Väino d'Ignis



 

 :: Pres à revalider :: Ignis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Väino d'Ignis

avatar
Messages : 21
Age : 23
Métier : second prince
Humeur : implacable
Points Histoire : 0
Lun 4 Mar - 1:16
IdentitéNom: Ignis
Prénom(s): Väino
Titre: La Flamme Blanche d'Ignis
Âge: vingt trois ans
Genre: Homme
Nature:  magicien
Affinité: feu
Pays: Ignis
Métier: second prince d'Ignis
Langues: Langue Courante
* Thème: http://www.youtube.com/watch?v=qyDUpTd4J1w


Caractère et Morale
Au premier abord et quand on ne le connait pas, il est aisé de prendre le second prince pour un homme  un peu trop simple et direct. En effet, celui ci n'est pas du genre à ménager son langage et a tendance à faire preuve d'un certain franc parler. De plus, n'aimant guère passer par des chemins détournés, il possède un certaine propension à être direct, les chemins détournés étant selon lui une perte de temps. Sans doute est-ce cela qui fait que le peuple l'apprécie. En effet, il ne semble guère apprécier  de s'embarrasser en hypocrisie, il est inutile de dire à quelqu'un qu'on l'apprécie alors qu'au contraire on en l'apprécie pas par exemple. Il ne, semble t-il, mâche jamais ses mots et possède une certaine tendance à aller droit au but. Il faut cependant prendre garde. En effet, s'il apprécie le fait d'aller droit au but, d'être franc et honnête, Väino maîtrise cependant malgré tout ce que l'on pourrait croire, l'art du dialogue et de la diplomatie. S'il n'use pas de piques mesquines, c'est car il juge cela d'un profond désintérêt et uniquement pour cette raison, il n'y a dans cela aucun principe de noblesse, après tout si la noblesse devait se juger au langage, l'homme le plus aimable et le moins insultant serait l'individu le plus noble sur terre... alors qu'il pourrait être un lâche accompli.

En effet, le second prince ne juge pas les individus sur ce qu'ils disent mais sur ce qu'ils font. Ils aimerait bien pouvoir juger les individus sur ce qu'ils pensent mais, il n'est pas capable de s'introduire dans l'esprit des gens et, n'a pas l'orgueil de pouvoir savoir qui ils sont en un seul coup d'oeil. Pour lui les paroles sont vides de sens si l'on ne les accompagne pas d'actes. Vous pouvez bien jurer autant de fois que vous voulez que vous lui êtes fidèles et ne le trahirai jamais, ce sont les actes qui prouveront si ce que vous dites est vrai ou non, la vérité ne  se trouve pas dans les mots mais dans les actes. Attention, n'allez pas penser qu'il méprise les paroles et a une fois absolue dans les actes, cela serait le prendre pour bien plus bête qu'il ne l'est. Simplement, les mots sont bien plus légers que les actes. Et le second prince d'Ignis est un homme  qui n'hésite pas à accorder sa confiance au gens... dans la mesure de leurs actes.

Sous une apparence joviale, qui n'est pas qu'une apparence la plupart du temps, Väino est capable de faire preuve d'un humour et d'un cynisme plus fin que ce que l'on pourrait croire, étant un grand mêitre de la provocation et du soufflet. Si l'humour potache est de bon ton avec la soldatesque et avec la population, avec les individus éduqués il en est aisément autrement. Parfois même, l'humour du second prince peu sembler particulièrement obscur, celui ci pouvant faire référence à des idées et principes peu connu. Il semble généralement capable de rire de tout, du pire comme du meilleurs, aussi bien de la vie que de la mort. Cependant, cela ne veut en aucun dire qu'il n'éprouve aucun respect pour la mort et la vie. Au contraire, il est bien plus touché que d'autre par la mort, ayant tué de sang froid plus d'une fois sans hésiter. Car si le second prince a tendance à être généreux avec ses alliés, il est avec ses ennemis impitoyable, n'hésitant pas à détruire tout ce qui se trouve sur son chemin et s'opposant à lui.

Car s'il n'est pas du genre à apprécier la violence gratuite, il n'hésitera pas à en faire usage sans une seule hésitation si celle ci peut-être utile. Et c'est là qu'intervient le sang d'Ignis. Le prince est fier, à vingt-trois et après quatre années d'absence, il est parvenu à se hisser à la place de second prince. Fierté devenant orgueil, lui même ne tolère pas que s'opposent à lui des individus qui ne sont pas de son statut ou qu'il en respect pas, il ordonne, on obéit, c'est aussi simple que cela. Et, s'il est de nature a être jovial et agréable, cela ne veut pas dire que gagner son respect est aisé et, sans doute en vient-on à un des paradoxes du prince. S'il a en horreur que le vulgaire individu du commun ne s'incline pas face à lui et, que ce dernier estime être l'égal du prince, il est plus à même à respecter ceux qui s'opposent à lui avec fierté malgré leur faiblesse; il méprise plus que tout ceux qui n'ont aucune fierté et, n'éprouve que dégout pour ceux qui n'ont pas d'honneur.

Assez ironiquement, alors qu'à son retour il provoqua un certain nombre de ses frères et sœurs, Väino possède une grande considération pour les liens du sang. Il a beau viser le trône et, vouloir succéder à son père, il ne mettra jamais à feu et à sang Ignis pour y parvenir, il respect énormément la majeur partie de ses frères et sœur ce qui, n'était guère le cas dans son adolescence. Pour les liens du sang et la paix intérieur du royaume priment sur ses désir personnels. Il voue d'ailleurs un immense respect pour son père qui, pourrait presque faire pour lui figure d'idéal; et s'il n'est pas forcément d'accord avec la manière d'agir de celui ci, il ne s'y opposera jamais, Iskandar est le roi et, le second prince lui doit obéissance. De plus, en tant qu'homme de parole et, autant que possible d'honneur, le jeune homme évitera autant que possible de faire preuve de bassesse et d'agir comme un lache, il fera toujours tout ce qu'il peut pour tenir parole à juste titre.

Enfin, s'il est bien une chose qu'il déteste plus que tout, il s'agit sans conteste des traitres, plus exactement de ceux qui le trahissent lui.


Physique Chez un homme, il est toujours quelque chose qui vous marque plus que le reste. Väino ne fait pas exception à la règle, il est plutôt l’exemple typique de ceux ayant quelque chose qui se remarque immédiatement. Ses yeux. Oui, ses yeux, ces deux rubis rougeoyants où brulent une lueur passionnée. Ces yeux rouges comme le sang ou brillent le feu de la passion, ou dansent la flamme des hommes qui sont plus que de simples hommes. Ces yeux à l’éclat noble et franc qui semble t-il ne sauraient mentir. Bien des gens du peuple ont dit que ses yeux ne sont pas ceux d’un homme mais plutôt d’un loup fait homme… et ils ont dit bien d’autres choses, comme un prêtre d’Ehol qui avant de mourir de mourir de sa main couina qu’il s’agissait des yeux de la bête. Pourtant, ces yeux à la couleur si étrange n’ont rien de surnaturel au final,il s’agit simplement de l’héritage génétique d’une mère albinos… Même si par chance il n’a gardé physiquement de sa mère que cette pigmentation particulière. Et celui que l’on nomme le loup d’Ignis en joue, cela fait partie des choses sur lesquelles le peuple aime jaser. Hé bien, qu’ils parlent de ses yeux plutôt que de ses guerres… Car le brasier au fond des yeux du second prince d’Ignis et la passion qui coule dans ses veines, jamais semble t-il ne 'éteindrons.

Pourtant il ne s’agit pas de la salle chose si particulière émanant de lui. Non, il a quelque chose d’autre. Väino ne possède pas le profil du jeune premier loin de là, ses traits lui interdisent. il possède quelque chose qui plait au peuple et aussi à la gente féminine, Väino est l’Homme. Il possède la prestance de ceux qui sont des individus accomplis, sa carrure est celle du guerrier, celle du protecteur, celle de l’ami, celle du père, celle de l’allié, celle du héros immuable. L’aura qu’il dégage ne pousse pas les gens à être en adoration devant lui, non. L‘aura qu’il dégage est celle de l’ami sur et fiable, on ne peut s’empêcher de vouloir être de ses proches, de vouloir être son égal, d’être compté par ses amis… et toujours son attitude donne l'espoir, montre qu’il est possible de compter parmi ces individus. Plutôt que de laisser en extase, il laisse l’impression durable qu’il est simplement Homme à force de volonté.

Il n’appartiens pas à la race de ceux qui sont beau au point que tous les regards se tournent vers lui. Il n’appartiens pas à la race de ceux qui sont beaux au point que seul lui compte. Il appartiens à ceux dont la beauté physique est le reflet de l’être intérieur. Loin d’être laid, il n’entre pas dans les canon de la beauté et de l’esthétique noble. Il possède le physique d’un homme auquel les gens du peuple semblent aimer s’identifier. Pas de traits doucement dessinés, finement travaillés, gracieusement taillés, délicieusement harmonisés. Non, des traits bruts et découpés sans aucune fioriture, sans aucune exagération, nullement parfait. Sa mâchoire carré n’a pas la finesse d’une personne éduquée dans le luxe, sa dentition est quelque peu décalée, ses sourcil sourcils sont trop broussailleux pour être considérés comme fins, son nez a été brisé trop de fois pour être parfaitement droit. Pourtant il possède la beauté que les femmes, désirant un homme viril, ne peuvent ignorer ; le beauté que les hommes, s’estimant ne pas être laids, ne peuvent qu’estimer et considérer comme leur étant égale. Ses traits sont ceux de l’homme qui a vécu autre part que dans le confort, forgés par l'effort.

En effet, sa peau est recouverte d’un léger hâle, le hâle qui ne disparaîtra jamais. Non, sa peau n’a pas la douceur de celle que se doit de posséder l’éphèbe. Celle-ci est usée et marquée, par l’air pur de la montagne, par le soleil brûlant des steppes, par le vent sec des plaines, par le sauvagerie des batailles. En effet, son corps est parcouru par les multiples cicatrice du guerriers ; certaines d’entre elles montrant une force de la nature qui aurait déjà du succomber, comme celle qu’il possède et parcours son ventre d’un bout à l’autre à l’horizontal, et qui de part sa taille laisse penser qu’il a survécu à un coup qui aurait du l’éventrer (alors que dans le cas de celle-ci, il s’agit surtout du coup hasardeux d’un adversaire qui, s’il ne fit grand mal dans l’instant manquât de le tuer en s’infectant, laissant sa marque indélébile). Ayant passé un temps plus qu’honorable dans les bordels et les tavernes, à travers Ignis voir ailleurs, nombreuses sont les légendes et les histoires courants sur les cicatrices qu’il possède ou non, grivoises ou non au sujet de sa virilité. Une grande énigme restant la légendaire cicatrice de l’amante en colère qui tenta de le châtrer mais ne parvint au final qu’à ébrécher sa lame sur ses parties intimes (malheureusement, il ne s’agit que d’un mythe, aucune partie intime de saurait résister à la dague d’une femme en colère messieurs, navré de vous l’apprendre… mais rassurez vous mesdames Väino possède encore toute sa virilité et ne saurait satisfaire qu’une seule femme ! Mais il possède bien une cicatrice à l’entrejambe et la révélation au sujet de cette énigme révélera sans nul doute une vérité cachée sur le sens de la vie).

Mais il ne s'agit pas là de ses seules cicatrices non, il en possède bien d'autres. Son torse garde d'ailleurs la trace de griffure indélébile du loup qu'il affronta, celui ci manquant de lui arracher le tétons gauche, ce qui ne fut heureusement pas le cas. Tout comme son épaule droite restera à jamais marquée par la morsure de son compagnon lors de leur première rencontre. Nous ne parlerons pas de ses mains et de ses bras, couturés des cicatrices du au multiples coup d'épées, lances et dague qu'il a pu subir, laissant de fines lignes blanchâtres. Ses doigts eux même en sont marqués au delà des cicatrices, légèrement tordu à cause des diverse fractures, fêlures, et entorses accompagnants ces fameuses cicatrices aux mains. Il est aisé de remarquer la longue trainée rosâtre sur sa peau tannée le long de toute sa jambe gauche, blessure qui fut "cicatrisée" de force grâce à un sort de feu, manquant sans aucun doute de tuer Väino plus efficacement que la blessure... N'oublions bien sur pas les multiples ronds blanchâtre, marquant clairement les cicatrices dues aux flèches ou au carreaux d'arbalète... Un corps couturé de cicatrices pouvant sans aucun doute raconter tout une partie de la vie du prince... et montrant son expérience. Des cicatrices retirant sans aucun doute au prince une partie de la beauté qu'il aurait pu garder. Car les belles cicatrices sont rares et se trouvent plus aisément dans un roman que dans la réalité.

Le second prince d’Ignis possède clairement le corps d’un guerrier. Ses épaules larges son habituées à manier de multiples armes, de l’épée à la hache en passant par l’arc mais surtout, la lance. Ses muscles saillants ne sont pas à proprement parler bien découpés, ni découpés à vrai dire. Non, ses muscles sont taillés pour procurer le plus de puissance sans pour autant négliger la souplesse, ses muscles sont taillés pour pouvoir encaisser coups de poings et coups de pieds sans broncher, tenir malgré le fer qui les mords, tandis que ses mains caleuses sont faites pour brandir toute sorte d’arme. Ses bras biens puissants, développés pour distribuer gnions et coups de choppes dans les tavernes. Ses jambes bien campées, taillées pour puiser une force inestimables dans ses appuis lorsqu’il s’agit de retourner d’un coup une table. Son dos bien large, formé pour soulever un homme et le jeter sur un comptoir. Ses pectoraux bien musclés, pour accueillir une femme contre lui après les ébat digne de tout individu viril qui se respect.  Et son entrejambe bien… enfin vous voyez ce que je veux dire, ne nous étendons pas plus sur ce genre de détail…

Il est sans aucun doute une chose important à noter et à mettre en lumière, le sceau magique. Car après tout, étant magicien comment ferait-il sans sceau pour lancer des sorts? Plutôt que grand, celui ci est particulièrement long, parcourant toute sa colonne vertébrale. Si la pause du sceau fut particulièrement douloureuse à cause de la zone en question, cela avait plusieurs raisons. Car, selon son oncle et sa mère, il s'agit dans son cas de la zone ou potentiellement sa magie sera le plus à même de s'écouler naturellement. Sans oublier toute la symbolique. En effet, prenant racine au niveau des hanches celui ci puise sa force dans les appuis du mage, se dressant avec force en un arbre stylisé qui ne cesse de bruler sur les épaules de son porteur. Il s'agit là d'ailleurs d'un fait assez particulier, la taille du sceau n'a pas pour but la puissance mais la symbolique  et l'harmonie... Mais expliquez ça à un gamin de six ans et vous verrez que son avis sera bien plus... nombriliste.

Mais Väino n’est pas simplement un archétype du mage viril, sans cela il ne serait qu’un vulgaire barbare sans aucun autre intérêt que ses muscles (quoi qu’il puisse être vulgaire, barbare et aime faire jouer ses muscles) que le peuple identifierait plus facilement à un vulgaire pillard violant et massacrant à tour de bras qu’à un homme viril digne d’être votre meilleurs amis ou votre amant (tout dépend des perceptions). Non, faisant un peu moins d’une mètre quatre-vingt il entre dans la catégorie des hommes qui sont un peu plus grand de la moyenne sans pour autant être gigantesque. Sa démarche est celle d’un être noble et fier, certainement orgueilleux mais nullement prétentieux, sa démarche est celle de l’ami jovial, de l’amant viril et tendre, du protecteur fidèle. Ses gestes ne sont certainement pas maniérés mais sont loin d’être vulgaires (à moins qu’il ne décide de l’être et, un bras d’honneur est toujours vulgaire avouons le), il possède le geste juste et sur, sans surenchère, sans calcul(à moins d’être ivre mais là tout n’est que surenchère et assez calculé pour prouver que un et un font onze), ses éclat de rire sont joviaux et comme ceux d’un loup mais nullement mauvais et vulgaire (quoi qu’après une blague grasse, sont rire puisse se faire gras voir même vaseux).

D’ailleurs, revenons sur quelques détails que nous avons oublié, les détails qui font que malgré son physique taillé à la hache, il puisse plaire à ceux qui ne cherchent pas forcément un homme aussi brut que la pierre; comme son sourire, ses cheveux ou encore sa voix et la douceur dont il est capable de faire preuve. En effet, s’il y a bien des choses dans son physique capables de faire tomber en pâmoison les vierge effarouchées, il s’agit bien de ces éléments. S’il y a bien des choses faisant de lui quelqu’une de physiquement beau il s’agit bien de ces éléments. Comprenez bien une chose, en adéquation avec son physique puissant mais bien proportionné, il possède une voix à la fois grave et chaude, une de ses voix qui lorsqu’elle vous murmure à l’oreille que vous êtes la reine ne semble pas pouvoir vous mentir. Ses cheveux, longs et si noirs qu’ils en deviennent bleus sont pleins de vie et, plus d’une femme s’y est accroché, dans des situations que nous n’énonceront à voix haute par pudeur, sans jamais qu’il ne semble en souffrir. Sons sourire quand à lui es éclatant, de ceux qui aiment la vie et sont fier d’eux, le genre de sourire à faire tomber dans ses bras une jeune fille perdue et esseulée, ou bien à remonter le moral de ceux qui le suivent. Quand à ses gestes… une main caleuse mais d’une extrême douceur qui surprendra toujours lorsqu’elle vous caressera le visage, lorsqu’elle effleurera vos hanches ou vos cheveux… en faisant preuve d'assurance voir d'impudence.

Mais malgré tous ces aspect, il y a une chose que vous ne devrez jamais oublier, son corps est celui d’un prédateur et d’un chasseur, fait pour traquer sa proie et toujours l’abattre quelle qu’elle soit. N’oubliez jamais cela, l’homme est un loup pour l’homme… Et un loup restera toujours un loup, sauvage et sans pitié pour ses proies et ses ennemis. Lorsque la flamme du combat embrase son âme, ses gestes se font moins posés, sans aucune délicatesse. Son attitude peut être fluide ou brusque, lente ou vive, une chose ressort... La bestialité. Au combat ses mouvement sont sauvage, il semble guidé par l'instinct et la maîtrise, par l'habitude. Aucun autre sentiment ne transparait alors que le désir de vaincre, il devient comme un loup en chasse, comme assoiffé de sang et, cela se voit inévitablement de son attitude ou dans ses yeux, la braise de la passion couvant dans ses yeux se transformant en un brasier impitoyable, la flamme d'un descendant d'Ignis.


*Compétences générales

Baptistrel:

Pendant qautre années, Väino a été l'élève du premier baptistrel de Scandia, pendant tqautre années il appris et devint baptistrel. Ceux que l'on nomme baptistrels, sont aussi surnommés chantelame. Ce sont à la fois des bardes et des guerriers, apprenant la politique, la musique, la stratégie, la danse, l'histoire et la magie. Car en effet, ne peut-être baptistrel celui qui ne sait pas lancer de sort. L'apprentissage est exigeant et dure quatre ans, les cas d'abandon n'étant pas rares. En effet, un baptistrel ne peut se contenter d'être un vulgaire musicien, un vulgaire poète ou un vulgaire magicien. Les chantelames sont maîtres et gardiens du savoir et, doivent savoir faire preuve de sagesse. Même si les jeunes baptistrels n'ont pas cette particularité là, une fois leur formation achevée ils sont en voie pour apprendre la sagesse. Leur magie aussi bien que leur maîtrise de l'épée et de la lance ne forment qu'un seul et même aspect, ils doivent être capables de lancer des sorts en combattant et, leur style est étrange, car étonnamment dansant, la beauté de leurs gestes parvenant presque à faire oublier que leurs mouvements sont alors mortels. Ils apprennent de plus à catalyser leur mana à travers leurs armes, rendant celles ci bien plus dangereuse que n'importe quelle autre lame quelconque. Väino est parvenu au bout de ces quatre années et a donc été accepté au sein de la société baptistrelle en tant que l'un des leurs. Mais s'il a bénéficié de l'éducation intellectuelle, magique et martial des chantelame, il a aussi bénéficié d'une certaine éducation sexuelle auprès de la fille de son mentor, chose assez rare mais pouvant aussi être comprise dans l'éducation baptistrelle et, faisant alors aisément d'un ou d'une baptistrelle un amant de talent... Il est important cependant de préciser que, si Väino est à présent considéré comme un baptistrel parmi ceux ci, il est encore loin d'être un maître, bon chanteur certes, bon danseur certes et bon musicien certes, son véritable talent en tant que baptistrel est surtout celle du chantelame, l'art des armes et de la magie, ainsi que l'art d'être un amant.


Guerrier de talent

Il serait impossible de passer à côté d'un tel détail, Väino possède un don pour combattre. Il semble particulièrement apprécier les arts guerriers et ceux ci lui rendent bien. S'il sait manier la majorité des armes avec talent, sa vrai maîtrise martiale réside avant tout dans son art pour manier la lance ainsi que l'épée, fortement imprégné par les préceptes chantelames. Sans bien sur oublier la lutte ignisienne, qu'il aime pratiquer avec passion et dans laquelle il fait preuve d'un grand talent. Cependant, même s'il est capable d'être un excellent duelliste, Väino reste avant cela un guerrier et, fait toujours une différence entre un duel et un combat...


Mage d'instinct:

En tant que digne héritier d'Iskandar, Väino possède un grand potentiel magique. Mais là n'est pas la question, là, la question est de comprendre ce qui pourrait être considéré comme un talent particulier pour apprendre la magie. En effet, loin du talent pour appréhender les formes complexes de la magie ou les théories sur la question des sorts, Väino "sent" la magie qu'il utilise. Plutôt que liée à l'esprit, elle est pour lui viscérale, elle fait partie de lui et c'est ainsi qu'il lance ses sorts et les comprend, ils font partie de lui.


Prince charismatique:

Väino ne répond pas aux critère de la finesse et de la beauté... Pourtant, il est capable de rassembler derrière lui des hommes et des femmes prêts à la suivre et à mourir pour lui. Sa manière d'agir et son attitude font non seulement de lui quelqu'un à qui l'on ne désire pas désobéir, mais fait de lui quelqu'un que l'on suivrait jusqu'en enfer. Il n'est pas homme à s'énerver gratuitement et, même face aux pires situations reste toujours souriant et fier. De plus, bien qu'indéniablement un prince, il est parvenu à toucher le peuple de son domaine et à se faire aimer de ceux ci en agissant directement avec eux et en leur étant accessible, sans doute y est-il parvenu car il est tombé amoureux de la région mais le fait est là. Nul ne peut dire que dans sa stature Väino n'est pas apte à être second prince, tout comme il serait impossible de nier qu'il mérite de prétendre au trône d'Ignis.


Survivant:

Que dire si ce n'est que Väino a développé un certain talent pour survivre à tout et n'importe quoi. S'étant habitué à être blessé de manière plus ou moins graves, il a ainsi développé une résistance particulière à la douleur et aux blessures, ce petit talent ayant eu le don d'impressionner ses derniers adversaire face à l'endurance de leur opposant. En effet, le second prince bénéficie un physique plus qu'admirable, sans doute cela est-ce du à la quantité et à la qualité du mana qu'il possède,que celui ci est intimement lié a la vie d'un individus. Mais outre sa résistance à la douleur et aux blessures, il fait preuve d'une grande endurance et, s'adapte aisemment aux températures extrêmes.


 
*Équipement, objets divers :  

Armure princière:
Il s'agit de la seule et unique armure que porte le second prince d'Ignis, que ce soit aussi bien pour les parades que pour faire la guerre et, son utilité primaire est clair, faire la guerre bien qu'elle soit remarquablement travaillée pour l'esthétique. En vérité, le terme d'armure semble parfois quelque peu erroné vu la particularité de cette dernière. En effet, l'on remarquera que celle ci ne couvre que peu de parties du corps. Composé de deux spalières asymétriques, la gauche est contrairement à la droite quelque peu ornementée, ses contour ressortant dans une couleur bronze tandis que de la partie proche du coup de son porteur et fourrée de fourrure blanche. Seul le bras gauche est entièrement protégé, avec des canons d'arrière bras et d'avant bras, une cubitière ainsi qu'un gantelet de métal articulé intégré au canon d'avant-bras. Le bras droit quand à lui ne voit que la main de protégée par un gant en cuir. Ses hanches quand à elles son protégées par des tassettes bien moins grandes que la moyenne, la taille est protégée par plusieurs lamelles d'acier articulée tandis que l'entrejambe, se trouve protégée elle aussi par une coque d'acier articulée. Les jambes quand à elle sont protégées. Enfin, les jambes sont quand à elles protégées par des genouillères, grèves et solerets. Il est d'usage de porter en complément de l'armure de fine protection de cuir renforcées de cuivre au niveau du torse. Au delà de son  aspect particulier, il s'avère que l'armure permet à son porteur une libeté de mouvement plus qu'admirable, comme si celui ci ne portait aucune protection..

Gae Bolga:
La lance symbolique de Scandia, il s'agit d'une arme datant de l'âge obscur que les ancêtres des baptistrels cachèrent sous l'empire d'Eholis. La légende veut que toute personne subissant une blessure de Gae Bolga soit vouée à mourir dans l'instant suivant et, qu'en tant de guerre chacun de ses coups soient mortels; si la légende ne s'est jamais véritablement confirmé, il est clair qu'il s'agit d'une arme redoutable. Particulièrement bien équilibrée, elle reste pourtant complexe à manier, adaptée à l'art guerrier des chantelames avant tout. Elle est à la fois particulièrement légère et souple et, fait preuve d'une solidité extraordinaire. Ayant la particularité d'avoir un fer de chaque côté, elle permet ainsi d'attaquer des deux côtés même si l'un d'eux est clairement destiné à l'usage principal, le fer mesurant environ quarante centimètre et rappelant la forme d'un harpon avec ses barbelures; sans compter que celui ci est en son centre évidé, la lance provoquant ainsi un blessure "double" lorsqu'elle perce, la forme de harpon quand à elle... arrache les chairs quand la lance est tirée d'un corps, mais l'autre fer n'est pas en reste avec une vingtaine de centimètres de lame en forme de harpon aussi. Mais ce qui surprendra le plus avec la forme de la lance, sera sans aucun doute la couleur de l'acier, en effet, l'acier au centre de la lance s'avère avoir une couleur proche du vert de gris tandis que, il s'éclaircit pour prendre au niveau des deux fers une teinte dorée, il est de plus impossible de louper les multiples rune en langue obscur la parcourant, rappelant les runes d'Excalibur, malheureusement (ou heureusement pour ses ennemis) Väino ne les connait pas et serait donc incapable de les utiliser. Enfin, d'une longueur de deux mètre quarante, elle nécessite une excellente gestion des distance et de l'espace de son porteur mais peut s'avérer une arme mortelle.

Épées jumelles:
Il s'agit de deux épées longue voir bâtardes exactement pareils au niveau du poids et de la forme, forgée sur mesure pour Väino. Elle n'ont rien de particulièrement remarquable et, sont d'une sobriété exemplaire. Toutefois, elle s'avère particulièrement résistantes au feu et supporte aisément que du mana les parcours, celles ci ayant été forgées dans ce but.

Jezaig:
Il serait invraisemblable de parler de Väino sans parler de l'énorme félin qui l'accompagne tout le temps. Panthère mâle faisant environ un mètre au garrot pour deux mètres de long, l'animal est une panthère des forêts de Scandia et, sans aucun doute un des plus gros spécimens, étant pourtant capable de faire preuve d'une discrétion fascinante. Ayant plus d'une fois gouté au sang de l'homme et s'étant particulièrement bien habitué à son gout, Jezaig fait preuve d'une dévotion absolue envers son maître qui, a poussé l'obscénité de posséder une telle créature à son paroxysme en faisant d'elle son familier.

Umbra:
Sous ce nom, se cache la lyre personnelle du second prince d'Ignis, faite de bois d'ébène elle s'avère d'une exquise finesse malgré une simplicité flagrante. Ses sonorité son dignes des meilleurs instrument de son genre et, le baptistrel dans l'âme qu'est Väino ne s'en sépare presque jamais.

Armurerie multiple et variée:
En tant que guerrier et prince, Väino se doit de posséder une palette d'armes de qualités diverses et variées, s'il ne peut les avoir toujours sur lui, son armurier le suit dans tous ses déplacements avec son matériel.

Noblesse oblige:
Chose assez ironique au vu de la réputation du prince, celui ci possède une garde robe d'une taille admirable pour un prince, si la moitié de celle ci est composée de costumes coupés sur mesure, elle se dote de bien d'autre tenue diverses et variées.


 
Sorts - Rang B+:  

Il serait inconcevable de contester l'héritage magique du second prince d'Ignis, celui ci est bien un héritier d'Iskandar Ignis comme l'approuve sa puissance magique ainsi que sa quantité de mana. Väino possède cependant un certain talent dans l'écriture et, n'a d'ailleurs pas hésité à graver ses sorts à même son corps par le feu, idée donnée par Schweinorg et qui peut s'avérer particulièrement utile.


Traits de feu - Rang D
Que pleuvent les traits de ma Fureur!

Sort de bas rang facilement comparable à un sort de boule de feu, il permet de créer un trait de feu qui traversera les matières molles en les brulant et provoquera une minuscule explosion au contact de quelque chose de solide. Il a la particularité de répondre aisément à son lanceur et, celui ci peut lancer plusieurs traits de feu à chaque fois. Les traits de feu rappellent de longue flèches composées de flammes blanches
Est "gravé" deux fois sur chaque avant bras ainsi qu'une fois sur chaque épaules et encore deux fois sur chaque jambes.


Poing explosif - Rang D
Dans ma main se trouve une ardeur impétueuse.

Variante du poing de feu d'Iskandar, recouvrant les poings de son utilisateur de flammes, le poing explosif a la particularité de plutôt que de brûler lorsqu'il entre en contact avec sa cible de provoquer une explosion de feu orientée vers la cible lors de l'impact. A noter que si à l'impact le sort se dissipe, il est possible de le maintenir en l'alimentant en mana.
Est "gravé" une fois sur chaque poignets.


Armure de flammes - Rang C
Protégé par ma flamme j'avancerai sans crainte dans la vallée de la mort.

Sort qu'il n'est pas forcément inhabituel de voir apparaitre, Väino développa celui ci sous la houlette de Schweinorg en compétition avec Xalerq, tous deux possédant le même sort mais don seule l'incantation change. Créant une armure de flamme blanche autour de sVäino, la protection n'est pas forcément des plus grandes mais, possède le mérite de rendre son porteur particulièrement impressionnant et, rang particulièrement dangereux le moindre corps à corps avec celui ci, les flammes étant particulièrement brûlante et enflammant tout ce avec quoi elle entre en contact que le porteur n'avait pas sur lui au lancement du sort. Väino aime à l'utiliser en combinaison avec le poing explosif. Il s'agit du sort a l'origine du surnom de Väino d'ailleurs.
Est "gravé" une fois derrière la nuque de Väino, caché par ses cheveux et, une autre fois au niveau de ses hanches.


Lame de l'absolution - Rang C +
Et je brandirai une épée de feu qui absoudra mes ennemis leur vie.

Si l'incantation de ce sort peut rappeler une prière, ce n'est pas sans raison. En effet, second sort à l'origine du surnom du second prince, ce sort est imprégné de la philosophie de Väino. A chaque fois que ce sort est lancé, Väino fait apparaître dans une de ses mains une épée bâtarde faite de flammes blanches concentrées. La particularité du sort est que le feu a la forme exacte d'une épée bâtarde et que plutôt que de laisser des traînées de flamme, le feu semble s'écouler de la lame. Ne tranchant pas mais incinérant, tout contact avec le "tranchant" de l'épée peut donner naissance à des flammes.
Est "gravé" une fois au niveau de chaque biceps.

Mer de flammes - Rang C+
Mes pleurs seront les flammes de la Haine! Hurle, Mer de flammes!!

Sort transmis au sein de la famille royale d'Ignis, il est reconnu comme l'un des plus puissants de son élément dans la langue actuelle. D'immenses vagues de flammes se forme et plongent sur les ennemis présents, l'assaillant sans merci. Plus le magicien détient de puissance et de maîtrise, plus la vitesse et la dimension des vagues s’accroît, rendant les manœuvres d'esquives proches de l'impossible. Il est à noter que lorsque Xalerq et Väino lancent tous les deux ce sort ensemble, les paroles de l'incantation changent légèrement.
Est "gravé" une fois au niveau du plexus et une fois au dessus de l'entrejambe.


Catalyse magique - pas de rang

S'il y a bien une particularité parmi les sorts de Väino, il s'agit sans aucun doute de ce sort sans incantation. Enseigné par les baptistrels, la catalyse magique s'avère complexe et la maîtriser exige soit une grande connaissance de la magie soit un instinct pour les sorts, Väino possédant l'instinct. Ce sort fait circuler la mana de son utilisateur à travers une arme quelle qu'elle soit, la rendant bien plus résistante et tranchante, lui permettant aussi de pouvoir bloquer un sort. La puissance de ce sort ne dépend d'aucune incantation mais de la quantité de mana qu'un individu est capable d'investir dedans, le rendant ainsi plus ou moins "modulable". Faire de même à travers le corps est aussi possible afin de renforcer celui ci mais, est particulièrement éprouvant et douloureux.


Influence et Relations - Rang A :

Influence

En tant que second prince d'Ignis, Väino possède quasiment tous les droits ou qu'il aille en Ignis même, s'il doit se plier aux règles de ses frères et sœurs dans leurs domaines. De plus, en tant que second prince, il arrive juste derrière Waelen dans la liste de succession, provoquant autour de lui une nuée de courtisans. Assez ironiquement, peu d'entre eux voient leur désir d'être intégré à l'entourage du second prince réalisé, celui ci ayant une réputation d'homme impitoyable et surtout, étant très exigeant dans la sélection de son entourage, son familier ayant d'ailleurs tendance à faire un certain tri en décourageant les moins courageux. Cependant, un paradoxe apparait, bien que réputé impitoyable, il semble pourtant assez accessible et réceptif aux commentaires de ses proches. Il est d'ailleurs réputé pour être passé maître dans l'art de remettre les gens à leur place ou de les provoquer

Parlons à présent de la Scandia, domaine que dirige le second prince
Territoire rude, il est composé à plus de la moitié de forêts, ce qui permettait autrefois aux brigands de pulluler et, aux révolutionnaire d'aisément se cacher. Mais suite à trois années de campagne intensive, la région semble avoir été pacifiée et, pourrait se vanter d'être un des plus paisibles à ce sujet, son prince parvenant à réunir derrière lui toute la population. Pourtant, la flore reste particulièrement sauvage, avec plus de la moitié du territoire boisée et, un peuple tenant à ses forêts, la vie y est particulièrement rude avec un climat humide et froid plus de la moitié de l'année. Il ne faut de plus pas oublier la faune, avec les meutes de loups parcourant le territoire, celles ci devenant particulièrement agressives en hiver. La majorité des villages sont d'ailleurs fortifiées, non pas pour se protéger des brigands et autre malfaiteurs mais bien des animaux sauvage, une tradition voulant que lors du rite de passage à l'âge adulte, les jeunes partent chasser le sanglier à la lance. Mais l'animal le plus célèbre et redouté de Scandia n'est autre que la panthère forestière, animal solitaire et pourtant bien plus craint qu'une meute de loup; en effet, prédateurs particulièrement malins et discrets, ceux ci n'ont aucunes difficultés à se glisser dans les villes et village sans se faire repérer, tuant aussi bien bétail qu'être humain pour se repaitre.
Sa capitale se nomme Avalon, une citée de pierre sombre impressionnante, baignant le soir et le matin dans la brume. Placée au abords de la plus grande forêt de la région, il est impossible de ne pas distinguer ses hautes et épaisses murailles faites pour repousser quiconque tenterait de l'attaquer. Siège du pouvoir de Scandia, c'est en son centre que se trouve le palais princier, loin de l'architecture gracieuse et glorieuse de bien des palais, il s'agit plus d'une forteresse entourée de deux murs d'enceinte au centre même de la cité. C'est d'ailleurs aux pieds du palais princier qu'un autre bâtiment se démarque, fait entièrement de bois et d'une architecture plus artistique, il s'agit du conseil des baptistrels, ces bardes et guerriers respectés à travers toute la Scandia. Väino a d'ailleurs pris l'habitude de les consulter sans hésitation, leur donnant une influence qui, si elle n'est pas avérée reste tout du moins appréciée.
Les scandiens sont une population rude, habitués aux dangers de la nature, il ne font aucune différence entre homme et femme, tous doivent apprendre à manier les armes. Malgré un réputation de rustres, il s'agit d'une population solidaire aimant la musiques, faisant ainsi des baptistrels des figures importante dans leur culture. Sous l'empire d'Eholis, les scandiens fut particulièrement maltraités, ceux ci n'adhérent guère à la philosophie de la lignée impériale. Ils accueillirent donc Ignis puis ses descendants en sauveurs. Sans doute  est-cela qui fait l'intérêt d'une telle région, car sa population est en grande majorité favorable à la lignée d'Ignis, pauvreté ou non.


Relations

Morrigan Ulster
Conseillère et amante de Väino et, première baptistrelle de Scandia
PV/PNJ

Sans doute une des femmes les plus charmantes de Scandia et, conseillère de Väino, Morrigan est une femme pleine de surprise. Magicienne, elle l'est mais, elle est avant tout baptistrelle, politicienne talentueuse, musicienne séduisante, chanteuse charmante et stratège hors pair, elle appartiens à la classe des chantelames, réputés parmi les baptistrelles pour leurs talents de combattants alliant magie, art-martial et danse. Cependant  s'il ne s'agissait que de cela, Morrigan ne serait pas la conseillère de Väino, mais uniquement son amante. Non, la demoiselle devingt quatre ans s'est vu remettre par l'ordre des baptistrelles de Scandia le titre de première Baptistrelle, faisant d'elle à seulement vingt quatre ans la baptistrelle maîtrisant le mieux les arts baptistrellique... cela comprenant bien sur ses compétences de chantelame. Elle est donc une épéiste particulièrement redoutable, maîtrisant avec brio la magie. Actuellement dans une période de doute, elle ne sait pas si sa fidélité inaliénable envers son prince n'est qu'une dévotion absolue ou bien une dévotion mêlée d'un amour dévorant... et encore bien d'autres réflexion qu'une femme de son talent peut se poser...


Cathbad Ulster
Ancien premier baptistrelle de Scandia et, mentor de Väino
PNJ

Vieil amis de la famille de Väino du côté maternel, Cathbad est l'ancien premier baptistrelle de Scandia. Mage talentueux, il fait partit des rares chantelames à manier aussi bien l'épée que la lance, faisant de lui un homme au talent rare. Mentor de Väino et père de Morrigan, c'est un guerrier et intellectuel calme et patient, méprisant pourtant le culte d'Ehol et ne l'appréciant guère, considérant celui ci comme a l'origine de la destruction des connaissances de l'âge obscur. Professeur dur mais doué, il a pendant quatre ans formé Väino aux arts des baptistrelles, voyant en lui un apprentis talentueux mais sauvage. Il a d'ailleurs initié le jeune homme aux tradition antiques et orales des baptistrelles... Aussi père de Morrigan, il ne verrait pas forcément d'un mauvais œil que celle ci épouse son ancien apprentis mais préfère s'abstenir de tout commentaire à ce sujet, préférant laisser libre cours à la fougue de la jeunesse. C'est aujourd'hui un conseiller avisé pour Väino et, un allié de poids.


Miyamoto Minato
Ami et chevalier de Väino
PV/PNJ

Jeun homme du même âge que Väino, faire de lui son chevalier s'imposa à l'esprit du second prince dès qu'il le revit. Sans conteste un des meilleurs combattant d'Ignis, il maîtrise le katana a la perfection, ayant appris tous les styles possible afin de s'en détacher pour atteindre la maîtrise pure de l'art du sabre. S'il passe la majeur partie pour un singulier énergumène, ne cessant de s'étendre sur la question de ce que doit être un homme, passant aisément pour un primate, il n'en reste pas moins quelqu'un à l'intelligence et à la fiabilité remarquable. Väino n'hésiterai pas à mettre sa vie entre ses mains tellement il lui fait confiance... tant qu'il n'y a pas de demoiselle dans les parages. Car, Minato est, nous sommes obligé de l'avouer un pervers patenté, aimant regarder sous les jupes des filles, récoltant par la même occasion un certain nombre de coups. Il fait d'ailleurs preuve d'un talent pour la discrétion des plus surprenant, en faisant principalement usage pour observer la gente féminine se dénuder ou bien pour surgir en prenant une pose plus ou moins ridicule.


Schveinorg Gransurg dIgnis
Grand-oncle paternel et professeur de magie
PNJ

Un des personnages les plus étranges de la lignée d'Ignis, Schweinorg est un individus... particulier, âgé de soixante neuf ans. Demi-frère de Golbez, le trône ne l'a jamais intéressé, et il a préféré se lancer dans une quête effrénée de la maîtrise magique et de la connaissance. Lorsque son frère voulu le forcer à renoncer à son titre d'Ignis, Schweinorg l'en dissuada en déclenchant une tempête de feu gigantesque sans la moindre difficulté, ôtant à son frère cette idée saugrenue. Sa puissance magique ainsi que ses réserves de mana semblent aussi absurdes que pour Iskandar et ils 'avère être, malgré soixante-neuf ans, un guerrier redoutable, faisant de lui un digne descendant d'Ignis lui. Lors de la prise du trone d'Iskandar, il se rangea tacitement de son côté, trouvant son neveu tout à fait charmant en tant que roi. Il a d'ailleurs obtenu de celui le droit d'enseigner à quatre de ses enfants la magie, Rin, Ilya, Xalerq et Väino, les trouvant tous les trois à proprement parler fascinants pour d'obscurs raisons. Energumène particulier, une des seules personnes semblant comprendre vraiment ses idées semble être la mère d'Ilya et de Väino... Et qu'est-ce que cet individu l'exaspère! Mais après tout, la magie n'est-elle pas amusante? Il est important de préciser qu'il a deux petites filles et que, si celles ci n'ont aucun droit de prétention pour le trône d'Ignis, elles semblent s'en désintéresser complètement. Il donne régulièrement des conseils à Väino pour progresser en magie et dans d'autres domaines, ce dernier ne sachant jamais s'il doit considérer le vieil homme comme son professeur, comme son grand oncle ou comme un amis.


Irisviel Tagaryan
Maîtresse officielle du roi et mère
PNJ

Mère de Väino et d'Illyasviel, Irisviel est ce que l'on nomme couramment une simple humaine. Cette notion de simplicité est cependant éclipsé par le fait qu'elle soit aussi une maîtresse officielle du roi et, par les rumeurs voulant qu'elle aurait pu devenir reine si elle l'avait désiré et, de par le fait qu'elle soit la fille d'un général respecté d'Ignis. De nature douce et attentioné, elle fut pour Väino une mère exemplaire, n'hésitant cependant pas à le rappeler à l'ordre. Suite à ses quatre années d'absence, il retrouva avec joie sa mère et celle ci lui fit bon accueil. Sachant pertinemment que son fils est décidé à être roi et le considérant comme apte, sa position de second prince le prouvant, elle ne peut s'empêcher d'être à la fois fière tout en s'inquiétant pour lui. Depuis quelques temps, elle se plais à se moquer gentiment de lui en lui parlant de ses "aventures" avec Iskandar comme pour lui donner des conseils, chose qui a le don de mettre le second prince d'Ignis quelque peu mal à l'aise.


Iskandar d'Ignis
Roi d'Ignis et père
PJ

Il n'y a sans doute pas de personne que le second prince d'Ignis respect plus au monde qu'Iskandar. Pour le jeune homme, son père fut dès son enfance un modèle qu'il voulait atteindre, il voulait être exactement comme lui. Avec le temps et la maturité, ses sentiments ont quelque peu changé, il respecte et admire toujours autant son père mais, ne désir plus être comme lui. Au contraire, le jeune homme veut être différent de lui, meilleurs même, afin que le roi puisse être fier de lui. Il lui est d'une dévotion sans faille et, ne contestera jamais aucun acte de ce dernier, qu'il soit d'accord ou non, son père à ses raisons d'agir. Mais plus encore, il n'hésiterai pas à donner sa vie pour lui, après tout sans Iskandar, Väino n'aurait jamais vu le jour. Ces sentiments sont sans doute une des choses qui le lie le plus à Xalerq qui, pense à son grand dam comme lui à ce sujet. Cependant, tel un jeune loup il attend le jour ou le roi montrera le moindre signe de faiblesse, et alors il défiera son père et le vaincra, laissant à tous le souvenir d'un roi au sommet de sa force...


Illyasviel d'Ignis
Dix-neuvième princesse et petite sœur adoré
PJ

Illya de son diminutif, est la petite sœur aussi bien par le père que par la mère de Väino. N'ayant pas vraiment eu l'occasion de la connaitre vraiment avant d'avoir dix-huit ans, le second prince rattrapa son retard par la suite. Il découvrit une petite fille particulièrement intelligente et adorable à laquelle il est incapable de résister, lui passant le moindre de ses caprices. Malgré son carcatère parfois quelque peu particulier, le jeune homme n'arrive à lui trouver aucun défaut. Etant particulièrement protecteur à son égard, l'entourage de la petite princesse ne peut que le rassurer, il arrive d'ailleurs très mal à voir qui serait assez dégénéré pour vouloir s'en prendre à elle et, estime que cela serait à vrai dire plus que du suicide pour la personne en question. Elle aussi Elève de Schweinorg, il s'est d'ailleurs avéré que la demoiselle parvenait même à amadouer le grand-oncle étrange, chose qui n'est guère pour l'étonner. Toute personne ayant l'impudence de l'insulter ou de lui manquer de respect aura inévitablement affaire à son grand frère si celui l'apprend.


Xalerq d'Ignis
Douzième prince d'Ignis et, ennemi viscéral de Väino
PV

Il n'est guère possible de voir plus de haine injustifiée que celle que se vouent mutuellement Xalerq et Väino, à la fois diamétralement opposés, et sans doute trop proches dans leur nature, les deux princes tous deux âgés de vingt trois ans n'ont a l'origine de leur haine aucune justification, à la limite, une insulte ou deux mais rien de logique. Tous deux se haïssent à un tel point et sans aucune raison que cela semble absurde. Heureusement, ils sont conscients de l'absurdité de cette haine et, n'ont pas hésité à mettre leur différent de côté plus d'une fois pour régler des problèmes tel que des tentatives d'assassinat, formant alors un duo magnifique, protéger Ignis passant avant leur haine réciproque... et malgré leur avis divergents sur le trône. Il est à noter que Xalerq possède généralement un avis péjoratif sur tous ceux qui sont, dans la hiérarchie royale, en dessous de lui et depuis qu'il a finit à la place de Väino, il a du se remettre en question. Mais, s'il se détestent viscéralement et qu'ils le montrent sans hésiter, tous deux ont ironiquement en l'autre une confiance absolue, les poussant même jusqu'à s'entraider plutôt que de se rejeter car, indirectement ils suivent les mêmes principes.


Rin d'Ignis
Huitième princesse d'Ignis et demi-sœur appréciée
PV

On ne peut guère dire que Rin et son demi frère soient en froid. De sept ans plus jeune que le second prince, leurs relations sont particulièrement amicales, Rin étant la bienvenu en Scandia et Väino le bienvenu en Esther. Si tous deux ne semblent pas avoir de point communs, tous deux ont eu le même professeur de magie, même si contrairement à lui celle ci a appris l'ancien langage auprès de Schweinorg. Le second prince tire d'ailleurs un malin plaisir à la taquiner sans que cela ne soit guère génant. Lui faisant parfaitement confiance, elle fait partit des quelques personnes que le second prince serait prèt à protéger au péril de sa vie et de sa dignité même si, il ne se fait guère de soucis pour elle, ses talents de magicienne et de combattante étant dignes de ceux de la lignée d'Ignis.


Garus Tagaryan
Grand père maternel et général d'Ignis
PNJ

Il y a des hommes qui ne sont peut-être pas magicien mais, qui à la force de leurs bras et de leur esprit atteignent les hautes sphères. Garus fait partit de ces individus. Soldat doué et intelligent, entièrement dévoué à la lignée d'Ignis, il est réputé pour faire preuve d'une grande maîtrise dans l'art de la stratégie et des arme. Particulièrement strict voir rigide, Väino fut dans sa jeunesse une grande source de perplexité pour le vieille homme, celui ci ne parvenant pas à la comprendre. Cependant, à présent que son petit fils est second prince, il éprouve à son égard une grande fierté et, aimerai qu'il devienne roi pour succéder à iskandar. On dit de Garus que quand il n'a plus d'arme, il utilise le balais qu'il garde caché dans son...


Autre
Comment avez-vous connu le forum ?:
Je suis l'alternative flamboyante à un politicien véreux

Des choses à améliorer ?:
Pas pour l'instant

Crédits:
Musique: Quoth the Raven, Eluveitie
Väino d'ignis: Lancer de Fate/protoype, Fate/stay night
Morrigan Ulster: Reiroukan Misaya de Fate/prototype
Miyamoto Minato: Kamina de Gurren Lagan
Schveinorg Gransurg dIgnis: Kischua Schweinorg Zelretch des studios Type Moon
Irisviel Tagaryan: Irisviel Von Einzber de fate/Zero
Illyasviel d'Ignis: Illysaviel Von Einzbern de Fate/Zero et fate/stay night
Garus Tagaryan: Yuzuru Fujimoto Jubstacheit von Einzbern de Fate/Zero

Un dernier mot ?:
Ça manque de femmes par ici!

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 21
Age : 23
Métier : second prince
Humeur : implacable
Points Histoire : 0
Ven 8 Mar - 3:09
Histoire

***
Première partie
Les liens du sang

***

-Excuse toi!
-Va te faire foutre!

Le pieds plaquant son demi-frère au sol se fit plus pesant, maintenant la pression sur son torse. D'un visage et d'une voix anormalement calme, le prince de Scandia avait pourtant ses yeux rougeoyants semblables à un brasier en furie, la pointe de sa lance appuyant sur la gorge de son frère. Les yeux de Xalerq quand à eux, lançait des éclairs de fureur et de haine. Tous les deux étaient aussi différents que le jour et la nuit, Väino, au physique taillé à la hache, aux yeux couleur de braise, Xalerq, au physique ciselé et gracieux, aux yeux saphir. Pourtant ils avaient un point commun que jamais personne n'avait eu la "joie" de voir, tous les deux possédaient le sourire de leur père. Seulement, aucun d'entre eux ne souriaient en présence de l'autre. Dire qu'ils se détestaient cordialement aurait été un euphémisme, ils se haïssaient du plus profond de leurs être, un rejet viscérale, une inimitié instinctive... ou presque. Leur différent existait semble t-il depuis toujours, l'époque ou Väino était revenu dans la danse du jeu du trône n'y étant pour rien. L'un avait traité l'autre de barbare... et l'autre avait traité l'un d'ignare. Mais aujourd'hui venait de voir le degré de leur haine réciproque atteindre un nouveau stade.

-Tu viens chez moi avec tes hommes sans t'être annoncé... passe encore. Tu ne respectes pas les traditions de l'hospitalité de Scandia... Pourquoi pas, elles diffèrent assez du commun. Tu traites mon chevalier de dénaturé... et bien si il choisit de laisser passer à la limite, en sachant que tu es prince, relever ça serait de mauvais ton pour lui. Tu méprises la table dressée en ton honneur... je peux oublier. Mais ensuite, tu insulte l'homme qui a été mon mentor, tu me traites de pleutre qui a fuit ses devoir de princes et, tu dit, même si c'est une plaisanterie que, une fois roi tu rasera la Scandia car elle est pour toi une région qui défigure Ignis, en traitant ma mère de pute pour, conclure sur ton exigence à coucher avec Morrigan ce soir? Pour qui tu te prend?
-Je suis second prince Väino, dix places au dessus de toi qui n'es que douzième prince! De plus, on sait tous les deux que Waelen n'est qu'un abrutis incapable de diriger un pays! JE suis celui qui deviendra roi, alors reste à ta place.

S'en fut presque trop pour le douzième prince, un simple réflexe le poussa à appuyer un peu plus sur la gorge de son demi frère, faisant à présent couler le sang.

-Excuse toi!

Xalerq ne bronchât pas et le toisa avec orgueil.

-Nous savons tous les deux qu'aucun de nous ne tuera l'autre...
-Tss... Quelle horreur de me dire que le frère en lequel j'ai une confiance absolue ne soit autre que toi.
-Va te faire foutre, j'en pense pas moins.

Et ce fut à cet instant que son demi-frère, ennemi juré d'une certaine manière, en profita pour attraper sa jambe et le faire tomber au sol. Au moment où, se laissant tomber il s'apprêtait à le marteler de coup, Väino entendit le sifflement d'un couteau lancé. Tous deux se repoussèrent d'un brusque coupe de pieds, roulant sur eux même pour se redresser et empoignant leurs armes respectives, évitant au passage deux autres couteaux pour se retrouver dos à dos. Pourquoi, mais pourquoi fallait-il qu'à chaque fois qu'une tentative d'assassinat ai lieu quand un autre membre de la ligné royale était avec lui, ce soit Xalerq neuf fois sur dix? Son demi-frère devait penser la même chose, mais pourtant ils ne purent s'empêcher de sourire tous les deux. Un sourire blasé et ironique, cédant rapidement place à un sourire carnassier, le digne sourire de leur père au combat. Alors comme ça ces types voulaient supprimer le second prince d'Ignis et le prince qui venait de le vaincre? Ça tombait bien, tous les deux avaient besoin de se défouler.

... pauvres fous...

Au nombre de vingt trois, ils portaient des armures de cuir brunes, sans aucune autre caractéristique. Vingt d'entre eux portaient des armes, épée ou lance et, étaient bardés de couteaux de lancé, tandis que les trois autres eux... n'avaient pas l'allure aussi martial de leur compagnons. Mages? Peut-être, surement même. Encore une fois des couteaux furent lancés, les deux princes s'écartèrent tous les deux subitement, Xalerq réussissant à bloquer le seul vulgaire morceau d'acier qui aurait du l'atteindre avec une aisance déconcertante alors, qu'il maniait une épée à deux main particulièrement lourdes, Väino lui se contenta d'une volte méprisante. Et il se remirent dos à dos.

-Que pleuvent les traits de ma fureur!
-Que hurlent les flèches de ma colère!

Une multitude de traits de feu apparurent alors ett, s'abattirent sur leurs adversaires dans un vrombissement assourdissant, brûlants et explosant au contact des hommes tandis que, l'air se chargeait de mana. Leur sort fut cependant dissipé... Ou plutôt les flammes furent éteintes. Trois mages d'eau pour lutter contre le feu d'Ignis. Mais peu importait, dix d'entre eux avaient déjà succombé sous la pluie de feu. Väino était déjà sur son premier adversaire et abattis sa lance en un coup direct. L'homme l'esquiva. Et se jeta sur la flamberge de son frère. Une tête vola mais il ne s'arrêtèrent pas. Cette fois ce fut Xalerq qui tenta un coup de taille que l'homme esquiva de justesse en sautant en arrière. Pour cette fois voir venir une lance se ficher dans son torse alors qu'il était en l'air. L'affrontement dura ainsi encore une minute, rythmé par le crissement de l'acier, les hurlements des flammes et des deux héritiers d'Ignis. Tous les guerriers étaient tombés sous les coups des deux frères qui se battaient côtes à côtes avec un talent effrayant, avec une synchronie hallucinante, ne restait plus que les trois mages qui, s'avéraient bien être des mages d'eau tous les trois. Tous deux récitèrent alors la même incantation, au même rythme, de la même intonation alors que le trois mages tentaient de faire de même mais pour un sort d'eau et, avec bien moins de talent.

-Ses pleurs seront les flammes de ma Haine! Mer de flammes!

Dans leur main à tous deux, une flamme apparue, ils semblèrent alors l'écraser de leur poigne. Et ce fut l'enfer sur terre. La magie des deux héritiers d'Ignis se déchaîna par leurs deux voix, leur mana se mélangeant, s'amplifiant encore une fois, deux lanceur et un seul et même sort. L'immense vague d'eau que les trois mages parvinrent à lever fut, littéralement vaporisée sous la puissance des flammes de ceux qui se trouvaient à l'origine de la tourmente déchaînée, les trois mages quand à eux furent consumés par la mer de feu... Tout comme le bosquet ou l'affrontement venait d'avoir lieu fut réduit en cendre. Il eut à vrai dire été impossible de louper le déchaînement de mana qui venait d'avoir eu lieu et, encore plus dur de ne pas voir l'immense brasier qui s'était élevé l'espace d'un instant tandis que, les deux princes reprenaient leur souffle.

-Tss...
-Tss...

Ce fut la seule chose qu'ils dirent pendant une minute jusqu'à ce qu'une troupe en arme, au couleur de la Scandia n'arrive, épée sorties et teintées de sang, à leur tête les chevaliers respectif de Xalerq et Väino.

-Bon, au moins une chose de réglée.
-Au moins une ouais.

Et la tension entre les demi-frères refit surface. C'était ainsi entre eux depuis toujours. Dés leur plus petite enfance au palais, les deux jeune garçon ne s'étaient jamais appréciés, toujours en compétition, tous deux eurent à leurs début le même professeur de magie en la personne de Schweinorg Ignis, et même à cette époque, furent en compétition. Oncle d'Iskandar et magicien de feu renommé à Ignis et, sans doute hors de ses frontières. Déjà à cette époque, alors qu'ils n'étaient que des enfants à qui l'on enseignait les bases de la magie et ce de manière très... obscure, tous deux avaient été en compétition alors, qu'on ne leur avait même pas posé le sceau des magiciens. Il en était de même pour tout, toujours en concurrence. Ce qui avait été au début une simple rivalité évoluant en un antagonisme violent et sans aucune raison. Fait assez ironique car, même si tous deux étaient clairement différents, il possédaient bien des points communs. Leurs sorts étaient à tous les deux exactement pareils, il les tenaient du même professeurs après tout. Jusqu'à leurs quatorze ans au sein du palais princier, chacune de leur rencontre dégénérait inévitablement en joute verbale dans le meilleurs des cas.

Heureusement, ils apprirent rapidement à s'éviter tacitement, pour limiter tout conflit au strict minimum, leur père n'appréciant guère les hurlement de deux gosses indisciplinés, les prises de bec et autres sorts lancés inopinément, dévastant couloirs ou pièces. Ils furent obligés d'apprendre la discipline. La discipline fut d'ailleurs quelque chose de particulièrement compliqué à assimiler pour Väino. Après tout il était un prince d'Ignis et, le fils d'Iskandar, qui était en droit de lui dicter ce qu'il avait à faire? Et il apprit, au prix de nombre de bastonnades que, beaucoup d'adultes pouvait lui dicter ce qu'il devait ou ne devait pas faire. En hiver, les punitions étaient plus originales, on l'envoyait aux portes du palais royal ou il restait pendant une période plus ou moins longue, ayant un jour atteind jusqu'à une semaine (avoir littéralement ravagé les cuisines du palais avec deux chiens n'ayant guère été apprécié). Ce fut d'ailleurs ainsi qu'il fit la connaissance de Musashi, le portier.

Originaire d'Azaïr, il s'agissait d'un homme calme, aimant chantonner des chants d'Azaïr. Mais surtout, il était un sabreur fabuleux, qui laissa le jeune garçon en admiration plus d'une fois. assez pour qu'il lui demande s'il pouvait lui apprendre à utiliser un sabre comme lui le faisait. Si l'homme le fit sans aucun problème, Väino ne s'avéra pas un élève talentueux, assidue oui mais pas talentueux pour cette arme, il devrai s'avérer bon mais sans excellence avec cette arme. Musashi n'était d'ailleurs à l'époque pas seul, son fils Minato passant régulièrement du temps avec lui et Väino lorsque celui ci était punis. Les deux garçons eurent de nombreuses discussions et disputent, mais toujours sur le même sujet. Qu'est-ce qu'un Homme? Quelle est la valeur d'un Homme? Que doit faire un Homme? Du même âge que Väino, Minato s'avérait être un compagnon parfait, même s'il n'avait de noble que sa stature et, qu'il n'était pas magicien, tous les deux en venant à développer une amitié très forte.

Quel que soit le but de la punition lui faisant passer du temps aux portes du palais, Väino appris indirectement l'humilité... dans une certaine mesure et, commença à s'intéresser aux gens, autre que sa famille et dans un autre but que de jouer des tours pendables. Car il fallait l'avouer, le fils d'Iskandar faisait preuve d'un génie et d'une malice sans aucune mesure pour faire des blagues à tout le monde. Aussi bien à ses frères et sœurs, qu'à ses parents ou qu'à d'autres personnes. Väino était un vrai petit diablotin qui, arrivait à écoper d'un nombre faramineux de punitions, somme toute sans grande importance. Sans compter qu'il était réellement doué dans l'art d'apprendre à manier des armes mais aussi pour se battre à mains nues. La lutte ignisienne avait toujours été pour lui un délice, l'idée de se rouler par terre et de cogner ses opposants lui semblant des plus... fantastiques. Et s'il n'avait jamais fait preuve de talent avec un katana, il s'avéra bien plus doué dans le maniement de l'épée et de la lance.

Mais ce n'était pas tout. Son grand oncle avait réussi par on ne sait quel tour de magie à convaincre le père de Väino et de Xalerq de les prendre tous deux comme élèves pour leur enseigner magie. Une entreprise qui, selon le vieille homme fut partiellement couronnée de succès. En effet, aussi bien Xalerq que Väino faisaient preuve d'un talent admirable et digne de vrais héritiers d'Ignis... Et à vrai dire, ils se montraient les dignes fils d'Iskandar, et aussi imperméables que leur père au sujet des langues. En effet, malgré les quelques tentatives de leur grand oncle pour leur enseigner la langue ancienne, les deux garnements firent preuve... d'un talent sans aucune mesure pour ne pas retenir le moindre mot, et ce malgré les essais de bourrage de crane de leur professeur. Tous les deux refusaient viscéralement d'apprendre la langue des faibles et des traîtres, malgré tous les efforts de Schweinorg, ce qui avait le don de le désappointer. En effet, ce fut à seulement l'âge de douze ans qu'ils parvinrent à lancer la mer de flamme si propre à la lignée d'Ignis... leur professeur ayant bien voulu leur enseigner puisqu'ils insistaient tant pour...

Mais parfois, il est temps pour les enfants sauvage et indociles d'apprendre ce qu'est vraiment la vie, et Xalerq et Väino ne se revirent pas pendant quatre ans, le jour ou Väino atteint ses quatorze ans.

Les deux princes se toisèrent.

-Oui, car on a toujours quelque chose à régler je crois.
-Oui, excuse toi...

***
Deuxième partie
L'apprentissage de la maturité

***

Il y avait sans doute une chose qu'il n'avait jamais envisagé depuis ces trois années passée à apprendre auprès de Ketill et de sa fille. Et pourtant, il aurait pu s'y attendre s'il s'était penché sur la question mais... assez ironiquement il ne s'était jamais intéressé à cette partie de l'éducation baptistrelle. Et ainsi, il contemplait le corps nu de Morrigan. Sa longue chevelure noire cascadant le long de ses épaules, ses cheveux aux reflets d'ébène comme un dernier voile de pudeur vaporeux, sa silhouette sinueuse l'hypnotisant tandis qu'au moindre de ses mouvements, la marque du sceau de magie semblait s'animer, prendre vie tandis que lui, se perdait dans un abîme jusque la encore inconnu. Lorsqu'il parvint a détacher son regard de son corps, ce fut pour fixer celui ci dans ses yeux de rubis, deux gouffres sans fond, à la fois ardents et distants, comme s'il contemplait au delà du monde matériel. Il était pris, captivé et ne pouvait à présent plus détacher ses yeux de ces deux puits qui l'aspiraient complètement.

Incapable de penser, il perdait pieds à chaque seconde, le contact de sa peau, douce et brûlante, le son de sa voix, imperceptible murmure, son souffle chaud et humide sur sa peau, le gout de ses lèbres. Une de ses mains effleura la cicatrice de morsure, à peine cicatrisée. Ses sens à vifs, il ne pu se retenir de pousser un gémissement, complètement électrisé, perdu, son esprit incapable de fonctionner, en complète errance dans l'océan inconnu de la sensualité. Il n'était à présent plus de prince, plus de baptistrel, plus de magie, plus d'art, plus d'arme. Le temps s'était effondré en un miroir opalescent brisé de mille morceaux de fantasmes oubliés et ignorés. Éphémère instant d'éternité il n'était plus lui, dans l'élan physique vecteur de futur le prince d'Ignis s'était perdu, son esprit devenu d'une blancheur immaculé, passion désincarné transperçant son corps de milles flèches de plaisir. Ivresse tourmentée de passion il n'exerçait plus aucun contrôle, à la merci totale de sa partenaire, aussi faible que puissant.

Et, l'espace d'une seconde ou d'un éternité, il se remémora comment tout avait débuté. Sans doute cela avait-il eu lieu au palais royal, lors de la dernière opposition qu'il avait eu avec Xalerq, celle ci se soldant par un duel de sort dévastateur, les deux ayant à subir les foudres de leurs parents ensuite. Sans doute est-ce à partir de ce moment là que sa vie pris un tournant auquel il ne s'attendait pas. Et le petit prince imbu de lui même et farceur avait bien changé, son orgueil avait été piétiné en un exil qu'il pris au début pour un châtiment plus qu'immérité à son égard, pour une simple dispute avec Xalerq. Mais leur antagoniste était connu alors pourquoi tout le monde les avait-il laissé ensemble encore une fois? Schweinorg lui, avait eu à cette époque un peu moins de temps à accorder aux deux garnements, devant aussi s'occuper de Rin à présent... d'une élève plus réceptrice à ses enseignements donc. Quand à la mère de Väino, avec la naissance de la petite Illysaviel, elle avait elle aussi moins de temps pour s'occuper du garçon.

Non pas qu'il n'en eu jamais voulu à personne. Il était normal que Schweinorg s'occupe d'autre personnes que lui et Xalerq. Tout comme il était normal que sa mère s'occupe plus de sa petite sœur que de lui, lui qui commençait à grandir. Sans compter qu'il avait appris la nouvelle de la naissance de la petite avec joie à l'époque, l'idée d'avoir une petite soeur avait quelque chose d'enchanteur pour lui. Mais le petit prince qu'il était avait eu d'une certaine manière plus de temps passé livré à lui même. Certes il s'acharnait dans l'apprentissage martial et magique... mais il lui fallait quelqu'un pour lui enseigner autre chose que la simple magie et les art-martiaux, en tant que prince d'Ignis il ne pouvait se contenter de ça. c'est ainsi qu'il fut décidé que Väino irait suivre la formation de baptistrel sous l'égide du premier baptistrel de Scandia, Cathbad Ulster.

Colère... Oui, il avait éprouvé de la colère lorsqu'il appris ce qui l'attendait. Il n'arrivait pas à voir ce qui lui arrivait autrement que comme un exil forcé du palais royal d'Ignis pour le punir. Les premiers temps auprès de Cathbad et de sa fille Morrigan furent durs, il ne bénéficia pas des traitements de faveurs dont il bénéficiait à Lex, le prince qu'il était fut réduit à l'état d'un simple apprentis baptistrel, en clair, un individu comme un autre. L'ego du jeune garçon de quatorze en pris, avouons le un coup puissant et l'orgueil du jeune homme fut gravement blessé. Et, ce fut ironiquement pour son bien. Pendant un an, l'adolecent se posa toujours en opposition avec son nouveau mentor. Väino malgré cela était un excellent élève, assidu et doué, il se refusait à se laisser aller à la médiocrité et, si sa famille exigeait qu'il passe cette épreuve... alors soit, mais il la passerait avec fierté et, reviendrait avec des résultats bien meilleurs que ceux qui étaient attendus. Et Väino se plongea donc dans l'apprentissage pour devenir baptistrel, ne cessant de travailler, de s'améliorer, hors de question de rester un vulgaire apprentis, il était un descendant d'Ignis!

Si la première année d'apprentissage s'avéra difficile, ce fut aussi un année de découverte et d'ouverture. Väino qui avait principalement connu le confort de Lex découvrit la Scandia, une terre rude et sauvage, pleine de vie et de danger, envahie par les forets. Et petit à petit, il tomba amoureux de cette contrée magnifique qui, su se ménager une place dans son cœur, plus tard, il régnerait sur ce domaine, il n'en voulait pas d'autre, aucun autre ne l'intéressait. Passer la première année fut sans aucun doute un cap pour l'héritier d'Ignis, il avait appris à aimer la terre d'origine des baptistrels et la seule ou ceux ci étaient véritablement présents. Puis la philosophie baptistrelle était il devait l'avouer séduisante. Connaissance, art, maîtrise aussi bien martiale que spirituelle et, contrôle de son image. D'une certaine manière, tout ce qu'il apprenait, lui serait utile en tant que prince. Puis il devait reconnaître qu'il n'était pas imperméable à la musique et la danse; la politique, l'histoire et les légendes d'Ignis le fascinant quand à elles énormément.

Puis il y avait la voie des chantelames, l'art de la guerre et de la grâce, l'art de manier la lance et l'épée avec beauté. Il trouvait dans cette voie autre chose que le vulgaire maniement des armes, une philosophie et une esthétique. L'art de combat chantelame était gracieux, doux au point d'en faire oublier ses mouvements mortels... mais pouvait s'avérer sauvage comme certains chants et certaines danses l'étaient. Et Cathbad en tant que premier baptistrel de Scandia était un professeur parfait, sans oublier sa fille qui, elle s'avérait être une génie dans ces arts. Le jeune prince en exil était un élève excellent et, le temps faisant il accepta ce qu'il avait pu considérer auparavant comme un châtiment comme, un enseignement rêvé. La punition devenait un moyen d'apprendre et de s'améliorer, un moyen de devenir un meilleurs prince et de se démarquer. Sans compter l'art de canaliser le mana qui s'avérait ,bien que difficile, particulièrement fascinant, un mage n'était plus un vulgaire lanceur de sort mais, un potentiel guerrier de talent terriblement dangereux.

Au fil du temps, Väino en était venu à apprécier l'homme qui lui servait de maître et de mentor et, à apprécier le fait que celui ci en tant que maître n'ai aucun égard pour son titre d'héritier d'Ignis. Si l'enseignement était dur, il était juste et, le fait de ne pas être traité comme un petit prince avait le mérite de forger le caractère du jeune homme. De plus, le fait de ne pas être traité comme un prince leur permettait d'être relativement discret, l'identité véritable de Väino restant masqué pour éviter les problèmes. Parcourant la Scandia incognito, il découvrit ce que vivait le commun du peuple, ce que pouvait éprouver un paysan à l'égard de la lignée d'Ignis... et en Scandia, il s'agissait de respect pour la lignée d'ignis. Lui même n'était à vrai dire pas particulièrement reconnaissable et, si le prénom de Väino n'était pas habituel, ce n'était guère un prénom choquant pour la région de Scandia, sans oublier que ses cheveux autrefois courts avaient poussés et qu'il maintenait leur longueur, s'y étant habitué et, y ayant pris gout. Physiquement aussi il avait changé et, au bout de trois années s'était taillé un nouveau physique, plus sec, plus musclé et rude, le physique de quelqu'un qui ne vit pas dans le confort d'un palais mais, en plein air.

De plus, les baptistrels avaient une vie errante, il parcouru donc la Scandia sous l'égide de Cathbad et de sa fille Morrigan avec qui il avait noué un lien proche de celui d'un frère et une sœur, celle ci n'hésitant pas à l'aider lorsqu'il était en difficulté. Oh, n'allez pas croire que tout ce temps passé sans voir sa famille n'était pas sans lui peser, après tout il y avait des personnes qu'il aimait et qu'il n'avait plus l'occasion de voir. Mais il s'était aussi endurci et, ne se laissait plus aller à ses émotions comme il lui arrivait autrefois. De plus, l'apprentissage qu'il suivait était une pratique de chaque instant, il n'avait guère plus de temps à consacrer à l'oisiveté et, toute l'énergie qu'il avait, il la déployait dans l'apprentissage, canalisait toute sa violence à travers la lance et l'épée, sublimant alors ce sentiment, trouvant un équilibre et une stabilité.

Un élément quelque peu remarquable de cette époque fut la rencontre avec Väino de l'animal qui deviendrait son familier. Trois mois avant de revenir à Lex après que sa formation se fut terminée, Cathbad, Morrigan et Väino s'arrêtèrent à Avalon, "capitale" de Scandia. Une rumeur voulait qu'une panthère forestière, prédateur suprême de Scandia sème la terreur dans la ville, tuant régulièrement des personnes, qu'il s'agisse d'adultes ou d'enfants. La curiosité l'emportant, Väino ne pu résister à la tentation de chercher l'animal afin de lui faire face, il partit et s'égara dans les rue d'Avalon, déterminé à la trouver.... A vrai dire, ce ne fut pas lui qui la trouva ni elle, tous les deux tombèrent nez à nez. L'animal, faible, affamé, mort de peur et acculé se jeta sur lui sans une seule hésitation et, les deux se battirent comme des animaux. Si le prince parvint à la maîtriser, ce n'était que car l'animal était en réalité assez jeune, inexpérimenté et affamé. Une fois qu'il l'eut soumise, le jeune homme décida qu'elle le suivrait et, après l'avoir soigné fit d'elle son familier, n'écoutant même pas ce que Cathbad aurait pu lui dire.

Ils passèrent trois mois à Avalon, révélant à celui qui administrait le domaine qui était Väino... Chose qui n'était à vrai dire guère dure pour quelqu'un qui connaissait la famille royale et, lui firent jurer de ne pas révéler qui était le jeune homme tant que celui ci ne serait pas revenu à Lex. Väino envoya une lettre à Minato pour lui dire de le rejoindre à Avalon, discrètement et sans faire de bruit. Répondant au nom de Dorian, l'administrateur de Scandia s'avéra en vérité soulagé qu'un descendant d'Ignis ai choisit de reprendre la Scandia. Son peuple était sans aucun doute des plus favorable à la lignée d'Ignis mais, Dorian n'était pas un descendant d'Ignis. Sans oublier que le domaine était rude et que, avec plus de la moitié du domaine entièrement boisé, aussi bien brigands que rebelles arrivaient malheureusement à pulluler, l'homme étant plus un administrateur qu'un meneur, il n'était guère apprécié de la population, il était à vrai dire plus méprisé qu'autre chose. Et pendant trois mois, ils préparèrent le retour de Väino.

***
Troisième partie.
Le second prince

***

L'hiver était déjà là et pourtant, le nombre de personnes attroupées dans les rues de Lex était impressionnant. Aussi bien pauvres que riches se pressaient pour voir la petite procession qui se dirigeait vers le palais royal. Il fallait avouer après tout que si le groupe était petit en taille, son arrivée ne pouvait faire que grand bruit. Quatre ans, cela faisait quatre années que l'on avait guère plus entendu parlé de Väino d'Ignis et que, celui ci semblait s'être évaporé dans la nature sans que son père ne semble s'en inquiéter outre mesure. Et voilà qu'âgé de dix-huit ans celui ci revenait à Lex, presque à l'improviste, personne n'ayant semble t-il été prévenu. En quatre ans, le jeune homme avait changé. Il avait grandit, atteignant à présent le mètre quatre vingt, ses épaules s'étaient élargies pour devenir celles d'un homme, sa démarche était vive, pleine d'énergie et d'assurance. Ceux qui avaient pu l'apercevoir dans sa jeunesse avait du mal à reconnaître le petit diablotin de treize ans. Son visage s'était quelque peu durci mais avait acquis un calme palpable, il avait acquis en maturité c'était évident. Sa stature quand à elle ne laissait aucun doute, il était un fils d'Iskandar. Sur ses épaules, une lourde cape de fourrure grise.

Sur le passage du petit cortège, tout le monde s'écartait. Il fallait avouer, plusieurs personnages à la suite de Väino étaient eux aussi remarquables. Au côté du prince d'Ignis, il était dur de ne pas voir l'énorme fauve noir qui le suivait, les connaisseurs reconnaissants une panthère de Scandia d'une taille impressionnante, ceux ayant plongé leur yeux dans son regard les détournant immédiatement face à l'intelligence prédatrice de l'animal. Derrière, venait un jeune homme qu'il était dur de ne pas reconnaître comme le fil du portier de Lex, Miyamoto Minato... un des meilleurs escrimeurs d'Ignis par la même occasion; à côté de lui, une jeune femme à la démarche séduisante et aux formes plantureuse que, les experts pouvaient identifier comme Morrigan Ulster, baptistrelle de génie. Et enfin, se tenait sans doute un des hommes les plus connu de Scandia, Cathbad Ulster, premier baptistrel de Scandia tandis que derrière lui, suivaient trente hommes et femmes, aucun ne portait d'armure mais tous avaient à leurs hanche deux épée longue ainsi qu'une harpe, des chantelames. Et la troupe avançait sous les regards curieux, ébahis ou encore fascinés de la population.

Lorsqu'ils pénétrèrent dans le palais, ce fut l'effervescence totale. Le prince d'Ignis était de retour. Sa cape toujours les épaules, il ouvrit avec force les portes de la salle du trône, entrant dans celle ci avec une allure régalienne. Se dirigeant dans le même mouvement vers le trône, ce fut seulement arrivé à une distance respectueuse de celui ci, ou siégeait le roi, qu'il s'arrêta sous la stupeur de tous. Posant un genou à terre et baissant la tête, alors imité par ses suivants, il s'exprima d'une voix à la fois grave et puissante pour que tous puissent l'entendre

-Père... Moi, Väino Iskandar Ortenross d'Ignis, fils d'Iskandar Hadrien Léon d'Ignis suit de retour!

Il laissa planer le silence lourd de sens qui s'était installé avant de continuer en regardant cette fois son père et roi dans les yeux.

-Je viens vous demander avec l'humilité qu'il agrée à un descendant d'Ignis le domaine de Scandia.

Il se redressa, toisant avec hauteur le reste de l'assemblée.

-Et j'annonce! Tant que mon domaine ne sera pas entièrement sous mon contrôle, je ne prendrait part aux affrontements pour le trône... Une fois cela fait, je défie quiconque parmi vous d'oser se mettre en travers de ma route.

Et, dans le silence stupéfait qu'avait provoqué ce qui pouvait être considéré comme une déclaration, un avertissement et une provocation, la voix du roi, d'Iskandar son père résonna.

-Voilà qui est bien parlé. Toutefois un prince ne renie pas son serment, fils, et tes paroles feront donc office de loi, j'espère que tu en assumeras toutes les conséquences.

Et le prince sourit...

Il fallait l'avouer, le retour de Väino au sein de sa famille avait le mérite d'avoir fait du bruit. A peine s'était-il présenté devant son père qu'il annonçait qu'il comptait participer aux affrontements pour le trône et, certains considéraient les paroles d'Iskandar comme un assentiment, d'autre comme un avertissement. Le retour du jeune prince avait divisé même si, celui ci se tenait pour l'instant relativement éloigné de la politique du trône et, à juste titre. En effet, il devait reprendre les rênes de la Scandia, un exercice de longue haleine qui s'annonçait pour lui. La région qu'il avait demandé n'était guère une région accueillante aussi bien par sa faune et sa flore que par son peuple. Si les scandien étaient des partisans de la lignée d'Ignis dans leur grande majorité, ils n'acceptaient pas les "faibles" et, l'ancien administrateur, s'il n'avait pas été quelqu'un d'incompétent s'était avéré quelqu'un ne correspondant aucunement aux critères des scandiens, faisant que ceux ci ne lui accordaient guère de respect en plus, du fait qu'il ne soit pas de la lignée royale d'Ignis.

L'arrivée de Väino en tant que nouveau seigneur de Scandia fut apprécié par la population. En plus d'être un héritier d'Ignis, le jeune prince s'avérait l'élève du célèbre Cathbad, chose qui lui facilita au final la vie. Cependant, sa position dans la course à l'héritage, due au fait qu'il n'ai guère été présent pendant quatre ans avait de quoi permettre aux "contestataires" de rester en froid avec celui qui les gouvernerai dorénavant. Sans oublier que la nature sauvage de la région permettait aux bandits de pulluler et au révolutionnaires de se cacher. Väino d'Ignis n'avait pas opté pour le meilleurs domaine en l'état actuel des chose mais, n'avait pas eu le choix, il voulait cette région et aucune autre. Cependant, la tache ne le rebutait pas au contraire et, il avait joué habilement son coup. En annonçant clairement qu'il ne participerait pas au trône le temps de contrôler sa région, en bénéficiant de ce que l'on aurait pu considérer comme l'assentiment du roi et, en s'obligeant à accomplir la tache qu'il s'était donné, il s'assurait un certain temps de tranquillité... et c'était un soufflet magistral à l'égard de tous ceux qui auraient pu s'opposer à lui.

Ainsi, tout en s'occupant de son domaine, il pouvait de nouveau s'informer sur ce qui s'était vraiment passé à Lex ces dernières années, des mécaniques du pouvoir auxquelles il était resté quelque peu hermétique lors de sa jeunesse. Il préparait le terrain pour entrer dans la partie à son tour. Mais ce n'était pas tout, il désirait vraiment pouvoir s'occuper de sa région un minimum avant d'être pris par le jeu du trône, afin de s'assurer une certaine stabilité. Il voulait gagner le cœur du peuple scandien et pour cela, il allait devoir se salir les mains, hors de question d'être gêné par quoi que ce soit dans ce cas là. Sans compter sa famille qu'il n'avait pas vu pendant quatre ans. Si il entrait en conflit avec certains de ses frères et sœurs, avec d'autre la fraternité resterai. Il avait passé quatre ans loin de tous et, s'il n'avait pas la chance de pouvoir passer beaucoup de temps en toute tranquilité avec son père, cela s'avérait plus facile avec sa mère et sa petite sœur Illysaviel. Sans compter Schweinorg qui, même s'il ne savait jamais vraiment sur quel pieds danser avec lui était un individu qu'il appréciait, aux conseils aussi étranges que précieux parfois.

Sans bien sur oublier la Scandia. La manière de procéder du prince pour gérer son domaine s'avérait d'ailleurs quelque peu particulière. Habilement conseillé par Cathbad et Morrigan, et, avec Minato comme chevalier, Väino réussissait à gagner le cœur de son peuple. Déjà, il était considéré à la fois comme un baptistrel, un rôle apprécié, mais aussi comme seigneur, rôle respecté en Scandia. Mais plus encore, il arrivait à faire preuve de proximité avec les gens du commun. Il n'était pas rare qu'il s'arrête dans une taverne pour boire un coup et discuter avec des personnes, toujours sous la surveillance de sa panthère Jezaig et de son chevalier Minato. L'animal avait d'ailleurs un certain effet, lui qui était considéré comme le prédateur suprême de la région, suivait le prince comme son ombre, un symbole de puissance. Et Minato avait aussi un effet particulier, loin de se prendre la tête et, avec une grande propension à l'humour, il avait le mérite de rendre d'une certaine manière le prince plus accessible, si ce n'était en vérité, au moins en impression.

Il était impossible de dire qu'il ne s'investissait pas pour son peuple, n'hésitant pas à donner régulièrement des fêtes pour diverses raisons afin de satisfaire le peuple, accueillant toujours à bras ouverts les baptistrels qui, lui étaient de toute façon acquis. Mais ce qui faisait que le peuple lui était encore plus acquis, c'était sa manière d'affronter aussi bien brigands que rebelles. S'il organisait la traque et l'élimination de ceux ci, il y participait aussi régulièrement lui même. C'était donc un prince présent et faisant preuve de ses talents guerriers. Väino maîtrisait l'image qu'il donnait au scandiens, généreux avec ceux qui lui étaient fidèles et, impitoyable avec ses ennemis. Il procédait d'ailleurs toujours de la même manière, laissant d'abord une chance à ses ennemis de se rendre et donc de rester en vie voir, de potentiellement bénéficier de son pardon. Si ceux ci refusaient, il engageait toujours le combat, sauvage et impitoyable, et pas une seule fois il ne perdit un affrontement. Oh, régulièrement il fut blessé, plus ou moins gravement, après tout chaque combat pouvait s'avérer mortel... mais il acquis la réputation d'un homme particulièrement dur à vaincre voir impossible, survivant aux pires blessures et repartant immédiatement après au combat. Sans oublier son armure de flamme blanche qui, donna naissance au surnom de Väino, la flamme blanche d'Ignis dansant sur la tombe de ses ennemis. Surnom raccourci en "la flamme blanche" par le peuple, ce dernier trouvant cela plus poétique.

S'approprier la Scandia et stabiliser la région lui demandat trois années intensive de prises de risques calculés mais le résultat s'avéra magistral. Le peuple l'aimait et lui était fidèle, il était temps maintenant de revenir dans la course au trône. C'était maintenant que sa tache se corsait, particulièrement mal placé à ce moment là pour la succession, Väino était dans les derniers. Il allait donc devoir remettre les choses au clair. Pendant trois années il avait relativement évité Xalerq, tous deux étant naturellement en opposition à chaque fois, ne pouvant se permettre de duel avec lui. L'affaire fut au final réglée relativement vite, peut-être plus vite qu'il ne l'aurait cru. Passant rapidement à la douzième place suite à un duel ou il montra l'étendue de son talent, il se retrouva très vite en opposition avec Xalerq, alors devenu second prince. L'antagoniste entre les deux princes repris alors de plus belle, l'un et l'autre ayant le même but, devenir premier prince pour succéder à Iskandar. Et se fut suite à une de leur innombrables dispute dont eux seuls avaient le secret qu'ils s'affrontèrent en duel, débouchant sur la défaite de Xalerq qui fut alors renvoyé à la douzième place, violent coup pour son ego, Väino lui, devenant le second prince. leur affrontement fut particulièrement rude et, d'un accord plus ou moins commun ne fut vu de personne, vieux réflexe acquis datant de leur jeunesse.

Cela faisait quasiment un an que Väino était second prince d'Ignis. Jusqu'à présent la chance lui souriait et il avait le vent en poupe. Bien qu'il soit en soit arrivé là à force d'efforts, jamais il n'y serait parvenu sans l'aide de ses proches. Les hommes qui le suivaient lui étaient d'une fidélité sans faille, Morrigan était aussi bien une bonne conseillère que guerrière, sa renommée de première baptistrelle ne faisant que jouer en la faveur du prince. Kamina quand à lui restait fidèle à lui même, chevalier et ami de confiance, sans faille. Il avait une confiance parfaite en ses autres hommes, menés par Alek, guerrier et stratège de génie. Pourtant il y avait une ombre au tableau, son amante actuelle, Deirdre était une artiste et une espionne de talent mais... mais il ne pouvait s'empêcher de douter et, il avait la preuve qu'elle l'avait trahis, ne restait plus qu'à savoir qui était son complice. Et c'était ce soir que tout se jouerait

Une personne vint. Et pas celle à qui il s'attendait.

-Tiens donc... Alek... c'est assez...
-Surprenant? Moi même je n'y aurait pas cru avant.

La température s'était, refroidie d'une certaine manière. La voix de Väino se fit glaciale, tandis que celui qui dirigeait les hommes du second prince semblait douter.

-Et pourquoi?
-Car vous asservissez le peuple, détruisez sa liberté et empêchez toute égalité vous autres descendants d'Ignis.

A cette remarque, l'héritier d'Ignis ne pu s'empêcher d'éclater de rire. Asservir le peuple? Quelle foutue connerie! Quoi qu'il se passe les faibles étaient inévitablement dominés par les forts, cela ne voulait pourtant pas dire qu'ils étaient évitablement écrasés d'une manière ou d'une autre. L'égalité était un mensonge, ils étaient tous différents, plus ou moins forts, plus ou moins intelligents, plus ou moins doués ou plus ou moins chanceux. Physiquement, un homme et une femme étaient différents, trop pour qu'ils soient égaux. La femme après tout avait la "chance" de pouvoir donner la vie, chose dont se passait très bien Väino et qui faisait qu'il admirait n'importe quelle femme pour avoir cette capacité.

-Asservir et détruire la liberté?

Sa voix était blanche

-Tu ne te répèterai pas? Ces deux termes son un peu pareils.
-Tu ne vas...
-Silence! Je n'ai pas finit, ensuite tu pourra m'exposer tes arguments immatures!

Par réflexe, Väino fut circuler son mana et se retrouva recouvert de flammes tandis qu'il avait élevé la voix et s'était redressé de toute sa stature.

-Bien, donc comme je le disais, ces deux termes veulent dire la même chose. Asservir... pourquoi pas, soit. Mais ce sont toujours les forts qui dominent après tout. Les hommes sont libres de devenir plus forts, et seule la force permet de choisir justement, sa liberté, c'est elle qui décide de ta position sociale, ou que tu sois. Quand à empêcher l'égalité... ce n'est qu'une vulgaire utopie dont l'empire d'Eholis nous a fait admirer les déviances. Maintenant, qu'as tu as dire à ce sujet?
-Tu estimes avoir raison à ce sujet n'est-ce pas?
-Pas forcément, mais je suis un prince d'Ignis et me doit d'agir en tant que tel... Et on ne change pas une société en claquant des doigts. Ce que tu vas faire en me trahissant de cette manière et, en choisissant de te battre, c'est d'attiser encore plus la révolte et donner lieu à un énième bain de sang. Alors soit tu es avec moi pour changer Ignis de la manière la moins sanglante, soit tu es contre moi. Fais ton choix.
-Contre toi.
-Bien, alors maintenant hors de ma vue, tu suis tes idéaux et je le respecte.

Alek sembla abasourdit, comme s'il ce qu'il venait d'entendre était la chose la plus absurde.

-Pourquoi? Pourquoi l'acceptes tu comme ça? Aussi facilement?
-Nous avons tous deux une perception du monde différente.

Pendant une minute, tous deux s'observèrent, comme deux prédateurs prêts a se sauter à la gorge. Puis Alek fit demi-tour, à peine avait-il fait quelque pas que l'air s'emplissait de mana et que dix traits de feux s'abattaient sur lui d'un seul coup. Une attaque traîtresse et sans pitié, il fut transpercé, brûlé. Et Väino se penchant sur son ancien amis, leva de force sa tête en l'attrapant par les cheveux, sa voix toujours glaciale.

-Mais si je respect tes idéaux, tu oublie ce que je dis toujours.
-Enf...
-Cendre et sang d'innocents pour ceux qui trahissent notre sans... c'est pourtant clair non? Mais rassures toi, Deirdre ne va pas tarder à te rejoindre... Je hais les traîtres.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 21
Age : 23
Métier : second prince
Humeur : implacable
Points Histoire : 0
Sam 9 Mar - 2:29
Et bien voilà, fiche terminé!

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 336
Age : 15
Métier : Utopiste
Humeur : Optimiste
Points Histoire : 0
Dim 10 Mar - 21:05
Un prince d'Ignis qui ne parle que la langue courante, comme c'est original!! /contexteshot

"Bienvenue" à toi, très belle présentation, originale et efficace, il n'y a pas grand chose à redire (sauf sur le choix des noms des PNJ, tu veux me faire avoir une crise cardiaque ou quoi? XD). Nous validons les deux premiers princes, belle réussite chronologique!

Puissance - Rang A+

Guerrier, magicien, barde, lutteur, bapistrel, second prince d'Ignis... Je pense que tout est dit.
... Et on sait tous deux que les bardes c'est cheat xD

Influence - Rang A

Je vais pas m'étendre sur l'influence des princes d'Ignis, ça serait rébarbatif. Disons simplement que tu es l'une des personnes les plus influentes du pays.




"J'effacerai toutes les tragédies de ce monde."

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Väino d'Ignis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ϟ IGNIS PROBAT AURUM ϟ EVENT VII ϟ GROUPE II
» Nouvelle SUZUKI IGNIS: elle a l'air SYMPA !
» ϟ IGNIS PROBAT AURUM ϟ EVENT VII ϟ GROUPE V
» Ika, fils d'Ignis
» Krogan, Satyre d'Ignis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pres à revalider :: Ignis-
Sauter vers: