change point le fait que malgré tout, notre cher Lucius possède un certain respect pour son père.  Nous n’irons point dire qu’il possède de l’affection véritable pour celui-ci, mais notre protagoniste apprécie tout de même ce que son paternel a fait pour lui.

Enfin, il s’agit tout de même du premier fils d’Iskandar d’Ignis.  Notre cher protagoniste serait sans aucun celui dont le trône devrait en principe appartenir suivant le décès de son paternel… mais puisque l’identité du prince fut de toute évidence une surprise pour tous… ce dernier ne possède point le droit de prendre le trône immédiatement après ce très cher Iskandar.  Voilà donc ici un exemple parfait des jeux politiques Ignisien.

Grandir avec un si grand nombre de frère et sœur n’est certes point facile et cela peu important la famille. Il y existe donc malgré tout nombreuses rivalité avec ses nombreux semblables, surtout lorsqu’ils sont tout en haut de la liste des héritiers du trône.  Leur perception du sang qui les unis varis grandement selon la personne… il nous est impossible de bien vous décrire les différentes perspectives qui existe au sein de cette relation. Aux yeux de notre protagoniste, les membres de sa famille possède le même sang dans leurs veines, tous enfant d’Iskandar.  Ce dernier possède un certain amour pour sa famille, car il s’agit de la seule qu’il possède.  Il y existe tout de même cette rivalité entre frère et sœur, cela n’est sans doute pas très hors de l’ordinaire.  Toute famille possède une certaine rivalité entre frères et sœurs, toutefois très peu souhaite véritablement votre mort afin de gravir la liste.  Il ne s’agit que de rumeurs, aucun véritable coup fut porté contre notre prince, ou du moins aucun directement en lien avec sa maison d’Ignis.   Si ce fut par le passé le cas, les conspirateurs ont su bien masquer leurs traces.

Cela n’est pas exactement un secret, Lucius souhaite un jour prendre la tête de la nation.  Cependant, il s’agit là d’un rêve un peu difficile à réaliser.  Étant septième sur la liste des héritiers au trône d’Ignis, la seule véritable façon de prendre le pouvoir serait de l’usurper d’un des membres de sa famille. Il s’agit certes ici d’une façon un peu barbare de prendre le pouvoir aux yeux de certains êtres, toutefois au royaume du feu, afin de suivre il faut être fort et c’est le plus fort qui finira gagnant.   Certes, la puissance physique n’est pas ce qui lui donna avantage, mais son intelligence.

Les gens de bonne éducation vous démontrerons sans doute les masques les plus complexes, possédant divers couleurs et expressions.  Lucius n’est point une exception à cette règle.   Ce dernier reçu la même éducation que ses frères et sœurs afin de forger ici l’élite Ignisienne. Un homme d’haute éducation, dont les nombreuses connaissances passent de la culture général, l’histoire aux détails politiques et économique.  Devant chaque aspect de la vie, le prince Ignisien possède un masque afin de faire face au monde. Avec le temps, le masque de porcelaine est devenu celui de fer.  Celui-ci ne démontre aucune véritable émotion et se doit d’agir pour le bien de la nation et de son nom.   Ignis est son pays d’origine, sa patrie, toutefois est-ce que le lieu de naissance définis véritablement un homme ?  Car il joue ici à un jeu dangereux.  Peu à peu, les divers masques que l’ont portent deviennent une partie de nous.  Le temps à bien changé ce jeune homme et cela les gens les plus proches de ce dernier l’ont sans doute remarqué.  Il devient de plus en plus facile de jouer le rôle du prince d’Ignis puisque cela fait de plus en plus parti de sa nature.  Son éducation, son cheminement dans la vie l’ont mené jusqu’ici et l’ont forgé ainsi.  Si celui-ci avait conservé le masque de porcelaine, il aurait été depuis longtemps brisé… Ce masque fut souvent mis à l’épreuve aux cours de divers évènements de sa vie.


La bataille de Yaegahara fut sans doute le plus grand coup porté au masque de Lucius.  Il fut fort difficile de voir l’un de ses frères violer sa propre cousine.   La famille d’Azaïr fut à ses yeux aussi prêts de son cœur que sa propre famille si ce n’est pas plus.  Le cœur de notre prince fut fort blessé face à une telle tragédie, comment s’en remettre ?  Est-ce véritablement possible de surmonter une telle épreuve ?  Alors qu’il avait jadis tant de respect pour sa famille et un si grand amour pour ses cousins et cousines… le voilà entre deux eaux.  Divisé en la famille unie par le sang de son père et son autre famille à Azaïr. Certes, en ce jour ce dernier évite le sujet, cela rend les souvenirs plus faciles à porter.

Lors d’un ultimatum où  Lucius devrait sacrifier dévouer sa vie à une personne, se serait pour la dame d’Azaïr avec qui celui-ci a grandi.  Sa tendre cousine Kaede avec qui celui-ci fut éduqué sous la bienveillance de son oncle.  Ce dernier est prêt à tout afin de protéger celle-ci.  Son affection pour elle est un secret bien gardé, hormis quelques sa propre personne, le nombre de gens ayant connaissance de cela est fort limité.   Certes, nombreux ont sans doute leur doute suite aux longs débats entre le roi et  Lucius…  le doute s’en sans doute inséré dans l’esprit de son entourage.   Il est fort dangereux de posséder de tels sentiments dans les jeux politiques Ignisien. Nombreux serait capable d’utiliser le tout afin de retirer Lucius de la course pour le trône.   Certes, en ce jour le cher Lucius ce doit d’entretenir une relation un peu plus platonique avec celle-ci, cela ne change rien au fait qu’un part de ce dernier possédera toujours les mêmes sentiments qu’il avait pour elle jadis.   Depuis leur rencontre, nombreuses choses ont changé entre eux, toutefois le temps même n’a su point lui dérober son affection pour sa tendre Kaede.   Bien qu’elle soit aujourd’hui reconnue comme étant une femme forte… en elle Lucius perçoit toujours la même jeune femme qu’il a connu lors de sa jeunesse.   Il s’agit de la seule personne avec qui celui-ci est parfaitement honnête, avec qui il ne porte aucun masque.

Si la vie lui a enseignée une chose est qu’afin d’obtenir l’objet de nos désirs, un homme se doit de se montrer patient.   Certes, nombreux êtres de ce monde prennent tout par la force, ils n’attendent pas !  Ils ont en eux cette vive flamme capable de causer la plus grande dévastation afin de régner.   Certes en tant que prince d’Ignis, ce cher Lucius possède cette même flamme, toutefois ses nombreux séjours avec ce très cher Atrée lui ont enseigné l’art de la patience. Il se doit de se montrer sage et poser, car un seul mouvement mal calculé peut faire la différence entre la victoire et la défaite.   Ce dernier apprit cette leçon lors de sa jeunesse et cela ne fut point sans douleur et chagrin.   La mort d’Atrée fut sa plus grande leçon au sujet du monde politique.   Peu importe les liens, sur les champs de bataille alors que le désire du pouvoir et de la survie devient absolu, tout sang possède la même couleur.   Celui-ci a appris à lire entre ligne, à dialoguer avec nombreux sous-entendu et utiliser les paroles de courtoisies afin de masquer les véritables intentions.

Lucius est un homme brillant et éduqué.   Ce dernier à l’écoute des nombreux murmures du monde, celui-ci a appris avec le temps à reconnaitre et déjouer divers manigance avant que le tout éclate en conflits politique majeurs.  Lorsqu’on possède tant de pouvoirs, nombreux et même lors des temps de paix n’hésite point à comploter.  Ce cher Lucius n’est certes pas mieux qu’un autre, car lui-même a par le passé comploté contre le sang de son sang.  Certes en ce jour, celui-ci joue ce jeu dans l’ombre et le silence attendant le bon moment afin de tenter de conquérir les terres d’Ignis.  Certains diront sans doute qu’il est un traitre à la nation en apprenant les intentions de celui-ci, d’autre le verront sans aucun doute comme étant la flamme du renouveau, d’un jour meilleur pour Ignis.  

Cette flamme du renouveau implique aussi une philosophie qui diffère sans aucun doute de celle de la plupart des gens occupant une position sociale similaire à la sienne.   Cela comprend la perception de celui-ci face à l‘esclavage qui semble être une pratique commune en terres Ignisienne.   Est-ce que les chaines et coups de fouets sont véritablement utiles ?  Est-ce qu‘emprisonner ces gens, les réduisant à servir leur maître tel des chiens est un signe de la grande puissance de la nation du feu?    Aux yeux de Lucius, réduire à l‘esclavage les hommes et femmes n‘est pas un signe de puissance, mais une faiblesse.  Cela démontre la peur d‘une révolte, cela révèle une crainte d‘un peuple libre.  L‘esclavage est une pratique qui le dégoute, mais qu‘il doit malheureusement vivre avec.   Posséder une philosophie un peu trop à l‘écart de ce qu‘un prince d‘Ignis devrait posséder peut être dangereux.   Il se doit donc de faire preuve de délicatesse afin d‘apporter des changements aux mœurs de la terre du feu.




.


Physique
Il est dit qu’une image vaut mille mots, toutefois lorsqu’il n’est point possible de voir le portrait d’un être, les mille mots se doivent peindre le tout.   Quel est donc la meilleure façon de rédiger le portrait d’un prince d’Ignis ?  Est-ce que dire qu’il s’agit là d’un majestueux personnage suffi?  Il s’agirait là d’une façon un peu prétentieuse de décrire ce cher Lucius et ce dernier est loin d’être un jeune homme pompeux.   Il s’agit ici d’un mariage classique de traits des deux parents, certains de son père le célèbre Iskandar d’Ignis, d’autre de sa mère… l’une des nombreuses amantes du roi dont le nom fut un peu oublié avec le temps.   Qui se préoccupe réellement de noter le nom d’une amante ?  

Voici donc devant vos yeux le premier fils d’Iskandar et 7ième prince d’Ignis.   Un jeune être dont l’innocence a rapidement disparu laissant place à une douce figure aux apparences un peu mélancolique et sérieuse.    Un magnifique teint de pêche, ce cher Lucius possède une vigueur quasi unique aux habitants d’Azaïr, cela est majoritairement dû au fait que celui-ci a passer en cette terre une bonne partie de sa vie et qu’il en est maintenant le maître.   Avec ses traits raffinés, celui-ci parait sans doute un peu jeune qu’il l’est.  Certes, ce dernier est encore à quelques années de la trentaine, toutefois cela n’empêche que contrairement aux êtres d’un rang social moins élevé que le lien, le temps n’a su autant ravager son apparence.  

Il n’est sans doute pas le plus imposant des personnages naviguant les terres d’Albion lorsqu’on pose les yeux sur la silhouette du charmant Lucius.  Il n’est certes pas l’une de ses montagnes de muscles qui vous donne l’impression d’être capable de déplacer une montagne, toutefois il n’est pas non plus aussi délicat qu’un vieux scribe.  Cela ne serait point acceptable pour un prince Ignisien d’être d’une telle délicatesse.  Certes peu de gens ont l’occasion de voir le corps nu de notre jeune homme, se corps aux muscles fermes et légèrement définis.  Aux yeux de certains, il s’agirait sans doute de la perfection, toutefois cela dépend toujours de votre perception de ce qui est irréprochable.   Celui-ci est sans doute considéré pour certain comme étant un grand homme, non seulement par son rang ou sa par ce qu’il a fait pour le monde… non il n’est pas encore rendu là.  Ce charmant personnage mesurant 1m84 et quelques poussières n’est pas le plus petit des hommes, il regardant les gens de haut et cela n’est pas pour être prétentieux.  Certes dans son entourage il y existe divers être qui en font sans doute de même avec ce dernier, ou du moins le regarde d’un même point de vu.   Certes, il sans aucun doute un peu plus grand que la moyenne des hommes, cependant cela est grandement dû à son statut social lui ayant permis une bonne alimentation… aidant grandement à la croissance de celui-ci.

L’un des nombreux charmes de son physique est sa jolie crinière ébène.  Celle-ci, légèrement bouclé est généralement bien coiffé.  Voir un prince en publique les cheveux en bataille serait un peu indigne.  Certes celui-ci se soucie peu de l’opinion d’autrui, cependant il représente le sang royal d’Ignis et se doit d’honorer le nom et l’image de sa famille.  Cette magnifique crinière est maintenu généralement courte et d’une coupe affichant autant sa masculinité que son raffinement.   Cependant la crinière de celui-ci n’est point le trait le plus charmant de sa figure.   Les magnifiques prunelles de celui-ci sont réminiscence d’un magnifique ciel d’été en Azaïr.   Selon la lumière ambiante, celle-ci possède une légère teinte argenté, un aspect qui en a charmée plus d’une.  Il s’agit là du miroir vers l’âme pour la plupart des hommes, toutefois celui-ci du apprendre à masquer la vérité qu’affiche les yeux afin de protéger ses plus intimes secrets.   Lucius n’est cependant par un expert dans l’art du mensonge, ou du moins pas autant qu’il aimerait l’être.  Il y existe certains moments où son regard affiche les songes et sentiments de celui-ci sont aussi clairement que du cristal.

Dans son ensemble, Lucius d’Ignis est un bel homme.  Les traits sévère forgé par le temps se sa figure possède tout de même un soupçon de délicatesse.   Ce dernier semble posséder un certain talent dans l’art de modifier la perception d’autrui et de leur afficher divers facette de sa personnalité à travers sa figure et ses diverses expressions.  Notre cher Lucius peut se montrer dur et sévère, affichant un visage froid et symbole d’autorité.  Il porte là un masque de fer, ne laissant transparaitre nulle faiblesse, il devient l’un des puissants lions d’Ignis capable de dominer par un simple regard.    En contraste avec cela, celui-ci possède un visage un peu plus sympathique aux airs légers.   Voilà un visage plus doux, qui aux yeux de sa chère Kaede est en réminiscence de leur jeunesse.  Malheureusement, cet aspect de ce dernier semble être de plus en plus rare.  Le masque de fer semble de plus en plus attaché à son visage alors que le délicat masque de porcelaine possède nombreuses craques et pièces manquantes.




*Compétences générales
Dialecte ancestral.
Les connaissances de la langue ancienne de Lucius ne sont certes pas aussi approfondis que celles des Aquariens, toutefois les leçons de ce cher Atrée furent suffisante afin qu’il soit capable de l’utiliser adéquatement.  Bien qu’il ne la pratique pas autant depuis le trépas d’Atrée, ce dernier demeure tout de même habile dans ce dialecte maudit par la plupart des Ignisiens, dont sa propre famille.   La pratique de la langue ancienne demande non seulement une grande discipline… mais aussi de la discrétion lorsqu’en terre du feu.

Diplomate adroit et main de fer
Lorsqu’Iskandar eut donné à Lucius la province d’Azaïr, l’état de contrée jadis si glorieuse, était entre le chaos et la perte.  La mort d’Atrée affecta tout le territoire, de tout statut sociale et sans grande discrimination.  Afin de redonner sa gloire à Azaïr, Lucius dû donc ce montrer diplomate, négociant avec les gens influents… et lors que les mots ne suffisent pas démontrer qu’en lui le sang d’Iskandar d’Ignis est bien présent.   Nombreux débats et conflits ont finis par créer des ententes convenables, bénéficiant le peuple d’Azaïr et par la même occasion Lucius.  Les compétences politique de ce dernier sont en partie dû à son éducation, mais cette période de sa vie à su véritablement forgé le prince.

Épéiste émérite
Il serait impossible pour un prince Ignisien de ne pas être talentueux dans ce domaine.  L’éducation dans cet art fut sans doute un peu différent que celui de ses frères et sœurs dû au passé de ce dernier, n’ayant été que révélé en tant qu’héritier un peu plus tard.   Toutefois, ce léger délai dans son éducation princière ne fait pas de ce dernier un épéisme de moindre talent ! Bien au contraire  il a redoublé d’effort afin de forger sa place au sein de la famille.  Les années de pratiques et divers enseignent ont fait de Lucius un maître de la Schweizersäbel, faisant de lui un adversaire redoutable. Lucius a développé au fils des années une technique particulière,  influencé par celle enseignée du côté paternel et celle de son éducation en terres Azaïrienne.

Héritage de feu
L’un des nombreux avantages d’être un prince Ignisien, hormis le pouvoir politique et les avantages sociaux, est de posséder le même sang qu’Iskandar et par succession… le sang d’un puissant magicien.  Il est donc normal que notre cher prince possède un talent naturel lorsqu’il s’agit de la pratique de la magie.   Dans ses veines coules la puissance de la nation du feu, l’utilisation de mana lui est donc sans donc réel difficulté.  Cela eut aussi joué un grand rôle lors de son apprentissage de sorts en langue ancienne… mais aussi amplifia le danger.  Être capable d’utiliser tant de mana n’est pas sans risque… mais avec le temps notre cher Lucius su bien maîtriser la puissance qui l’habite.

Charisme princier
Nul être possédant le sang d’Ignis n’est sans charisme, ou du moins ceux à qui cela est manquant ne font pas long feu.  Notre personnage pouvant posséder une apparence des plus flegmatiques n’est pas sans charme.  Ce dernier est capable d’utiliser son charmant physique et sa personnalité des plus versatiles afin de s’adapter aux diverses situations qui se présente à lui.   Certes, il s’agit là d’un talent en partie innée dû à son physique, mais ce fut en partie avec les années d’expériences que celui-ci su développer ce côté un peu plus charismatique.  Lorsqu’on joue les jeux politiques Ignisien, il est important de posséder un certain charisme afin de démontrer sans présence dans la pièce… ainsi afficher une certaine dominance.



*Équipement, objets divers :  
Tiamat
Il s’agit là de sa magnifique Schweizersäbel, une arme qui démontre en soi l’essence même de notre cher Lucius.  Il s’agit ici d’une lame parfaite pour le style de combat pratiqué par Lucius, parfaite pour l’hybride du style d’Ignis et d’Azaïr utilisé par celui-ci.  Notre prince eut reçu cette épée lors de son 14ième anniversaire, alors qu’il avait déjà débuté son éducation en tant qu’épéiste.  Il s’agit ici d’un cadeau d’Atrée, forgée à Yaegahara.
Fu-Hua
Il s’agit ici d’un magnifique étalon noir d’origine Azaïrienne.  Une jeune bête au caractère calme et très discipliné, cependant celle-ci ne fut pas toujours ainsi.  Les éleveurs ont d’abord souhaité abattre cet étalon jadis indomptable et sauvage, toutefois le prince a vu en cette bête un grand allié et ami, un diamant brute qu’il fallait tailler.  Certes ce ne fut point une tâche facile, cependant avec suffisamment de patience, notre cher Lucius y est parvenu. Faisant de Fu-Hua un étalon exemplaire, tout comme lui masquant derrière la sérénité une créature possédant une vive flamme.


.


*Pouvoir de Pacte – Sorts :  
Avatar Élémentaire – Rang B
«Corpus meus ex flammis sit nihil avidiatis suae timeat»
«Que mon corps soit de flammes, qu’il ne craigne rien de leur volacité»
Voici là un sort que notre cher Lucius ne prononcera sans doute pas devant son paternel!  Ce cher Atrée lui a jadis enseigné des sorts en langue ancienne, toutefois celle-ci est pour aussi bien dire un tabou au sein de sa famille.   C’est par le biais de la langue ancienne que Lucius invoque ce sors afin de se trouver cerné d’un mana de flammes pures.  Le corps de ce dernier est en contact direct avec un feu qui ne lui fera nul mal.  C’est donc ainsi que Lucius devient alors un être de flammes mortel pour tout opposant, il ne craint aucune attaque ignée basique contre sa personne lorsqu’il est sous cette forme.  Les pellicules de mana absorbent les plus faibles attaque sans aucun effort.  Lorsque la puissance magique de son opposant est égale à celle de notre cher prince, le danger est éminent, cependant il est possible de le maîtriser à force de concentration afin de repousser le feu rival par le sien.  Si la puissance du mage est supérieur, alors ce sort n’offrira qu’une protection temporaire…

Flammes infernales – Rang D
«Puissance purificatrices, élancez-vous pour moi. Dévorez»
Il s’agit là d’un des premiers sors qui fut enseigné par Atrée à Lucius.   Plus notre prince possède à sa disposition d’énergie magique, plus l’étendue de ce sort est vaste.  Il s’agit de toute évidence d’un sort dangereux puisque la moindre flamme qui entre en contact avec un combustible, celle-ci ce multiplie sur le corps en question jusqu’à combustion totale.  L.incendie produit par se sort ne peut qu’être éteint grâce à une magie Aquarienne, Terrienne ou Aérienne de puissance équivalente.  Il est donc primordiale que l’ennemie soit toujours parfaitement ciblé afin d’éviter tout dommage collatérale.  En insufflant une faible quantité de mana, ce sort peut simplement service à allumer une bougie ou brûler une faible étendue.

Mer de flammes – Rang C+
«Mes pleures seront les flammes de la haine»
Voici la preuve incontestable que ce cher Lucius possède bel et bien le sang d’Iskandar d’Ignis en lui.  Ce sort démontrant la véritable puissance de la magie du feu et du sang Ignisien.  D’immenses vagues de  flammes, tel un véritable tsunami,  prennent forme avant de s’abattre sur quiconque osent s’opposer à notre cher Lucius.  Plus le magicien est puissant, plus il possède un maitrise de sa magie… plus ce sort s’accroit en vitesse et puissance.

Souffle du dragon – Rang ?
«Que de mes entrailles jaillisse ma furie»
Ce sort demande une grande discipline de la part du magicien.   Utilisant non seulement la mana de Lucius afin de créer les flammes dévastatrices, ce sort demande le souffle même de ce dernier afin de soufflé les flammes.  Il s’agit ici d’un sort qui demande d’être à proximité de l’opposant afin de bien faire effet puisque la distance et la durée des flammes vont selon le souffle de Lucius. La puissance de ce sort n’est point sans danger, car l’utilisation du souffle du prince exige une grande discipline et maîtrise afin de ne pas perdre connaissance dû à un manque d’oxygène.  

Éruption - Rang C
«Lumière des profondeurs, dévore les éléments »
Un sort inspiré par les volcans à l'est du pays du feu, il fait surgir du sol plusieurs colonnes de flammes autour d'un point précis.Lucius peut décupler la puissance de ce sort en créant des colonnes de feu plus hautes que des tours de guet.

Brasier – Rang E
«Brûle tous les éléments»
II serait sans doute la honte d’Ignis si Lucius ne connaissait pas ce sort de base.  Il s’agit là d’un premier sort de feu enseigné aux enfants dont la particularité et ses effets varient selon la quantité de magie utilisé.  Capable d’allumer des bougies, un feu de cheminée et de faire brûler du foin, avant le talent et la puissance adéquate ce sort possible aussi la possibilité d’incendier un être humain.  Ce sort de déclenche au contact ou à très faible distance.
.


Influence et Relations :

Voici ici devant vous Lucius Lionel Aiden d’Ignis, 7ième prince héritier au trône d’Ignis.  Il s’agit ici, comme vous pouvez sans doute vous en douter, d’un homme possédant une certaine influence sur les terres du feu et même au-delà.   Notre cher Lucius est reconnu comme étant un homme fort particulier, aux opinions parfois divergentes de celle de ses frères et sœurs.   Reconnu comme étant un diplomate possédant une main de fer, cette réputation fut forgée lors de ses débuts en tant que prince d’Azaïr.  Plus le temps passe, plus ce dernier devient un personnage influant et cela  bien au-delà de la province d’Azaïr.  Certes, nombreuses idéologie de celui-ci ne sont point révélé au grand public, mais pour ce qui est de sa façon de diriger la province d’Azaïr, notre prince n’a rien à envier aux autres.  Bien au contraire, lorsqu’on considère les accomplissements de Lucius en ce qui concerne l’état et la réputation de la province d’Azaïr avant et après que ce dernier ait prit la province en charge… nombreux voient Lucius comme étant un grand homme.


Le succès de Lucius en tant que politicien n’est pas seulement dû au nom qu’il possède.  Étant un homme charismatique et brillant, ce dernier sait convaincre les gens.   Lorsque les paroles ne suffisent pas, il sait laisser place à la furie d’Ignis, faisant ici de Lucius un homme que certains craignent.  En tant que prince héritier au trône, le nom de Lucius d’Ignis est déjà fort connu à travers la nation du feu, toutefois l’opinion que les gens ont de celui-ci varie grandement.   Avec le sang d’Ignis vient aussi les nombreux liens familiaux…


Iskandar d’Ignis

De tous les enfants d’Iskandard, Lucius est sans doute celui qui possède la plus complexe de relation, ou du moins elle est située parmi les plus complexes.  Leur histoire commune avec la tragédie et la rébellion en Azaïr.  Par le passé Lucius a sans aucun doute donné à son père l’impression d’être un homme faible pour avoir laissé les choses arriver en Azaïr.  Il s’agit ici d’une tragédie qu’il aurait sans doute pu prévenir si notre jeune prince avait été à l’époque un peu plus comme son père.    Il est parfois difficile de bien comprendre comment Iskandar perçoit son fils, sans doute fut-il un peu déçus par celui-ci, par la faiblesse qu’a su démontrer le sang de son sang.  Notre jeune prince à du donc refaire ses preuves auprès du roi en lui demandant d’épargner Kaede.   Lucius à su démontrer à son père que malgré son instant de faiblesse, il était un homme intelligent, puissant et qu’il était capable de trouver la force d’agir pour ses conviction.   Cependant cette requête est la seule faveur que Lucius pourra demander à son père et à la prochaine incartade, il est fort probable que Lucius y perdre gros.

Notre jeune prince perçoit son père comme étant un homme fort complexe, aux nombreux visages.   Il doit se l’avouer, la force d’agir, la capacité d’être à la fois bon et dur, Lucius est tout comme son père.  La faiblesse qu’il a démontré par le passé, Lucius a su la conquérir et surpasser cette montagne.  Chaque jour fut un combat, non seulement pour la province d’Azaïr ou son titre, mais aussi afin de prouver à son père qu’il n’est point l’être faible qu’il peut croire.  Certes il est claire qu’Iskandar possède une certaine estime de son fils, sinon il lui aurait retiré son nom, son titre, des droits et qui sait… la vie.  Il n’a pas un seul jour où il ne songe pas la discussion qu’il a eu avec son père à propos de Kaede.   Lucius doit donner raison à son père, il est sans doute le plus grand responsable pour les événements qui se sont produits.   Il cherche donc à prouver à son père que la véritable force n’est pas chez un homme qui n’a jamais tombé, mais chez un homme qui a su se relever.  

 
Kaede d’Azaïr

La charmante Kaede qui a su voler le cœur de notre prince… bien que très platonique.  Leur relation a eu nombreux haut et bas, surtout depuis la tragédie de Yaegahara.  Lucius fut toujours à l’écoute des conseils de sa cousine et il le sera sans doute toujours.  Avec le temps, Lucius a su voir que son amour pour sa cousine est sans doute rien de plus qu’une fantaisie qui ne se réalisera jamais.   Cela n’empêche qu’il ne peut tolérer de la voir souffrir.   Kaede est pour Lucius  à la fois sa plus grande faiblesse et sa plus grande force.   Certes avec le temps qui passe, notre jeune prince a su apprendre à ne pas trop devoir se fier à sa cousine, faisant de lui un être bien plus fort.  À chaque jour qu’il passe notre protagoniste regrette de ne pas avoir agi plus tôt envers son frère et ses cousines… il aurait pu épargner nombreuses souffrance et un bain de sang.   Bien qu’elle ne soit plus son chevalier, officiellement,  Lucius est toujours à l’écoute de sa cousine à travers qui la sagesse de son oncle transparait.

Pour elle Lucius à jouer la seule faveur qu’il pourra recevoir d’Iskandar, pour elle il a failli y perdre son honneur, mais il ne regrette pas cela.   Son seul regret est que sa faiblesse a causer tant que souffrance chez sa cousine.   Le respect entre Kaede est Lucius est mutuel, les deux êtres possède un fort estime l’un de l’autre et son toujours aussi complice lors de leur moment un peu plus intime.  Certains disent que Kaede manipule un peu notre prince, qu’il est du genre à laisser passer tous les caprices de cousine.  Certes, son amour pour celle-ci le rend sans doute un peu plus indulgent envers elle, cependant il est loin de laisser tout passer… du moins depuis les dernières années notre prince est devenu nettement plus fort et ferme… capable de voir la logique et le bon sens avant l’amour.  Par ailleurs, notre prince est sans doute l’un des rares êtres de ce monde capable d’exercer autant d’autorité sur Kaede sans avoir besoin de la dominer par la peur ou sa puissance.  Elle ne conteste nullement l’autorité du prince et celui-ci n’abuse pas de cette situation.

Les deux êtres sont capables de se comprendre sans avoir besoin de prononcer le moindre mot.  Avec un seul regard Kaede et Lucius se disent ce que mille et un mots n’arriveraient jamais à bien expliquer. Étant un être très sensible à l’intérieur, Lucius ce doit de porter un masque de fer face au monde.   Seule sa tendre cousine sait voir derrière le masque de notre cher prince.   Lorsque le monde semble être trop sombre, elle est la lumière dans l’obscurité.  Lorsqu’il songe à l’avenir, aux défis et échelons qu’il doit passer afin de prendre la tête d’Ignis… il sait qu’il peut toujours compter sur sa cousine.


Térence d’Ignis

Le jeune frère de notre cher prince… leur relation à bien changer entre les deux êtres depuis quelques années.    Parmi ses frères et sœurs, il s’agit sans doute de celui qui est le plus passionné par la province sous la gouvernance de notre cher Lucius.  Cette appréciation mutuel pour la culture Azaïrienne fut sans doute ce qui les a jadis le plus rapproché.  Toutefois, depuis les tragiques évènements que furent le viol du jeune Térence… le jeune homme a depuis succombé à la folie.  Cela n’empêche que notre cher Lucius aime toujours son frère et souhaite le voir retrouver une santé mentale… bien que cela est fort improbable.  La folie a su consommé son esprit tel une flamme consomme une bougie et très peu de jeune homme qu’il a jadis connu demeure encore en lui.   Il arrive à Lucius de prendre des nouvelles de son frère à l’occasion, cependant chaque nouvelles semble plus terrible que la précédente.

Lucius écrit parfois à son frère, ses lettres comprennent nombreuses descriptions d’Azaïr.   Malgré la folie, la fascination pour la contrée de l’Est de Térence ne semble pas s’être éteinte… il s’agit là sans doute d’une des rares parties de l’esprit de Térence que Lucius reconnait encore du jeune homme qu’il a jadis connu.  Leur relation se complique un peu en partie dû à l’affection qu’éprouve Térence pour leur cousine… mais notre cher Lucius ne peut point le blâmer… car lui-même éprouve de fort sentiment pour l’une de ses cousines.   Il comprend donc ce que peut ressentir son frère… ou du moins il croit être capable de comprendre.   Avec l’esprit de Térence qui semble le quitter jour à jour, il est devenu fort difficile de bien comprendre le jeune homme.


Octavia d’Ignis.


Les bonnes relations semblent être une chose un peu rare entre les frères et sœurs possédant le sang d’Ignis… ou du moins les relations qui ne se complique pas trop.   En ce qui concerne la charmante et excentrique Octavia, il s’agit ici d’une des rares personnes avec qui la vie n’a pas sembler avoir trop compliqué les choses.   L’amour et le respect que possède Lucius pour sa jeune sœur n’est pas seulement dû au fait qu’elle possède le sang d’Iskandar ou bien qu’elle soit la 5ième princesse d’Ignis.  Les deux êtres possèdent l’un pour l’autre un respect mutuel et une relation très amicale.   Certes la vie ne fait pas toujours en sorte que les deux êtres ont l’occasion de passer bien du temps ensemble, cependant lorsqu’ils leur arrivent de se croiser, cela rend toujours Lucius fort heureux de revoir sa sœur.   Il n’a jamais vraiment perçus Octavia comme étant une rival au trône, mais plutôt comme une alliée potentiel.   Malgré la charmante réputation de celle-ci d’une femme plutôt irresponsable aux humeurs fluctuante, d’être  une demoiselle sauvage et violente… Lucius voit tout de même en elle une magnifique jeune femme forte et intelligente.

Il doit avouer qu’il envi un peu la façon dont la région sous sa sœur se porte… mais en même temps lorsqu’il songe à situation dans laquelle Azaïr fut jadis… il se dit qu’il n’a sans doute rien à envier à personne.   Il possède une certaine affection pour sa jeune sœur et est toujours prêt à l’aider ou lui offrir conseil si désiré.  



Elwen d’Ignis.


 Lucius n’est sans doute pas le seul de la famille à posséder une relation relativement compliqué avec Elwen.   En elle il voit une jeune femme forte dont il est difficile de renier qu’elle est belle et bien du sang d’Ignis.   Tout comme notre prince… sa jeune sœur est l’enfant d’une des nombreuses maitresses de leur paternel.  Celle-ci semble porter difficile dans son cœur ses frères et sœurs dû à cela… toutefois ce point commun est sans doute ce qui a permis à Lucius de se rapprocher un peu plus d’elle.  Certes, bien qu’ils possèdent le même sang et ont grandis en partie ensemble, cela ne veut toutefois pas nécessairement dire qu’il peut lire Elwen comme un livre.   Elle demeure à ses yeux une demoiselle tout de même mystérieuse.     Notre jeune prince tente toutefois de s’en rapprocher, de souder les liens entre elle et possiblement le reste de la famille.

Certes, avec le passé de notre cher Lucius, il arrive à comprendre à quel point il peut être difficile de porter le nom d’Ignis, de démontrer un visage fort sans aucune faiblesse.  Certes de nos jours Lucius n’est pas l’être aussi tendre qu’il était par le passé, devenu nettement plus féroce.  Cependant, cela n’empêche  que Lucius tente de démontrer une certaine gentillesse envers Elwen.  Il ne faut toutefois pas croire que cela est chez lui un signe de faiblesse, mais il est toutefois plus facile de mieux connaître une personne en approchant celle-ci un peu plus amicalement.   N’allez pas croire qu’il tente de possiblement utiliser sa sœur… mais avec ce que l’avenir risque de réserver, il est toujours préférable d’avoir plus d’amis que d’ennemies.


Mongke Enq.


  Que dire de Mongke.  Depuis le départ de Kaede, celui-ci est devenu le chevalier au service de notre prince.  Il s’agit ici d’un homme de peu de mot, cependant lorsqu’il prend la parole chaque mot porte son poids.  Il s’agit d’un homme brillant qui, s’il n’avait pas été aussi bien éduqué dans l’art du combat, aurait sans doute fait un politicien formidable… ou en une autre terre un philosophe.   Enfin il s’agit ici de l’opinion que possède notre prince de celui-ci, toutefois Mongke n’arrive pas à ce voir comme étant un homme de décision, il se voit difficilement prenant part à la vie politique d’Ignis.  Ce dernier se voit comme étant une lame bien éduquée au service du prince.   C’est ainsi que fut son éducation, c’est ainsi que le veut la tradition familiale.  

Lucius apprécie grandement la fidélité de celui-ci, bien qu’il lui fut toutefois fort difficile pour lui d’avoir à son service un autre chevalier après le départ de Kaede.  Dans le cœur de notre cher Lucius personne ne peut remplacer sa cousine et en ayant Mongke à son service, il ne cherchait nullement à la remplacer.   Notre prince demeurait au départ relativement distant de celui-ci, l’utilisant que pour les fonctions les plus élémentaires.   Ce cher Mongken c’est montré fort patient avec notre prince, ne tentant nullement d’être perçu comme étant un remplacement à la dame d’Azaïr, une dame qu’il respecte énormément.   Celui-ci sait très bien qu’il ne possédera jamais la même importance, mais là n’est pas son but. Le chevalier possède un grand respect pour la famille d’Azaïr, à Kaede et au défunt Atré.

Né à Yuanjun, un village situé à l’Ouest de Ha Long, celui-ci fut éduqué et formé afin de servir un jour la famille d’Azaïr tout comme l’a fait son père.  Il s’agit d’un homme possédant en lui la fierté d’Azaïr et le mystère de cette magnifique contrée.   Il s’agit ici d’un homme mesurant 1m78 et quelques poussières.   Sous son armure Azaïrienne, celui-ci est très athlétique… nombreuses cicatrices recouvre son corps dû à son éducation plutôt brutal dans l’art du combat.   Sa vision fut affectée lors de la bataille de Yaegahara, là où il a perdu son œil droit, un point qu’il ne mentionne nullement à qui que ce soit… connaissant les dangers.   Celui-ci raconte qu’il s’agit d’un accident lors d’un entrainement.   Il ne saurait servir un autre membre de la famille d’Ignis, car celui-ci possède une certaine animosité envers ceux-ci.  Certes, il garde le tout pour lui, il s’agit tout de même de la famille de Lucius.   Cependant, si le prince lui demandait de prendre les armes contre Ignis, celui-ci le ferait avec plaisir.   Il parle d’ailleurs très peu de lui-même… son âge ou les détails de son passé furent très rarement un sujet de discussion avec le prince.








"Récits"

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 7
Age : 26
Métier : 7ième prince d'Ignis
Points Histoire : 0
Sam 1 Mar - 21:43
Histoire

Chapitre I – La faiblesse des hommes

Il est fort probable que les scribes vont écrire de glorieux textes à propos de la dominance d’Ignis à Yaegahara, qu’ils vont peindre en mots Atrée comme étant le plus grand traître de l’histoire de la nation. Certains disent que l’histoire est le plus grand juge d’une vie… Cependant Lucius sait très bien que la façon dont l’histoire peint le monde ne dépend pas toujours du scribe, mais de la personne au pouvoir. Si la bataille de Yaegahara avait tourné autrement, il est fort probable que l’histoire aurait peint un portrait d’Atrée comme étant un héros et un révolutionnaire. Enfin cela importe peu en ce moment, car en ce jour l’avenir et l’histoire de la dame d’Azaïr sont en jeu. Prisonnière de guerre, la fille d’un traître qui a elle-même pris les armes contre la nation du feu… est-ce que ce genre de personne possède un véritable avenir en ce monde ? Cependant il y a tout de même de l’espoir pour elle, car en ce jour le jeune prince Lucius d’Ignis plaidait face au roi, son père, pour la liberté et la vie de sa cousine.

Cette audience est demeurée privée, certes, nombreux auraient bien aimé ajouter leur grain de sel à la discussion, cependant le tout ne regardait qu’Iskandar et Lucius. Il n’y a aucun doute dans l’esprit de notre prince, cette révolution aurait pu être arrêtée avant même d’avoir débuté, il avait été faible. Le visage froid du roi d’Ignis n’affichait aucune émotion, une figure flegmatique et puissante. Face au roi, le prince, dont la figure était nettement moins fière qu’à l’habitude. Cependant, ce n’était pas le moment de s’apitoyer sur son sort, démontrer encore plus de faiblesse ne résoudrait rien. Certes  face à son père, Lucius ne pouvait pas se permettre d’être tel un redoutable lion et faire preuve d’une intense furie… cependant il n’était pas non plus un mouton. Lucius ne pouvait certes justifier les actions d’Atrée… car celles-ci parlaient d’elles-mêmes. Il se devait toutefois de se battre pour Kaede…

« Je ne suis pas ici pour défendre les actions d’Atrée… ou de Kaede… car celles-ci ont parlées d’elles-mêmes et je ne saurais les justifier…»

Les prunelles du prince étaient posées sur le visage de son père, le regard de Lucius ne masquait rien. Celui-ci n’affichait pas le désespoir, car si cela avait été le cas, cette bataille aurait déjà été perdue avant même d’avoir débuté. Il ne montrait de lui que la flamme qui l’habitait… ou du moins c’est ce qu’il tentait d’afficher. Le ton sérieux dans la voix de celui-ci affichait l’importance de ses mots, chacun pesé et calculé.  Sa voix ne tremblait pas, il n’affichait aucune crainte. Il savait à qui il faisait face… il savait que démontrer le moindre signe de faiblesse et de peur face à un lion est ce qui ferait de lui une proie. Suite aux mots de Lucius, la parole d’Iskandar se fit alors entendre.

« Les actes d’Atrée parlent d’eux-mêmes… cependant c’est ton manque d’action face à celle d’Antarès qui ne peut être disculpé. »  

La voix de celui-ci résonnait dans la salle.  Il parlait certes calmement, cependant derrière ce voile la puissance des flammes d’Ignis était bien présente.  Le feu ne dormait pas, il était simplement sous le contrôle d’Iskandar.   Certes Lucius aurait dû faire preuve de sagesse… il aurait dû arrêter son frère. Si seulement Lucius était intervenu, tant de sang et de vies aurait été épargnés... Pourtant  malgré tous les désirs de celui-ci en ce jour, nul ne peut changer le passé. Lucius avait été faible… c'était pour lui impardonnable et même si son père et les autres étaient suffisamment généreux pour le lui pardonner… il ne saurait se pardonner lui-même.  Il est tombé de haut… il a connu ce que c’était, que d’être faible.

« Mon manque d’action fut mon plus grand moment de faiblesse et je ne vais nullement demander pardon pour cela… »  Lucius fit une courte pause alors que devant lui le grand Iskandar d’Ignis attendait la suite du court monologue.  Impossible de savoir si celui-ci était surpris ou non du fait que son fils ne demande aucun pardon pour sa faiblesse : le visage du roi n’affichait aucun signe indiquant l’effet des paroles de Lucius.  « Je vous demande seulement de rendre la liberté à Kaede, car si je n'avais pas été faible ce jour-là, rien de cela ne se serait produit… »

« Cela n’empêche pas qu’elle a trahi Ignis, il ne s’agit pas ici d’une faute que je peux pardonner.»

La trahison, existe-t-il un plus haut crime ? Dans n’importe quel contexte, il n’existe sans doute plus grande offense que l’infidélité. Kaede avait pris les armes contre Ignis au côté de son père, ce qui l’attendait était soit la mort ou une vie misérable dans un cachot. Ce n'était pas une vie pour elle… Lucius ne pourrait tolérer de voir sa cousine… sa tendre Kaede souffrir ainsi.  Certes elle s’était rebellée contre sa famille, cependant l’affection qu’éprouvait Lucius pour elle… il ne saurait se pardonner le mal qu’il pourrait causer à celle-ci.

Les minutes ont passé alors que Lucius plaidait pour la remise en liberté de Kaede, ce dernier faisait ici preuve de force dans ses mots, il affichait ses convictions et tentait de faire entendre raison à son père… cependant les raisonnements logiques et politiques n’arrivaient nullement à bout.  

« Pourquoi tiens-tu autant à la vie d’une traîtresse ? »

Voilà ici la véritable question. Pourquoi se battre pour elle ? Il était évident qu’aucun homme ne se battrait autant pour la vie d’autrui pour des raisons politiques. Certes Kaede était une figure importante au sein d’Azaïr… mais toute révolution que sa mort pourrait causer serait rapidement contenue par Ignis. Ce qui poussait notre jeune homme à se battre autant n’était pas ici une question de politique ou même pour son honneur ou la mémoire d’Atrée, ce qui donnait à Lucius sa puissance et sa conviction était Kaede elle-même et l’affection qu’il éprouvait pour cette dernière. Le prince demeura silencieux durant un moment. Il n’est jamais facile d’avouer ses sentiments, surtout pas dans une situation telle que celle-ci… cependant c'était sans doute la seule solution.

« Elle m’apporte tant de joie… la voir ainsi détenue m’est douloureux… je ne sais pas comment vous l’expliquer père… » Le prince fit un pause, cherchant les bons mots afin d’expliquer ses sentiments, si cela existait. « Je ressens pour Kaede bien plus que l’affection qu’il serait correct d’éprouver. »


Il savait très bien qu’il n’était pas correct d’aimer d’une telle façon sa cousine, surtout suite aux évènements qui s'étaient produits. Cependant, le cœur a ses raisons et il est possible qu’Iskandar serait dans la mesure d’entendre raison ainsi, si un homme était capable de comprendre ce genre d’amour c’est bien lui.  Notre prince observa la réaction de son père… Les deux hommes croisèrent leurs regards. Le silence s’était une fois de plus installé durant un instant. Puis comme attendu, la voix d’Iskandar se fit entendre à nouveau.

« Qu’il en soit ainsi… je te fais ici une faveur… mais sache qu’il s’agit de la seule qui te sera accordée. »

Sans rien ajouter, Lucius pencha légèrement la tête en guise de remerciement et en signe de respect… le cœur maintenant plus léger, sachant que sa tendre cousine pourrait revoir la lumière du jour et sentir une fois de plus les parfums du monde.


Chapitre II – Le chant du dragon

La glorieuse terre d’Azaïr, voilà que depuis la trahison d’Atrée contre Iskandar celle-ci semblait être sous un sombre nuage.  Cette magnifique terre exotique était en ce jour perçue comme le dominion d’un traître. Nombreux étaient divisés quant à la question de son avenir et nombreux questionnaient tout bas le droit de Lucius d’Ignis sur celle-ci. Certes, nul n’aurait trop contesté publiquement son pouvoir, craignant la furie des flammes de la famille du prince, toutefois ceux-ci mettaient au défi l’autorité du jeune homme. Le jeune prince n’était certes sans doute pas le plus expérimenté dans le domaine, mais il était un homme passionné. Il s’agit ici d’une contrée qui l’a vu grandir, d’un coin de pays qui faisait autant partie de son être que le sang de son propre père. En cette après-midi, nombreux gens influents et maîtres de terre furent cordialement invités afin de discuter l’avenir d’Azaïr. Au sein de sa noble demeure, Lucius discutait depuis quelques heures de l’avenir de la contrée sous son règne.  

Le jeune homme écoutait attentivement les divers discours de l’aristocratie azaïrienne, leur suggestions et même leurs quelques conflits interpersonnels, intervenant à l’occasion afin d’offrir une réplique ou de mettre un terme à une dispute. Certes, notre jeune homme ne faisait que débuter dans l’art d’être un diplomate et il se devait de faire ses preuves. Par moment certains remettaient presque en question l’autorité de celui-ci. Assis sur sa chaise, faisant face aux divers hommes de son assemblée, notre jeune prince ne démontrait aucune émotion. Son attention était autant sur les mots dits que les sous-entendus, sachant que la franchise n’est pas toujours le point fort de certains.

« Azaïr est dans un état pitoyable… nombreux songent presque à une révolte. » prononça un seigneur.

« Sans doute des hommes fidèles à Atrée !  Ce qui explique bien des choses, n’est-ce pas ? » répliqua un autre en accusant un autre.  

On prononçait de nombreuses paroles et suggestions sur ce qui devait être fait en ce qui concernait quelques « rebelles » disséminés dans les quatre coins du pays, des survivants et fidèles à Atrée. Certains défendaient le défunt, d’autres maudissaient son nom. Certes, en tant que fils d’Iskandar notre cher Lucius comprenait ce que les « patriotes » pouvaient ressentir, mais il savait aussi qu’Atrée avait une noble vision pour l’avenir d’Azaïr.   Entre les deux mondes, Lucius devait peser le pour et le contre. Il ne pouvait glorifier Atrée, mais il ne pouvait pas non plus le damner. Il s’agissait d’un homme qui l’avait pratiquement élevé comme l’un de ses propres enfants. D’ailleurs, c’est ici l’une des principales raisons pour laquelle certains hommes présents en ce moment avaient un peu de difficulté avec le prince. Ils ne savaient nullement comment définir Lucius.  Les langues fourchues des aristocrates essayaient d’empoisonner l’esprit du prince, lui susurrant de belles paroles, maudissant un autre dans le simple but de dominer. Il avait su écouter les rumeurs à propos de certains. Le prince était certes nouveau à ce jeu, mais il possédait ici toute les pièces nécessaires afin de bien y jouer.  Croient-ils vraiment que ce qu’ils se disent entre eux en toute confidence ne finit pas dans le creux de l’oreille de Lucius ?  

« De nombreux quartiers de Maruyama furent depuis trop longtemps abandonnés, oubliés… Les taxes chez les plus prospères seront donc augmentés de 20% afin qu’il nous soit possible de reconstruire et d’améliorer la qualité de vie de ces quartiers. »

La sombre voix du prince résonnait alors que les membres de l'audience écoutaient ses paroles. Inébranlable, sa froideur démontrait son autorité et aucune crainte face aux possibles répliques.  De nombreuses expressions de choc, certaines de colère, mais il devait s’y attendre. Ils n’ont nullement envie de donner aux pauvres, car à leurs yeux c'était là des gens faibles, de la vermine sur leur terre qui ne mérite rien. L’un des seigneurs locaux se leva de sa chaise, faisant face à Lucius. L’expression sur la figure de ce dernier démontrait sa furie, sur son crâne chauve quelques gouttes de sueur apparaissaient alors qu’il gueulait furieusement sa réplique.

« Une augmentation sur nos taxes !? Pour des rats?  Absolument ridicule ! Je refuse une telle augmentation, comment croyez-vous qu’ils nous sera possible de vivre et prospérer ? »  

« Il ne s’agissait pas d’une suggestion, mais de ce qu’il sera fait, seigneur Feng. »

La réplique du prince ne fit que rendre l’homme encore plus furieux. Nombreux dans la salle lançaient de sombres regards au prince, d’autres un peu inquiets. Voilà que notre jeune homme ne suggérait pas, mais dictait leur avenir. Quelques mots furent échangés entre les divers hommes présents en réplique aux paroles du seigneur Feng et de Lucius, toutefois notre prince ne leur offrit nulle réponse, son attention reposait sur le seigneur qui avait osé s’opposer à lui. Le crâne chauve du seigneur était brillant, reflétant la lumière ambiante sur la sueur sur son front. Colérique il éleva la voix :

« Il ne s’agit que de vermines, c’est à croire que vos séjours avec Atrée et sa famille vous ont rendu aussi faible que lui ! Nous écrasons la vermine pour le nom et la puissance d’Ignis ! »

Voilà que le seigneur insultait publiquement Lucius. Certes le prince aurait pu revenir sur ses paroles, plier face à ladite logique du seigneur, surtout lorsque nombreux semblaient être d’accord avec celui-ci.  À quoi bon aider les rats ? Mieux vaut simplement les écraser ou les déporter ! Cependant, Lucius ne pouvait nullement laisser les paroles du seigneur simplement glisser. L’insulte était non seulement envers le prince, mais aussi envers la mémoire d’Atrée. Un débat intérieur entre les deux mondes, celui d’Ignis et celui d’Azaïr. Notre cher Lucius ne pouvait nullement démontrer à quel point voir un être ternir la mémoire d’Atrée l’affectait. Cet homme avait une vision pour l’avenir de Lucius, pour l’avenir d’Ignis et d’Azaïr. Calmement, le prince posa ses mains sur la table devant lui et se leva. La prunelle bleue de Lucius ne démontrait nul chagrin, nulle crainte. Les flammes qui l'habitaient brillaient à travers ses yeux alors que son visage demeurait froid et sérieux. L’échange de regard entre les deux hommes était une bataille pour la domination.

« La puissance d’Ignis est aussi grande que son point le plus faible... Sans ceux que vous appelez des rats, vos terres ne seraient pas cultivées… A moins bien entendu que vous ne comptiez planter vos récoltes vous-même, seigneur Feng… »

L’homme n’osa point offrir de réplique et ne fit que s’asseoir à nouveau. La salle qui était il y a de cela un moment remplie de diverses rumeurs avait maintenant laissé la place au silence. L’éducation ignisienne de Lucius aurait pu le pousser à voir les pauvres comme des rats, des esclaves sans véritable valeur. Cependant celui-ci avait appris que la véritable valeur d’une nation ne vient pas de ses coffres royaux, mais de ses habitants. La nourriture sur sa table, les pierres de sa demeure, ses vêtements… Tout cela n'était rendu possible que grâce aux travaux collectifs des gens de classes « inférieures ».  De retour à l’ordre, Lucius s’était assis à nouveau sur sa chaise avant d’annoncer le prochain point de discussion.

« À moins que l’un de vous ne souhaite ajouter quelque chose… Je propose que l’on aborde la questions de nos exportations. »

Certains se sont sans doute un peu mordu la langue, d’autres craignaient que le calme de Lucius ne soit que le calme avant la tempête. La furie du sang d’Ignis était bien en lui, heureusement ce dernier maîtrisait bien cette flamme. Celle-ci était réputée pour consumer l’esprit de ceux qui la portent. La flamme d’Ignis possède deux facettes, elle est autant une bénédiction qu’une malédiction.

Chapitre III – Le calme après la tempête

Nul n’est plus seul que celui qui regarde le monde tout en haut de la montagne. Azaïr, ô si glorieuse par son passé n’est plus en ce jour la terre qui a vu grandir notre prince d’Ignis. Le départ d’Atrée a su attrister le cœur des Azaïriens, dont celui de Lucius. Certes il est d’Ignis de nom, mais son cœur appartiendra toujours à Azaïr.   Voilà que devant lui le monde s’ouvre, les terres de la contrée qu’il a tant adorée lors de son enfance lui appartiennent, mais à quoi bon avoir tout cela si elle ne peut être partagée avec celle qui lui est si chère. Les prunelles bleues du prince semblaient si vides en cette nuit d’été alors qu’il observait à l’horizon avec espoir d’y voir un messager lui apporter des nouvelles de Kaede. De nombreuses rumeurs sont venues aux oreilles du jeune prince en ce qui concerne sa tendre cousine, certaines lui racontant une charmante vie pour cette dernière, d’autres nettement plus sombres. Toutefois, il ne s’agissait là que de rumeurs, aucun fait réel, des ouï-dire venant de près ou de loin, sans doute faux pour la plupart. En qui pouvait-il avoir véritablement confiance ?  

Certains diront qu’il est sans aucun doute l’un des enfants d’Iskandar les plus choyés : les terres d’Azaïr lui furent données, toutefois lorsque chaque recoin de la province, chaque parfum et mélodies qui l'entouraient n'étaient que des réminiscences d’un passé plus heureux et de tragédies, il était difficile d’y voir tout le bon côté. Certes Lucius était bon pour le peuple et a déjà mis en place de nombreux plans afin de redonner à Azaïr sa glorieuse réputation, mais il demeure que le nom d’Ignis n’est pas prononcé des plus sympathiquement par certains Ignisiens. Nul n’oserait parler en mal publiquement du jeune homme, mais le prince de l’Est  devait forger son nom en ce monde.  

Il avait jadis une figure si douce et tendre, voire presque un symbole d’innocence, mais si la vie possède une leçon c’est que l’innocence n’est qu’une illusion, un jour ou l’autre le masque se brise et le véritable visage du monde apparaît. Seul, le regard sur l’horizon, celui-ci se souvenait  du départ de Kaede, de la dernière fois où le prince de l’Est avait posé son regard sur le magnifique visage de sa cousine. Il avait tant plaidoyé devant son père afin que la liberté soit rendu à sa cousine et lorsque la raison ne fut point suffisante afin d’offrir de nouvelles ailes à Kaede, Lucius n’avait nul autre choix que de révéler ses sentiments pour sa cousine. La mémoire de cet évènement était toujours aussi vive dans l’esprit de Lucius, l’expression sur le visage de son père lorsqu’il avait ouvert son cœur, était gravée dans sa mémoire et seul une défaillance de son esprit ou la mort pourraient lui dérober ce souvenir.  

Les jours passaient, mais le vide ne semblait pas se remplir. Entre deux mondes, il était tel un funambule marchant sur un rasoir, tomber d’un côté ne ferait que le séparer à tout jamais de l’autre. Les affaires politiques étaient devenues sa routine. De nombreuses rencontres avec les seigneurs locaux afin de discuter de l’avenir d’Azaïr furent quelques uns des coups de marteaux pour forger un masque de fer à son visage. Ce masque tombait seulement lors de ses moments de solitude.  

Voilà que le jeune garçon qu’il fut jadis était devenu un homme. Son corps si vulnérable face aux temps avait bien changé depuis. Alors que jadis celui-ci n’était pas plus haut que trois pommes, un jeune être courant dans les champs tout en riant joyeusement, voilà qu'il montrait aujourd'hui un visage plus sévère aux yeux de tous. Son jeune corps s’était transformé, ses muscles étaient devenus plus fermes et plus définis. Toutefois la chevelure ébène et bouclée de Lucius demeurait. Les longs doigts du prince passait entre ses boucles sombres, poussant derrière son on oreille une mèche rebelle. Il se remémorait sa cousine et du jour où il l'avait libérée de prison après les longues négociations avec son paternel. Le souvenir du tendre sourire de sa cousine le fit presque pleurer. Son esprit fit un saut dans le passé, il revoyait le visage de Kaede, entendait une fois de plus sa voix.

« Lucius ! » lui avait-elle dit avec tant de joie dans sa voix alors que les yeux de la charmante Kaede s’étaient posé sur le visage de notre Lucius.

Il était là dans l’entrée de la prison, la lumière derrière lui faisait en sorte que son ombre se dessinait tout en bas. Cela faisait plus d'un mois qu’il n’avait pas vu le visage de sa cousine.  

« Mais elle n’est pas muette l’impudente ! » s’était exclamé le cher Kenji.  

En effet, elle n’était pas devenue muette, toutefois le son de sa voix démontrait clairement qu’elle était demeurée silencieuse durant une longue période. S’étant rapproché tranquillement de sa cousine, son parfum naturel remplit les narines de Lucius. Il fit glisser ses doigts le long de la joue de sa cousine, admirant le magnifique visage de celle-ci.

« Kaede… » dit-il tendrement.  « Je suis désolé, tellement désolé, le Roi m’avait interdit de te rendre visite… Mais c’est fini, maintenant, j’ai obtenu ta libération ! »

Certes, obtenir la libération de celle-ci n'avait pas été chose facile, celui-ci avait sans doute obtenu la seule faveur qu’il aurait de la part de son père.  Les prunelles bleues de notre jeune homme tentaient de bien percevoir celles de sa cousine, mais la prison mal éclairée ne lui offrait pas la meilleure vue. Cela n’empêchait nullement qu’aux yeux de Lucius, la tendre Kaede demeurait sans aucun doute la plus magnifique femme qu’il ait jamais connu. Enfin, il eut rapidement le plaisir de voir celle-ci sous la lumière du monde extérieur en lui offrant enfin un air frais qu'elle n'avait pas respiré pendant de longues semaines. Certes, ce n'était pas l’air d’Azaïr, toutefois c'était toujours mieux mieux que les odeurs fétides de la prison. L’air moisi de l’endroit était par moment sans aucun doute plus difficile à supporter que le fait d’être enfermé.  

Les deux jeunes êtres échangèrent quelques mots tout en ce dirigeant vers les logements. Ils suivaient Kenji qui menait la marche.

« Il est indispensable afin de conserver une relation… comment dire, en meilleur terme possible, avec mon père de se présenter à lui afin de le remercier de son indulgence pour ta libération… »

« Ce n’est qu’une manière supplémentaire de m’humilier et de me rappeler l’échec de Yaegahara, oui… » lui répliqua sa cousine d'une voix furieuse..  

« Kaede … » protesta notre cher Lucius. Certes, elle n’avait sans doute pas tout à fait tort… mais vu la situation, elle ne pouvait pas se permettre de passer outre. « Iskandar ne connaît aucune pitié, tu devrais plutôt t’étonner qu’il ait bien voulu te relâcher… » poursuivit-il doucement.

Il est vrai que le roi d’Ignis n’est pas reconnu pour accorder miséricorde, il s’agissait là d’une faveur d’un père à son fils. Afin que celle-ci soit accordée, Lucius avait dû dévoiler l’un de ses secrets les plus intimes. Son affection pour sa cousine était bien plus grande que ce qui est sans doute considéré comme étant correct.  

« Ah, eh bien, pourquoi ? »

« A vrai dire, je n’en ai pas la moindre idée… répondit faiblement Lucius. Qui peut donc savoir ce que cache son regard glacé… Je ne sais rien de ce qu’il pense de toi et il le gardera certainement pour lui jusqu’à la tombe. Tâche donc de bien te tenir, on ne sait jamais. »

Comment aurait-il pu connaître les véritables intentions de son paternel ?  Il aurait certes dû se douter que chaque faveur accordée par celui-ci viendrait toujours avec une sombre condition. On n’a rien pour rien à Ignis, la liberté n’est sans doute qu’un rêve, même pour un prince. Les jeunes êtres s'étaient ensuite séparés, du moins pour un bref moment. Se retrouvant seul, Lucius songeait dorénavant à son avenir en tant que prince héritier au trône, à l’avenir d’Azaïr et de Kaede… Mais quel avenir. Si seulement il avait su… enfin qu’aurait-il bien pu faire ?   Il est bien trop tard pour changer le passé… Il ne savait que trop bien que présenter des excuses et remercier Iskandar avait été pour Kaede une insulte à la mémoire d’Atrée…

Un être frappa à la porte du prince de l’Est sortant celui-ci de ses souvenirs. Le monde était bien plus triste en ce jour sans Kaede. Celle-ci était bien loin des terres d’Ignis. Il aurait tant aimé être capable de la suivre, mais le devoir ô toujours le devoir fit en sorte qu’il était resté au sein de la nation du feu. Sans même se retourner vers la porte, la voix de Lucius s’éleva.

« Entrez… »

La lourde porte de sa chambre gémit alors qu’un vieil homme l’ouvrait tranquillement. Le vieillard fit quelques pas afin d’entrer dans la pièce avant de la refermer derrière lui. Dans ses mains, un plateau contenant un bol d’eau tiède et une serviette.  

« Je vous apporte de l’eau et une serviette mon prince… » dit l’homme dont l’âge paraissait dans sa voix « et une lettre… des rumeurs de Terra. »

Le prince se retourna donc vers le vieil homme, puis s’en approcha.  

« Déposez tout sur la table et sortez…. »

Le vieillard fit ce qui lui fut ordonné par le prince de l’Est.  Était-elle toujours à Terra ?   Il attendait tant le retour de sa cousine à Azaïr ou du moins de véritables nouvelles.   De rumeurs, que des rumeurs !  Que faire avec des rumeurs ?  Comment pouvait-il être certain que le tout ne faisait tout simplement parti d’un jeu tordu de l’un de ses frères ou de l’une de ses sœurs ?   Une fois que le vieillard eut quitté les lieux, ce très cher Lucius prit la lettre et en fit la lecture sous la lueur d’une bougie.  Il ne s’agissait de rien de concret en ce qui concerne sa tendre Kaede…

Il s’étendit sur son lit, observant le plafond avant fermer les yeux. Une fois de plus il tenta d’oublier le moment présent afin de se replonger dans ses souvenirs de jours plus heureux. Demain serait un autre jour… la vie continuerait de suivre son cours naturel. Il ne devait pas pleurer sur son sort, il se devait d’être plus fort que jamais pour son propre bien, le bien d’Azaïr et de Kaede. Que lui dirait Kaede si elle le voyait ainsi… un jeune homme misérable devant porter un masque de fer en public afin de masquer son âme. Elle ne serait pas fière de lui. Le cœur entre Ignis et Azaïr, le prince de l’Est verrait peut-être un jour le monde du haut du trône d’Ignis et près de lui sa cousine de retour au sein de la nation du feu. Il n’a pas encore véritablement joué sa main dans les divers jeux politiques d’Ignis… le monde n’a pas encore connu la furie qui habite le prince de l’Est…

Chapitre IV – Les piliers de la société

À dos de cheval et cela durant quelques jours, notre prince est passé de Maruyama à la cité de Ha Long.  Ce voyage ne fut point une aventure qu’il entreprit seul, car malgré la puissance de Lucius, il savait très bien que toute expédition présentait les risques d’une attaque contre sa personne. De plus, le chemin est nettement moins ennuyeux en bonne compagnie. Certes ce cher Mongke n’est pas le genre d’homme qui parle énormément, cependant les deux hommes avait tout de même eu quelques discussions lors de leur voyage. Ce n’était qu’après quelques jours que devant leurs yeux la cité d’Ha Long apparut à l’horizon, les divers parfums de la mer se faisaient déjà sentir. À travers les yeux bleus du prince, posés sur l’horizon,  tant de souvenirs de cet endroit tentait de refaire surface.  

Cette cité, un centre économique avait été essentiel lors de la reconstruction d’Azaïr après Yaegahara. Sous le voile de l’anonymat, les deux hommes entrèrent dans la cité. Ce voyage n’avait pas été sans but.  Quelques mois plus tôt notre prince avait reçu un message de la part des Invisibles en ce qui concernait l’état actuel des marchands de chair humaine à Azaïr, Lucius et Kaede cherchaient à endiguer l'esclavage. Ce n'était pas là le travail favori du prince, ce dernier est à vrai dire un peu dégoûté par l’esclavage, cependant il s’agit ici d’un des nombreux maux apparentant aux terres du feu. Pourquoi ne pas simplement se rencontrer à Maruyama, cela aurait été nettement plus simple ? Certes le message aurait sans doute pu lui être livré par les Invisibles sans qu’une autre âme soit mise au courant de cet évènement, pourquoi prendre le risque du voyage jusqu’à Ha Long ?  Écouter les murmures est une chose et voir en est une autre. Enfin ne croyez pas que Lucius aurait devant ses yeux le sinistre spectacle qu’est la vente d’esclave… mais il aura toutefois la possibilité de mieux identifier la tumeur qui habite Ignis.  

Les deux hommes, naviguant les rues de Ha Long avaient mis pied à terre dans un endroit un peu plus isolé à proximité du port. Le soleil avait déjà passé son zénith et ils attendaient au point de rencontre. Pourquoi tant de discrétion ? Il était Lucius d’Ignis, l’un des princes héritiers au trône ! La simple mention de son nom et Ha Long se serait remuée afin de l'accueillir en grande pompe ! Il lui aurait été facile de donner de faux prétextes pour ce voyage. Cependant, si sa venue avait été annoncée, il est fort probable que ses ennemis se seraient comportés autrement.  

À ses cotés, Mongke attendait calmement, mais son œil observait chaque coin sombre. Sous ce voile de sérénité, cet homme était près à dégainer son sabre en un instant. Ne croyez pas que le fait qu’il possédait maintenant un seul œil qu’il était un homme amoindri, cet œil était aussi vif que celui d’un faucon. Cependant, l’œil du faucon peut être parfois trompé par les ombres et c’est de là que Kenji surgit. Le trio fit face tout en s’assurant que nulle autre âme n'était présente à proximité. Une oreille indiscrète pourrait causer bien du tort si elle possède aussi une langue fourchue. Il n’y eu ici nul échange de nom ou de titre, les trois hommes se connaissaient déjà.  Kenji fit alors signe à Mongke et à notre prince de le suivre. Discrètement nos trois personnages s'étaient faufilés au sein de la foule. D’un geste discret Kenji demanda aux deux autres de le laisser se séparer du groupe afin qu’il puisse identifier plus facilement le marchand d’esclave.  

Nombreux voient l’esclavage comme étant un mal nécessaire, d’autre voient cela comme étant un bien pour la nation, mais ce marchand n’avait su que causer du tort non seulement à Lucius, mais à Ignis. Il était difficile à atteindre, mais les murmures trouvent parfois leur chemin entre les murs les plus étanches. Pourquoi rapporter cette affaire à Lucius ? Kaede aurait pu facilement s’en occuper, certes mais c'était un cancer qui demandait aussi l’attention du prince. De plus, il était devenu un homme bien plus indépendant. Il était primordial qu’il connaisse ses ennemis. Il n’avait certes pas pris sa décision sur ce qu’il allait faire de ce marchand, mais une chose était certaine : sur le grand échiquier de la vie, le marchand était une pièce bien protégée et la prendre de front ne ferait que lui causer du tort.  

« Mongke… » murmura Lucius.

Nul besoin d’autres paroles, le chevalier savait ce qu’il avait à faire. Le dernier souffle de ce marchand arrivait bientôt, une pièce en moins l’apportait plus proche de la victoire. A quoi bon prendre cette pièce…Ce n'était qu’un marchand d’esclave. Pas tout à fait. Il s’agit ici d’un pilier de la société actuelle, certes il ne s’agit pas du plus important personnage, mais cela n’empêchait pas que la structure serait plus faible après l’avoir retiré.  C'était ce qu'on pensait à Ignis. Mais Lucius avait une vision bien différente de cette opinion inacceptable : il estimait qu'il était important de retirer ce pilier. La vision du prince s’étendait toutefois bien au-delà des frontières de sa province… C'était un pilier pernicieux qui soutenait Ignis. Et algré son amour pour ses frères et sœurs, Lucius savait que rien ne changerait avec eux à la tête de la nation…


Autre
Comment avez-vous connu le forum ?:
Via la dame d’Azaïr

Des choses à améliorer ?:
Non, tout est bien clair

Crédits:
Lucius d’Ignis : © Adelenta (Source : Deviantart)
Chanson thème : © Opeth - Patterns in the Ivy

Un dernier mot ?:
Non c’est tout.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 336
Age : 15
Métier : Utopiste
Humeur : Optimiste
Points Histoire : 0
Dim 8 Juin - 19:34
Bonjour bonjour!! *Arrive de manière nonchalante*

Ahem, j'ai énormément de retard, je m'étendrais pas là dessus mais je suis désolé. Le forum est resté en stand by pendant plusieurs semaines à cause de cela, mais ça y est, on peut repartir!

Les corrections tu as apportées me vont, je peux à présent te valider, je pense que tu as bien cerné le personnage de Lucius, et à mon avis ta façon de le jouer changera au fur et à mesure des RPs dans tous les cas.

Passons aux rangs, qui sont connus:

Puissance - Rang A+:

Lucius n'est peut-être pas le meilleur magicien de la fratrie, ni même le meilleur combattant, mais il allie les deux à la perfection. Ayant bénéficié d'un enseignement des plus particulier en ce qui concerne la magie, il est à même d'affronter les grands généraux de son pays et des autres nations, ainsi que les siens. Il n'est certainement pas le septième prince pour rien.

Influence - Rang A:

Tous les princes d'Ignis ont la même influence, hormis le premier prince. Tu gères la région d'Azaïr qui a un bagage "historique" assez particulier, puisque la région n'est pas vraiment vue d'un bon oeil par le reste du pays, et toi qui étais en charge de cette région au moment des faits, tu ne bénéficie pas non de la meilleure réputation qui soit. Mais tu restes malgré tout un prince d'Ignis, le plus âgé de surcroît, tu as donc tout de même une certaine influence, grandissante même, auprès de la population et de tes frères et soeurs.

Je suis une fois de plus navré pour le temps qu'a pris cette validation, j'espère que tu n'as pas perdu la volonté de jouer ton personnage pour autant. Bienvenue sur le forum!




"J'effacerai toutes les tragédies de ce monde."

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Lucius d'Ignis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Michael Lucius revoqué / Saintil est dechargé du dossier
» Lucius n'est plus chef de la DCPJ:demission ou revocation ?
» Lucius Malefoy (Mangemort)
» Présentation de Lucius Jedusor [validée]
» DIES IRAE ₪ Lucius Caius Maisto & Suspirium

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pres à revalider :: Ignis-
Sauter vers: