Kyriel Bernkastel



 

 :: Pres à revalider :: Ventus Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Kyriel Bernkastel

avatar
Messages : 134
Age : 0
Métier : génie
Humeur : séductrice
Points Histoire : 31
Mar 1 Nov - 16:55
  Identité :


Nom:
Bernkastel
Prénom(s):
Kyriel
Titre:
Sons of Liberty
Âge:
23 ans
Genre:
Homme
Nature:
Génie
Affinité:
Feu
Pays:
Ventus
Métier:
Chef exécutif du conseil entre autre
Langues:
Langue Courante, Ancienne et quelques dialectes
* Thème:
Une musique correspondant bien à votre personnage (facultatif, je vous demanderai d'indiquer la source de la musique également)



Caractère :


Qui suis-je? bonne question... Pour être tout à fait franc, il ne fait déjà aucun doute que je suis un des individus les plus déviants que cette terre porte actuellement en son sein. Comment puis-je vous dire cela avec autant d'assurance? Et bien... Commençons par les bases. Vous avez sans aucun doute entendu parler de mes tendances quelques peu sulfureuses, mon gout pour divers drogues étant de notoriété publique par exemple, ou encore le fait que j'apprécie la violence lors d'une partie de jambes en l'air, ou encore le mépris cordial que j'éprouve à l'égard de la religion. Ventus est un pays libre, pourquoi ce genre d'excès me serait-il interdit tant que je remplis mon rôle sans aucune faille? Que viennent faire mes ébats sexuels dans mon efficacité? Et d'ailleurs, pourquoi ne pourrais-je pas trouver la religion ridicule tant que je suis respectueux? Car oui, j'estime que l'on peu se permettre un nombre incommensurable d'extravagances lorsque l'on est capable de les assumer et que celles ci ne nuisent pas à vos performances. Si vous avez déjà assisté à une de mes convention, vous aurez remarqué que j'aime plaisanter sur tout, que je souris et ris sans hésiter. Vous voulez savoir pourquoi? Car je n'ai de cesse de rire de tout de peur d'avoir à en pleurer, je refuse de m'arrêter dans le défaitisme, la dépression.
De plus, je dois reconnaitre avec humilité qu'une seule chose chez moi égale mon génie, mon ego. Mis à part celui ci rien au monde ne peux égaler mon intelligence... Encore que je veuille bien concevoir que quelques rares individus puissent atteindre mon niveau dans quelques domaines... et qu'un dieu s'il existe, de part son âge et son omnipotence présumée puisse m'égaler voir me dépasser... Mais permettez moi de douter de l'existence d'un tel être. Car oui, mon génie est sans commune mesure, peut-être que je semble prétentieux lorsque je vous dit ça mais... je n'ai encore jamais vu quelqu'un capable de mener trois discussion de haut niveau sur trois sujets différents en même temps... Mis à part moi. Mais ce talent et cette intelligence ne seraient rien si je n'étais pas capable de les déployer. Et vous aurez beau être un génie, si vous ne faites pas d'effort vous n'apprendrez guère. Car je suis un acharné du travail, j'aime apprendre, créer, découvrir... C'est sans doute ce qui fait que je suis à Ventus et que j'aime tant ce pays. Certains se poserons quelques question sur ma légitimité en tant que premier chef du conseil... Alors laissez moi leur poser cette question, qui dans l'histoire de ce pays a réussi à passer le concours en candidat libre et à se faire accepter par la majeur partie du conseil? Mis à part moi? Personne. Vous comprendrez donc que je puisse me permettre de posséder un égo développé et d'en jouer... car il faut bien en rire n'est-ce pas?
Pour ceux qui se poseraient encore des question sur ma légitimité en tant que conseillé, j'aurais encore quelque chose à vous rétorquer, ce pays est tout pour moi. J'aime cette terre de liberté ou chacun est libre de ses choix, ou vos excès peuvent être acceptés dans une certaine limite. J'aime ce pays qui permet à mon esprit de se développer sans aucune limite, de me gorger de savoir. Je ne cesse jamais de réfléchir et de créer, l'art, la médecine, la mécanique, la littérature, la politique et encore tant d'autre choses. J'aime apprendre et, dans aucun autre pays je ne pourrais trouver une telle liberté, une telle quantité de connaissance. Comprenez alors que pour ce pays je sacrifierais tout ce que je possède pour le protéger, vouloir détruire un tel joyau de connaissance ou tout le monde possède sa propre chance est pour moi la seule hérésie. Je ne l'accepterais que pour une seule chose, un savoir sans limite et absolu qui ne reste pas figé... et encore.

Voila? Le tableau joyeux et positif est terminé? Ça vous a fait plaisir? Arrêtons de plaisanter et revenons donc sur mes premiers mots. Pourquoi vous dire que je suis sans un seul doute un des individus les plus déviants de cette terre, Car je doute que tout le monde puisse se gargariser de s'être fait bourreau et d'en avoir tiré du plaisir, de s'être fait victime et d'en avoir tiré du plaisir, de s'être haïs pour un tel comportement, de l'avoir fait par "nécessité" et n'avoir pourtant pas hésité en âme et conscience. La vie n'est rien, elle ne vaut rien, lorsque vous prenez une vie vous ne prenez rien. Sans doute est-ce ce vide qui fait que de tels actes me dégouttent. Alors que je trouve la vie tout aussi belle que fascinante. Pourtant, lorsque je vivais à Ignis, le viole et la torture me procuraient un certain plaisir... Lorsque je m'y étais accoutumé et que mon masque n'était donc plus nécessaire; lorsque vous commencez à vous baigner de cruauté, que ce soit pour une noble cause ou autre, vous n'en ressortez pas indemne. Et j'ai souillé mon âme de moi même, je me suis plongé dans la fange de l'esprit avec dégout puis avec plaisir par la suite. Pourquoi? Pour un serment, un pacte de sang fait avec moi même. Mentir est devenu aussi simple que respirer, presque encore plus naturel.
Lorsque je jure sur mon sang, je n'ai qu'une parole, pour rien au monde je ne la trahirai. Cependant, je n'aurais aucune hésitation à rompre tout autre type de promesse si cela m'est rentable... mais je préfère malgré tout éviter ce genre de comportement, si vous brisez trop de promesses et avec les mauvaises personnes les gens deviennent incapables de vous faire confiance... Et j'ai besoin de leur confiance pour leur mentir et ainsi les manipuler, c'est la seule et unique solution, la seule méthode qui peux me permettre de parvenir à mes fins. Aussi étrange que cela puisse vous paraitre, j'apprécie cependant les hommes de parole, je les apprécie et les respecte.
Et enfin, vous voulez savoir le plus comique dans toute cette histoire? Je méprise l'humanité dans son ensemble, l'être humain dans toute sa globalité est pour moi quelque chose de ridicule... Ce qu'il n'est pas forcément dans son individualité. Pourquoi à la fois ce dégout et cet... "intérêt"? Car la masse ne pense pas ou l'individu isolé lui est obligé de réfléchir dans une certaine mesure pour survivre, d'évoluer pour acquérir du confort. Je ne crois pas que tous les hommes cherches à acquérir plus de force et de savoir uniquement pour la force ou pour le savoir, non, l'homme cherche à faire ces acquisitions pour son bien être... en ensuite pour les autres parfois. Moi même je ne suis pas exempt de cela, j'ai beau apprendre, accumuler les savoirs variés par passion, il n'en reste pas moins que je cherche à les réutiliser de manière rentable... Et car mon égo ne saurait tolérer que je me contente d'une position simplement confortable. Je veux tout pour le simple fait de tout avoir, je veux tout pour ensuite tout abandonner, je veux tout pour pouvoir d'une manière trouver la liberté absolu, cette solitude frénétique qui n'est autre que la quête de tout une existence... Et peut-être la partagerais-je... si j'en suis capable. Pour conclure, il n'y a qu'une chose que je déteste plus que tout au monde, l'auto satisfaction, le fait de se contenter de ce que l'on possède et de cesser d'évoluer, d'arriver à régresser. Et plus que tout lorsqu'il s'agit d'apprendre...

Mais concluons, certains voient l'inceste, le meurtre, la torture, la violence, le chantage et le mensonge comme des actes immoraux et ignobles... Je ne les contredirais pas car ils n'ont pas tord... encore que cela soit affaire de perception. Cependant, je ne me préoccupe pas de la morale, celle ci est un frein à la création, au savoir, à la liberté. Personnellement accomplir ces actes ne me dérange guère... tant qu'il s'agit d'obtenir quelque chose de cinquante fois supérieur. Le sacrifice n'est guère plus qu'un acte qui peut être aussi efficace qu'inutile  L'homme est esclave de sa liberté quelle qu'elle soit, la morale n'a pas à s'en mêler; et je me ferais tyran ou démon s'il le faut pour la protéger... car la liberté absolu, cette solitude parfaite mérite tous les sacrifices.



Physique :


Ses cheveux d'un rouge feu étaient sans doute un des derniers vestiges de Carel Ashbringer, une dernière marque de celui qu'il avait été à Ignis. Pourtant ceux ci changeaient de l'époque ou ils étaient longs; en effet, coupés court ainsi, ils auraient pu semblé êtres désordonnés mas il n'en était rien, ils étaient parfaitement coiffés. Mais il y avait malgré tout une autre différence par rapport à avant, imperceptible mais parfait pour qu'inconsciemment personne ne voit en lui Carel Ashbringer... tant qu'on n'y prêtait pas attention. Les reflets indigos de sa chevelure étaient du à son pacte, une tricherie qui avait déterminée sa nouvelle identité. Ses yeux quand à eux, était d'un violet aux reflets bleus particulièrement étranges, un changement qui s'était opéré le jour ou il avait éveillé son pouvoir latent. Il étaient d'une neutralité alarmante, semblaient fouiller au fond de son âme pour en extirper le plus d'informations possibles. Et c'était ce qu'il faisaient, ils avaient cette absence d'éclat qui n'apparaissait que lorsqu'il prévoyait quelque chose de très grande envergure, leur lueur d'humour et de détermination habituelle disparaissant alors. La couleur de ses yeux avait peut-être changée, leur éclat de tous les jours avaient changés mais pas celui la, c'était le regard de celui qui prévoit sur plusieurs années, ce regard qu'il avait eu pour la première fois à dix ans.

-Echec et mat.

Sa main d'albâtre avait bougée sans qu'il n'y prête vraiment attention, ses longs doigt, fins et pourtant forts, déplaçant le roi pour effectuer cette manœuvre dont lui seul avait le secret. Elle contempla son visage un instant, ses traits sans aucun défauts et pourtant sans aucune particularité produisant un effet étrange, séduisant. Ses lèvres dessinèrent un sourire narquois tandis qu'il se redressait, se dirigeant alors vers la penderie. Il retira alors sa robe de chambre, dévoilant un corps mince et musclé, pas de quoi impressionner, et pourtant puissant... le pacte. Mais s'il était plus fort qu'il n'en avait l'air, il était encore bien plus souple, comme pouvaient l'attester chacun de ses mouvements d'une fluidité parfaite; une synchronisation millimétrée, pour être aussi précis dans chacun de ses mouvements il aurait fallut un temps de préparation avant chaque geste, pas pour lui, des années d'entrainement et un esprit aiguisé avaient suffit à rendre tous ses gestes ainsi, inconsciemment calculés pour produire le moins d'effort possible pour un maximum d'efficacité. Elle parcouru sa peau des yeux, s'arrêtant sur les multiples cicatrices qu'il cachait toujours de ses vêtements. S'en aurait été presque dérangeant, ses mains, son visage et son cou ayant été épargnés. Sur tout le reste de sont corps on pouvait voir les stigmates de ses années passées à tuer, dans son dos les formules familiales gravées par le feu à même la chaire, sur son épaule gauche le phénix doré, symbole de la famille Ashbringer, sa souillure, sa souillure qu'il avait partagé avec elle.
Il passa une chemise d'un sombre rouge rappelant le sang, elle était cintrée et parfaitement coupée, ensuite vint un pantalon noir et par dessus un veston lui aussi noir. Il laça ensuite une cravate noire et passa une veste noire. L'ensemble était fait sur mesure, il avait lui même fait les patrons, y intégrant de multiples endroits pour dissimuler divers objets plus ou moins gros. Un jour quelqu'un lui avait demandé l'adresse de son tailleurs, lorsqu'il avait répondu qu'il avait lui même conçu chacun des vêtement, que ce soit pour les plans ou pour les coudre, celui qui avait posé la question n'en revenait pas. Car les vêtements aussi bien coupés étaient rares, même parmi les sénateurs, dépassant le stade de la couture de qualité pour aller directement se classer au sommet de cet art.

-Ne devrais tu pas opter pour l'ensemble blanc?
-Il est certes moins intimidant mais justement, j'ai besoin que les autres soient impressionnés.
-Une nouvelle loi?
-Quelque chose comme ça...
-Noir en effet.

Il passa alors le dernier élément de sa tenue, sa longue cape de soie noire brodée d'or et d'argent aux reflets pourpres. On était loin de la tenue qu'il portait en général lorsqu'il voyageait incognito ou lorsqu'il décidait lui même d'agir et d'éliminer quelqu'un, cette tenue qui l'accompagnait depuis maintenant onze ans, sa tenue de tueur. Contrairement à ses costumes de sénateur, il n'y avait aucune finesse dans sa forme ou sa coupe, elle était faite pour être pratique. Un haut noir moulant sous une chemise épaisse renforcée de fine et souples lames d'acier noirci, de larges manches permettant de dissimuler à la fois ses mains et ses armes, un pantalon-jupe ample qui empêchait de voir ses pieds, des mitaines de cuir noir et son long manteau noir à capuche. Un ensemble relativement discret qui le rendait quasiment invisible de nuit, un ensemble qui ne portait pas la couleur des assassins et pourtant... Lorsqu'il le revêtait il se dégageait de lui une grâce prédatrice, comme s'il allait vous dévorer en une fraction de seconde. mais il n'était pas question de tuer quelqu'un pour aujourd'hui... enfin pour l'instant.


*Compétences générales: :


-Prince de la rhétorique: Kyriel parle bien même très bien. Sa maîtrise de la rhétorique est telle qu'il va jusqu'à être capable de moduler les tonalités que prennent sa voix naturellement, le rendant ainsi capable d'adopter le ton adéquat. Orateur de talent il œuvre dans la séduction, la persuasion de l'autre, arrivant même à mener un débat contre un groupe entier de personnes. Son esprit ordonné lui permet d'organiser et de classifier chacun de ses argument, construisant ainsi une forteresse argumentative aussi bien offensive que défensive.

-Linguiste émérite: Que ce soit le langage "commun" ou ancien, que ce soit d'obscur dialectes ou de simple patois, le chef exécutif du conseil connait une palette de moyens de communication très grande, comprenant aussi la lecture sur les lèvres ou encore divers langages des signes dont n propre à sa mentor uniquement.

-Génie parmi les génies: C'est peut-être la chose la plus connue sur Kyriel en tant que chef du conseil exécutif de Ventus bien que le terme de génie soit en vérité une erreur dans les termes. Il s'agit en vérité d'une capacité d'apprentissage et d'adaptation bien supérieur à la moyenne auquel s'ajoute une volonté d'acier, un esprit plus qu'organiser et un talent inné pour classifier et analyser la moindre information obtenue. Ce que de très rares personnes savent, c'est que cependant il n'a jamais eu le choix, son cerveau retenant le moindre détail des informations qu'il reçoit. Sans cela, le jeune homme eu été incapable de tenir face à la quantité d'informations emmagasinées.

-Maître du Mushin et du Séléné: Le Séléné et le Mushin sont deux obscurs art-martiaux de haut niveau. Pourquoi obscur? Car seuls les assassins et uniquement ceux de haut niveaux en connaissent les secrets. Malgré son jeune âge Kyriel est parvenu à acquérir un niveau de maître dans ces deux art-martiaux, cependant contrairement aux assassins aguerris, il manque de pratique, un affrontement face à eux basé uniquement sur ces art-martiaux risquant inévitablement de tourner à son désavantage. Le Mushin est un art-martial basé sur les points de pressions, ainsi que sur l'utilisation des points faibles du corps (tel que les articulation ou encore les parties "molles" comme les yeux ou les testicules), nécessitant donc une très bonne connaissance du corps. Le Séléné quand à lui est un art-martial censé être réservé aux femmes, en effet les hanches masculines n'est pas adaptées à la base des mouvements de cet art-martial, centré sur l'esquive et le contre ainsi que le désarmements; Kyriel n'a cependant pas eu le choix, soit il apprenait à le maîtriser soit il mourrait, ses hanches en ont souffert et ont été quelque peu... déformées mais à présent il le maîtrise avec une parfaite virtuosité et mieux encore, il l'exécute de manière unique grâce à sa morphologie masculine, un détail qui tue.

-Touche à tout martial: Il 'est essayé à plus ou moins toutes les armes, épée, rapière, lance, fléau arc et arbalète, sachant les manier plus que correctement. Il restera cependant avant tout un épéiste émérite ainsi qu'un expert dans la pratique du pugilat, l'utilisation des dagues et des fils étrangleurs. Ceci associé aux capacités physique d'un pactisant lui permettent d'être un adversaire redoutable quelle que soit l'arme qu'il a entre les mains. Notons contre toute attente que l'arme qu'il manie avec le plus de brio n'est autre que Châtiment, son épée battarde.

-La flamme et le vide: le vrai talent guerrier selon sa mentor. Le concept de la flamme et du vide en soi est des plus simples, il suffit d'écarter toutes les informations parasites au combat et que chaque information nécessaire d'une manière ou d'une autre se "coule" à travers le corps. Si le principe et en soi des plus simples, la pratique en est une autre. De par la concentration et la volonté  nécessaire à une telle pratique, la flamme et le vide s'avère épuisant dés son usage, aussi bien mentalement que physiquement mais permet des actions d'une extrême justesse.

-Maître assassin: Son entrainement de tueur ayant été plus que complet et, l'ayant travaillé, grimper, se repérer dans le noir, marcher sans faire de bruit et tuer quelqu'un avec discrétion font partit de ses talents même si, sa véritable maîtrise réside dans sa capacité à pouvoir passer inaperçu ou qu'il aille malgré sa renommé, il suffit juste de savoir adopter la bonne posture.

-Alchimiste de mort: Kyriel est un expert en herboristerie mais pas seulement, son talent pour la connaissance des effets de multiples substances s'étant développé à l'origine autour d'une seul et unique chose, la mort. Il est donc normal qu'il soit un expert en chimie et biologie dans ces domaines tout comme le fait qu'il soit capable d'entretenir des plantes, un bon empoisonneur cultive ses plantes car au moins il est sur de leur rendu.

-Touche à tout artistique: Fidèle à sa réputation de génie, les connaissance en art du chef exécutif du conseil sont plus qu'admirable, certaines de ses picturales et ses rares œuvres littéraires personnelles relevant d'une grande maîtrise.

-Touche à tout scientifique: Kyriel est passionné par les sciences, la mécanique, la physique, l'astrologie, l'astronomie bien qu'il ai une forte préférences pour les sciences dites sociales comme l'anthropologie et la sociologie.

-Expert non magicien: Voilà quelque chose qui surprend toujours, Kyriel a beau être magicien il n'en reste pas moins un grand connaisseur dans le domaine, il serait d'ailleurs prêt à parier qu'il est capable d'enseigner la magie même s'il reconnaitra qu'il sera sans doute moins efficace qu'un magicien en personne.

-Stratège de la mondialisation: Kyriel est un excellent politicien, il l'a déjà prouvé. Étant capable d'être le plus suave des lèches bottes ou le plus idiot des bègues pour se débarrasser d'un importun, il peut être tout l'inverse, devenant ainsi le plus acerbe des analystes et le plus pragmatique des administrateur. Sa vision de la politique englobe tous les éléments important, des relations sociales entre ambassadeurs, de la vision du peuple d'un autre pays, des force militaires ainsi que de leurs stratégie et bien sur, du comportement des dirigeants d'un pays.


*Équipement, objets divers :
 

Bric à brac, inutile ou pas il faut bien passer le temps non?

-Livre: nous ne compterons pas ses livres, il en possède bien trop pour pouvoir les transporter... Et largement assez pour avoir ouvert une des plus grandes bibliothèque de Ventus

-VETT (prononcer vète), Véhicule Expérimental Tout Terrain: sans doute une des création les plus originale de Kyriel. Le VETT est un moyen de déplacement rapide faisant appel à la force de son utilisateur. Grace à un système de pédales que l'utilisateur actionne avec ses pieds, celui ci met en marche un système d'engrenage qui lui même permet à deux roues de se mettre en marche. Afin de pouvoir se diriger, la roue avant a été désolidarisée du reste de la structure, un guidon permettant alors de la faire pivoter et d'orienter le VETT jusqu'à un angle de 90°. Afin d'assurer le confort de son utilisateur (confort relatif), une selle de cuir permet de s'assoir. De plus, pour éviter trop de chocs pouvant nuire à la santé de l'utilisateur ainsi qu'à la maniabilité de l'objet, un système de suspensions a été rajouté et, les roues son couverte d'une substance à la texture souple bien que particulièrement résistante, de la sève de caoutchoutier raffinée. L'alliage composite de plusieurs métaux ainsi que de divers bois souples offrent à la fois une légèreté, une souplesse et une résistance impressionnante à l'objet dans son ensemble. Même si l'objet peut sembler assez comique et la posture de son utilisateur assez ridicule, il n'en reste pas moins un moyen de locomotion particulièrement efficace. En effet l'effort demandé pour atteindre une vitesse dépassant celle des meilleurs coureur s est presque risible et, le peu de bruit que le VETT produit est surprenant. Ajoutez en plus à cela que celui ci peut être, grâce à un habile système, replié sur lui même et porté dans le dos grâce à deux sangles et, vous obtenez le véhicule de demain.

-Horloge de poche expérimentale et matériel d'horlogerie: Pour l'instant ça marche bien mais c'est très fragile...D'ici une semaine ou deux, ça sera virtuellement incassable avec un peu de travail...

-Pipe: pipe au long tuyau laquée de noir et ornée de filament d'argent, c'est un objet magnifique qui n'a que deux utilités, fumer du tabac ou fumer de l'opium

-Briquet expérimental: encore une invention sortie de l'esprit génial de notre génie. En s'inspirant des briquets à amadou classique, Kyriel à réussi à créer le premier briquet individuel auto suffisant. Plus besoin de se promener avec tout un fatras d'objets pour allumer un feu. L'objet fonctionne sur un système de réservoir fermé et bourré de coton imbibé d'huile, à une extrémité dépasse une mèche et il suffit d'actionner le silex pour allumer la mèche trempée d'huile grâce aux étincelle produites. Face au problème d'évaporation de l'huile, un cache pivotant permet de ne pas exposer la mèche à l'air libre plus que nécessaire et au passage permet aussi d'éteindre la mèche.

-Longue vue: t'as vue? grâce à ça on peut voir super loin. Puis y a pas à dire, mais le bois de cerisier cerclé d'argent c'est magnifique.

-Carnet et crayon: objet encore relativement rare, Kyriel a toujours avec lui une petit carnet accompagné d'un crayon pour pouvoir noter ou encore dessiner ce qui l'intéresse.

-Tenue multifonction: Admirez son magnifique costume tant qu'il n'est pas l'heure de se battre. En effet celui ci est pourvu de tout un système de poches invisibles à l'œil nue et plus que difficiles à trouver lorsque l'on ne sais pas ou elle sont. Ainsi il peut dissimuler un nombre d'objet assez hallucinant et varié et, par la même occasion transporter la majeur partie des objets qu'il aime à avoir avec lui.

-Jezabel: Sa rapière préférée, il l'a forgé lui même en compagnie d'un autre forgeron alors que tous les deux cherchaient un nouvel alliage. Le résultat fut plus qu'impressionnant et donna naissance à son arme officielle. Souple et maniable, elle bénéficie d'une résistance remarquable tout en restant étonnamment sobre, sans aucun ornement. Il la porte toujours avec lui.

Armement, on a beau être un politicien et un génie, l'instinct et de tueur revient toujours au galop.


-Hubrys et Regis: deux dagues à lame courbes qui ont été forgées sur mesure pour lui selon ses propres plans. L'alliage composite qui les compose offre à la fois une légèreté et une résistance surprenant agrémentées d'un tranchant mortel. De plus, sur toute la surface de l'acier, de minuscules trous on été fait, permettant aux lames d'êtres "imbibées" de poison. A cela s'ajoute une garde recouvrant le poing, permettant d'occasionner en cas de coup de poing de lourds dégâts. Enfin, la dernière surprise de ces dagues réside dans le fait qu'elle peuvent êtres accrochées l'une à l'autre, grâce à un système d'engrenages, en effectuant une pression précise il est possible de libérer un fin câble d'acier, parfaitement adapté pour étrangler.

-Châtiment: La véritable arme de Kyriel, il s'agit d'une épée fait du même alliage composite que Jezabel mais, en bien plus travaillé. Épée battarde d'une longueur classique, sa lame est légèrement moins large que celles des modèle habituels. Ses particularités sont multiples, si Jezabel est sobre, Châtiment elle, est pauvre, aucune décoration si ce n'est un discret héron gravé sur la simple lame... simplement parfaitement équilibrée, plus que résistante et d'une légèreté assez déconcertante pour que tout utilisateur non habitué à la porter puisse avoir du mal à la manier correctement. La seul véritable particularité de l'arme reste sa teinte mat et anormalement sombre, effet obtenu grâce à de multiples expériences. C'est l'épée que Kyriel utilise lorsqu'il "cesse de jouer".

-Gant de combat: il s'agit de gant en cuir couverte sur leur dessus de plaque d'acier tranchante et se terminant par des simili griffes au bout des doigts

-Nécessaire de poison: le kit du parfait petit empoisonneur. (poison paralysant, somnifère, vomitif et autres joyeusetés)

-Couteaux et brassard de lancer: les couteaux de lancer se sont toujours avérés des armes de jet mortelles, et discrètes. Cependant Kyriel est parvenu à augmenter leur potentiel de mort. En effet, grâce à deux bracelets de cuir épais et à un système coulissant, un geste à la fois vif et sec de l'avant bras permet de projeter avec une précision et une vitesse accrue les couteaux après quelques minutes d'entrainement si vous ne l'avez jamais fait (comment ça vous n'êtes pas un génie?). Malheureusement il n'est pas possible d'utiliser tout le temps un tel équipement car, s'il reste certes discret lorsque vous marchez dans la rue, les fouilles avant chaque séance du conseil ne peuvent louper un tel système, il faut donc se contenter des couteaux de lancer uniquement.

-Botte de mort: Des bottes en cuir coquées d'acier, non lustrées elle ne reflètent pas la lumière. Leur particularité réside dans le fait qu'une pression d'un côté précis de chaque botte permet de faire surgir des lames sur toute la longueur de la semelle. Il a aussi adapté ce système à chacune de ses de paires chaussures bien qu'un peu moins réactif et avec une simple lame sortant au bout de son pied.

-fumigène de poche: Ca fait beaucoup de fumée, assez pour plonger tout une pièce dans une opacité complète. Malheureusement, ce n'est pas assez discret pour la vie de tous les jours. (fonctionne avec une mèche allumée par un système à silex)

-explosif: un mélange de souffre et de poudre de silex et d'autre substances du cru de Kyriel, il suffit d'une étincelle pour produire une puissante explosion de trois mètres de diamètre. Particulièrement efficace mais manquant singulièrement de discrétion sous tous les angles. (fonctionne avec une mèche allumée par un système à silex)

-Tenue d'assassinat: s'il peut choisir quand se battre, Kyriel optera toujours pour cette tenue, s'il doit éliminer quelqu'un, il optera aussi toujours pour cette tenue. Comme sa tenue multifonction, celle ci est dotée de multiple systèmes de poche permettant de dissimuler toutes ses armes mais aussi d'y accéder très rapidement. Les manches larges permettent de masquer ses dagues mais surtout ses couteau de lancer et leur système, la ceinture quand à elle faite pour qu'il ait la possibilité d'y accrocher ses explosifs et ses fumigènes et enfin, les jambes de son pantalon s'élargissent, faisant même une robe afin d'empêcher tout possibilité de voir le placement de celles ci. De plus, complètement noire et renforcée de fine lamelles d'acier noircis, il sera peu aisé de le repérer dans les lieux sombres. Ajoutez à cela qu'elle masque son visage et qu'une capuche est présente pour masquer ses cheveux.


Pouvoir de Pacte - Dantalion's Library - Rang A  :
 

-Qui es tu?
-Je suis la bibliothèque de ce monde... Et toi qui es tu?
-Je suis le gardien... Le gardien de cette bibliothèque

Dantalion, le démon du savoir, on raconte qu'il possède une bibliothèque qui contient tous les livres que ce monde ai porté. Tout ce qui un jour sera écrit finira dans sa bibliothèque. Mais qu'est-ce qu'un écrit? Car si les mots sont le vecteur du savoir, doivent-il forcément être écrits? Non, des lettres, des sons, des images...  La bibliothèque de Dantalion contient tout cela et plus encore. Mais il n'est pas donné à tout le monde de pouvoir lire ses livres, de pouvoir feuilleter son savoir, personne ne le peut. Sauf un homme peut-être, Kyriel. Car la bibliothèque de Dantalion est scellée dans le cœur de chacun des hommes de ce monde, la bibliothèque est ce monde. Et Kyriel de part son pacte possède la seule et unique clef de ce monde, il est le seul à pouvoir y accéder, il en est le bibliothécaire. Mais pouvoir est source de devoir et Dantalion ne l'a pas encore autorisé à pénétrer complètement dans la bibliothèque. Non, Dantalion ne l'a pour l'instant qu'autorisé à ouvrir le livre de chaque individu qu'il rencontre. Un jours le démon l'autorisera à noter les livres et un autre jour à lire les ouvrage les plus sombre, ceux qui offrent à la fois sagesse et folie... Si le bibliothécaire n'as pas succombé au savoir avant.
Pour l'instant, lorsque Kyriel déploie son pouvoir il devient capable de lire les lignes du véritable livre de chacun, nom, prénom, force, faiblesse, pouvoir... et bien plus encore s'il prend le temps de se plonger dans la lecture. Il ne sera pas piégé par un mensonge, par un livre factice s'il se donne la peine de lire le véritable livre. Car lorsque les mots, les phrase, les paragraphes, les chapitre d'un homme tournoient devant ses yeux, le bibliothécaire se plonge de le savoir véritable, neutre et sans âme. C'est aussi ce qui fait qu'il ne peut lire son propre livre.


  Influence - Rang B+ :


Je suis le chef exécutif du conseil... et un génie sous tous les angles, c'est simple à retenir pourtant non?


  Personnages secondaires :


Carma Steinberg

Si il y a bien quelqu'un que Kyriel n'a jamais cherché à "sonder" c'est bien Carma. Et pour cause, d'une certaine manière c'est d'elle que Kyriel tient tout... ou presque. En effet, celle qui lui a appris à tuer n'est autre que cette femme et, de toutes les manières, que ce soit d'une dague entre les omoplates, d'une flèche tirée de très loin, ou encore par l'intermédiaire d'un poison. Elle est peut-être même la seule personne qu'il considère plus douée que lui dans ces domaines même s'il aura toujours du mal à le reconnaitre. D'une certaine manière il ne sait rien d'elle et en sait bien plus sur elle que toutes les autres personnes encore vivantes pour fouler cette terre. Travaillant de concert avec elle, il a fait en sorte que celle ci dirige le club Steinberg , qui n'est autre qu'un centre de formation pour "espions" et, porte son nom officiel. Il s'agit d'ailleurs là d'une manœuvre qui, si elle vise à assurer ses arrières n'est autre qu'un hommage à cette femme. Elle est une des rares personnes en qui Kyriel possède une confiance aveugle car, lorsqu'elle fait quelque chose elle le fait avec brio.
.

Aria Pheles
Puissance: B
Influence: C

Pactisante de Kyriel, le jeune homme et la jeune femme ont une relation qui va au delà de l'amour. Aria est la seule personne qui sait tout de Kyriel tout comme Kyriel sait tout d'elle. Se connaissant depuis leur enfance, la magicienne et son pactisant se sont juré une chose, changer la face de ce monde de manière indélébile et, peut importe si le nom de seulement l'un d'entre eux reste. Tous les deux partagent une synchronisation aussi bien charnelle que spirituelle, même si tous les deux ont leur domaines de prédilection; Kyriel possède le pouvoir et Aria la magie mais tous les deux partagent leur savoir. Magicienne émérite, elle doit ses connaissance en magie à Kyriel mais pas sa puissance magique. Et de la puissance, la magicienne en a à revendre, sa maitrise magique (qui est assez élevé pour qu'elle ai prétendu au poste de professeur de Mihailov) reste cependant un secret relativement bien gardé que ne connaissent exactement que trois personnes, Kyriel, Aleister et Carma. De plus, chanteuse émérite Aria n'est autre qu'une professeur de chant à Mihailov, ayant surpris bien des individus en arrivant en court de cursus. Cependant, celle ci visait à l'origine la place de professeur en langues anciennes, ayant été major; malheureusement, de par sa nature charmeuse elle fut lésée par un homme du nom d'Eloan Galaad qui lui pris sa place. Loin de s'en offusquer, ce fut l'élément déclencheur qui permit à Kyriel de faire entrer le dit Eloan dans ses plans. De plus, la jeune femme ayant plus d'une corde à son arc et étant la partenaire de Kyriel, sous-estimer son talent eut été une erreur, et elle se contenta de la place de professeur de chant. Aujourd'hui connue comme une des meilleurs divas de Ventus, elle sert d'intermédiaire entre Kyriel et Eloan, recrutant elle aussi des candidat potentiels pour intégrer le club Steinberg.

Aegis Ashbringer

Soeur jumelle de Kyriel, la jeune femme est à présent chevalier d'Ignis. Officiellement la seule membre de la famille Ashbringer encore en vie, elle gère le domaine de la famille d'une main de fer. Etant la sœur de Kyriel, elle ne bénéficie pas d'un génie absolu mais, reste cependant d'une intelligence quasi inégalé dans un domaine, celui de la guerre. C'est une guerrière plus qu'émérite qui a déjà fait ses preuves et, est la digne héritière de la famille Ashbringer, son génie dans les arts du combat n'étant égalé que par celui qu'elle possède dans l'utilisation de la magie... Bien que ceux ci puissent être dans son cas confondu dans un seul et même domaine. C'est une femme de parole qu'il ne faut pas prendre pour une idiote malgré ses airs de guerrière. Actuellement chevalier d'un prince d'Ignis, elle semble prendre dans les plans de Kyriel un place importante, seule Aria connaissant les projets du chef exécutif du conseil à son égard. Le politicien est même allé jusqu'à lui envoyer une lettre d'invitation pour Ventus...


Aleister Pheles
Puissance: A
influence: D

Père d'Aria, cet homme d'une cinquantaine d'années possède un passé assez trouble pour tous ceux qui ont entendu parler de lui. Et il n'est pas dur d'entendre parler de lui, cet homme étant en effet le chef de la garde personnelle de Kyriel et, l'homme qui l'accompagne et veille toujours à sa sécurité au grand. Guerrier émérite dans l'art de manier l'épée et le sabre, c'est lui qui a appris à Kyriel à combattre avec une brutalité somme toute propre aux guerriers, le débarrassant de ses sales habitudes d'assassin. Réussite somme toute relative vu que le politicien est incapable de se déparer de sa grâce millimétrée. Autrefois général à Ignis, il tomba en disgrâce et, n'acceptant pas sa déchéance pris la fuite avec quelques un de ses soldats les plus fidèles, devenant alors bandit de grand chemin. C'est d'ailleurs de cette manière que lui et Kyriel se rencontrèrent, le troupe de bandit prenant l'enfant sous son aile. En échange de cela, le chef exécutif du conseil a juré de le porter lui et les soldats déchus qui l'accompagnaient de les amener au sommet, bien plus haut qu'ils ne l'ont été et, leur nouveau statut social n'est selon les dires de Kyriel qu'un début. Un autre fait qui intrigue à son écart est que l'homme est un pactisant même si personne ne sait qui est son ou sa magicienne ni quel est son pouvoir, mystère que lui et Kyriel entretiennent car, le mystère est une arme... (pouvoir de percevoir les flux d'air provoqués par les mouvements, sa magicienne n'étant autre que sa fille)

Sélia Ashbringer
Puissance:??
Influence:??

Certains morts reviennent à la vie... ou plutôt certains morts ne meurent pas véritablement. Sélia appartient à cette catégorie d'individus. En effet, dans sa campagne d'extermination familiale, Sélia est sa seule erreur et, Kyriel en fait les frais presque toutes les semaines. En effet, à cette époque, Kyriel possédait certes une maitrise des poisons de très haut niveau mais n'avait pas le niveau de se sœur. Il l'empoisonna donc mais celle ci ne fut pas dupe, afin d'éviter tout risque futur elle feinta la mort avec une mélange de son cru se faisant passer pour morte et disparaissant alors de la circulation. Aujourd'hui personne ne sait qu'elle est encore en vie sauf Kyriel et pour cause, lors de la première tentative d'assassinat à son égard, elle lui adressa un message prouvant qu'elle était encore vivante et le défiant de la retrouver et que, si il y arrivait elle lui prêterait peut-être ses services. Pour l'instant, elle se contente d'envoyer des tueurs à ses trousses car après tout, le rôle d'une grande sœur est bien d'apprendre la vie à ses petits frères et sœurs non?

Les sept sœurs du Purgatoire
Puissance: B
Influence: E

Ces sept "sœurs" furent à l'origine envoyées par Sélia pour tuer Kyriel. Malheureusement, la méfiance et la paranoïa du politicien firent qu'elles n'y parvinrent pas. Pire, elle attirèrent l'attention de Kyriel qui, décida de leur tendre un piège. Il lui suffit alors d'utiliser son pouvoir pour obtenir des informations sur elles afin de les mettre de son côté. Depuis le temps, les sept sœurs sont d'une fidélité sans faille à l'égard du chef exécutif du conseil et pour cause, il leur a offert deux choses qu'elles n'avaient auparavant pas, un foyer ainsi qu'une identité.

Eloan Galaad

Eloan, cher Eloan... que dire de ce jeune homme de vingt-trois ans? Peut-être une chose au moins, une toute petit chose. La première fois que Kyriel le contempla de ses yeux de bibliothécaire, une seule envie le saisit, le frapper à mort. Car ce qu'il avait vu en ce jeune homme, le chef du conseil exécutif ne l'avait supporté. L'enfer n'est autre que l'autre, et l'autre nous renvoie notre reflet en plein visage. Ainsi fut la première réaction du jeune politicien... Puis il pris un peu de recul et compris ce qu'il contemplait, il contemplait ce qu'il aurait pu être si il était né à Ventus. Homme de bonne fois, son avis changea du tout au tout par rapport au magicien, celui ci méritait son respect, un homme intelligent, calme et posé. Avec cette tendance joueuse en plus. Le coup qu'il fit à Aria ne fit qu'ajouter à l'estime que Kyriel lui portait... Assez d'estime pour vouloir accorder une place non pas de pion mais de pièce maîtresse sur son échiquier. Kyriel a choisit de faire confiance à Eloan, en étant même venu à éprouver de l'amitié pour lui, assez d'amitié pour lui coller sur le dos une des sœurs avec pour ordre de le protéger et non de le tuer en cas de problème...




  Autre :


Comment avez-vous connu le forum ?:
Si c'est par un membre, la publicité, les top-sites, le hasard...

Des choses à améliorer ?:
Rien à redire...

Crédits:
Kyriel Bernkastel:Battler Ushiromiya  d'Umineko no naku koro ni
Aria Pheles: Beatrice  d'Umineko no naku koro ni
Carma Steinberg: Ryougi Shiki de Kara no Kyoukai
Aegis Ashbrunger: allez voir sur sa fiche tiens!
Selia Ashbringer: Battler genderswapé d'Umineko no naku oro ni
Les septs soeurs du purgatoire: Th seven Stakes of Purgatory, d'Umineko no naku koro ni
Aleister Pheles: King Bradley de Full Metal Alchemist
Eloan Galaad: allez voir sur sa fiche tiens!

Un dernier mot ?:
Tremblez devant mon génie incommensurable MOUAHAHAHAHAHAHAHA

°-°-°-°-°




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 134
Age : 0
Métier : génie
Humeur : séductrice
Points Histoire : 31
Mar 27 Mar - 19:15
Histoire :



Lorsque les soldats le virent arriver et s'avancer avec l'intention clair de rentrer dans le manoir, leur premier réflex fut de s'avancer et, si le garçon osait continuer, ils pourraient le rouer de coups. Et il vint à leur rencontre. Pourtant, ils n'osèrent poser ne serait-ce qu'un doigt sur le gamin vêtu de haillons; pire encore, ils s'écartèrent pour le laisser passer, ne sachant comment réagir. Lors qu'il eut pénétré dans la demeure, ils put voir les esclaves et les domestiques murmurer. Encore une fois personne n'osait s'approcher. Il se dirigea ver l'endroit ou il entendait une musique festive. Un bal? Il poussa les deux portes avec un bras, l'autre pendant mollement, inerte. Le silence.
tous les regard se tournèrent vers l'enfant débraillé et crasseux, ses vêtements faisant peine à voir. Tout le monde n'en revenait pas de la vision qu'ils avaient sous les yeux, comme s'ils contemplait un mort revenu à la vie. Et d'une certaine manière c'était le cas. Aussi bien la marque dorée qui était largement visible sur son bras inerte que ses cheveux sale et pourtant brillant de ce rouge typique des Ashbringer, tout comme ses yeux d'un bleu glacé. Carel Ashbringer, l'enfant disparu était de retour après un an. Son regard était neutre, sans expression, comme s'il contemplait un horizon au delà de la réalité, il avait tout du fantôme.
Des claquements de main retentirent, lent et puissants. l'homme qui semblait diriger cette petite fête se redressa et se dirigeât vers le garçon. Sa voix puissante et chargée d'orgueil retentit.

-Il semblerait qu'au final tu mérite de vivre Carel... pour l'instant tout du moins.

Les mots sonnaient comme une menace aux oreilles de l'enfant. Et ces mots il le savait étaient des menaces. mais il n'avait pas peur, il savait ce qu'il avait à faire et il le ferait, peu importe le prix il se l'était juré à lui même.


***


Dans ce monde il y a ceux qui naissent avec le don et ceux sans. dans ce monde il y a ceux qui naissent avec la puissance et ceux sans. Il était sans le don et la puissance lui avait été pour la peine retirée. Fils d'un puissant seigneur d'Ignis et d'une "concubine" de cet homme, il s'était avéré contrairement à sa sœur jumelle incapable de pratiquer la magie. Une honte pour cet homme qui méprisait plus que tout la faiblesse. Mais les supplications de la mère et son instinct lui murmurèrent de ne pas se débarrasser de l'enfant immédiatement, peut-être pourrait-il lui être utile à l'avenir. C'est ainsi qu'à peine Carel était-il né que déjà le destin qui s'offrait à lui annonçait un chemin ou le sang s'écoulerait... pour sa propre survie. Aurait-il eu un pire destin? Être abandonné l'aurait fait atterrir dans un orphelinat. Et l'orphelinat aurait surement été pour lui la meilleurs issue. Mais chez les Ashbringer on ne fait pas d'orphelin, les enfants vivent ou meurent. Et sa mère refusait qu'il meurt. Amour maternel? peut-être, mais désir de vengeance. Car dire que les deux enfant de celui qui les lui avait fait étaient voulus aurait été une grosse erreur, à vrai dire elle se serait abstenu de toute relation avec le chef de la famille Ashbringer, n'était-elle pas sa sœur? Mais on ne choisit que rarement lorsque l'on est une femme à Ignis.
Dire que les deux parents n'avaient pas de projets pour leurs enfant eu été une erreur fatale. Le père voulait des individus "puissants" qui puisse augmenter le prestige de son nom, son prestige. Il voulait des pions à sacrifier à la famille royale d'Ignis. la mère quand à elle ne pouvait se résoudre à voir les deux enfants comme de simples objets, pourtant , si il y avait bien quelqu'un qu'elle détestait plus que tout au monde, c'était bien leur père et, elle comptait faire d'au moins un des deux enfants un des instruments de sa vengeance. L'ironie de cette histoire réside sans aucun doute dans l'orgueil des géniteurs, il eu suffit que l'un d'eux accepte de ne pouvoir agir à sa guise pour que tout ne tourne pas au jeu de massacre. Mais l'orgueil n'est-il pas le seul moyen de défier un dieu et d'ignorer toute limite?

L'enfance de Carel ne fut pas une partie de plaisir, c'est le moins que l'on puisse dire. méprisé par son père, par ses demi-frère, subissant les médisances de sa mère sur son père, il ne savait pas quoi faire. D'un côtés s'il ne satisfaisait pas le chef de famille il risquait sa vie. de l'autre sa mère insinuait sans cesse que son géniteur mort, il ne risquait rien d'autre qu'une meilleurs vie. Pourtant, il y avait bien quelqu'un qui n'exigeait de lui que son amour, sa sœur. les deux enfants comme tout jumeaux étaient particulièrement proches, ils savaient qu'ils pouvaient compter l'un sur l'autre, ils étaient encore innocents et avaient échappés à la souillure de l'orgueil et du mépris. Pour l'instant tout du moins.
C'est alors qu'il était âgé de huit ans que le premier engrenage s'activa, le premier engrenage d'une horloge dont les aiguilles seraient teintées de sang et de mensonge. Carel était plus qu'intelligent, cela ne faisait aucun doute, il assimilait tout avec une aisance qui aurait fait pâlir nombre de génies. Pourtant il était incapable d'user de la magie, ce qui était pour son géniteur la pire des souillures. Pire, à côtés sa sœur n'était peut-être pas aussi douée que lui pour assimiler et exploiter de nombreuses connaissances mais, elle était capable de devenir une magicienne et, elle avait du talent. Lorsque par péché d'orgueil la mère de Carel défia son père d'oser se débarrasser d'un de ses enfants, elle fut pris de court. La colère avait parlé à sa place et, le cruauté du chef de famille Ashbringer n'était depuis longtemps plus à prouver. Carel en payât le prix, il fut enlevé par des hommes de son pères, drogué et transporté à l'autre bout du pays, dans un endroit dépourvu de toute existence de vie amicale, dépourvu d'organisation. Pour pallier à tout risque ou quelqu'un eut voulu adopter l'enfant abandonné, il lui fut tatoué la marque des O'brian, un phénix d'or. Le blason de la famille mais aussi une marque qui interdisait à toute personne du peuple de toucher l'enfant, et il n'y avait pas de noble la ou on l'emmenait.

Lorsque l'enfant de huit ans s'éveilla, seul et perdu il compris immédiatement ce qui lui était arrivé, il avait entendu la "discussion" entre ses géniteurs. Et évidemment, c'était lui qui en payait le prix car il était le moins utile, celui sans magie.
Comment est-ce arrivé, que s'est-il passé, pourquoi, à quel moment? C'est la qu'elles apparurent, les voix. Ces trois voix sans doute appartenant à son esprit. Les drogue pour le maintenir inconscient avaient sans doute permis leur éveil, mais à présent il ne pouvait plus les ignorer.

{Retourne chez toi et tue!
{Tu peux prouver ta valeur si tu reviens vivant.
{Tu es libre maintenant, tu peux partir ou tu veux!

Ces trois voix, qu'il appelait plus tard les voix de la violence, de l'orgueil et de la faiblesse. Jamais il ne les avait entendu auparavant, il ne savait pas d'où elles venaient, il ne savait pas qu'elle étaient un fragment de son esprit, il ne savait rien mais pendant des jours elle le harcelèrent sans cesse, le poussant dans ses retranchements. Il n'avait pas eu besoin d'être mort de faim et de soif pour atteindre ses limites, il avait suffit que ces voix s'éveillent et le tourment. Elles tournaient sans cesse, se répétaient, se superposaient, l'interpellaient, le rendaient fou... non, à partir de ce moment la il était déjà fou, il le savait inconsciemment au fond de lui, mais il ne savait pas qu'elles n'étaient que la manifestation de son esprit. Et au bout de quelque jour tout disparu, le néant, rien, il s'effondra, glissant doucement dans les méandre de l'inconscience.
Lorsqu'il se réveilla il ne savait plus ou il était, mais une chose était sure, il avait faim. Il erra pendant plusieurs semaines au hasard, n'osant approcher des signes de vie, il ne savait pas ou il était, tout lui semblait étranger, les hommes n'avaient pas l'air humain, les femmes non plus. Il n'arrivait pas à entrer en contact, il n'en était pas capable, il avait peur. Et toujours ses trois voix qui tourbillonnaient dans son esprit déséquilibré. Petit à petit il en vint à oublier qui il était, il avançait sans savoir, dans un seul but, manger, boire, vivre un jour de plus. Si son identité disparue, ses capacités d'apprentissages se déchainaient, il ne lui fallut guère longtemps pour se rappeler des rares cours de botanique qu'il avait eu, pour les mettre en application immédiatement après. Rapidement l'enfant compris comment survivre dans une nature qui lui était hostile, la ou rien ne voulait de lui, déterrer des racines, faire des pièges avec ce qu'il trouvait. Il ne sut combien de semaines ou de mois passèrent, il était devenu un être à peine pensant, avançant sans savoir, ignorant, oubliant même comment parler, il n'avait plus aucun contact, tout son corps le brulait, mais il avançait, sans cesse. Il devait vivre, faire payer. Faire payer soit, mais à qui? Il ne savait pas, il ne savait plus, il ne se souvenait plus, il n'y arrivait pas. Puis encore une fois le vide.
De nouveau il s'éveilla, mais cette fois ce fut au son des éclats de voix... des hommes? Lorsqu'il ouvrit les yeux, il se rendit compte qu'il était au milieu d'une bande d'environ vingt individus. L'un d'eux le remarqua.

-Hé chef! L'gosse s'est r'veillé.
-Ah ouais? Mont ta tête gamin?

Un homme plus large d'épaule que les autres, plus impressionnant s'approcha de lui. Il remarqua l'énorme hache dans son dos, il frissonnât.

-Flippe pas l'môme, j'suis pas un cannibale ni un pervers, sans nous tu s'rais mort.
-Me... merci.

Les mots lui arrachèrent la gorge, il n'avait pas parlé depuis combien de temps?
Ils éclatèrent de rire.

-Nous r'mercie pas maint'nant p'tiot, on est des bandits, crois pas qu'tu va rester à t'la couler douce.

Et c'est ainsi que débuta la véritable ascension de Kyriel, ce réveil fut la naissance d'un homme qui plus tard serait à la tête de Ventus. Mais n'avançons pas dans le temps, celui passe déjà sans que l'on ne puisse le voir.
L'enfant qui avait tout perdu retrouva petit à petit son humanité, ses souvenirs parmi ces hommes rustre, ces pillards qui pourtant n'étaient que des humains qui survivaient comme ils le pouvaient. Il n'y avait pas de femme parmi eux. Après tout c'est bien connu, les femmes sont pires que des nuisances, elle se plaignent tout le temps, cherchent toujours à être belles, dirigent la maison... Puis lorsqu'une femme apparait dans un groupe comme ça, les histoire de cul débutes et avec elles la discorde s'installe. En bref les femmes étaient pour ces hommes des plaies. Mentalité machiste pourtant bien éloignée des principes d'Ignis. Quoi que dire qu'il n'y avait pas de femme eu été quelque peu faux, il y en avait bien une. Enfin pas encore un femme, la "fille" de ce groupe de brigands, Aria. Rapidement, Carell et elle s'entendirent très bien, presque trop bien. Pendant les corvées qu'ils devaient effectuer pour les adultes, les deux enfants discutaient, le petit garçon lui apprenant plein de choses qu'il savait et vice versa. A ce stade il ne s'agissait plus de complicité, c'était au delà. Fraternité? Non plus, ils étaient incapables de se voir comme ça. Amour? Non plus, ils n'avaient pas cette attirance. L'enfant alla jusqu' lui révéler qu'un des hommes avait reconnu la marque sur le bras de l'enfant et proposé à leur chef de le ramener chez lui ce qui, sans aucun doute permettrait une grande récompense. Carel ne voulait pas, et bientôt le garçon d'à peine neuf ans teinterait ses mains de sang. Les deux enfants avaient la même perception de la vie, Kyriel raconta toute son histoire à Aria en omettant les voix. Elle en fit de même.
Les mois s'écoulèrent paisiblement, entre un ou deux pillage, entre quelques escarmouches avec les soldats, rien de bien grave, ni de bien important, la vie pour des bandits de grand chemins accompagnés de deux enfant. Jusqu'à un soir. L'homme qui avait reconnu la marque des Ashbringer avait décidé de quitter la bande, de les trahir et comptait bien emporter un butin. Dans le nuit, alors que l'enfant dormait l'homme voulut l'enlever. C'était sans compter son instinct, les voix qui jamais ne s'étaient tuent qui veillaient.

{Tue le!
{Réveil les autres.
{Fuis.

La panique s'emparait de l'enfant qui se débattait sans un bruit, bâillonné et trainé de force. Comment faire? Les voix. Il aperçu un couteau, s'en empara. Et Carel prit une vie, trop facilement même. La lame s'enfonça dans la gorge avec une facilité malsaine, comme s'il ne s'agissait que de beurre. Le sang coula, chaud et humide sur le visage du garçon. Et maintenant? Il réveilla les autres. S'ensuivit un chao incontrôlable, des disputes entre les brigands. Celui la même qui mis fin à cette discorde fut le garçon de presque dix ans lui même, lui l'origine de la discorde.

-Assez!

Les yeux du gamin étaient ternes, ternes mais déterminés.

-Je vais rentrer chez moi.


***


-Comment tu veux tuer ton père comme ça! Dois-je te rappeler qu'il fait partit des meilleurs soldats d'Ignis?
-Même les plus grands héros dorment, et c'est la que nous intervenons.
-Tu as au moins retenu cette leçon.

il avait mal partout mais à la fois, il aimait cette sensation, la sensation d'apprendre quelque chose d'enfin difficile. Cela faisait maintenant deux ans qu'il était revenu, qu'il avait repris sa place au sein des Ashbringer. Et avec un seul but, tuer son père et tout le reste de sa famille. L'ironie était qu'il apprenait d'une des meilleurs tueuses du continents, une amie de sa mère. Cette femme aurait certainement pu tuer son père mais ne l'avait jamais fait. Pourtant elle avait envers la mère de Carel une dette assez élevée pour en venir à apprendre à un enfant l'art de tuer semblait-il. Pourquoi sa mère ne lui avait pas demandé de tuer le chef de famille? Encore une fois, la réponse était simple, l'orgueil. Elle avait décidé que ce serait son propre fils qui ôterait de la vie de l'homme, elle sacrifiait à l'autel de son orgueil son propre fils, sa propre chair qu'elle aimait et détestait. Elle offrait au monde de la violence une âme qui aurait pu être innocence. Et elle creusait sa propre tombe. Car l'enfant avait juré qu'il la tuerait elle aussi pour oser se servir de lui comme d'une arme.
À seulement douze ans, son esprit était aussi vif et sans pitié qu'aurait pu l'être un assassin, non par choix mais par nécessité, car c'était tuer ou être tué. Et le pire dans cette histoire était que deux personnes savaient tout de ce qu'il avait prévu. Carma, la maitre assassin et Aria, son amie secrète. Il y avait aussi deux victime, sa jumelle et sa mère. Sa mère savait qu'il avait l'intention de tuer tous les membres de sa famille... sauf elle. Sa sœur Elena savait qu'il avait l'intention de tuer tous les membres de sa famille... Sauf elle.

Pourquoi Carma le savait-elle? Car elle avait appris à lire dans les yeux des gens. Et elle avait compris les intention de Carel lorsqu'elle avait commencé à le former. Et car d'une certaine manière elle soutenait cet acte. Peut-être était-elle une tueuse mais il y avait des choses qu'elle détestait, comme le fait de sacrifier son propre fils à sa vengeance, étrange logique pour une tueuse qui formait un enfant de douze ans à devenir tueur. Aria quand à elle vivait dans les ghettos, il était difficile pour Carel d'aller la voir. Pourtant elle savait tout de ce qu'il avait prévu car elle en avait parlé avec lui. Et car elle le soutenait du début à la fin. Le manque de contact que les deux enfants avaient n'avait fait que resserrer leur liens, à présent ils étaient comme une seule âme dans deux corps séparés. Et elle avait une place dans les rêves du garçon.
Il détestait cette famille, cette mère qui se servait de lui pour se venger, ce père qui le méprisait pour son absence de pouvoir, ces frères et sœurs qui le méprisaient pour son absence de magie... et cette jumelle qui ne comprenait rien... Il était sans liberté, esclave d'un principe complètement stupide. Pourquoi aurait-il besoin d'avoir le don pour avoir de la valeur? Et bien il leur montrerait à tous, lui qui n'était qu'une ombre deviendrait l'ombre d'un prince d'Ignis, il disparaitrait dans son dos, tuant ceux qui le menaceraient, faisant pour lui le sale travail. Il deviendrait l'ombre funeste qui planerait sur eux et, à leur mort il prendrait alors corps et serait libéré... mais il fallait patienter.


***


Lorsqu’il pénétra dans la salle du conseil les portes claquèrent. Son ensemble qui une dizaine de minutes était d’un blanc immaculé était alors teinté de rouge, à plusieurs endroits on pouvait voir des entailles dues à des armes tranchantes. Il saignait, rien de véritablement mortel mais assez pour être vraiment impressionnant. Le silence régnait dans la pièce ou tous étaient réunis. Sans faire un commentaire, comme s’il n’avait subit aucune tentative de meurtre, il alla s’asseoir avec désinvolture à sa place de chef du conseil, la tête lui tourna. La perte de sang qu’il avait subis n’était pas suffisante pour… Poison. Un léger sourire lui échappa alors que tous le regardaient, perplexes inquiets surpris, comme s’il allait mourir. Mais il n’allait pas mourir… enfin pas aussi tôt que prévu. Le nombre de poisons qu’il ingurgitait depuis son plus jeune âge pour éviter ce genre de problème le protégeait de toute tentative d’assassinat… ou presque. Car il n’y avait que deux ou plutôt trois personnes qui en savaient plus que lui su les poisons, son maître, sa sœur et le seigneur de la pègre d’Ignis… soit le seigneur de toute la pègre du continent… Et, il en était sur (ou tout du moins l’espérait-il) mais ces trois personnes ne connaissaient pas certain de ses propres poisons, créations personnelles qu’il avait élaboré avec soin. Il prit une grand inspiration avant de commencer la séance sans fioritures de procédures, pas cette fois.

-Je crois que nous avons un problème…

Bien, la partie qu’il avait si longuement préparé pouvait débuter, il rentrait dans la danse maintenant.


***


Il vit le tranchant de la hallebarde s’abattre sur lui à une vitesse admirable… un peu trop vite à son goût. Des quatres, cet homme était le seul à ne pas avoir abandonné le matériel de son équipement… Un tueur avec une formation de soldat… les pires d’une certaine manière. Au même instant, l’acier d’une épée courte siffla sur son flanc gauche, l’éclat d’une dague se manifesta à sa droite et, le dernier était sans aucun doute dans son dos. Il fallait les éliminer, et vite. Très bien. D’abord la hallebarde, allez au devant du coup. Ensuite, l’épée courte, utiliser la hallebarde contre elle. Pour finir les deux dagues. Mouvement circulaire avec la hallebarde, puis utilisation des bottes.
Il se jeta au devant de la hallebarde, souriant avec assurance. L’autre ne s’attendait pas à cette manœuvre, aucun humain normalement constitué et assez intelligent n’aurait agis ainsi. Mais Kyriel n’était pas un humain comme les autres, il avait été formé pour être un assassin, pas une des meilleurs dans ce domaine et, il était pactisant. Puis il n’était pas assez intelligent, il était bien plus. Le chef du conseil se déplaça à une vitesse inhumaine, pénétrant la garde de son adversaire, lui assénant une manchette à la gorge. Le regard de l’homme se fit vitreux et celui i s’effondra. Il entendit les jurons des trois autres qui l’avaient loupés, ne s’attendants pas à une manœuvre aussi… audacieuse.
S’emparant de la hallebarde de l’homme, il lui fit faire un arc de cercle vertical visant l’homme à l’épée courte Celui-ci l’esquiva mais fut pris de court par la contre rotation vicieuse du politicien tandis que la pointe de l’arme se fichait dans son crane. Il était aussi plus fort… et bien mieux entraîné. Au moment ou les deux tueurs allaient se jeter sur lui avec une synchronisation parfaite, il fit tournoyer la hallebarde une dernière fois, avortant ainsi leur assaut, puis la lâcha. Il tapa le bout de ses bottes d’un mouvement sec particulier, une lame surgit à chaque extrémité de ses pieds.

-Alors messieurs ? je n’ai même pas sortis ma rapière, auriez vous un doute ?

Les deux hommes ne firent aucun commentaire. Coup au niveau de la gorge et coup au niveau du ventre. La même manœuvre que contre la hallebarde était inenvisageable. Les deux coups devaient arriver. Blocage du bras visant la gorge, décalage vers la gauche pur esquiver le coup au vente. Saisie du bras bloqué, clef de bras. Adversaire retourné, utilisé en bouclier. Initiative utile, l’autre n’a pas le temps de dévier son deuxième coup. Adversaire éliminé grâce à adversaire, économie d’énergie. Le dernier attaque encore, esquive aisée, il est seul à présent. Fente en avant, rester le plus proche de la dague. Utilisation de l’arme de l’homme venant d’être éliminé, coup à la gorge. Pas besoin des lame sur les bottes finalement, acte inutile.
Et l’action se mis en route. Il sentis plus quil ne vit les deux mouvements, son corps agissant en un réflexe mécanique. La pointe de la première dague de l’atteint pas alors qu’il bloquait la bras d’un mouvement sec et l’empoignait. Dans le même instant, il se décalait sur la gauche, évitant le coup visant son ventre. Il tira violemment celui qu’il avait attrapé, tournoyant encore dans une valse sauvage, il lui tordit le bras, lui démettant l’épaule. L’autre lançait sa deuxième attaque. Sa lame fit mouche, fouillant les entrailles… de son allié. D’un geste méprisant, il dégagea celui qui lui avait servit de bouclier, l’entendant hoqueter de souffrance et d’incompréhension. D’un geste sec et minimaliste, il visa la gorge du dernier, lui fichant la dague dans la gorge. Kyriel toisât le dernier à mourir avec un regard hautain tandis que l’autre le regardait, plus emplis d’incompréhension que de peur. Bien, au moins ils étaient préparés à la mort. Ils sentit alors une douleur cuisante lui vriller l’épaule gauche, le faisant grincer des dents. Ça… c’était pas prévu.

Il avait passé plusieurs années sous l’égide de Carma, apprenant le maniement de multiples armes, allant du surin à la lance en passant par l’épée et l’arc. Cependant, il avait appris à utiliser des armes avant, lorsqu’il avait vécu parmi les bandits, loin de la maîtrise fascinante des armes de la tueuse, ces quelques mois d’apprentissage lui avaient appris à être brutal, il avait appris à utiliser des armes comme la hache ou le gourdin. Son éventail d’arme était plus ouvert que celui de bien des maîtres d’armes. Cependant, il y avait toujours une différence entre lui et les guerriers. Les soldats eux avaient un style dit académique selon son maître, plus classique c’était impossible, leurs technique étaient vouées à l’usage militaire. Les duellistes en tout genre eux avaient un autre défaut, leur style bien que complet obéissait à un certain nombre de règles. Certes les meilleurs guerriers était bien au dessus de ces classiques, mais eux aussi avaient leur défaut bien que ridicules par rapport aux autres, tout avait des défauts.
Pour les assassin c’était autre chose. N’importe quel combattant de haut niveau aurait remarqué le style de Kyriel, propre, sans fioriture, minimaliste, voué à tuer. En effet, lorsque celui-ci se battait, il n’y avait pas cette nature guerrière, belliqueuse que tout guerrier digne de ce nom avait, il n’y avait pas cette joie féroce et bestiale dans ses mouvements, cette fluidité sauvage mue par le cœur, il n’y avait pas cette grâce de duelliste, ce panache fanfaron. Non, lorsque le jeune génie se battait, c’était avec une sobriété touchant à la pauvreté, il était silencieux, minimaliste. Un expert aurait sans doute admiré avec quelle manière il supprimait tout mouvement inutile, avec quel art agissait, chirurgical. Chacun de ses mouvements était destiné à tuer, pouvait s’enchaîner. Sa palette de mouvements était immense, mais clairement centrée sur une chose, le combat à main nue et, l’utilisation d’armes multiples. Il le devait à Carma évidemment. « Un épéiste sans épée est un homme mort, un pugiliste armé est un menteur » disait-elle. Et il ne l’avait jamais contredit.

Le pugilat avait cependant un défaut pour les ignorants, ses coups ne pouvaient qu’êtres contendants. Une erreur grossière, il suffisait de porter des gants d’acier aux arrêtes aiguisées pour régler ce problème. Non, le seul défaut que pouvait comporter le combat à mains nues était sa portées… Mais était-ce vraiment un défaut quand, celui-ci permettait d’agripper tout ce qui passait à porté de main ? Un bretteur aurait eu bien des difficultés à saisir une lance avec son épée en main, un problème que n’avaient pas les boxeurs. Que pouvait faire un lancier une fois qu’on lui avait arraché sa lance des mains ?Pas grand-chose, surtout si celui en face utilisait sa lance. Un principe dont Kyriel était amoureux, il aimait retourner les armes de ses adversaires contre eux, leur prouvant qu’il était meilleurs. Péché d’orgueil, le politicien ne se le cachait pas.
Son style était sans âme,parfaitement maîtrisé, complet mais sans âme… ou presque. Car lorsqu’il se battait pied et poings, l’instinct de meurtre était clairement visible. Il avait appris à sa battre pour survivre, se battre avait toujours été une question de survie depuis son enfance. Tuer ou être tuer, telle était la véritable règle que son père et Carma lui avaient enseigné. Et ça, rien ne pouvait le lui enseigner si ce n’était de le forcer à mettre sa vie en jeu. Et il n’avait pas eu le choix. Chaque exercice auprès de la tueuse avait toujours été effectuer sous l’étoile de la mort. L’échec était la mort. Et il n’avait jamais échoué, sinon il serait mort. Son style était sans âme, uniquement destiné à la mort, mais son mensonge lui avait une âme. Il lui avait fallu un an pour donner une âme à l’utilisation de sa rapière. Un an qui lui avait semblé être du gaspillage… C’était la première chose qu’il avait fait une fois devenu une figure publique officiel de Ventus, un an pour apprendre à avoir une âme avec une rapière, un an pour donner à son style à la rapière l’âme du beau… et renforcer son image de génie.

Il dégaina Jezabel et fit volt face, prêt à éliminer ce nouveau pion.


***


-Ventus a un gros problème de sécurité.

Un silence perplexe lui répondit alors qu’il exposait ce fait d’un ton badin, jouant négligemment avec la dague d’un des tueurs, comme si il était tout à fait naturel de tenir une arme dégainée en plein conseil, une arme tachée de sang.

-Loin de moi l’idée de contester l’efficacité des soldats de notre pays, mais chacun a une place à tenir. Le problème est que nous manquons d’individus tels que ceux qui m’ont attaqué. Certes, il serait aisé pour qui possède un minimum de connaissance des milieux clandestin de se payer des assassins, des espions ou encore des montes en l’air…

Toujours le même silence, la dague ensanglantée captait une partie de leur attention, la désinvolture du chef du conseil malgré son état en captait une autre.

-Mais à moins que je ne me trompe, nous ne pouvons nous permettre de faire appel à la pègre, cela n’aurait aucun sens et s’avérerait bien trop dangereux. Nous avons besoin d’informations, nous devons anticiper les actions des autres. Nous avons besoin d’hommes de l’ombre pour empêcher le genre d’accident que je viens d’avoir. Les accords de paix vont bientôt toucher à leur fin et nous allons nous retrouver dans un situation instable. En aucun cas je n’accuse un quelconque pays, mais force est qu’il nous faut anticiper ce genre de problème. Que se passerait-il si au moment ou nous nous faisons attaquer, le chef exécutif du conseil ou encore le chef des armées en place se fait alors tuer ? De par la nature belliqueuse d’Ignis nous ne pouvons négliger ce paramètre. Et peut-être qu’Iskandar d’Ignis ne s’abaisserait pas au meurtre, mais qu’en est-il des autres princes ? Sans compter que si nous devons nous engager dans une guerre, celle ci pourrait mettre le continent à feu et à sang. Gageons que cela n’aura pas lieu mais, comme le dit le vieil adage, « si tu veux la paix prépare la guerre ».

-Alors que proposez vous Bernkastel ?

Le jeune homme sourit.

-Laissez moi terminer d’exposer les faits s’il vous plais. Dans le cas ou nous entrions en guerre, et uniquement SI cela arrivait. Comment ferions nous si Terra et Ignis faisaient fis de leur différence et s’alliaient ? Dans l’état actuel je doute que nous puissions lutter. Aquaria ne pourrait nous venir en aide dans tous les cas. Même préparés, avec nos forces actuelles nous ne pourrions lutter. Notre armée et forte, mais Terra possède plus de soldats que nous. Nos mage sont peut-être de tous types, mais nous ne possédons pas autant de mage q’Ignis. Cependant, contrairement à eux nous avons deux choses. Le génie et la liberté, la vraie. Ventus possède sa propre aristocratie et nous en sommes l’exemple parfait… Ne vous en déplaise ce terme.

Toujours un silence lourd.

-Oui, Ventus a ses aristocrates, ses aristocrates de la pensée. Nous n’avons pas autant de mage qu’Ignis et, ils ne sont peut-être pas aussi puissants que ceux d’Aquaria non plus. Notre armée n’est pas aussi entraînée et volumineuse que celle de Terra, veuillez m’excuser généralissime de dire ça, et n’est certainement pas aussi impitoyable que celle d’Ignis. Mais nous avons notre esprit et notre science. Cela fait, comme vous le avez, un petit moment que je m’intéresse à la technomagie et que j’incite nos scientifiques et magiciens à se pencher sur le sujet. Les armes technomagiques sont possibles, c’est un fait avéré. Pourquoi ne pas créer un département sécurisé pour cela ?

-Et si quelqu’un nous dérobe nos théories ?

-Merci de noter ce détail, il s’agit là de la deuxième proposition que j’avais à vous faire. L’espionnage nous fait en partie défaut. Mais nous avons des individus doués à Mihailov, des individus doués masi qui tiennent à leur liberté. J’ai déjà réfléchis à ce sujet et, j’ai observé nos jeunes esprit. Quelle ironie de dire cela alors qu’il avait à peine vingt trois ans. Donnez moi un an et j’en fait des espions de talent, donnez m’en deux et j’en fait les meilleurs espions de tout le continent.

Silence méfiant.
Sa première phrase fut posée comme un constat banal

-Je suis un génie, reconnaissons le. Je me suis penché sur tous les domaines possibles et, j’ai moi-même je vous l’avouerait développé quelques talent dans le domaine de l’information. Les éléments sur mon passé avant que je ne sois citoyen de Ventus étant tous complètement introuvables à moins que je ne les fournisse vous le savez.

Son sourire à leur égard se fit ironique

-Biens sur, il est hors de question de prendre le moindre risque, les « éléments » choisis seront triés sur le volet et, devront être plus que fidèle à Ventus et surtout à notre philosophie. Mais surtout, ils devront faire ce choix de leur plein grès.

Il se leva, mettant fin à toute possible discussion et, déposa une pile de documents.

-Je vous propose de mener tout cela à Nebula, l’endroit étant déjà un centre de recherche légèrement isolé… ET je vous laisse bien sur réfléchir à ma proposition. Toutes les explications détaillées, toutes les informations nécessaire et, la gestion du budget sont dans ces documents. Libre à vous de décider, en aucun cas je ne tiens à être présent pendant que vous en débattez, soyez libre de parler et de décider, de modifier et de choisir, je me plierais à votre choix et, n’aurait aucune voix au chapitre.

Il quitta alors la pièce. Le projet serait accepté il le savait. Cette tentative d’assassinat était tombé au bon moment. Le projet serait accepté oui, non officialisé mais accepté. Il avait passé plusieurs mois à tous les sonder, à analyser leur passé. Déjà la moitié des membres avaient donné leur accord tacite bien avant la réunion. La guerre de l’ombre se préparait. Eloan, Aria et Carma, ses pièces maîtresses, libres, allaient pouvoir entrer en jeu véritablement.
De toute façon, l’ombre de la dague ensanglantée qu’il avait laissée plantée à sa table les pousseraient pour la majorité à valider sa proposition.


***


L’homme qui lui faisait face était vêtu de brun et de gris, son visage était banal, son arme était une épée longue terne, il ne dégageait rien. Un véritable tueur. Kyriel sourit et se mis en garde. Face à un individus comme celui qu’il affrontait, il n’était nullement besoin de chercher à anticiper ses actions, il allait le tuer, c’était tout ce qui comptait.. Car s’il ne le faisait pas ce serait l’inverse. Cette fois personne pour le protéger. Aleister et ses hommes comme à chaque réunions étaient restés dans sa demeure, il avait trouvé de quoi occuper les sept sœurs, Aria avait une représentation et Carma… Carma ne serait pas là. Tuer ou être tuer. Le politicien gratifia l’homme d’un sourire carnassier, déformant ses traits en un rictus prédateur. Et le combat pu débuter.

Cet affrontement rappelait au jeune homme ses débuts à Ventus. Il était arrivé sans le sous après avoir tué tous les membres, ou presque, de sa famille. Passer la frontière entre Ignis et Ventus avait été bien plus que compliqué, des soldats patrouillant à la frontière, empêchant quiconque de passer. Il avait du faire un choix, il n’avait pu se permettre de la jouer humanitaire et, s’était servis de pauvres serfs comme d’une diversion. Tous étaient mort en tentant de s’opposer aux fardes frontière, mais la distraction avait permis à Kyriel et ceux qui l’accompagnait de passer. Éprouvait-il des remords ?Non, tuer ou être tuer, tel était la règle. Pas de mort inutile, juste le nécessaire. Et il étaient parvenus à passer la frontière. Peu après, Kyriel avait laissé Aleister et Aria faire leur chemins ensemble leur laissant tout l’argent qu’ils avaient pu gagner. Le plan était simple, deux ans, ils devaient se retrouver dans deux ans, le temps que Kyriel ai acquis un statut assez élevé, le temps qu’ils se créent tous une histoire dans ce pays, qu’ils recommencent tous tout à zéro. Peu lui importait ce qu’ils feraient pendant ces deux années tant qu’ils gagnaient tous une identité propre à Ventus. Seul Aria avait quelque chose de prévu.
Dans son cas, il ne s’agissait pas simplement de se créer une nouvelle identité. Il voulait se forger une image, il voulait enterrer Carel Ashbringer. A Ignis, il avait commencé à exister après avoir été éloigné, abandonné. Son père avait rayé son existence pendant un an, jusqu’à ce qu’il revienne dans le demeure familiale. A présent, il devait tuer Carel définitivement, Carel était déjà mort. Il serait à présent Kyriel Bernkastel. Pendant un instant il avait envisagé de reprendre le nom de sa mentor, par humour mais non, cette idée lui semblait manquer de… finesse. Kyriel Bernkastel pour pouvoir exister devait faire la même chose que Carel Ashbringer, partir de rien. Mais contrairement à Carel, Kyriel n’était pas destiné à disparaître avant d’avoir atteint le sommet. Non, Kyriel visait le plus haut sommet en partant du plus bas. Il commencerait d’abord par se faire connaître à Ventus, ensuite il atteindrait le premier vrai sommet, le statut de chef exécutif du conseil. Et enfin il accomplirait son « grand œuvre ».

Il commença donc en bas de l’échelle sociale, sans diplôme connu, sans argent. Il ne pouvait rien faire… ou presque. Mais il y avait quelque chose qu’il avait appris à faire, quelque chose dans lequel il excellait, ce qui n’était pas vraiment légal. Il pris part à des combats de pugilistes plus ou moins légaux, se faisant un peu d’argent, rien de bien risqué ce genre de pratique étant plus que toléré. Avec l’argent ainsi que la petite réputation qu’il s’était fait, il commença à investir dans les substances psychotropes, ses connaissance en herboristerie et en chimie l’aidant particulièrement. Il se faisait alors plus d’argent. Mais ce n’était pas assez. Avec le petit laboratoire qu’il avait créé de cette manière, il pouvait certes se faire de l’argent assez facilement, il pouvait certes travailler sur se poison mais, ce n’était pas assez. En six mois il s‘était déjà fait un petit nom dans les cercles d’amateurs de substances plus ou moins… originales, il était temps d’accéder au second niveau. Sa réputation sulfureuse de jeune homme qui n’était partit de rien était faite. Maintenant venait la réputation d’artiste.
À vrai dire, au début il ne s’attendait guère à avoir un quelconque succès dans ce pays, dans cette ville. Mais après tout, il était un génie… ou au moins avait-il la technique, une certaine fibre artistique et un sens de l’originalité. Toujours était-il que les fait étaient là, les peintures de Kyriel avaient du succès, un succès surprenant pour quelqu’un surgit de nulle part, sans aucun diplôme ; Kyriel surprenait, avec son parfum de mauvais garçon des personnes s’intéressèrent de plus en plus à lui. Il eut plusieurs offres de mécénat, plusieurs propositions pour intégrer des écoles. Mais il refusa, il ne voulait dépendre que de lui, de personne d’autre. Il achetait de plus en plus de livres, amassait de plus en plus d’argent, assez pour pouvoir faire construire une petite bibliothèque. Certains des ouvrages qu’il avait acquis n’était peut-être que des faux, mais toujours était-il qu’il s’était fait une petite réputation et, qu’il avait à présent un point d’encrage plus que défini. Artiste et intellectuel sulfureux surgit de nulle part, intrigant, surprenant, étonant… Au bout d’un an il se lança dans le commerce, étendant son domaine d’activité.

Encore une fois, il surpris tout le monde, là ou une affaire était à faire, il y était et, il n’était jamais étonnant qu’il ai un train d’avance. Le mot génie commençait à être murmuré sur son passage. Un génie charmant et séduisant, Kyriel Bernkastel était un homme qui savait se tenir, qui possédait une prestance incontestable et un physique assez positif avouons le. Les dames raffolaient de son corps fin et musclé que plusieurs cicatrices ornaient, de sa réputation sulfureuse, les artistes le respectaient et lui reconnaissaient un certain talent et enfin, sur le plan économique il était redoutable. Ajoutez à cela que certaines rumeurs disaient qu’il avait eu des relations avec des hommes. Cependant, dans une partie de tout cela, il y avait subterfuge. Kyriel était un très bon commerçant, c’est un cas avéré. Mais comment faisait-il pour flairer des affaires juteuses et pour doubler ses concurrents par moment ? Rappelons nous, Kyriel avait été formé en tant qu’assassin et espion, il n’hésitait donc pas par moment à se salir les mains.
Son succès faisait de plus en plus de bruit, assez pour que certains commencent à envisager qu’il puisse vouloir prétendre à une place au conseil, ce que beaucoup ne lui aurait pas refusé s’il s’en montrait digne. Mais quelque chose survint un jour. Quelque chose que seules quelques personnes apprirent après coup, les seuls proches de Kyriel. Jour le jeune homme reçu une lettre lui annonçant que le soir même sept personnes viendraient le tuer. Et ce fut le cas. Comment s’en sortit-il ? Il ne l’a jamais dit. Toujours est-il que ces septs personnes étaient sept sœurs, sept sœur qui la nuit d’après étaient devenue ses « alliées ». D’une manière ou d’une autre il les avait convaincu. Elle deviendraient alors sept de ses alliés les plus sures, des tueuses et espionnes émérites à son service.

Un paramètre inconnu venait d’être ajouté mais il en sortait gagnant. Cette surprise, il la reçu le jour ou il participa aux concours pour intégrer le conseil. Mais ce jour fit grand bruit pour une autre raison. En effet, le jeune plutôt que de passer quelques examens pour quelques postes au conseil passa tous les tests. Ainsi donc il prétendait au poste de chef exécutif du conseil ? Mais le plus surprenant fut sans aucun doute le résultat. En effet, Kyriel avait passé tous les tests haut la main, obtenant ainsi un titre prestigieux à un âge défiant toute concurrence. Mais mieux encore, lui qui ne sortait d’aucune académie connue et encore moins de Mihailov, lui qui avait commencé au bas de l’échelle se retrouvait à présent à la plus haute place possible du pays. UN évènement qui fit grand bruit. Deux ans s’étaient écoulés, Kyriel venait de reporter un pari qu’il avait fait avec lui-même. Et tous les compagnons dont il s’était séparé le retrouvèrent alors. Aleister et ses quelques hommes qui étaient redevenus des soldats donnèrent leur démission, devenant les gardes du corps personnels de Kyriel. Aria elle repris contact sans que personne ne puisse s’en douter avec son pactisant, il était temps pour lui de ne plus se contenter de ses talents d’espion, maintenant il allait réutiliser son pouvoir, chose qu’il n’avait pas fait depuis l’incendie des Ashbringer.
Mais quelqu’un d’autre devait s’ajouter à cette toile, Carma Steinberg. La tueuse elle, était professeure à Mihailov en herboristerie depuis plusieurs année. Un soit alors qu’elle sortait d’un cours, elle croisât le nouveau chef exécutif de Ventus qui se rendait à une conférence qu’il devait animer. Un simple murmure qu’elle seule était capable d’entendre échappa de la gorge du jeune politicien.

-J’ai un projet qui devrait vous intéresser maître.

Ce fut leur premier échange publique.

Les trois années qui suivirent se succédèrent. Aria devint professeur de chant à Mihailov, se faisant devenant de plus en plus célèbre. Chose qui surpris nombre de personnes, elle eut une relation avec le dénommé Eloan Galaad alors qu’elle visait le post de professeur de magie comme lui. Il la doubla, mais plutôt que d’en prendre ombrage, se « contenta » du poste de professeure de chant de l’académie, restant en terme plus qu’excellent avec le niveau professeur de magie.
Aleister lui continuait d’assurer la protection de Kyriel, se faisant avec difficulté aux tueuses que le jeune homme avait ajouté à son groupe. Les sept tueuse assurant les ombre de l’ancien Ashbringer.
Carma elle… semblait adhérer aux plans de Kyriel.
Quand au jeune génie, il ne fit que renforcer sa réputation de génie, jouant sur des tableaux multiples, surprenant toujours là ou il n’était pas attendu, dans n’importe quel domaine. Il semblait ne jamais dormir, agissant à toute heure de la nuit. Et, il ne dormait presque jamais. Entre recherche, étude et politique la moindre minute perdue lui semblait un gaspillage énorme. Il n’avait pas terminé son œuvre loin de la, il devait retrouver sa sœur supposée décédée par ses propres moyen et, ne cessait d’inventer, de découvrir… Sans oublier les tentatives d’assassinat, son rôle de chef exécutif du conseil, ses divertissements et sa traque des ennemis de Ventus. Car oui, le jeune politicien était tombé amoureux de ce pays et, comptait bien protéger la liberté qu’il y avait gagné.


***


Il tira du cadavre de son assassin sa rapière. La douce Jezabel avait tenu le choc et, lui avait sauvé la vie plus d’une fois, Kyriel ayant bien cru qu’il allait se faire tuer un certain nombre de fois au cours de ce combat. Décidément, sa mentor n’avait pas hésité à lui envoyer un adversaire redoutable qui aurait bien pu le tuer… Surtout qu’il n’avait pas son matériel complet. Mais encore une fois,il était sortit victorieux de son duel avec la mort.

Il tomba à genou, la tête lui tournant. Quelque chose gênait son épaule. Il passa une main dans le dos et y découvrit un couteau planté… par miracle celui-ci n’avait rien touché de vitale… Un problème tout de même, la lame étant sûrement empoisonnée… Comme s’il craignait un quelconque poison…


***


-Parfois j'en viens à douter de le faisabilité de ce que j'ai entamé...
-Qu'il y ai la guerre ou non, n'oublie pas que tu es condamné.
-Merci de me le rappeler.

Il poussa un soupir de lassitude. C'était un de ses quasi inexistants moment de doutes, ces instant ou il se demandait si son projet était réalisable. Si peu de temps... et il y avait tant d'individus qui auraient pu les déjouer... ou encore des données inconnues... Mais peu importe, son corps ne le porterait encore qu'une dizaine d'années, passé se délai, les drogues qui lui permettaient de tenir ne seraient plus efficaces et, il s'effondrerait simplement. Il avait beau avoir acquis une résistance à la douleur incroyable, il savait que cette fois il ne pourrait pas le supporter... dans le meilleurs des cas. Dans le cas le plus probable et le plus logique, il mourrait bêtement dans la souffrance, les effets de la maladie et des drogues qu'il prenait le rattrapant alors... Une chose que personne à part Aria ne savaient. Non, il y parviendrait, il arriverait au bout du chemin qu'il traçait, peu importe. Dut-il tuer un dieu, il l'aurait fait. mais il doutait qu'un dieux quelconque se mette en travers de son chemin ou soit vraiment capable de l'arrêter.
Non, tout avait été préparé, toutes ses pièces se mettaient en place petit à petit. Voilà un peu plus d'un an que le club Steinberg avait ouvert, les meilleurs élèves ayant déjà été investis de divers missions. Le traité de paix arrivait bientôt à sa fin. Qu'il y ai la guerre ou non, il avait prévu les deux possibilités ainsi que les différentes variables... même les plus improbables, il était prêt. Et les voix veillaient...

{Détruit
{Magnifie
{Fuit

Un sourire indescriptible se dessina sur son visage, il était hors de question qu'il se laisse distraire par des voix. Il avait tout prévu et même l'imprévu rentrait dans ses plans. Carma, Aria, Selia, Aegis, Aleister, les sept sœurs,Eloan et les autres...





Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 336
Age : 15
Métier : Utopiste
Humeur : Optimiste
Points Histoire : 0
Mar 27 Mar - 23:27
Ah bah enfin, je ne serais plus le seul admin à être "validé" XD

Bon je vais pas te souhaiter la bienvenue, ça serait assez ironique, la présentation me convient bien, je regrette juste que tu n'aies pas développé ta relation avec ta soeur dans ton histoire. Si tu pouvais aussi reprendre la partie influence et déplacer ta partie morale dans la partie caractère (ou l'étoffer, histoire de rendre les deux plus équilibrés) ça serait vraiment pratique.

Bon, trêves de bavardages, voici tes rangs:

Puissance - Rang A:

Pour une fois la fonction n'a pas grand chose à voir avec la puissance, mais tu es un assassin très bien entrainé doublé d'un génie de la stratégie et disposant des ressources physiques d'un pactisant... Ton pouvoir de pacte te donne aussi un avantage décisif dans chacun de tes combats.

Influence - Rang B+:

Chef exécutif du conseil et génie incontesté de Ventus. Rien de plus à dire.

Bon rp à toi =p




"J'effacerai toutes les tragédies de ce monde."

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Kyriel Bernkastel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Présentation de Frederica Bernkastel [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pres à revalider :: Ventus-
Sauter vers: