Sofia Alba



 

 :: Pres à revalider Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sofia Alba

avatar
Messages : 88
Age : 0
Métier : Ascète
Humeur : Angélique
Points Histoire : 0
Dim 3 Mar - 22:30
IdentitéNom: Alba
Prénom(s): Sofia
Titre: Winter Angel
Âge: 19 ans
Genre: Femme
Nature:  Magicien
Affinité: Eau
Pays: Aquaria
Métier: Ascète
Langues: Langue courante et ancienne
Thème:Winterly Imil


Caractère et Morale
Sofia. Ah, Sofia... Peu de personnes au monde te connaissent mieux que moi. Toi-même, chère cousine, tu ignores tout de tes plus profondes aspirations. Il y aurait tant de mots dans nos deux langues, tant d'expressions et d'adjectifs qui ne trouveraient leur signification qu'en toi seule; et tant d'autres, qui te sont et te demeureront inconnus. Je ne ferais pas d'éloges, cela ne fut jamais à mon goût, et pour toi qui méprise l'objectivité, je tâcherai d'être le plus partial possible.
Si la gentillesse était une arme, elle serait certainement dans tes bras, et peu de personnes ne sauraient la manier avec autant de maestria. Il y a en toi tant d'amour et de désir d'aimer que tu en finis même par t'oublier; l'altruisme se situe sur une dangereuse frontière dans ton esprit, entre le désintérêt et l'égoïsme le plus pur. Tu aides, tu soutiens, tu écoutes et tu délivres, mais ne cesseras-tu jamais de fuir tes propres problèmes ainsi? Il est des instants où ta bonté m'effraie, où je te soupçonne capable de tout abandonner pour elle et de te laisser périr; d'autres où tu affiches tant de perspicacité et je songe que tu ne t'ouvres aux autres que pour mieux être blessée. L'eau est signe de bonté, l'élément mère, la rivière de la vie chantant au gré du vent. Mais l'eau ne coule que le long de ses propres frontières, elle emplit ce que la nature lui laisse et jamais d'elle-même ne s'étend; tout comme elle tu t'adaptes, tu comprends et te plies aux désirs d'autrui.
Si la foi était un bouclier, tu n'aurais rien à craindre des affres du monde. Jamais je n'ai pu nourrir de foi aussi pure que la tienne, ni je l'avoue aussi belle. Il n'est de textes religieux que tu n'as lu, de citation que tu ne puisses réciter, pourtant jamais serment prononcé par tes lèvres ne se retrouva dans les psaumes sacrées. Fille, sœur et mère d'Aquaria, tes prières sont un soutien incessant, une douce monotonie dont tu as pourtant depuis longtemps dépassé la nécessité. La foi ma chérie, est souvent le radeau des désespérés, parfois le réconfort des habitués, mais trop rarement la parole des sensés. Et toi pourtant si intelligente, tu comprends et partage les valeurs du culte d'Ehol sans la moindre réserve.

Je crois ne jamais t'avoir vue dépourvue d'amis, mais cette force que tu donnes aux autres n'est guère plus que le masque de ta solitude. Sofia, n'as-tu jamais plongé dans les tréfonds de ton esprit? Ce partage, ce don, ce calme et ces sourires, toi qui est pourtant si introvertie. Il existe en toi des blessures cachées, des pertes pesantes qui sont le motif même de tes actes et de tes désirs renfloués. Je ne sais si tu pourras jamais être véritablement toi-même en demeurant seule, mais ta confiance et ta naïveté ne sont que les penchants lumineux de ta colère et de ta maturité. Tu as grandis bien trop vite, tu as compris trop tôt ce que tu aurais mieux fait d'ignorer, jeune rivière polluée à sa source par un voyageur imprudent. Je le sais, un jour tu te relèveras et te tiendras fièrement devant ta propre existence, et ce jour là tu brilleras comme tu n'as encore jamais lui.

Ton inclinaison première a toujours été la protection, et depuis cette fameuse nuit, je sais que tu t'es jurée de ne plus perdre personne. Tu t'es lancée à corps perdu dans l'étude de la médecine et des soins, des onguents et des herbes en masquant à tous cette peur du sang qui déroba à jamais la couleur de tes yeux bleus. Tes dessins, ton art brille pour toi, mais ces gens qui t'admirent n'ont jamais vu que ton monde de gris. Un jour peut-être, pourras-tu leur montrer ces dessins que tu faisais dans ton enfance, cette maison au bord de l'océan brillant, immense étendue de bleu que ton cœur dévorait à loisir.

Puisses-tu un jour être guérie par autrui, Sofia, comme tu as si souvent guéri.  

Ton cousin dévoué, ta cigüe et ton frère de lait, Alex.


Physique
Pardonnez moi seigneur car j'ai péché.
J'ai posé ces yeux infâmes sur la plus belle des créatures; mon coeur s'est serré, ma gorge s'est nouée, et elle m'a à jamais capturé.
Elle était assise sur un banc de pierre ce matin d'hiver. Les rues étaient calmes comme toujours en notre belle cité, quelques passants s'étaient amoncelés en une petite troupe innocente deux heures après la messe et je la vis, au centre de toute cette attention. Elle l'ange adulée par tous ces preux. Ses yeux de saphir, brillantes orbes dévorantes, parcouraient d'est en ouest le relief d'une toile encore vierge, page de l'histoire de ce monde qu'elle s’apprêtait à colorer. Elle saisit un fusain et de ses doigts fins, glissa sur le tableau et lui donna vie. Ses yeux, seigneur, ses yeux étaient l'océan, un bleu profond face auquel l'azur de notre cité n'était qu'une fade promesse, un pauvre désir de sainteté. Ils scrutaient cette page comme un sage contemple les étoiles, et elle changea certainement ce vide en une mer d'émotions, pussent-elles n'être que le quart de sa pureté. Je m'y noyais.
Une brise fraiche coula le long de nos murs, pénétrant dans les rues et frôlant les immeubles avant que d'emporter les dessins de mon égérie, cette muse insaisissable. Les passants se couvrirent, certains se portèrent au secours des toiles fugitives sous le regard bienveillant et le sourire enjôleur de la belle de nos eaux. Elle passa la main dans ses cheveux emportés par le vent, révélant de superbes mèches bleutées qui donnaient à sa chevelure aigue-marine - o aqua marina - l'allure d'une cascade d'eau salée. Les chutes du bout du monde, mais qu'elles m'emportent, moi ce pauvre pêcheur! Ses doigts fins reprirent alors leur œuvre première, et j'aurais pu mourir pour en sentir le simple toucher.

Ô grand sage, cette femme était digne fille d'Aquaria. Son visage blanc respirait la joie et la clarté, et son sourire, divin piège dans lequel je ne voulais que tomber, était l'égérie de notre foi. Pur, entier, mystérieux, intelligent et naïf: c'était un sourire que rien n'arrête. Elle ferait s'agenouiller les plus fervents croyants, son regard pouvait transpercer les plus solides murailles. Et si seulement ce beau visage n'avait été que sa seule qualité! Alors qu'elle rajustait sur ses épaules sa cape immaculée, je pus apercevoir une lueur, une aile de son corps de fée. Elle portait une tunique blanche où roulaient des vagues violettes, et le pourtour tombait en une légère robe qui me fascinait, tandis que je l'imaginais tournoyer. Sa poitrine habillement dissimulée - oh belle fée, pourquoi tant de tentations - ses hanches magnifiques et ses fesses à mes yeux cachés - certainement si fermes, si belles encore... - la galbe de ses cuisses, ses chevilles, son cou lumineux, tout n'était qu'art et beauté.

En ai-je fini avec ma confession? Oh non jamais! Jamais je ne pourrais trouver assez de mots, assez de soupirs, assez de vie pour la décrire. Artiste des pavés, elle était sans nul doute la muse de mes péchés. Son allure et sa grâce, je vous l'assure, feraient pâlir les plus nobles royautés. Rien n'est plus pur en ce monde que la beauté, et telle une fleur du printemps qui éclot après un long hiver, il y avait en son corps une force superbe de ces Edelweiss des monts étrangers qui s'élèvent sans jamais se briser.

Elle caressa la tête d'un jeune garçon qui vint lui montrer ses dessins, un murmure et quelques mots l'illuminèrent de fierté et elle lui offrit un de ses crayons, son porte bonheur à mine grisée. Elle entreprit alors de ranger ses lestes affaires et se leva du banc de pierre. Un fugace rayon de soleil vint illuminer nos pavés, et je trouvais que la lumière naturelle en cette journée avait perdu de sa clarté. Si j'osais... Et seigneur, j'osais! Je m'approchai d'elle et m'enquis de son prénom.

O Ehol, veuillez me pardonner. Je ne savais pas, j'ai fermé les yeux. Ses yeux bleus plus profonds que l'océan, ses cheveux aux subtiles senteurs salées, son visage clair et son sourire de pur clarté. Oh oui, durant un instant je l'ai désirée, et ayant appris la vérité, je ne peux que m'excuser de vous avoir mentalement trompé.

Oh oui, cette jeune fille était l'eau, elle était la bonté et la beauté, elle était Aquaria.
...Elle se prénommait Sofia.

Isaac, humble pêcheur de la cité blanche.


Compétences générales
Blue Angel ~ Il est de ces êtres mystérieux qu'un seul regard suffit à admirer, d'aucun perçoivent en eux du charme et d'autres du charisme, certains en font l'éloge et nombre les jalousent. Sofia fait semble t-il partie de ces élus, ces beautés mystérieuses dégageant une aura de bienveillance et de confiance, sous un calme et une sérénité que seule la foi peut apporter. Elle n'en joue pas, ou dans l'inconscience la plus totale; et c'est certainement ce qui ajoute encore à son charme.

White Lineage ~ La lignée des Alba descend de l'ancien empire, mages au fort potentiel, leurs ancêtres ont été les pionniers de la fuite vers le nord et les orchestrateurs de la vie et des soins en ces lieux reculés. La langue ancienne accompagne encore leur nom, reflet des ailes des anges, synonyme d'innocence et de pureté. Ces éléments se retrouvent dans le sceau magique des Alba, un magnifique cygne candide naviguant dans le dos de l'héritière, juste au dessus de ses fesses.

Shades of Gray ~ Suite à un fort traumatisme d'enfance, Sofia a développé une peur panique du sang. Le rouge est devenu pour elle l'icône d'une peur primordiale, la figeant sur place à chaque rencontre et à chaque souvenir, altérant même le plus calme des rêves en incessant cauchemar. Mais le cerveau est une ressource mystérieuse, et la petite fille qu'elle était a bien vite développé une contre-mesure, et depuis lors Sofia a tout bonnement cessé de voir les couleurs. Le monde lui apparait à présent en noir et blanc, dans d'infinies nuances de gris.

Red Hands ~ Malgré son traumatisme, Sofia a dédié sa vie à la médecine. Maitresse des onguents et philtres naturels, herboriste et masseuse, elle excelle dans tous les domaines de la santé et du bien-être. Elle peut sans peine traiter les blessures superficielles de toutes sortes, panser les plaies et soulager les maux; si elle venait à récupérer sa vue, toutefois...


Équipement, objets divers
Ankh béni:
L'ankh de Sofia est l'un des seuls objets dont la jeune Alba ne s'est pas séparée en entrant au service du saint-prêtre. N'accordant que peu d'importance aux possessions matérielles, Sofia n'a emporté avec elle au sanctuaire que ce bâton, ses crayons et quelques bijoux. L'ankh de Sofia représente le cycle de l'eau traversé par la foi, c'est un objet de famille qui a été béni par les femmes de sa lignée. Bâton de métal blanc, finement ouvragé, Sofia y a gravé l'incantation d'Edelweiss d'une manière un peu maladroite.

Robe de dévot:
Lorsqu'elle va prier ou lors de cérémonies officielles, Sofia porte souvent une longue robe transparente où sont tissés de beaux motifs blancs, parcourant tout son corps comme le ferait une robe de mariée. Utilisant ses modestes talents de coutures et suivant l'exemple de certaines de ses consœurs, elle a tissé parmi les motifs les runes d'un de ses sorts de protection.

Mina:
Colombe de la cité blanche, Mina est le familier de Sofia. Elle l'a rencontré au cours d'une de ses excursions artistiques en cité, et s'est pris d'affection pour ce qu'elle nommait sa pureté. Mina est devenue son modèle et sa compagne, Sofia lui a appris à tenir diverses choses entre son bec et ses serres ainsi qu'à délivrer des courriers.


Sorts - Rang A
Descendante d'une haute lignée de l'Empire, Sofia détient naturellement une réserve de mana supérieure à la normale qu'elle utilise avec brio depuis son plus jeune âge. Chérissant la langue ancienne comme sa langue maternelle, elle psalmodie chacun de ses versets dans cette langue divine et la manie suffisamment pour imaginer en créer des sorts de bas niveau. Elle demeure toutefois une élève parmi l'élite des ascètes et des prêtresses expérimentées, mais certainement une élève très douée.
Sa spécialité réside dans les sorts défensifs et de soutien.

Undans Paries Aquarius - Rang D

« Undans Paries Aquarius! »
(Dresse-toi, barrière d'eau!)

Ce sort crée un bouclier d'eau de la forme d'un large écu circulaire, Sofia s'en sert pour se protéger efficacement d'un sort ou d'une arme. L'eau tournoie en continu vers l'intérieur du bouclier, lui permettant de stopper rapidement ce qui le pénètre.

Sanctus Aqua - Rang C

« Sanctus Aqua, qui tollis peccáta mundi, dona nobis pacem. »
(Sainte eau, qui retire les péchés du monde, offre nous la paix)

A l'appel de ces mots, un torrent d'eau glacée apparait et se met à tourbillonner autour de la zone protégée par Sofia. Les vagues semblent contenues entre deux parois invisibles, créant l'étrange illusion d'une tempête contrôlée, dont le centre est aussi calme que l’œil d'un cyclone.

Verglas - Rang C+

(Mana, recouvre la terre de ton voile gelé)

Sort de glace exclusivement lancé en langue ancienne, il permet de changer le sol dans un rayon de plusieurs dizaines de mètres en une zone gelée. La température chute et les zones d'eau mais aussi la terre et la pierre se changent en verglas: même les plus habiles combattants peuvent se retrouver impuissants s'ils n'ont jamais connu pareil champ de bataille.

Vent d'hiver - Rang B

(Que soufflent les vents de l'éternel hiver par delà les pleurs des cieux)

Blizzard est un sort reproduisant une violente tempête de neige pouvant affecter toute une ville. La température chute terriblement et des flocons de neiges tombent en très grande quantité, portés par un vent nordique redoutable. Le sort nécessite quelques secondes avant d'atteindre sa puissance maximale, mais peut durer suffisamment longtemps pour figer les mouvements d'une armée ennemie.

Edelweiss - Rang B

(Fleur du renouveau, deviens une barrière de glace impénétrable. )

Fleur des Elénides réputée pour survivre aux plus rudes hivers, l'Edelweiss est un symbole de noblesse et de pureté. Sofia utilise ce sort pour créer un puissant rempart glacé capable d'arrêter net un tir de baliste sans même se fissurer. La fleur de glace permet de stopper toutes les attaques directes provenant d'une direction, ses pétales sont aussi solides qu'une muraille.

Anges de cristal - Rang A

(Prudence, Tempérance, Force, Justice. Âme, Esprit, Corps et Cœur.
Lumière du prisme éternel, brillez sur nous et accordez-nous votre bénédiction.
Envolez-vous des eaux de glace, mes anges gardiens.)

Bien qu'il soit réservé à une élite, l'accès à certains sorts de magie ancienne est possible en Aquaria. Les Anges de cristal font partie de ces sorts de l'ancien empire qui ont été conservés non pas dans la Grande Bibliothèque mais au sein du Sanctuaire, transmis oralement par les Saint-prêtres et certaines ascètes. Cette magie fait apparaitre quatre figures ailées semblables à des anges dont la taille dépend de la puissance magique du porteur. La puissance de ce sort réside dans le changement d'état de l'eau qui les constitue, qui peut passer en un instant de la glace la plus solide à un flux d'eau glacé rapide. Capable de se reconstituer en utilisant l'eau et le froid ambiant, ils sont une force à ne pas sous-estimer. Manipuler les quatre anges nécessite toutefois une grande concentration et beaucoup d'énergie.

Flux de mana

La médecine d'Aquaria est beaucoup plus traditionnelle, plus antique et philosophique que celle d'aucun autre pays. Onguents, massages, acupuncture, les médecins du pays de l'eau ont cette étrange capacité de ressentir et d'évacuer le mal. S'ils ne rejettent pas la science, leurs connaissances englobent des domaines différents et bien plus sacrés. En tant que jeune médecin et surtout masseuse de talent, Sofia possède cette étrange capacité de sentir et de lire dans les flux vitaux. En extériorisant son mana et en le concentrant sur ses doigts, elle applique des pressions à des points précis le long du corps pour relâcher la tension et soulager des maux simples.


Influence et Relations - Rang B
Malgré son jeune âge, Sofia détient une influence plutôt développée au sein de la cité blanche, sans qu'elle n'ait jamais pour autant cherché à l'étendre. Femme de foi, magicienne de l'eau et véritable trésor de partage et de bonté, la jeune fille est également l'héritière des Alba, une des grandes familles d'Aquaria et de l'Empire dont le rôle dans la fondation d'Aquaria n'est plus à démontrer. Bien que la théocratie n'accorde pas de privilèges à ses grands noms, les croyants ont un respect du verbe et donc des lignées assez prononcé. Dessinatrice des rues et aide-soignante, Sofia a également toujours été proche des habitants des différents cercles d'Aquaria. Ascète enfin, elle officie désormais aux côtés du saint-prêtre et de ses autres intendantes au sein d'une position que beaucoup considèrent comme le zénith de l'influence féminine en Aquaria.

Alex Alba ~ Voyageur solitaire - Rang B+

Alex est un mystère aux yeux de beaucoup, même des siens. Descendant des Alba et premier héritier de la famille, il a depuis son enfance montré une liberté de pensée et un désir de découverte et de savoir aussi forts qu'inquiétants. Après la tragédie qui a frappé la famille il y a dix ans, il a consacré tout son être à l'étude de la magie; quittant régulièrement la cité pour explorer les pays frontaliers au grand dam de sa cousine et seule attache. Il a quitté Aquaria il y a un an de cela, sans laisser d'explications, mais il semblerait qu'il ait découvert un secret trop grand pour être ignoré.
Sofia espère encore aujourd'hui son retour auprès de sa famille, auprès d'elle, ultime contradiction avec la voie qu'elle a emprunté, peut-être n'est-elle devenue ascète que pour se refuser à l'aimer? Alex est son cousin, sa famille, son amant et sa vie; il est l'ombre de sa lumière, l'athéisme dans la foi, l'égoïsme dans l'altruisme et la trahison dans la confiance. L'être qui se rapproche le plus à ses yeux, non, l'être qui ne sera jamais à ses yeux que son âme sœur inaccessible.



Histoire

Neiges éternelles

Thème

~ Le blanc le plus pur change la lumière en ombre.
~ Connaissez-vous le sens du parfait ?
~ Cette vérité si profonde qu'elle détruirait notre monde souillé.

D'aussi loin que je m'en souvienne, mon univers fut nimbé de blanc. Dans mes robes, ma couche, mes draps, des pierres blanches de notre allée aux statues de marbre de notre cellier, partout où mon regard se posait le paradis se dévoilait. J'ai grandi dans la sainte et merveilleuse cité d'Aquaria: temple aquatique respirant la douce rosée au printemps, vaste mer blanche brillant sous la lumière irisée en été, sanctuaire en automne encore, balayée par les vents frais du mistral, et empire de la glace en hiver, monde de neige et d'amitié. L'hiver a toujours été ma saison préférée, les longues nuits au nord révélaient un superbe ciel étoilé où je m'engouffrais, loin des regards des êtres aimés. De l'aurore au crépuscule je priais, j'allais chantante d'un bout à l'autre de la cité, je dessinais des anges dans la neige, ô Samuel et toi Gabriel, je crapahutais, je chahutais et je poursuivais celui qui m'avait toujours guidée.

Nous étions toujours ensemble à cette époque, toi le Soleil, puissant, rayonnant et à jamais avide de connaissances, moi la Lune,  te poursuivant, te raisonnant, mais qui ne pouvait briller qu'à travers toi. Ma mère m'avait appelé Sofia, en hommage à l'émissaire de l'eau dont le nom donna naissance au mot sophia, à la sagesse. Ta mère avait choisi Alex, prénom d'un des anciens empereurs, synonyme de protection. Héritiers des Alba, nous devions exceller dans nos domaines respectifs et devenir comme nos parents d'honorables serviteurs de la foi.

O lux beatissima,
reple cordis intima
tuorum fidelium.
Les lectures, les leçons, les récitations; j'apprenais par cœur les saints versets et tu rechignais à les réciter. Tu étais toujours l'élément libre et indomptable alors que j'étais la petite fille fragile et obéissante. Dans cet univers de coton tu étais une tendre épine, et je ne désirais que de me blottir contre toi en sachant que j'en serais blessée. Oh, Alex, mon monde n'aurait alors pu tourner sans tes chastes baisers! Mais nous étions trop jeunes pour comprendre, trop innocents pour s'inquiéter.
J'excellais aux études, j'aimais lire et comprendre, retenir et réciter; j'étais sans nul doute la préférée. Toi tu délaissais la torpeur et ce que tu nommais l'inutilité, et je pense que ton intelligence ne pouvait guère s'y développer. Les deux héritiers prirent des chemins différents, nous choisîmes tous deux le mana: moi dans la foi et toi en tes bras.

Quelques mots sur notre maison: elle faisait partie du premier cercle d'Aquaria, de ces demeures construites avant même l'indépendance de notre cité, tout autour du sanctuaire. Elle fut à de nombreuses reprises rénovée, mais la structure originelle et quelques peu démesurée de l'Empire est restée, oh, elle n'a rien de si somptueuse, je serai la première à me sentir coupable si elle excédait les couvents ou nos jeunes églises, mais elle demeura suffisamment spacieuse pour accueillir nos deux familles unifiées. Nos deux sœurs de mères n'avaient jamais trouvé la force de se quitter; et suivant la coutume légendaire d'Aquaria, ce sont les hommes qui durent s'installer chez leurs épousées.
Avaient-ils seulement le luxe de se plaindre ? Regardez ces murs blancs et ces escaliers marbrés, ces pièces sans fin et ces jardins! Un éclair du génie de nos ancêtres, de la splendeur perdue du Saint Empire d'Eholis.
L'Empire... la passion avec laquelle nos parents s'entretenaient de notre héritage aurait presque fait pâlir Dame Jenna. Je me sentais perdue dans ces dialogues, inconsciente du lourd fardeau et par trop innocente pour le supporter; pourtant dans leurs emportements, au travers de cette volonté si inflexible des femmes de foi, je ressentais un sentiment inconnu, oppressant. Un tremblement inexpliqué de mon corps, ma poitrine qui se serrait et mes lèvres qui cessaient de bouger.
Je percevais la haine et j'en étais déjà effrayée.

La vie s'écoula toutefois paisiblement au paradis blanc. Et l'année de mes cinq ans et de tes sept étés, nous assistions au miracle de la vie. Une bénédiction que seule la foi pouvait nous apporter, une troisième naissance, ma cousine et mon éternelle sœur: Natasha. Te souviens-tu mon ange, de ce dessin que je ne faisais en réalité que pour toi, de cette mer bleutée où nous nagions tous trois? Père le trouvait brouillon, Mère l'acceptait sans conviction, Alex était plus honnête et le qualifiait de torchon. Mais toi ma douce, ma tendre, tu la voyais aussi, n'est-ce pas? Cet océan infini, cette mer des origines où nous voguions ensemble... Genesis.

Notre petit monde demeura encore inchangé pendant quatre longues et belles années...
Et mon paradis candide fut à jamais souillé.


Une rose rouge de noir

Thème

Lacrymósa dies illa

Cela fait dix ans à présent; et je me souviens encore de chacune des personnes à qui j'ai parlées, de chacun des mots que j'ai prononcés. L'air frais d'hiver se faisait ressentir dans toute la ville et nos parents décidèrent pour une fois de quitter notre cité calfeutrée et de pénétrer chez notre voisin de pays, afin de satisfaire notre curiosité à nous, impétueux enfants. Les décisions ne se prenaient pas à la légère au sein de notre clan, et je ne sais quels motifs cachés ont pu amener ma mère à entreprendre ce voyage-ci. Il y avait indéfectiblement quelque chose de plus que le simple plaisir, l'excitation qui gagnait les jeunes Aquarien lorsqu'ils bravaient leur frontière pour entrer dans un pays étranger. Mais quel était ce secret fatal qui les déroba à ma vue? J'aimerais aujourd'hui comprendre ce que je n'ai su déceler.

Notre petite famille fit halte dans une auberge de Ventus, les rires, les chants, tout ici était si différent! Les habitants étaient sans-gêne, mais il émanait d'eux une étrange chaleur, différente de nos compatriotes; ce n'était pas un feu calme et apaisant, mais un feu passionné et plein de l'envie d'aimer. Nos parents n'aimaient pas passer du temps auprès d'eux, je pense que leurs sentiments étaient partagés entre une ancienne dette et un plus ancien mépris: Ventus était la nation qui avait renversé l'Empire, mais aussi la nation qui avait aidé Aquaria. L'on ne peut guère juger les hommes sur les erreurs de leurs pères, et toute cette rancune n'avaient pas d'emprise sur nous encore jeunes enfants. Alex y avait été initié, mais il semblait partout et en toutes occasions conserver une liberté de pensée qui me fascinait. Moi je me contentais d'acquiescer, mais je ne pût jamais me résoudre à haïr.

Cette nuit-là, je ne pus m'endormir. L'excitation était trop grande, la curiosité trop présente, et un certain petit démon ne cessait de me tenter. Alex et moi nous nous échappâmes des griffes ennuyeuses de cette petite chambre par les toits, et glissant sur la neige qui les peuplait, nous étions bientôt replongés dans les charmes du pays des arts. Une simple heure, c'est tout ce que cela aurait pris. Nous serions revenus avant que l'on s'aperçoive que nous étions partis. Nous serions revenus...
"Ventus ne dort jamais" dit-on. Les gens se consument eux-mêmes à la lueur des flammes dansantes, ils vivent de leur entier, sans jamais laisser s'échapper la moindre parcelle de jouissance. Un tel concept n'était alors pas encore à ma portée, mais j'étais émerveillée par ces fées dansant sous le regard coquet des étoiles, autour d'un magnifique cercle de feu. Les secondes se changèrent furtivement en minutes et nous perdîmes la notion du temps. Je commençais à m'endormir, mes premiers bâillements ayant laissé place à une lutte de tout mon être contre le sommeil, et Alex, qui dût presque me prendre dans ses bras,  me ramena à l'auberge.

Je somnolais. Ma vision perdait son focus, et je voyais paraitre de tous côtés de minces rideaux noir si accueillant que je rêvais - le mot est juste - de m'en enrober. Je continuais pourtant de marcher, lorsque soudain, les pas qui me portaient se stoppèrent et Alex me laissa à mon périlleux équilibre, dévalant la pente enneigée qui menait à notre auberge. Je finis par prendre appui sur un arbre après quelques pas hasardeux sur la droite, et alors que je gonflais mes joues pour réprimander cet idiot de cousin qui m'avait complétement réveillée, je fus à mon tour frappé par cette vision. Mon coeur rata un battement, peut-être deux, et je tombai au sol la main contre la poitrine. Et dans le même mouvement je finis par dévaler la pente, mi roulant mi courant, avant de tomber sur le sol neigeux à une dizaine de mètres de l'auberge.
Tout était blanc, si infiniment blanc, et le ciel était si noir, oh, si terriblement noir. Mes frêles jambes insensibles au froid prirent un nouvel appui, et j'enfonçais mes pieds nus dans la neige dont je ne ressentais plus la morsure. Une de mes sandales était arrivée juste devant mon nez, mais ma vision comme tout mon être étaient absorbé par quelque chose d'autre, une scène d'une force si terrible qu'elle avait aspiré mon âme et dévorait mon cœur. Je n'entendis pas les cris, je ne voyais plus les flammes de torches qui s'avançaient dans le lointain, j'étais absorbée par ce monde de blanc où venait d'éclore une tâche écarlate.

Un immense océan blanc où mes pieds s'engouffraient.
Un inquiétant ciel noir où la lune et les étoiles brillaient.
Et au centre de tout l'univers, une superbe rose rouge.
Et au cœur de cette rose, ma mère.

Ma main se posa sur le corps encore chaud de celle qui m'avait donné la vie, et mon regard ne pouvait se détacher de tout ce sang dans lequel elle baignait, ces litres de liquide qui s'étaient mêlé à la neige comme les couleurs corrompent le blanc, et formaient une nuée de pétales rouges à peine éclot.
Quelque chose se brisa. Je retirai ma main encore chaude, et celle-ci se fondit avec la nuit sous mon regard transit. Quelqu'un me pris par les épaules et tandis que je reculai, je pus de nouveau l'apercevoir.

Cette rose rouge dans ce grand jardin blanc. Cette rose rouge qui devint noire.


Mana

Nous caressons la vérité chaque jour que Watos fait.
Observez, écoutez... et vivez.

Les textes le disent: "Seul celui qui a connu les ténèbres peut véritablement comprendre la lumière". Pourtant à l'instant où une personne entre en contact avec le mal, ne se prive t-elle pas à jamais du bien? Est-il réellement possible d'atteindre le bonheur lorsque tout son être est noyé dans le malheur? Je crois en Watos. Je crois en l'être humain. Je crois en la force du mana. Aussi absurdes et irrationnelles que peuvent nous paraitre les choses en ce monde, elles arrivent certainement toutes pour une raison. Notre existence si courte consiste à chercher cette raison, sans jamais la trouver, parce qu'elle a depuis le premier jour mûri en nous.

Notre excursion sur les terres du vent nous aura laissé orphelin. Je perdis mes parents et Alex et Natasha les leurs, si bien que nous fûmes pris en charge tous trois par Aquaria. La cité blanche agit toujours comme une mère pour ses enfants dit-on. Nous restâmes quelques mois dans des maisons de repos et retournèrent dans notre demeure, une nourrice et quelques voisins pour nous assister au besoin. Le monde était si vide de leur absence, et pourtant si plein de nos trois présences. Nous étions en vie, et nous culpabilisions de l'être, mais nous étions blessés. Alex se ferma, plongeant plus que jamais dans les ombres de la magie, il ne quittait plus sa chambre que pour rejoindre la bibliothèque. Je consacrais mon existence à ma cousine, qui devait grandir sans parent, et apprenait tout ce qu'il y avait à savoir sur les enfants et les soins. Je scannais chaque maladie qui pourrait l'atteindre, nettoyait encore et toujours notre maison, veillait à ses repas, ses rares sorties et je sentais ma poitrine se déchirer à chacun de ses pleurs.
Je cessais de dessiner.

Elle grandit rapidement, et je m'en émerveillai. Mais quand bien même j'étudiais, aussi attentionnée que je pouvais me montrer, je me rendis bientôt compte que les actes d'un seul être ne pouvaient changer une destinée. Natasha nous quitta le jour de ses dix ans: elle fut littéralement foudroyée, un mal inconnu s'empara d'elle et en quelques semaines, elle décéda. Je l'avais changée, je lui avais appris à lire et à écrire, moi à peine plus âgée qu'elle, je l'avais serrée contre moi dans ses peines, je l'avais gâtée, je l'avais grondée. Elle avait grandi, elle courrait, elle dansait, elle priait, elle jouait et s'amusait, et je vivais à travers elle ces rêves que je me refusais. Natasha ma douce, ma cousine, ma sœur... oh ma fille, pourquoi les cieux t'ont-ils rappelée? Alex s'absenta de plus en plus régulièrement, et moi qui n'avait plus de rempart sur lequel m'accrocher, je songeais pour la première fois que le sens de ma vie n'était peut-être que celui du malheur.
Je cessais de prier.

"Car du plus profond des ténèbres naquit la lumière.
Et que cette dernière ne montre sa clarté que dans les temps les plus sombres"

Qu'est-ce que la foi? Se dévouer corps et âme à autrui, à une cause plus grande et plus juste, à un espoir infini. Vivre au dessus de la Terre, embrasser la vérité, et s'élever, ressentir les pulsations que chaque être, chaque cœur, chaque conscience, et toutes les embrasser. Croire, ce n'est pas fuir la réalité. C'est détenir la force de la changer.
11 juin 760. Le jour où je découvris l'une des raisons de mon existence.
Le jour où je rencontrais Sophian Auguste Clovis Lancasttle.

J'ai su que ma place serait à ses côtés au moment où il a posé son regard sur moi. Oh, j'ignore s'il me regardait, mais ses yeux m'ont immédiatement envoutée; oh oui, il s'agit bel et bien d'amour et pas de n'importe lequel, un amour d'une pureté et d'un éclat sans égal. Je choisis alors de vivre dans la lumière, de demeurer à ses côtés, de lier ma vie à la sienne et de le protéger. Je ne sais pour quelle raison, mais je percevais en lui un avenir si grand et une maturité telle que j'en étais fascinée. Comme un papillon vole vers la lumière, je ne pouvais qu'être aspirée par son éclat. J'empruntais alors un nouveau chemin, et je rejoignis les ascètes. Prières et dessins redevinrent mon quotidien, j'illustre à présent ma chambre de mes tableaux, je veille au bien-être de chacun et soulage au mieux leurs maux. Je pense avoir trouvé ma place, un monde de paix et d'amour, un univers de lumière ou mes mains encore teintées de noir, peuvent apporter une once de bonheur à chacun.

J'ai croisé une dernière fois Alex, il y a de cela un an, quelques jours avant ma nomination au poste tant convoité d'ascète. Il avait tant changé que je peinais à le reconnaitre, mais il demeurait mon soleil et au fond de moi, je savais que je resterai sa lune. Aujourd'hui encore j'entends ses pas se rapprochant de moi, et je me remémore ses mots.

"Le monde n'est qu'alchimie. Bien et mal. Homme et femme. Bonheur et malheur. Lumière et ombre. Si l'homme recherche son âme sœur c'est parce qu'il ne peut vivre sans son contraire. Si tu souhaites embrasser la face lumineuse de notre univers, chère Sofia, n'oublie jamais qu'il en existe une face sombre, proportionnelle à son éclat... Aquaria la blanche n'échappe pas à cette règle."

La lumière nait dans les ténèbres. Et les ténèbres se nourrissent de lumière. Je ne sais ce qu'il a pu découvrir, quels secrets enfouis de notre famille, de notre cité et de notre monde il a déterré, mais je prie pour la voie de l'ombre qu'il veut embrasser soit bien la sienne, et qu'un jour, peut-être dans une autre vie, les liens du mana qui nous unissent se rassemblent enfin.

O Mana, illumine notre chemin.
Aussi sombre soit le monde, si terrible les peines,
La rivière de la vie coulera à jamais sur la terre.


Autre
Comment avez-vous connu le forum ?:
Il n'est de lieu où la lumière ne saurait percer.

Des choses à améliorer ?:
Des bleus. Rapidement, on manque de gentils, il faut répandre la paix!!

Crédits:
Golden Sun - Sofia/Mia/Mary
Golden Sun OST - Motoi Sakuraba - Winterly Imil
Golden Sun OST - Motoi Sakuraba - Winterly Imil - Remix Fenix Ark Angelus

Un dernier mot ?:
May the path of light open ahead of us.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 336
Age : 15
Métier : Utopiste
Humeur : Optimiste
Points Histoire : 0
Sam 6 Avr - 8:35
Hum, suspense suspense, est-ce que cette fiche correspond bien au contexte... ... Ca m'a l'air d'aller xD Sauf objection je pense donc pouvoir valider cette fiche de nouvelle ascète. Allons-y pour les rangs!

Puissance - Rang B+:

Magicienne de l'eau qui est née et a grandi à Aquaria, jeune ascète, Sofia descend de plus d'une grande famille de magiciens, et possède un niveau semblable à celui des prêtres et prêtresses de la cité. Elle manque toutefois de pratique pour rivaliser avec les grands magiciens de l'Eglise, mais nul doute qu'elle côtoie surement de très bons professeurs...

Influence - Rang B:

En tant qu'ascète, Sofia possède une grande influence, qui se mesure surtout à la manière dont elle peut, elle-même, influencer le Saint-prêtre et ses consoeurs. Femme d'Aquaria et descendante d'une grande famille impériale, elle possède aussi une influence plus cachée, dont elle n'use pas pour le moment mais qui pourrait se révéler précieuse - ou dangereuse - par la suite.




"J'effacerai toutes les tragédies de ce monde."

Voir le profil de l'utilisateur
Sofia Alba
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ALBA: Aide en matiere energetique et sanitaire
» La reine Sofia, d'Espagne, en visite en Haiti
» l'ALBA se réunira à Jacmel
» Répartition de Sofia Saint-James SD
» Alba parker

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pres à revalider-
Sauter vers: