Sophian Lancasttle



 

 :: Pres à revalider Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sophian Lancasttle

avatar
Messages : 168
Age : 13
Métier : Saint Prêtre
Humeur : Plein d'espérances
Points Histoire : 58
Ven 4 Jan - 11:57
IdentitéNom: Lancasttle
Prénoms: Sophian Auguste Clovis
Titre: Coeur Pur
Âge: Treize ans
Genre: Jeune homme
Nature: Magicien
Affinité: Eau
Pays: Aquaria
Rôle: Saint Prêtre
Langues: Parfaite maîtrise de la langue ancienne et moderne, quand bien même il considère qu'il ne doit s'exprimer qu'en langue ancienne, car il est Saint Prêtre. Cette position conservatrice laisse, donc, sans le vouloir, entretenu le mythe selon lequel il ne saurait pas parler dans un dialecte courant. D'autant que le langage ancien est sa langue maternelle, ce qui fait qu'il peut s'exprimer dedans à une vitesse vertigineuse sans le moindre problème.
* Thème: Aquaria Mau Sora


Caractère et Morale

Saint vivant et incarnation de valeurs passées, aujourd'hui disparues, le saint-prêtre représente un être ayant des pensés et des objectifs hors d'atteinte de la réalité. Ce jeune homme ne ressent pas le monde de la même manière que les autres, il ne le voit pas de la même façon que les autres. Ses yeux purs et emplis de bonté ne peuvent pas se teinter de haine. Oui, il est le seul à pouvoir réaliser cet acte insensé de pouvoir porter sur le monde un regard sans haine. Après tout, il aime tout ce qui est et sera. C'est autant son devoir, que sa raison d'être. Il n'y a rien de plus à dire ou à faire. Sa destiné, il le sait, est tracée en vertu de la volonté de l'unique. Cependant, il serait absurde de considérer le seul destin de façon caricaturale, il s'agit d'une notion terriblement complexe, que, lui-même, dans son humilité, considère à peine entrapercevoir. Pourquoi les hommes iraient contre le courant même du monde ? Pauvres d'eux, Sophian ne peut que les prendre en pitié. Alors, en tant que représentant de Watos sur Terre et en tant que successeur d'Ehol, sa mission doit-être de guider les brebis égarées sur la chemin de la vérité absolue qui se cache derrière les voiles d'ombres tissés par les incroyants. C'est pourquoi, Sophian Lancastlle a choisit ses armes, la philosophie néoeholienne et la paix de l'âme. Il le sait pertinemment, la violence, les conflits, ce sont les choses les plus horribles en ce monde, alors, c'est par sa parole et sa raison qu'il sauvera les hommes de ces temps difficiles. Ce jeune garçon a, donc, développé une doctrine et une pensé propre symbolisant un nouveau départ. C'est un bel optimisme, n'est-ce pas? Il est vrai que le Saint Prêtre est doué d'une nature terriblement bonne, voir naïve. En agissant ainsi, il pense réellement aider l'humanité, ne serait-ce qu'un peu. Oui, si l'on peut dire qu'il croit dans toutes les valeurs du culte d'Ehol, on peut dire qu'il croit aussi en autre chose... Il en croit en l'homme, il croit aux lendemains radieux, il croit au futur... Ses prières sont chaque jours adressées vers ce but suprême, une utopie que seul un être aussi angélique que lui peut dessiner. Ce serait quelque chose qui épouserait les traits de son esprit, sans doute. Un idéal argentin, aux couleurs blanches et bleutées, mais qui serait d'une incroyable chaleur.


Au nom de ses valeurs, au nom de sa foi, le Saint Prêtre s'est doté d'une volonté sans pareille, d'une force de caractère dissimulée sous une chape de bonhomie. Cependant, tout cela a un prix. Quelque part, le Saint Prêtre ne se considère plus comme un être humain... Cet acte est quelque chose d'inconscient, pourtant... C'est comme s'il n'avait plus connaissance de ses propres sentiments, de sa propre nature... Dans le but d'accomplir sa justice, Sophian a du gagner en maturité en un temps incroyablement court, il a perdu son enfance, sa candide innocence... Sans pour autant perdre sa pureté. Ce n'est pas important pour lui, ce qui compte réellement ce sont les autres. Son immense empathie le fait tendre à ce seul but comme une obsession récurrente, une sorte de drogue le rendant fiévreux et fébrile. Est-ce un rejet ou un dégoût de soi ? Est-ce une preuve de maturité ou simplement la continuité d'un comportement infantile refoulé ? Juger de cela, reviendrait à faire un procès à l’altruisme, peu de personnes bien pensantes le feraient... C'est pourquoi, qu'importe ce qu'il est, qu'importe ce qu'il doit endurer. Le Saint Prêtre a ce désir. Un désir qu'il considère égoïste. Un désir qu'il ne considère par comme un véritable acte de bien, car il n'est pas désintéressé. Son cœur supplie toutes les puissances de ce monde chaque jour, afin que les hommes sourissent un peu plus, qu'ils soient un peu plus heureux qu'hier. Voilà son seul vice, il veut voir les gens qui le font face connaître la joie de la vie. Pourtant, la fin ne justifiera jamais les moyens. Même si les intentions sont nobles, le Saint Prête condamnera toujours ce qu'il considère comme étant un crime. C'est un des traits dominants de sa personnalité. Quoi de plus normal pour un être tel que lui ? Doué des quatre vertus cardinales à leur apogée, prudence, continence, justice et courage, il serait incongru qu'il soit autrement. C'est pour cela que sa philosophie séduit, elle est imbibée de la foi la plus profonde du Saint Prêtre. D'autant que quelque part... Son caractère est inhumain, sa façon de penser inhumaine. Toute cette description pourrait se révéler fausse, car le Saint-Prêtre pourrait ne pas entrer dans notre conception humaine, en choisissant d'être le pantin du destin et du tout-puissant, à moins que son âme ne le guide que sur de bien plus tortueux chemins, comme celui d'un être désintéressé jusqu'au plus profond de lui-même. Cependant, il tente encore de dialoguer, de communiquer ses idées, malgré son jeune âge et le décalage naturel de son esprit avec la réalité. Dans ses réflexions, les rôles de Watos et d'Ehol sont abordés, non pas comme des fins en eux-mêmes, mais comme un tout dans les plans du très haut.



Oui, Watos est omnipotent, cependant, pourquoi nous laisse-t-il sans signe de lui ?

Par amour, répond le Saint Prêtre, comme le père fier de ses enfants doit les laisser aller et vivre par eux-mêmes, le très-haut nous regarde, car il est omniscient, ce faisant, il voit le destin de ce monde et le décide, car il est celui qui fait être le monde à chaque instant par ses paroles.

Pourquoi le destin doit-il exister, n'est-on pas doué d'un libre-arbitre ?

Nul en ce monde est libre, répond le Saint Prêtre, seul l'orgueilleux aurait l'audace de le croire, ce monde est fait de telle façon, qu'il suit une logique propre, nous mêmes, humains, comme les animaux, suivons une logique propre, nous sommes prisonniers de notre propre nature, c'est pourquoi, même sans Watos le destin aurait existé sous la forme du « principe de raison. »

Le monde suit son cours, comme le fleuve suit le sien, pourtant, le tout-puissant veille sur nous et si le Grand Courant venait à être trop profondément perturbé et pouvait causer le malheur, comme peut le faire un fleuve qui sort de son lit, alors l'unique interviendrait pour nous sauver. Voilà pourquoi Ehol nous a été envoyé, pour nous sauver de nous-mêmes.



Ces quelques questions sont bien entendus abordées bien plus en profondeur avec une dialectique d'un rare raffinement dans ses nombreux ouvrages références en Aquaria et très populaires en Terra. Par ailleurs, ces traités n'abordent pas que le simple thème religieux, la sensibilité de l'auteur par rapport à l'égalité est très forte. Aux yeux de Sophian, il s'agit, sans doutes, du plus grand fantasme de l'être humain et c'est de là que naîtra le salut. Une égalité absolue face au seigneur fera naître une justice parfaite dans un monde de bonheur contrôlé selon les loi de Watos en vertu des paroles d'Ehol. Cette vision extrême fait partie du coté le plus inhumain de Sophian, son rapprochement avec l'eau. Il est limpide, il s'adapte aux besoins de tous leur offrant une bonheur rafraichissant... Mais il est si froid parfois... Si froid et détaché dans sa foi aveugle...




Physique

Une lumière entoure ce jeune garçon, si jeune et pourtant, déjà, si important. En réponse, un étrange sentiment dérangeant vous prend à la gorge. Il y a quelque chose de particulier... D'unique... De dérangeant... Le Saint-Prêtre ne semble pas humain... Non pas qu'il ait quelque monstrueuse apparence ou quelque beauté inhumaine... Néanmoins, il y a bien quelque chose... Ses grands yeux bleus comme l'océan bordant Aquaria semblent magnifiques. Son regard pur et compatissant va de pair avec ces pupilles semblables à des saphirs. Sa bouche aux minces lèvres délicates ne cesse de sourire pour les gens qu'il rencontre, laissant entrevoir une sorte de radiance de joie inaltérable. Ses cheveux d'or encadrent ce visage d'éphèbe, où les traits nobles et gracieux, taillés dans le délicat marbre de son visage, ne font que donner plus de gravité juvénile et plus de beauté sacrée à ses moindres paroles. Après tout, sa douce voix profonde a cet sorte de pouvoir... C'est comme si elle résonnait en vous. Ce n'est pas tant qu'elle est puissante, au contraire, elle semble si frêle, presque féminine par sa jeunesse, mais le Saint-Prêtre émane une sorte d'aura, qui rend chaque phrase, chaque mot, chaque souffle, presque surnaturel. Les minces sourcils, qui ne se froncent jamais, les belles joues rondes, qui possèdent deux belles fossettes et les long cils fins, qui tend encore davantage à le rendre androgyne, tout cela renforce cet impression sur ce visage. Oui, il est beau, très beau, trop beau peut-être...


En réalité, non, ce n'est pas tant qu'il est d'une beauté insoutenable, cela s'avère être juste insupportable. En vérité, il s'agit d'une sorte de « perfection. » Celle qui ne souffre pas d'un défaut. Vous le savez instinctivement, cet étrange sentiment dérangeant, que vous n'arrivez pas à cerner depuis tout ce temps... Il doit s'agir d'une forme de dégoût, de rejet, de peur. Cette apparence tend à être obscène et malsaine. Quand bien même, son apparence est celle d'un homme, où sont les expressions des sentiments négatifs ? Où sont les défauts, qui, donnent d'avantage de beauté ? Où se trouve les sillons de son humanité ? Certes, il est jeune, il est pur. Cependant, cela excuse-t-il pour autant le fait que son corps, à la peau de lait, ne puisse qu'exhaler ce relent de sacré ? Le dégoût naît d'ici, sans doutes. Son être entier, tourné vers la religion, a du, en parti, sculpter ce corps. Sa beauté est lumineuse, éclatante, aveuglante... Elle brûle ceux qui refusent la foi. Le Saint-Prêtre ne peut-être qu'aimé ou détesté pour cela. Pour les croyants, il incarne l'arêté, la perfection du corps, de l'esprit, de la vie et de l'âme. Après tout, le corps est le reflet de l'essence de l'individu, quand bien même certains montres peuvent-être bons, la majeur partie des monstres sont mauvais. C'est pourquoi, la plupart des gens beaux sont nécessairement nais avec une part de bonté. Alors, pour celui qui a accomplit la fusion interne des quatre éléments sacrés, au sein de son cœur, la superbe est naturelle. Pourtant, la superbe est-elle toujours acceptable ? Après tout, celle du Saint-Prêtre ne l'est certainement pas. Au contraire, cette trop grande perfection, à tous les canons de beauté de l'époque et de la religion, donne, peut-être, une impression artificielle, une impression de fausseté. Est-ce la cause de ce sentiment de rejet dans votre cœur ? Cela est fort possible. Bien heureusement, tous ne ressentent pas les mêmes sentiments en faisant face à ce jeune garçon. Au contraire, une simple confrontation avec lui peut suffire à offrir une chance de toucher inconsciemment à la foi, à s'en rapprocher, ne serait-ce que physiquement. Quoi de plus normal ? Si cet enfant se présente à vous dans ses grands vêtements blancs, avec ses bagues étincelantes, n'y a-t-il pas cette impression de se trouver dans une église d'Ehol ?


Sa simple présence sanctifie la terre sous vos pieds. Sa simple présence rend la lumière plus intense. Sa simple présence vous fait pénétrer dans le temple de Watos. Voici le seul concept pouvant le définir, il est l'incarnation de ces grands temples démesurés de l'ancien empire. Voilà pourquoi, vous pouvez l'adorer, comme vous pouvez le repousser. Sa majesté et sa magnificence ne conviennent pas à tous, elle peut brûler, elle peut terrifier, elle peut meurtrir. C'est pourquoi, le terme de beauté ne convient pas non plus. Il est humain et trop inhumain à la fois pour convenir, mais surtout, s'il ne donne pas l'impression d'être beau, donc, il ne l'est pas. Alors, qu'est-il ? Intimidant ? Divin ? Obscène ? Le Saint-Prêtre tient peut-être de tout ces éléments à la fois, ce qui le condamnerait à une terrible solitude, que, bien heureusement, les ascètes et ses proches peuvent briser, en résistant quotidiennement à la vision du Saint-Prêtre, qui est plus symbole que réel homme, jusque dans son apparence.



*Compétences générales
Inspirational Figure

« Il est dit qu'un jour, un criminel, voyant le Saint Prêtre, tomba à genoux et pleura. Il ne chercha pas à demander le pardon, mais le Saint Prêtre le lui accorda, car le pêcheur avait été sauvé par son cœur. »

Même si cela peut sembler aberrant, principalement pour les sceptique d'Ignis ou de Ventus, voir le Saint Prêtre touche les esprits. Cette être est doté d'une sorte de voile de pureté, d'une sorte d'aura de bonté naturelle. La vision de ce symbole est semblable à une expérience mystique ne pourrait-on pas croire voir un ange ? Ne pourrait-on pas croire à un miracle ? Ainsi, le simple fait de voir Saint Prêtre provoque un sentiment de crainte, d'amour et d’espérance, semblable à la foi et fait donc naturellement croire au culte d'Ehol.


Sacred Charisma

« Watos a fait de notre Saint-Prêtre un être exceptionnel. Il ne marche pas dans la lumière,  car c'est la lumière qui émane de lui. »

Le charisme d'un homme se compose de trois choses. Tout d'abord la nature de l'individu, s'il a du prestige ou de la légitimité, il possédera naturellement une forte présence. Ensuite, on peut dénoter les vertus, c'est à dire ses capacités qui lui donnent une ascendance et séduisent les autres. Pour finir, si un individu possède un caractère surnaturel ou mythique reconnu, alors il aura d'autant plus d'impact par le symbole qu'il incarne.
Le Saint Prêtre possède ces trois caractéristiques poussées à un niveau incroyable. Tout d'abord l'héritage de l'ancienne Sainte-Prêtresse lui donne légitimité et prestige, tandis que sa puissance lui donne un caractère mythique presque messianique. Quant à sa personnalité, elle complète ce tableau par son brio et sa bonté, ce qui le rend des plus vertueux. Il est possible de dire, que, sans doutes, le Saint Prêtre d'Ehol de cette ère est l'une des personnalités les plus charismatiques que l'on ait connu de mémoire d'homme.


The greatest scholar named the true gentleman

« Rares sont les livres inconnus au Saint Prêtre et plus rare encore est un livre d'Aquaria qu'il n'a pas lu »

Depuis son plus jeune âge le Saint Prêtre a été plongé dans des études complexes et dans un apprentissage scolastique, où les récitations avaient un rôle prépondérant. Ainsi, à l'aide de sa mémoire incroyable, il a su retenir une quantité obscène de traités de toutes sortes, qu'importe l'origine ou le sujet. Après tout, il a souvent demandé à certaines de ses ascètes de se rendre à Omnia dans l'unique but de ramener de nombreux ouvrages au contenu parfois suspect, comme sur certaines médecines expérimentales, des recueils de poésie ventusiennes et tout ce qu'il est possible de se fournir en général à Ventus, c'est à dire à peu près tout. Ainsi, il est considéré comme impossible de parler de la plupart des sujets devant cet enfant, sans que ce dernier n'en sache suffisamment pour tenir une conversation.


Empathy

« On dit que les yeux purs du Saint-Prêtre cachent un secret... En vérité, ils ne verraient pas simplement le corps, mais jugeraient aussi l'âme... »

Il est vrai, que certains individus ont développé naturellement la capacité à ressentir ou à croire ressentir les sentiments et intentions d'autrui. Le Saint-Prêtre possède une empathie semblable. Ce faisant, il ressentira toujours les émotions de la personne face à laquelle il parle, mais aussi, parfois, ses véritables sentiments, mais non pas de façon claire, simplement comme une sorte de pressentiment qui pourrait être interprété de bien des façons, ce qui avec sa capacité d'observation, lui permet d'utiliser la gestuelle comme base pour comprendre pleinement la personne avec laquelle il discute.


Superior Brain

« Tous se demandent pourquoi un enfant occupe le Saint Siège. Que ce soient les ventusiens, sceptiques de son intellect, que ce soient les terrans, sceptiques de sa capacité à diriger, quant aux ignissiens, ils n'y prêtent pas l'ombre d'un intérêt. En réalité, c'est parce que cet enfant possède un grand pouvoir, mais surtout parce qu'il possède une grande intelligence, qu'il a été choisi, car il est appellé à être un grand homme. »

Le Saint Pretre est une personne brillante. Ses capacités intellectuelles pures sont surprenantes pour son âge. En effet, sa mémoire incroyable lui permet de retenir tout ce qu'il voit et entend, alors qu'il se révèle des plus doués dans les domaines intellectuels propres à aquaria, mais tous liés à la magie, comme la théologie, les langues ou encore le symbolisme, toutes ces disciplines et leurs maîtrises sont l'un des secrets de la puissante magie du Saint-Prêtre.


Master of linguistics

« Le Saint Prêtre, au nom des dogmes, doit, et devra, toujours parler et écrire ses décrets en ancien langage, cependant, il doit aussi être un maître des runes anciennes. »

L'actuel Saint Prêtre, pas son éducation stricte, a apprit bon nombre de langues. Que ce soit la langue ancienne ou encore courante, mais aussi certaines variantes, comme des tournures anciennes ou stylistique, voir certaines corruptions régionales que l'on nomme couramment "patois." Ainsi, à ce jour, avec l'aide de la grande bibliothèque d'Aquaria, on peut considérer le Saint Prêtre, comme le plus grand linguiste de façon officielle. Sa maîtrise des runes atteint un niveau qui ne peut qu'être inégalée, même par le plus grand des génies, après tout, n'est-ce pas là sa langue maternelle? Si vous demandez à un érudit d'apprendre un langage qui n'est pas le sien, il restera toujours inférieur à celui qui le parle depuis qu'il est né. Ainsi, il va même, en secret, rechercher un moyen de retourner aux racines du langage ancien, afin de trouver les racines à l'origine et peut être se rapprocher du langage divin. En effet, ce dernier considère le langage ancien comme une vulgarisation du langage divin, dont le but était de permettre de répandre la parole au plus grand nombre des barbares de cette époque. S'il recherche de nouveau à épurer le langage, c'est dans l'espoir de mieux comprendre ce que Ehol attend de lui.


Angelic Child

« Lorsque les fidèles virent le Saint Prêtre pour la première fois, il crurent voir un ange descendre du ciel en sa personne. »

Que ce soit son visage, son corps ou bien encore sa voix, la beauté parfaite, trop parfaite du Saint Prêtre, lui donnent une apparence presque inhumaine. Pour cela, on ne peut pas le considérer comme un humain. Même si l'on tente de le regarder comme un enfant de toutes ses forces, on ne peut pas, surtout lors d'une première rencontre avec ce dernier... C'est pourquoi, ceux qui le voient sont bien souvent pris d'une sorte de malaise imperceptible ou encore d'une sorte de vénération soudaine et inexpliquée. Ce n'est pas à cause de son aura, ou bien encore de son charisme, ces deux faits viennent s'ajouter à son apparence et à sa petite voix douce et profonde, que même le début de sa mue ne semble pas enlaidir, juste aggraver jour après jour sa tonalité. Pourtant, son air vénérable et sa bonhomies naturelle devraient lui donner un air apaisant, surtout avec ce grand sourire enfantin qu'il affiche.


Infinite Quantity of Mana

« Beaucoup de personnes s'interrogent sur les importants pouvoirs du Saint Prêtre, certains disent que son sceau recouvre l'intégralité de son corps, d'autres encore disent qu'il aurait redécouvert la vraie magie... Cependant, ce ne sont que des rumeurs éxagérées. »

Le Saint Prête possède depuis sa naissance une quantité de mana terrifiante. Son potentiel tend à lui donner une réputation de magicien omnipotent dans les sorts d'eau, alors qu'en vérité, cela semble bien ridicule. Quand bien même son sceau magique parcourt tout son corps jusqu'à la base de son cou dire qu'il a atteint l'omnipotence de la vraie magie est disproportionnée. Même s'il est vrai que sa gigantesque énergie tende à renforcer chez lui, cette impression de surhumanité qu'il dégage... Comme s'il ne connaissait pas la limite du sens commun et que même sans vraie magie, il puisse déployer des cataclysmes tout aussi terrifiants, si l'envi lui prenait.


Innocent

« Le Saint Prêtre, tout saint soit-il, est bien trop pur. Il ne peut pas mentir, il ne sait pas mentir. En vérité, cela lui est impossible, tout autant que cela lui est insupportable. Quand bien même... Ce dernier, commence à comprendre, peut-être, que pour changer le monde par la parole, il lui faudra user de cette ruse dégoûtante... »

Le Saint Prêtre peut faire bien des choses, mais il y en a une qu'il ne peut pas, c'est mentir. Son caractère l'empêche naturellement de prononcer le moindre mot qui ne soit pas vrai. Par ailleurs, son éducation n'a guère arrangé cette tendance. Cependant, le Saint Prêtre l'a apprit pertinemment dans les livres... Le mensonge paie... Cela lui est insupportable, mais il est probable que dans un avenir proche il soit amené à cela... Comme, cela se verrait immédiatement en cours de discussion, l'enfant a renoncé à apprendre à mentir, à son grand soulagement, il lui faudra être plus mature pour cela. Cependant, rien ne l'empêche d'être sibyllin ou de dire des vérités partielles, sans que pour autant son langage corporelle ne change, après tout, il dit seulement la vérité. Bien heureusement, il n'espère à ne jamais à avoir faire cela... Ce mensonge par omission volontaire... Cela lui est presque aussi insupportable.


 
*Équipement, objets divers :

Le sceau d'Ehol
Bague d'argent, portant un imposant saphir polie, laissant entrevoir un mystérieux symbole gravé à l'intérieur de la boucle, le sceau d'Ehol est l'un des symboles les plus important d'Aquaria. En effet, seul le représentant d'Ehol sur terre a le droit de porter ce bijou. Cependant, l'histoire de ce dernier est des plus obscurs. En effet, il s'agit d'un héritage de l'empire. Le premier Saint-Prêtre Auguste Colchide ayant retrouvé bon nombre d'anciens trésors et grimoires oubliés par ses liens avec les plus grandes familles aquariennes, a décidé de faire de ce puissant artefact mystérieux le lien spirituel d'Aquaria, du Saint-Prêtre et d'Ehol. Nuls ne connaît les véritables pouvoirs renfermés dans les mystérieuses écritures à l'intérieur de  l'anneau. Cependant, ce n'est pas le plus important. Le plus important reste que ce sceau est la marque de la dévotion de son élu envers le reste du monde.

Lucifer
Lucifer est le nom donné au pendentif de Sophian par la sœur mystérieuse qui l'a amené à Aquaria pour la première fois. Nuls ne sait d'où il vient et encore moins les matériaux dans lequel il a été forgé. Néanmoins, la mince chaîne argentée semble finement ouvragée, alors que l'étoile qu'elle porte semble naturellement attirer le regard. A son dos, une fois encore, des inscriptions ont été faites, pourtant, celles-ci sont inconnues, non pas nécessairement parce qu'elles échappent au Saint-Prêtre, mais peut-être parce qu'il ne désire pas les connaître pour ne pas dévier de sa mission sacrée.

Soutanes Runiques
Lors de la plupart de ses déplacements, Sophian a pour habitude de porter certains vêtements religieux, dont la plupart ont été enchanté par ses soins. En effet, des coutures en fils d'argent ont été fait de telle manière avec l'aide de certains ascètes, que le Saint-Prêtre les a enchanté. Ainsi, dans chacun de ses vêtements, il n'est pas rare de rencontrer une dizaine de sorts défensif dont le rang varie de E à C et une demi-douzaine dont le rang varie de C+ à B+ tout cela dans le seul but de rassurer les ascètes et tenter de pouvoir de temps à autres, faire des promenades sans elles.

Archimède
Hibou grand-duc accompagnant sans cesses Sophian, ce familier semble posséder un caractère propre et une certaine forme d'intelligence. Cependant, il est principalement un vieil oiseau au regard vif, mais qui commence à fatiguer, après tout, ces volatiles ne vivent guère longtemps.



Magister - Rang S:  

Sophian Auguste Clovis Lancasttle est le Saint-Prêtre d'Aquaria. Cette fonction signifie, d'elle-même, qu'il a atteint une connaissance magique des plus incroyables. Néanmoins, selon l'opinion de beaucoup de personnes, Sophian se révèle, pourtant, un cran au-dessus des espérances de son titre. En effet, sa maîtrise linguistique et théorique de la magie sont, à l'heure actuelle, reconnues par le grand public comme étant la plus incroyables du continent. Que ce soient les runes ou bien sa mana interne, le Saint-Prêtre est un parangon de magie à Aquaria, dont il connaît la totalité des sorts, quelque soit l’élément, quand bien même il ne puisse utiliser que l'eau. Parmi tout son savoir, il n'en reste pas moins que le sort préféré de Sophian, reste encore celui que lui a apprit l'ancienne Sainte-Prêtresse en premier, celui de pouvoir faire mouvoir une certaine quantité d'eau et de lui donner une forme de son choix, avant de la figer, lui permettant, entre autres, de créer des sculptures ou encore des runes.


Influence et Relations - Rang S:


Il n'existe pas de roi dans la cité blanche, cependant, il y existe un enfant dont la seule parole surpasse celle de bien des hommes par ses échos. Le Saint-Prêtre est plus qu'un roi, il est l'incarnation des croyances et des espoirs de nombreux peuples. Il est celui par qui les préceptes d'Ehol sont exprimés, le seul sont les mots peuvent-être considérés comme un message du divin pour les humains sur terre. C'est pourquoi, des millions de personnes le révèrent à travers tout le continent. A cela vient s'ajouter un autre fait, l'histoire si particulière de ce jeune garçon n'est pas cachée au grand public, loin de là. Que ce soit sa mystérieuse apparition dans Aquaria, le fait qu'il ait été reconnu par l'ancienne Saint-Prêtresse ou encore son immense mana, tout cela concourt à étendre d'avantage son influence spirituelle, ce qui a eu pour conséquence de créer les plus folles rumeurs à son sujet, bien que celui-ci n'en ait pas conscience. Son simple rôle de Saint-Prêtre lui donne un pouvoir quasi-suprême sur l'ensemble de tous ceux qui croient, mais aussi des droits sur bon nombre de secrets et d'artefacts cachés aux yeux du monde, de même qu'il est le seul habilité à remettre quelques titres honorifiques à ceux de sa cité.



Thémis Colchide Ascète PV



La famille Colchide a toujours été une bonne famille aquarienne. Non pas, nécessairement pour ses origines impériales, comme cela est le cas pour d'autres, mais pour sa capacité à donner naissance à des magiciens, aussi bons que, talentueux. Le premier Saint-Prêtre est issu de cette lignée et bien que lui-même n'ait pas eu d'enfants, elle a été longtemps pérenne. Ainsi, Thémis, cadette de la famille, a, très tôt, été envoyée au monastère Volare afin d'y recevoir la meilleure formation possible en tant que magicienne. Elle en ressortit vers ses vingt ans, comme une femme accomplie, mais aussi comme une grande connaisseuse des runes et de la magie du vent. Suite à quoi, elle rejoignit les ascètes pour servir la Sainte-Prêtresse, avant de finalement finir par élever Sophian depuis qu'il est un nourrisson. Elle se considère, donc, comme une mère pour Sophian, qu'elle place au-dessus de tout dans sa vie, à un tel point, que cela en paraît inquiétant. C'est une femme serviable, considérée, à raison, comme la dirigeante des ascètes, dont la force de caractère et la beauté ne sont plus à redémontrer.

Puissance: Rang A+
Influence: Rang B+





Index Ascète PV




Fillette ramenée par Mnémosyne au saint palais, cette orpheline, ayant perdu la mémoire à la suite d'un choc, fut choisie pour devenir la prochaine archiviste des secrets.Ce choix est du à sa capacité d'apprentissage et de compréhension. Au fil de toutes les années, Index a été élevée conjointement avec Sophian avec lequel, elle eut, parfois, des réactions disproportionnées, mais elle l'appréciait toujours, au fond de con cœur. C'est pourquoi, devenir ce qu'elle doit devenir ne la dérange pas, car Sophian, elle le sait, sera toujours là pour elle, c'est tout ce qui compte. Aujourd'hui, elle accomplit sa mission avec zèle, nettoyant très regulièrement la salle cachant le passage secret menant au dédale, afin que personne ne puisse suspecter qu'un premier passage secret en cache en vérité un autre. En conséquence, Index est devenue un pilier pour Sophian qui en a fait sa pactisante, lui offrant le don de comprendre, mémoriser et modifier les théories magiques qu'elle rencontre, permettant d’appréhender au mieux la réalité de la mana et la façon de s'en servir. Index est encore une jeune enfant, moins âgée que Sophian, malgré ses talents, elle reste une petite fille caractérielle, de mauvaise foi, dont les principaux centres d'intérêt se résument au prochain repas qu'elle va manger et à rester avec Sophian.

Puissance: Rang B
Influence: Rang B+





Hakuryuu Kirei Evêque de la Justice PV





Prêtre issu des croyants cachés d'Azaïr, Kirei révéla un don aussi rare que détesté dans son pays d'origine, la maîtrise de l'eau En réponse à cela, mais aussi pour des ambitions secrètes, il quitta secrètement son pays en empruntant dans un premier temps une flotte commerciale en direction de Terra. A partir de Terra, il réussit, sans difficultés, à entrer à Aquaria. C'est au cours de longues années d'étude, qu'il finit tour à tour, à devenir, prêtre, puis dirigeant spirituel d'une ville étrangère, d'une région et pour finir évêque. Au cours de ces nombreuses années, il ne cessa d'amasser des contacts, mais aussi une incroyable réputation, grâce à un charisme naturel surprenant. Bien entendu, l'évêque Hakuryuu Kirei s'est marié depuis longtemps, il a même eu plusieurs enfants. Cependant, on murmure, depuis la disparition de sa femme, que le pacte qu'elle portait était trop fort, cela a eu des effets... Très particuliers... La rumeur voulant qu'elle soit devenu un être mythique vivant dans les eaux entourant Aquaria... Tout comme la rumeur, dirait, qu'il est un être pervers et difforme, dont la haine ou l'amour pervers pour sa femme était aussi grand que l'amour pur qu'elle lui portait. Cependant, une chose est certaine, il sert le culte d'Ehol à sa manière, non le Saint-Prêtre ou une quelconque autre faction, après tout, il a quelques inimités avec certaines d'entre elles... Il semble rassembler des hommes de son coté secrétement, en prévision de nouvelles frictions avec ces potentiels rivaux.

Puissance: Rang A+
Influence: Rang A







Olivier Renault Paladin Gris PV




D'origine terrane, Olivier a immigré il y a bien longtemps de cela. En vérité, cet homme mûr a atteint, aujourd'hui, cinquante-cinq ans, il en fait vingt de moins. Son secret ? Il s'agit du pacte qu'il a fait avec sa femme, qui a vingt ans de moins que lui. Son pouvoir est la vie. La capacité de combattre la mort, de la repousser, de continuer à vivre quoiqu'il arrive. Ce faisant, son corps a rajeunit et lui a permit d'obtenir de nouvelles capacités, devenant, donc, un rempart indestructible, le paladin gris, dont le rôle consiste à maintenir une protection autour du Saint Palais, lieu d'administration d'Aquaria. Avant de venir à Aquaria, Olivier était un haut-gradé militaire. Sa technique de combat lui ayant ouvert les portes de prestigieuses écoles, il était naturel qu'il en arrive jusque là. Cependant, en tombant amoureux, Olivier, fidèle à la nature de son peuple, a décidé de tout quitter pour aller vivre avec la prêtresse qu'il aime, à Aquaria, lui permettant de vivre sa foi en Ehol d'une manière encore plus forte, le conduisant sur la pente du fanatisme religieux... Ce sentiment intense de ferveur religieuse l'ayant poussé à se rapprocher dangereusement de l'évêque Kirei, dont sa femme suit les préceptes et les idées les plus extrêmes, que ce dernier exprime avec doigté, celles qui ne sont pas dévoilées au grand public... Cependant, contrairement à bon nombre de fanatiques, ce dernier a su garder la juste mesure des choses, ou tout du moins une logique propre, ce qui le rend d'autant plus dangereux en tant que tel. Plutôt qu'être un simple illuminé féroce, il est semblable à un ouragan de Watos s'abbatant froidement sur les impies. C'est par la connexion entre l'évêque de la justice et de la tempérance et par sa force d'âme qu'Olivier est aujourd'hui un symbole d'Aquaria.

Puissance: Rang A+
Influence: Rang B






Victoire de Rozières Ascète PV

Issue d'un lignage proche des grandes familles, les De Rozières ont toujours eu une place privilégiée dans le cœur des ces dernières. Ils ne sont pas de simples mage. Au contraire, ils sont une famille, dont la longue lignée, pourrait être caractérisée pour sa noblesse. Voilà pourquoi ils sont une sorte de trophée. Ceux qui s'attachent leur service sont certains de ne jamais être trahis et de ne jamais être déçus. Lors du schisme ayant eu lieu entre les douze familles, les De Rozières rejoignirent le rang de l'ordre des Rose-Croix. Il s'agissait de ceux, qui, épousaient le mieux la notion de perfectibilité et de sacrifice inhérentes à cette maison. Ainsi, comme tous ses ancêtres, Victoire a eu l’œil marqué à vie, la rendant borgne, lors de l'impression de sa marque magique. Cette perte symbolique, de la vue trompeuse pour un pouvoir invisible, est à la base d'une multitude d'épreuves servant à former et à aiguiser la volonté et l'esprit. Cependant, l'intelligence et la mission de Victoire accélérèrent ses épreuves afin qu'elle puisse devenir assez vite une ascète compétente pour servir le futur Saint-Prêtre. En effet, elle fut envoyée pour influencer et protéger l'enfant, au nom des Rose-Croix, pour toujours agir selon l'allégeance de ses pairs. Elle a aujourd'hui le même âge que le Saint-Prêtre et même si sa science magique possède quelques lacunes, dues à sa formation dans la philosophie des Rozières et à sa spécialisation dans le violon, elle reste une jeune fille connue pour être la plus belle rose du jardin des Rozières.

Puissance:Rang C+
Influence:Rang B











Anthéa et Théaria Ascètes PV




Sœurs jumelles orphelines recueillies par le culte d'Ehol, elles ont grandit de nombreuses années dans un orphelinat relativement pauvre de Ventus. Bien entendu, les prêtresses qui s'occupaient d'elles, leur permettant de connaître la foi, mais aussi de leur apprendre ce que signifiait gagner son pain. En effet, comme tous les membres de l'orphelinat, Anthéa et Théaria réalisaient, de temps à autres, des corvées, comme faire le parquet du hall ou encore aider en cuisines. Grâce à cette manière de vivre, ces deux jeunes filles ont apprit les arts ménagers, enfin, seulement un. Alors qu'Anthéa est douée en cuisine, avec un caractère d'abord froid, Théaria, elle, est douée dans le nettoyage et semble toujours joyeuse, quoiqu'il arrive. Ensemble, ce duo formait une invincible équipe de bonnes. C'est pourquoi, elles ont été envoyées et recommandées à l'équipe de nettoyage du saint palais, tout du moins, de la partie dédiée à l'administration. Suite à une série de boulettes, de malchances et de situations assez déroutantes, elles ont rencontré Sophian, puis, se sont mises à l'apprécier, alors que de son coté, il faisait de même. Ainsi, de fil en aiguille, elles ont été amenées, de grès ou de force, à rejoindre les ascètes. Ces deux sœurs, de par leur foi et de par leur contact permanent, avec le Saint-Prêtre, ont développé un certain amour fraternel de ce dernier, qui n'a fait qu'être amplifié par un pacte réalisé avec lui, leur donnant les pouvoirs de « lier » et de « échanger ».

Puissance: Rang C
Influence: Rang B








Akhilleús Iatos Paladin d'Or PV





Aîné de sa fratrie, Akhilleús a toujours été plus grand et plus fort que tous les enfants d'Aquaria, même aujourd'hui, ce fait n'a pas changé. Sa nature a fait de même, il est calme, comme s'il était une sorte de prédateur, dont les terribles accès de rage l'ont longtemps isolé des autres. Après tout, il était vrai qu'il était né avec un sens aiguë de la justice, mais aussi un terrible tempérament. Aujourd'hui, même s'il n'est qu'un simple humain, il passe pour être un puissant guerrier dans Aquaria, quand bien même ce simple fait soit étrange ou bien encore mal vu, Akhilleús, lui, n'en tient pas compte. Cela ne l'intéresse pas. Il n'a toujours eu qu'un souhait, voir jusqu'où il peut aller. Il est né grand et fort, il a grandit pour devenir grand et fort. Alors, jusqu'où son talent naturel peut-il le pousser ? Pour le savoir, il n'a cessé de repousser les limites de son corps, allant parfois jusqu'à s'évanouir d'épuisement ou de douleur. Cependant, il voulait aller plus loin. Il a, donc, naturellement finit par suivre une formation martiale aquarienne, c'est à dire, principalement philosophique. Il a apprit à maîtriser son souffle, son rythme interne et externe et à comprendre le sentiment tapis au fond de lui. En apprenant à se connaître, Akhilleús a comprit son désir. Il s'agit d'un besoin, d'un but, se surpasser, c'est là le sens de sa vie; il doit toujours se surpasser au nom de lui-même et de ce qui est juste et bon à Aquaria. Cette pusion le poussa à même aller s'entraîner avec Olivier Renault, alors que ce dernier est un puissant pactisant, pour continuer à aller au-delà de ses limites. C'est pourquoi, il  porte une armure de plaques dorée, sa force et sa foi lui ayant permis de recevoir le titre de « Paladin ». Son travail ne demandant pas beaucoup d'efforts, il n'est pas rare qu'il aille voir sa petite sœur ascète, croisant parfois le Saint-Prêtre, devant lequel, il se met à chaque fois à genoux en signe de respect.

Puissance:Rang A
Influence:Rang C






Bonten Evêque de la Prudence PNJ





De tous les évêques, il en est un, qui se révèle bien plus mystérieux que les autres. Bonten, tel est son nom, a des origines relativement obscures, sa formation, elle-même l'est tout autant. En-dehors du fait, qu'il ait étudié de très nombreuses années dans le haut monastère Illuminare, lieu hautement ancien, construit dans les hauteurs de Elenides. Ce dernier procure une formation philosophique passant par l'esprit et le corps, la maîtrise de l'esprit et du souffle, combinant aussi bien la magie, que le contrôle du mana, au travers d'un art martial. Néanmoins, il cohabite, depuis la chute de l'empire, deux voies : le dragon d'Ehol et le lion d'Albio. Chaque école posséde quelques différences et, toute-deux, entretiennent une saine émulation. Néanmoins, Bonten a longtemps voyagé en tant que prêtre itinérant et prêché, allant même, selon ses dires, en Ignis pour répandre la sainte parole. Cependant, il est arrivé à Aquaria, il y a une dizaine d'années de cela, avec sa pactisante, avec laquelle il vit en couple. Depuis lors, il a été remarqué, tour à tour, par la Sainte-Prêtresse, puis le Saint-Prêtre. En effet, la première en a fait, durant longtemps, le professeur de théologie et d'histoire du jeune Sophian, avant que ce dernier ne soit promu évêque, non sans une certaine aide de l'évêque Hakuryuu Kirei. Bonten est donc évêque de la prudence, oui, tout du moins, tel est le titre officiel donné à ce poste. Ce dernier consiste à organiser l'ensemble des communications, des réseaux d'informations et les mouvements de tous les membres du clergé, mais aussi à agir secrètement avec un groupe de prêtres triés sur le volet, en cas de besoin. C'est pourquoi, beaucoup s'interroge sur les relations qu'il entretient avec Kirei, qui semblent très particulières. Néanmoins, cet évêque n'en reste pas moins une source d'inspiration pour la sainte citée, par sa tolérance et sa discrétion incroyable.

Puissance: Rang A+
Influence: Rang A





Le conte de l'oiseau bleu:


Il était une fois, dans un lieu proche du notre, mais loin dans le temps, un joyeux village.

Tout le monde dans le village était heureux.

Pourtant, ils n'étaient pas riches, ils n'avaient pas de vaches grasses ou de grandes récoltes, le soleil était rare et les récoltes maigres.

Pourtant, ils étaient tous heureux.

Pourquoi ?

Pourtant, ils n'étaient pas riches, la grande forêts de pins ne leur donnait qu'un maigre revenu, le gibier était rare et avec de la mauvaise fourrure.

Pourtant ils étaient tous heureux.

Pourquoi ?

En vérité, dans le village, il y avait un oiseau bleu.

Un bel et élégant oiseau, dont les longues plumes soyeuses étaient bleues, dont le bec triangulaire était bleu et dont les deux yeux brillants étaient bleus.

Oui, il était un oiseau bleu.

Chaque jour, l'oiseau bleu chantait à l'aurore. Chaque jour, l'oiseau bleu chantait au midi. Chaque jour, l'oiseau bleu chantait au crépuscule.

Chaque jour, les hommes étaient heureux à l'aurore. Chaque jour, les hommes étaient heureux au midi. Chaque jour, les hommes étaient heureux au crépuscule.

La beauté de l'oiseau bleu était suffisante pour effacer les misères du quotidien et donner de la force et du courage.

C'est pourquoi, tout le village était heureux.

Ce n'était pas grave s'ils n'avaient pas de vaches grasses, de grandes récoltes ou bien d'argent.

Ils étaient tous ensembles, unis, comme une grande famille, autour de l'oiseau bleu.

Chaque jour était un jour de fête et de partage. Même si la vie n'était pas confortable et luxueuse, elle valait bien plus que toutes les autres, car le village était heureux.

Cependant, chaque soir, l'oiseau bleu, qui était nourri et choyé par le village, chantait sa mélancolie et berçait le village.

Tout le monde était heureux, mais l'oiseau bleu avait un rêve : s'envoler.

L'oiseau bleu était enfermé dans une belle cage dorée, où il lui était impossible de voler.

L'oiseau bleu avait tout ce dont il avait besoin, mais il n'était pas libre.

Un jour, Tyltyl et Mytyl, deux enfants, ont écouté les pleurs de l'oiseau bleu du bonheur.

Ces enfants étaient beaux et gentils, comme tous les enfants du village. Ils avaient de bonnes grosses joues bien rouges et ne pensaient pas vraiment aux conséquences de leurs actes.

Alors, ils ont écouté les pleurs de l'oiseau bleu et ils ont pleuré, à leur tour, avec l'oiseau bleu.

Alors, ils ont parlé en pleur à l'oiseau bleu et ils ont libéré, ensuite, l'oiseau bleu.

Tyltyl et Mytyl pensaient avoir fait une bonne action, car ils pensaient que l'on sait toujours ce qui est le mieux pour soit.

Avec le départ de l'oiseau bleu, tout le village était devenu triste.

Avec le départ de l'oiseau bleu, les gens se mettaient à vouloir des vaches grasses, de grandes récoltes ou bien de l'argent.

Avec le départ de l'oiseau bleu, les gens sont devenus envieux, mesquins et malades.

Un jour, le village a fini par se disloquer, formant des troupes de bandits, dont la laideur effrayaient autant les voyageurs, qu'eux-mêmes.

Ces bandits étaient tristes et pensaient encore, avec nostalgie à l'oiseau bleu.

L'oiseau bleu, lui était mort depuis longtemps.

A peine était-il sorti de la cage, qu'il a découvert avec joie la nature sauvage.

Il a tenté de se rapprocher d'autres oiseaux, mais tous le repoussaient.

Il a tenté de se trouver à manger, mais il ne savait pas comment faire.

Il a tenté de s'endormir, mais il ne savait pas se faire un nid.

Oh, triste oiseau bleu qui est mort de solitude, tes larmes sont des perles bleus.

Pourquoi es-tu parti, petit oiseau ?

Dans la cage tu étais heureux, ne savais-tu pas que le bonheur était une chose simple ?

Pourquoi as-tu oublié que le destin était une bonne chose, petit oiseau ?

Dans la cage tu étais heureux, ne savais-tu pas que le bonheur était une chose simple ?

Pourquoi es-tu triste, petit oiseau bleu ? Tu es libre maintenant.

Dans la cage tu étais heureux, ne savais-tu pas que le bonheur était une chose simple ?

Et les bandit chantent encore et les bandits pleurent encore ta disparition petit oiseau bleu.


« Le vilain petit oiseau s'envola, le village s'effondra,
Le destin en colère le maudit, il en était finit de lui,
Le pauvre petit oiseau, son nid était poison, et son repas aussi,
Le petit oiseau chercha des amis et tous fuirent,
Le triste petit oiseau mourut de solitude,
Les villageois le pleurent encore aujourd'hui. »





Citations
« Le plus grand péché de ce monde a pour nom l'ignorance. C'est ignorer ce qui nous entoure et la vérité, c'est faire preuve d'aveuglement, de là découle tous les autres vices. » Sophian Ausguste Clovis Lancasttle

« Le destin offert aux hommes n'est pas une chaîne, mais un envol. » Sophian Ausguste Clovis Lancasttle

« Ehol, puisses-tu nous donner le courage de chercher à faire notre tes idéaux et la force de les réaliser. » Sophian Ausguste Clovis Lancasttle

« Que la sagesse soit bouclier,
Que l'altruisme soit épée,
Que notre paix soit protégée.
» Sophian Ausguste Clovis Lancasttle

« J'ai fait un rêve. Un rêve où j'étais plongé dans l'horreur. Un rêve où la douleur m'étranglait et la tristesse me meurtrissait. J'ai prié... J'ai prié de toutes mes forces... J'ai alors vu une lumière. Elle était cachée par une montagne terrifiante. Je l'ai escaladé, malgré la peur, gardant foi en la lumière.  Une fois à son sommet, j'ai contemplé le monde derrière la montagne. Il s'agissait d'un monde de paix et de joie, où tous avaient une place. C'est pourquoi... J'ai un rêve. J'ai ce rêve. Je veux voir advenir ce monde sur Terre pour que tous soient heureux. Escaladons cette montagne, ensembles. » Sophian Ausguste Clovis Lancasttle

« Et voyant la tristesse de ses créations, Watos forgea l'âme-soeur , afin que tous connaissent la félicité. » Livre Sacré, Ori III

« La vie doit-être vécue pour l'Amour. » Livre Sacré, De, I.

« N'oublie jamais que ce monde est né des mots de Watos et qu'Ehol est le récipiendaire de son verbe. » Livre Sacré, De, I.

« Je suis venu, je suis le chemin, je suis le bien, je suis la vie. » Livre Sacré, De, IV.

« Le vrai courage consiste à savoir épargner des vies. » Livre Sacré, De, VII.

« Et je construirai un foyer pour ceux qui cherchen le bien. J'y logerai la Paix, le Savoir et l'Amour, pour les offrir à tous. Il sera le royaume de Watos sur Terre. » Livre Sacré, Su, III.

« Et Ehol rassembla les nations, comme le pasteur rassemble les brebis égarées, seigneurs, princes et rois furent tous subjugués, car Watos et les douze séraphins étaient avec lui. » Livre Sacré, Su, IV.

« Nous devons naître, nous devons croître, nous devons aimer, nous devons enfanter et nous devons vivre pour mourir, mais l'âme, elle,  est immortelle. » Livre Sacré, Su, VI.

« Faire un enfant est semblable à faire du bon pain. Pour cela, il faut mélanger les ingrédients et faire la pâte avec amour, avant de la laisser doucement lever et dorer dans le four, avant qu'enfin, une fois le temps venue, ce dernier sorte, apportant la joie à tous. On reconnaît le bon boulanger, comme on reconnaît le bon parent, à la tendresse et à l'attention mises dans l'ouvrage. » Livre des paraboles d'Aquaria

« De bronze est l'acte de bonté intéressé,
D'argent est l'acte de bonté anonyme,
D'or est l'acte de bonté quotidien,
» Extrait du psaume 24 du Livre des Vérités du Coeur

« Il n'existe qu'une nation; le monde,
Il n'existe qu'un peuple; les hommes,
Il n'existe qu'un bien; l'Amour.
» Extrait du psaume 32 du Livre des Vérités du Coeur

« Seigneur Ehol, tes mots insufflent un espoir inaltérable,
Ils promettent le Savoir,
Ils professent l'Amour,
Ils offrent le Bonheur.
» Extrait du psaume 37 du Livre des Vérités du Coeur

« Alors que je suis plongé dans les ténèbres, Watos, je ne crains rien. Ton serviteur Ehol, par sa parole, me sauve. Il met la vie dans mon corps et l'espoir dans mon coeur. Il dresse face à moi le royaume éternel et mon âme vibre, elle vibre de partager cette alégresse avec tous les hommes. Cette joie déborde, elle déborde hors de mon être et allimente la foi de mes frères. » Extrait du psaume 45 du Livre des Vérités du Coeur

« La paix et le bonheur ne sont pas des utopies, ce sont des bienfaits à la portée de ceux qui croient. » Extrait des devises colchidiennes




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 168
Age : 13
Métier : Saint Prêtre
Humeur : Plein d'espérances
Points Histoire : 58
Dim 17 Mar - 11:53
Histoire




Ce soir, il tombe une belle neige épaisse sur Aquaria. C'est apaisant... Cela fait maintenant bien des années que je suis devenue la Sainte Prêtresse de, vous, notre sauveur Ehol, cependant, je ne sais pas pourquoi, ce soir, je me sens apaisée. Les épais nuages laiteux laissent tomber tout doucement des flocons d'une couleur si pure, que je ne peux m'empêcher de penser qu'aujourd'hui, tout du moins, le monde entier a connu la paix. Cette simple pensé est ce qui éclaircit et rassure mon cœur. Cependant, je crois bien que je commence à avoir un peu froid. Je dois commencer à vieillir, mais ce n'est pas bien grave, j'ai bien d'autres choses à faire. Après tout, il faut encore que je me rende dans quelques terres terrannes prochainement, afin, d'une fois encore, apporter votre parole réconfortante, Ehol, à ceux qui en ont le besoin. Mon voyage est prévu de longue date en ce mois de Février. Je ne vais pas tarder à aller me coucher, lorsque, soudain, j'entends :


Toc... Toc...

Entrez.

Veuillez m'excuser votre sainteté, un message vient de nous être livré tardivement.

Fort bien, donnez le moi, chère Thémis, j'ai encore le temps de régler quelques dernières affaires avant mon départ.

Tenez et n'hésitez pas à m’appeler si vous veniez à manquer de quoique ce soit votre sainteté.



Cette chère Thémis, une brave enfant. Elle n'a qu'une vingtaine d'années et elle est déjà si consciencieuse. C'est une véritable perle. Ce n'est pas pour rien qu'elle m'avait été recommandée par la mère supérieur Hestia du couvent Volare du nord des Elenides. Ce sanctuaire est réputé pour former d’excellents éléments dans le relief doux des monts proches d'Hustar. Même s'il est vrai que Thémis est particulièrement talentueuse, comme l'on pouvait s'y attendre de la cadette des Colchide. Après tout, il est bien rare d'être un tel puit de connaissances et de bonté à un âge aussi jeune. Je suis certaine qu'elle est, et sera toujours, une personne merveilleuse, dont le plus grand pouvoir est de toucher le cœur des hommes. C'est l'une de vos meilleures servantes, Ehol. Elle me donne, donc, délicatement la lettre, avant de s’effacer poliment, comme doit le faire une ascète. Pour ma part, je prends l'épais papier jaune et épais. Ce sceau de cire... Si j'ai bonne mémoire, il doit s'agir du symbole d'une des branches gérant des orphelinats et nos bonnes œuvres. Cependant, la composition du cachet, étant propre à chaque établissement, il est impossible de savoir avec précision duquel il s'agit précisément, tant les variantes sont nombreuses, seule la connaissance de la branche est certaine, car servant de base aux armoiries. J'ouvre, donc, lentement la lettre, dont le contenu est clair :


Citation :


Très Sainte Prêtresse,

Nous avons l'honneur de vous annoncer, qu'une fois encore, la fête du solstice d'hiver s'est bien déroulé dans notre établissement, grâce en soit rendu à Ehol, cependant, un événement est venu troubler les festivités. En effet, un jeune enfant a été retrouvé de façon assez troublante au sein même de notre communauté. Nous avons, comme votre Sainteté l'a deviné, prit grand soin de ce dernier. Il s'agissait d'un garçonnet plein de vitalité et des plus robustes. Nous avons, bien entendu, prit le temps de lui faire passer un examen magique, comme cela doit-être pratiqué, qui a donné des résultats surprenants. En effet, votre sainteté, ce garçonnet s'est, non seulement, révélé être doué du potentiel d'un magicien, mais Watos, loué soit son nom, l'a aussi pourvu d'une mana d'une telle qualité et dans de telles proportions, que nous ne pouvions ignorer ce fait. Cependant, ce n'est pas ce fait qui s'est avéré le plus troublant, votre sainteté. En vérité, cet enfant était déjà presque entièrement recouvert d'un sceau magique complexe ne pouvant être relié à aucun autre connu. D'où un examen réalisé plus par perplexité, que par but de connaître sa nature. C'est pourquoi, nous souhaitons instamment que votre sainteté puisse, un jour, venir observer d'elle-même toute l'ampleur et la grandeur de ce talent prometteur. Il serait présomptueux de l'affirmer, mais nous voyons en l'apparition de cet enfant un signe envoyé par la main du destin. C'est pourquoi, votre sainteté, la prêtresse Gabrielle vous a été envoyé pour vous amener l'enfant. Cette dernière est porteuse de cette lettre, qui vous sera remise, j'espère, peu après son arrivée.

Aussi, nous espérons humblement que votre Sainteté saura trouver le temps nécessaire pour accéder à notre requête. Afin, que le culte d'Ehol puisse profiter au mieux de ce qui nous a été offert par les douze, afin de répandre la bonne parole aux quatre coins du monde.

Que Votre Sainteté puisse connaître une bonne santé, une fois encore et illuminer de sa sagesse nos chemins durant de nombreuses décennies.

Vos très humbles servantes.

Quel courrier mystérieux et décontenancent. Il n'y a pas une seule signature ou moyen de clairement connaître l'endroit d'où provient cette missive. Je devrai demander à la jeune Thémis de réaliser quelques recherches par rapport au sceau. Cependant, une chose est sûre, que ce courrier soit vrai ou faux, il semble nécessaire de vérifier ces dires. Alors, je fais mander Themis en faisant sonner une cloche cristalline. J'avertis cette demoiselle située dans l'antichambre de mon bureau.


Oui, Sainte-Prêtresse, que désirez-vous ?

Thémis, pourriez-vous, s'il vous plaît, trouver celle qui a amené cette à Aquaria ? Je souhaite la voir au plus vite. Par ailleurs, il faudrait que vous identifiez ce sigle, afin de savoir laquelle de nos églises il s'agit.

Il en sera fait selon vos désirs, Sainte-Prêtresse. Néanmoins, en ce qui concerne la messagère, ne vous inquiétez pas, j'ai déjà pris l'initiative de la loger à proximité du palais. Elle devrait arriver d'ici quelques minutes.

Très bien, j'apprécie beaucoup votre zèle Thémis, vous pouvez vous retirer à présent.



La porte se ferme rapidement. Le temps passe. La porte s'ouvre doucement. Après toute cette attente, Une jeune fille s'approche, bien qu'elle ait un visage juvénile, son regard, lui, trahissait une toute autre nature. Lorsque je la vois, je ressens un bien étrange sentiment, un mélange si particulier de sensations, qu'il me semble impossible à exprimer ou à comprendre. La seule chose qui est certaine, est, qu'elle porte un enfant emmailloté, qu'elle regarde tendrement en souriant d'une manière unique. Ses yeux bleus lancent un regard perçant et enjoué sur moi... Pour la première fois, depuis bien des années, j'ai cette impression d'être dominée par une personne plus sage que moi. J'ai à peine le temps de réfléchir, à peine le temps de mettre en ordre mon esprit, car déjà, elle est là. Je ne sais pas, ou je ne peux pas réagir. Je ne comprends. La seule réaction qui m'est possible d'avoir est de la regarder fascinée. Elle ne dit rien, ne fait rien, elle est juste là, durant un temps infini. Finalement, elle me tend l'enfant. Je me lève, nerveuse, pour le prendre dans mes bras fatigués par le temps. J'entends, simplement, un son, une sorte de gazouillement de cette petite chose. Puis, elle s'esquive et disparaît... J'aurais pu croire qu'il s'agissait d'un rêve, si je n'avais pas cet enfant. Ce jeune garçon souriant, qui bave joyeusement, alors qu'autour du cou, pend un étrange pendentif, dont, les sigles, me sont autant connus qu'inconnus... Ils me rappellent des choses qui sont cachés et qui ne doivent même pas être évoqué, même par la simple pensé. Peut-être que tout cela n'a été qu'un songe bien mystérieux et sibyllin, où une phrase de la jeune femme restait en suspend, apparaissant, soudainement, bien après son départ, un écho, venant du passé, résonne :

Il t'a dit : « Prend-moi et nourrit-moi. »

M
a tête me fait mal, tellement mal... Je crois que... Je vais m’asseoir. D'abord, déposer l'enfant, vite, sur le bureau et... Enfin...

Sainte-Prêtresse ! Sainte-Prêtresse ! Réveillez-vous ! Pour l'amour d'Ehol !

C'est vous Thémis... Que s'est-il passé ?

Vous vous effondrez soudainement, après la rencontre avec l'envoyée, je suis venue le plus vite possible. Tenez, du sang coule de votre oreille, vous devez aller vite vous faire examiner !

Combien de temps ai-je été inconsciente ?

Près d'une demie-heure, mais, cessons de parler, j'ai fait appeler sœur Agathe. Elle va vous examiner et...



Qu'importe ! Ce que je viens de vivre... Il s'agit sans doutes d'un signe.. D'un événement majeur, fondamental, dont les retombées seront à la base de l'avenir. Cet enfant, je ne ne peux encore comprendre pourquoi il nous a été envoyé, mais ce n'était pas une hallucination. Il s'agissait du divin. J'ai compris, Watos, votre humble servante agira selon votre volonté selon les préceptes de votre envoyé Ehol. J’élèverai ce garçon et je ferai de lui le prochaine Saint-Prêtre, afin que votre parole, recouvre, une fois encore, le monde entier. Je dois reporter ma visite et mettre en place le nécessaire pour le bon développement de l'enfant. Il faudra le confier à certaines ascètes, car seules les femmes sont aptes à éduquer correctement les enfants, mais elles dominent, aussi, les hommes dans tous les domaines. Pour ma part, j'essaierai de venir le voir autant que possible moi aussi et... Comment s'appelle-t-il seulement ? Je crois que je vais devoir lui en donner un moi-même... Ton nom sera Sophian, nom empli de la sagesse et de la grâce de Sofia, afin que tu puisses être doux et bon envers tous, même les méchants de la terre.



***



Des mois ont passé depuis l’événement bienheureux. Sophian a été confié aux soins de Thémis, cette dernière est plus que compétente et elle est dans l'âge où elle aurait du être mère, si elle ne s'était pas dévouée autant à, vous, Ehol. C'est pourquoi, je pense avoir bien fait de lui permettre de goûter à ce bonheur. Elle semble si heureuse, si radieuse. Bien sur, une nourrisse lui a aussi été trouvé. Je crois que l'enfant ne manque de rien. Bien heureusement, la vertu des écritures semble déjà transparaître chez lui, ce dernier ne crie que rarement, et encore, seulement lorsqu'il en a véritablement besoin. Il sourit à tout le monde et rien ne semble le gêner, pas même sa sœur de lait lorsqu'elle tête. Alors que cette petite, elle, comme tous les bébés, est jaloux qu'il ait autant qu'elle, alors que c'est Watos qui les nourrit équitablement par ces seins. J'ai bon espoir de voir Sophian devenir un homme de la même ampleur que mon prédécesseur... Le très saint Auguste Colchide, le fondateur d'Aquaria et son saint-patron... Je l'ai servi durant près de trente ans, comme ascète. J'ai toujours été au plus près de lui, l'observant à chaque instant, le voyant bâtir sans cesses l'avenir de la cité. Jamais je n'ai vu autre chose en lui. Pourtant, il se rabaisse outrageusement dans ses mémoires... Je... J'espère être digne de son lègue, mais je ferai en sorte que Sophian le soit, lui aussi. Puissiez-vous me donner votre aide dans ma tâche par vos paroles.



***



Comme le temps passe vite... Sophian fête déjà ses quatre ans. Un premier cycle de sa vie s'achève. Il n'est plus dans la prime enfance. Il a franchit la première des quatre marches menant vers l'âge adulte. Thémis me vante sans cesses ses progrès. En effet, outre le fait que nous parlons, en sa présence, en langue ancienne, quelque ascètes, triées sur le volet, viennent régulièrement l'éveiller aux merveilles du savoir. Il est vrai que l'éducation de l'esprit commence maintenant. D'ordinaire, il est nécessaire de réprimer les bas instinct, le cheval noir, de l'enfant, afin que sa raison, le cheval blanc, puisse tirer l'attelage ailé de son âme. Cependant, même si cela ne me surprends guère, Sophian ne semble manifester aucun vices. Il n'est pas capricieux, ni égoïste et encore moins paresseux. Au contraire, il est d'une nature douce, altruiste et énergique. Même s'il est vrai, que c'est principalement son intelligence qui semble frappante. Sa maîtrise du langage montre une certaine précocité qui ne m'étonne pas le moins du monde. Néanmoins, à ma demande expresse, j'ai fait venir, de temps à autres, sa sœur de lait, afin qu'il puisse avoir un contact avec un enfant de son âge et qu'il ne se sente pas trop seul dans ce monde d'adultes. Je réfléchis à ces problèmes, alors que je marche tranquillement dans le petit jardin du sanctuaire pour aller voir Sophian. Ce genre de méditation est essentielle, car cet enfant est notre future, elle me permet aussi de mieux comprendre l'Homme par l'intermédiaire de son enfance. De grands yeux bleus profonds, des cheveux d'or et un sourire rempli de joie m'accueillent. Toutes ces questions ont bien vite disparu, lorsque je le vois enfin. Il se met à courir vers moi, tout heureux qu'il est de me voir enfin, lui aussi. Finalement, nous nous enlaçons, comme une grand-mère l'aurait fait avec son petit-fils, puis, lui caressant ses cheveux, je lui conte quelques histoires aquariennes, comme tous les enfants de son âge ont l'habitude d'en écouter quelques unes. Même si une chose me gêne quelques peu... Une sorte de sentiment étrange me prend à la poitrine, je crois savoir... C'est une étrange allégresse,  celle d'un bonheur simple que je ne connaissais pas jusqu'alors. Cet enfant, je le considère comme s'il était de mon propre sang. Quand bien même je me dois de l'élever pour la gloire d'Ehol, il n'en reste pas moins que je me suis mis à apprécier ces entrevues, à les rendre plus régulières,  à écouter avec soin les éloges de mes ascètes à son propos. J'espère, donc, sincèrement qu'il ne manque de rien.


Bon anniversaire Sophian, je t'ai apporté un cadeau, tiens, attend... Le voilà.

Merci, mais mon plus grand cadeau c'est que vous soyez là pour mon anniversaire, merci du fond du cœur.



Avant même que je n'ai pu lui donner le petit paquet coloré, Sophian m'a enlacé une fois encore, mais c'était différent. Cette tendresse enfantine était plus forte et ingénue, je sentais un véritable contact humain, plein d'une chaleur réconfortante. Bien entendu, je lui tends toujours le cadeau, qu'il s'empresse de déballer avec une sorte d'impatience due à son âge. Ainsi, il dévoile un petit jouet, une sorte de cheval de glace que j'ai moi même créé et enchanté à l'aide de runes. Ce dernier, se met à bouger de lui-même, sous le regard enchanté de Sophian, qui me regarde d'une façon incroyablement reconnaissant. Puisse-t-il s'amuser autant qu'il peut avec cette menue création. J'espère une seule chose, que ce sourire ne disparaisse jamais, car si cette belle innocence est conservée, si ses rêves et ses espoirs le sont aussi, alors j'ai foi. J'ai foi en un nouvel avenir de l'Homme sous le regard des douze séraphins, de vous, Ehol, et de Watos lui-même, voilà pourquoi je vous adresse une prière, non pas pour moi, non pas pour les autres, mais pour ce garçon. Pour que le trône de Saint-Auguste ne soit jamais terni et que Sophian soit le digne héritier de cet homme incroyable, de celui que j'ai le plus admiré au monde.



***



Les années passent, une à une, lentement, mais l'humidité de l'automne semble même s'infiltrer dans mes os. Le monde semble changer et rester le même à la fois. C'est une sorte de longue attente qui éreinte et use mon esprit. Il ne reste déjà plus que si peu d'années avant la fin du traité. Ehol, que tes paroles me donnent la force de tenir, encore un peu, pour accomplir l'acte de maintenir cette paix. Cela fait bien moins d'une cinquantaine d'années que les vrais croyants ont eu le droit de vivre en accord avec leur foi, à cette époque, je n'étais qu'une simple adolescent. Je n'avais guère plus de quinze ans. Pourtant, ce qu'avait accomplit Saint Auguste, m'a touché au plus profond de mon cœur, à un tel point, que je décidais, de devenir moi-même prêtresse, dans le seul but de le servir lui et Ehol. Je me souviens encore de ses yeux bleus, limpides et puissants, comme les torrents du printemps descendant des Elenides et sa voix grave et assurée qui nous mettait immédiatement en confiance. Si seulement il était encore là... Même si, Sophian me donne espoir. Il est le jour à venir radieux, moi, je ne suis que le jour présent fatigué, alors que Saint Auguste est le jour passé de l'âge d'or. Mon rôle, je le connais que trop bien, au regard de tout cela, Ehol. Mon devoir est de permettre à Sophian d'exprimer toute sa bonté et d'aimer ce monde. J'ai cette intuition intime, qu'il est le seul à pouvoir contempler le monde sans ressentir la moindre haine, l'aimant sincèrement de façon généreuse. Qu'importe les souffrances, j'ai confiance, il saura toujours trouver la force véritable dans votre parole Ehol et en Watos. Ce que les hommes ont tendance à trop souvent oublié est que cette vraie force est celle d'accomplir des actes désintéressés au quotidien, d'être bon, avant d'être méchant.

Sophian, je le sais, est profondément gentil. C'est pourquoi, je dois toujours plus prier, encore et toujours plus fort, afin que son cœur continue d'être le même sous votre regard.  Il est vrai, que son esprit est, quant à lui, parfait. Son intelligence et sa mémoire dépassent de loin tout ce qu'il est possible de connaître. Sa nature messianique ne fait plus aucun doutes. Sa puissance et son talent, son âme et son corps, tout cela démontre son arêté, sa perfection. J'espère, cependant, que cela ne lui enlèvera pas toute sa jeunesse et sa joie d'enfant... Je sais d’ors et déjà qu'il passe, désormais, une grande partie de son temps libre, si ce n'est la quasi-totalité, à la bibliothèque. Son rythme de lecture est effrayant, il ne lit pas, il dévore, pour son âge cela se révèle perturbant. Son tempérament est resté le même, mais sa maturité semble s'être accru de même. Quelque part, Ehol, j'ai peur. J'ai peur que son enfance ne meurt bien trop vite. Il a déjà perdu une partie de son énergie débordante, devenant plus calme, plus sage peut-être, trop sage, presque introverti. Heureusement son amie d'enfance est toujours là. Cette jeune fille, dont le nom est Hélène, est la seule à encore faire pleinement ressortir le coté enfantin de Sophian. Il est probable qu'elle rejoigne les ascètes, un jour, dans le futur, pour servir Sophian et le protéger. Que cela n'arrive jamais, que cette petite ne connaisse pas la même peine que moi, je vous en supplie. Oh, mon seigneur, écouter votre vieille servante, qui soupire depuis toujours pour le plus grand cadeau fait aux hommes par Watos : l'Amour.



***



J'ai dévoilé, il y a peu mes intentions aux évêques. Je me sens mourante, je tousse et mes os sont froids, alors que mes poumons sont de feu. Je transpire et je suis transi de douleurs musculaires. Askia, mon médecin personnel, me l'a dit sincèrement, j'ai encore quelques années devant moi, mais guère plus... Cependant, comme mon prédécesseur, je n'achèverai mon service auprès de vous, qu'à ma mort, après avoir désigné un successeur. Ainsi, je l'ai annoncé, Sophian sera le futur Saint-Prêtre. Je ne compte pas mourir de sitôt, je ne vais pas laisser le Saint-Siège à un enfant. Pourtant, il était nécessaire de proclamer ouvertement qui serait assez digne pour y monter. Après tout, même dans la sainte cité d'Aquaria, des pêcheurs résistent, car nous sommes tous pêcheurs, alors, pour éviter tout conflits inutiles, j'ai pris le risque, seigneur, de le mettre sur un piédestal, sous le  regard de tous. Cependant, il y en a un qui me gêne plus que les autres... Hakkuryu Kirei... Ce serpent a tout de suite accepté mes propos, les a même défendu avec une grande maîtrise et avec zèle, en dégageant une apparente joie. Cette personne est dangereuse. C'est ce que je ressens à chaque fois que je lui parle. C'est comme si, les hommes ne l'intéressaient pas, qu'il y avait autre chose, une raison plus perverse à sa façon d'être et à sa façon de servir la religion. Il n'est d'homme ayant plus d'ambition, et à la fois le moins de prétentions à gouverner, dans tout Aquaria. Un démon doit se nicher dans son cœur. Je n'arrive pas à lire en lui, il m'échappe comme l'eau s'échappe des mains qui tentent de la saisir. Ce sale dragon des rivières, puant et empoisonné est le plus grand problème d'Aquaria, il pourrait même corrompre Sophian... Bien heureusement, au fil des ans, avec l'ajout de nouvelles ascètes élues parmi ce qu'il y a de meilleur parmi les croyantes, je suis certaine que Sophian est hors d'atteinte de tout le mal de ce monde. Il pourra vous servir sans l'ombre d'un doute Ehol. Au cours de ces dernières années, Thémis a assuré son rôle à la perfection, même si, je l'avoue, ce contact permanent auprès de Sophian l'a déboussolée.

En effet, elle s'est mise à développer une passion, presque maladive, pour son protégé. Même s'il est aussi vrai, qu'elle a su partagé sa tâche et l'enfant avec d'autres. Comme avec ses gardes du corps, ceux qui nous sont fournis à chaque génération par les grandes familles gardiennes d'Aquaria. Cela me peine de l'admettre, mais les ascètes semblent se détourner de leur voie première. Elle sont aujourd'hui près d'une vingtaine, dont une quinzaine font office de véritable cocon pour Sophian. Je ne sais pas s'il s'avère d'une bonne ou d'une mauvaise chose, mais cette protection pourrait-être nécessaire pour l'avenir de ce sauveur. Bien heureusement, Hélène fait parti de ces jeunes femmes. Cette enfant saura toujours offrir à son ami la lumière dont il aura besoin, pour continuer à être un phare dans les ténèbres. Même s'il est vrai que d'autres de ces femmes pourraient se révéler un soutien pour lui. Après tout, ma chère amie Mnémosyne forme Index, une jeune fille qui lui succédera au service de la foi et des secrets cachés. Il faudrait prochainement que je parle de tout cela à Sophian...

Dans la cage tu étais heureux, ne savais-tu pas que le bonheur était une chose simple ?

Cette phrase... Ce ton... Cette personne... Kirei, comment oses-tu seulement approcher cet enfant ? Ta simple respiration est un miasme corrupteur. Je ne sais pas comment cette créature s'est introduite dans votre Eglise, Ehol, ou encore dans votre culte Watos. Néanmoins, son influence est aujourd'hui trop importante pour y remédier. La racine du mal est trop profondément enfouie dans la sainte-cité, il faudra attendre que la mandragore se fane. Mes maigres jambes me portent à l'encontre de ce fléau, qui raconte et explique ce terrible conte de l'oiseau bleu, chose que l'on raconte, certes, aux adolescents, mais certainement pas aux enfant. Il bien trop tragique pour pouvoir permettre la catharsis aux enfants.


Que faites-vous évêque de la justice ? Votre place n'est pas dans ici.

Voyons, je ne faisais que rendre une visite de courtoisie à notre futur Saint-Prêtre. Quoi de plus normal que de rencontrer celui pour lequel on s'est battu corps et âme comme rhéteur ?

Déguerpissez d'ici.

Pourtant, il ne faisait rien de mal, il me lisait juste un conte très intéressant.


Ce n'est pas bien grave, je vais m'en aller. J'espère vous revoir prochainement Saint-Prêtre dans de meilleures conditions.



Immédiatement, je serre Sophian dans mes bras. Bien plus tard, j'apprends la façon dont il a su détourner les ascètes, par une simple manipulation de l'enfant, qui semblait lui même y consentir. Ehol, votre serviteur est trop bon et pur, il est incapable de discerner le danger, quel qu’il soit, puissiez-vous toujours le protéger, selon la volonté de Watos, le tout-puissant, qui prononce le destin de la Terre. Je préfère penser cele qu'autre chose, que penser que Sophian comprenait les intentions réelles de Kirei et les acceptait tout de même. Une chose, néanmoins, me fait terriblement douter. Je dois me confesser. Était-ce une bonne chose de prendre cet enfant ? De l'élever de cette manière inhumaine ? Qui me fait même craindre le pire en ce qui concerne son esprit? Même si je l'aime de tout mon cœur, qu'une grande quantité d'affection lui a été prodigué... Je vous prie de pardonner votre servante qui remet en doute la rivière du destin, le grand courant. Pourtant... Pourtant... Alors que je suis à genoux, devant vous, je ne peux que douter... Des larmes perlent sur mon visage, car, j'ai péché, j'ai enlevé une enfance bienheureuse et un avenir à une personne qui m'est chère. J'en suis certaine, quand je le regarde. Il n'est jamais en colère, il n'est jamais jaloux, il ne possède aucune ambition personnelle... Ce n'est qu'un enfant, il a le temps de changer. Malgré tout ! J'ai peur, peur qu'il reste ainsi pour toujours. J'ai peur qu'il ne sache que sourire, oublier sa douleur et aimer les autres. J'ai peur que cette perfection, ne le brise, qu'elle ne le transforme en une sorte de clown, un symbole inhumain. Que ceux qui entendent mes prières puissent empêcher cela, car je le sais, le grand courant m'appelle. Le seraphin de la mort a déjà ses doigts sur mon âme et je sens son souffle froid et humide sur ma nuque. Auguste, toi que j'ai toujours aimé, que ton souvenir me guide, car je ne sais plus quoi faire. Je... Je...................



***



Désormais, je suis constamment alitée, mes médecins m'empêchent de sortir de mes appartements. Sous prétexte qu'il faille ménager ma santé, ce sont les évêques, qui, sont à la tête d'Aquaria. Parmi eux, Kirei est l'un des plus influents et adulés. Si je n'avais pas désigné Sophian comme Saint-Prêtre, il aurait très bien pu le devenir, même si, j'en suis sure, ce serpent aurait porté aux nues un autre homme pour le manipuler. Comme tous les démons, il préfère l'obscurité à la clarté, être un roi dans l'ombre lui sied parfaitement. J'espère que les ascètes continuent de protéger Sophian. Il est encore bien trop fragile et surtout, pas assez humain, pour pouvoir comprendre ceux qui l'entourent. La seule chose qui m'est encore permise, reste encore de prier et de me souvenir. Oui, me souvenir de tous les moments heureux de ma vie, où je crois ne rien regretter trop profondément, car j'ai confiance en l'avenir. Même mon amour inconditionnel et non concrétisé pour Auguste, je ne le regrette pas. Il avait un devoir, une mission plus grande, le fait qu'il m'eut aimé lui aussi aurait été un obstacle au bien d'Aquaria. Je souhaite, juste, que dans ma prochaine vie, mon âme soit liée à la sienne, une fois encore. Heureusement, Thémis me tient toujours au courant de ce qui arrive dans le saint-palais. Une nouvelle ascète, Victoire, il me semble, a encore rejoint les suivantes de Sophian. Il s'agit d'une adolescente issue de la noble famille des De Rozières, une jeune fille très respectable... On utilise Sophian comme un pion pour lier à lui plusieurs grandes familles... Quels hommes détestables, exploiter la foi de cette façon...



***



J'ai appris bon nombre de progrès de Sophian aujourd'hui, depuis presque un an, je donne cours à Sophian, sur les arcanes les plus secrètes de la magie, au grand damne de mes médecins, qui ont renoncé à me confiner indéfiniment. Il est maintenant temps, que Sophian découvre le vrai rôle d'Index, mais aussi pourquoi elle possède tout ce savoir, ou encore le dernier secret du Saint-Prêtre. Pour cela, nous nous rendons dans le bureau personnel du Saint-Prêtre, pour actionner un passage, dans une bibliothèque, menant à un escalier, conduisant à une autre bibliothèque remplie de documents anciens et précieux de la même qualité que ceux que l'on peut trouver dans l'aile scellée de la grande bibliothèque. Malgré tout, ce n'est pas le bon endroit, il est encore bien plus secret. Au fond de la salle, derrière le bureau, il y a une grande fresque, recouverte de runes et de gravures stylisées. Bien entendu, la chose à faire est de rajouter des runes, à certains endroits, des vides non évidents, mais aussi de modifier certaines runes, en rajoutant certains traits. Le tout est impossible à deviner et prend un temps considérable à faire. C'est pourquoi, à l'aide d'un sort d'eau, je place les runes et les charge, de façon à ce que le passage sur pivots hydrauliques s'ouvre. Sophian a bien entendu retenu l'ensemble de ce code complexe, je le connais que trop bien aujourd'hui pour douter de cela. Nous arrivons ensuite dans la véritable bibliothèque secrète d'Aquaria, non sans avoir traversé un petit dédale de couloirs, qui peut aussi donner sur une sortie secrète du palais. En effet, ces boyaux parcourent une grande partie du sous-sol du sanctuaire avec comme but de cacher ce qui doit l'être. Tout particulièrement cette petite salle, très vétuste.

Il n'y a que quelques petites rangées de livres usés, encastrées dans les murs. Un simple bureau pour copier et entretenir ces livres. Une maigre paillasse, non loin d'un cellier, ou plutôt d'un placard, contenant vivres, eau et bidet. Seulement, une chose monstrueuse existe au fond de la pièce... Il s'agit d'un gigantesque coffre de marbre, couvert de symboles d'une langue inconnue. Cet héritage vient de l'empire, comme tous les livres présents ici. Nul n'a le droit de poser le regard sur ces reliques, au combien dangereuses pour l'humanité et remettant en cause les dogmes ecclésiastiques sur la langue. Néanmoins, elles sont issues de l'empire, elles sont sacrées, alors, il serait inconcevables de les détruire. En lieu et place, elles sont conservées ici, étudiées et entretenues. Que ce soient ces grimoires ou ces objets, tout cela doit être connus du Saint-Prêtre, pour qu'un jour, peut-être, le culte d'Ehol puisse retrouver sa pureté originelle. Ainsi, j'égraine, un à un, l'ensemble de l'inventaire, expliquant à Sophian, avec minutie, bon nombres de mystères, lui apprenant le vrai rôle d'Index. Elle sera son alliée la plus fidèle, toute sa vie durant. Elle sera l'archiviste des secrets d'Aquaria, la seule à tout savoir avec le Saint-Prêtre. En toute réponse, Sophian a parut assez neutre et éloigné de la scène, comme déconnecté. Non pas qu'il ait été choqué, il semblait peut-être se douter de tout cela, simplement distant et rêveur. Comme s'il avait un but tout autre, où lui-même n'était qu'un outil.  Cette pensée, je frissonne, alors que l'humidité des souterrains me fait tousser de plus en plus fort. Je me sens mal, mais il faut encore que je retourne à mon lit, que je me repose...


***


Ce sont mes dernières heures... Je le sais bien... Mes poumons sont en feu, mes os sont gelés et mon corps est recouvert d'une transpiration à l'odeur de mort.  Mes yeux voient à peine, ma voix n'est plus qu'un murmure, ces derniers jours n'ont été que souffrances, mais enfin, je ressens la sérénité. J'ai compris, seigneur, le sens de ce culte. J'ai compris les mots cachés derrière les mot. Il n'existe aucune bonne nation, car les hommes, dès qu'ils sont ensembles deviennent méchants. Cependant, ils ont aussi besoin des uns et des autres pour être heureux. Alors, ce qui compte, ce n'est pas le confort, ce n'est pas le sexe et ce n'est pas le savoir. C'est simplement d'aller de l'avant, de continuer à parcourir les chemins de la vie avec ses proches, jusqu'à sa mort. La vie mérite d'être vécu, car elle seule peut permettre le plus grand des miracles, créer une nouvelle vie. Nous suivons tous ensemble le grand courant, ce destin nous appelle, nos proches ne nous quittent jamais vraiment, vivant dans la mana. Je crois en vous Watos, je crois en vos représentants les douze séraphins et je crois en votre verbe Ehol. Il me reste une dernière chose à dire à Sophian, je lui fais un geste, je lui demande de s'approcher de moi, vient là, ici, s'il te plaît... Plus près... Je dois te donner cette bague, cet anneau d'argent, à la boucle de saphir et dont l'intérieur est gravé d'étranges lettres d'une autre époque. Je la retire, en tremblant, dans un suprême effort, la tendant à Sophian, souriant avec mes fines lèvres desséchées et craquelées.


Le secret Sophian... C'est le bonheur... Vit s'il te plaît...

I
l me prend doucement la main contenant l'anneau, il me sourit, il m’apaise avec sa candeur... Seulement une chose me choque, une chose me prend à la gorge, j'ai ce sentiment...

Oui, je le sais. C'est pourquoi, j'assumerai mon destin. Je veux permettre à tout le monde d'être heureux. Alors, part sans crainte, je t'aime de ton mon cœur et je ferai en sorte que tu sois fière de moi en me regardant.

Ce sont ses yeux. Ils sont limpides, trop calmes, aussi chaleureux que froids. C'est terrifiant, ils sont chargés d'indifférence et d'amour, d'acceptation et de négation... Arrête, s'il te plaît, je t'aime, ne soit pas l'oiseau bleu. Non Sophian, tu dois être heureux, s'il te plaît, soit triste, soit en colère, soit amoureux... Soit un être hum.....








Autre
Comment avez-vous connu le forum ?:
Ehol m'a parlé.

Des choses à améliorer ?:
Aussi clair que les mots d'Ehol.

Crédits:
Avatar : Emil - Nier Gestalt
Thémis Colchide  : Medea - Fate
Hakuryuu Kirei : Kotomine Kirei - Fate
Index  : Index - To Aru Majutsu no Index
Olivier Renault : Alexander Anderson - Hellsing
Aleksandra Miranovsk  : Lady Phantomhive - Black Buttler
Anthéa et Théaria : Hisui et Kohaku - Tsukihime
Achille Iatos : Masrur - Magi
Bonten : Bonten - Amatsuki
Musique: Aquaria Mau Sora - Yoko Kanno

Un dernier mot ?:
Puisse Watos vous octroyer une longue vie.



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 336
Age : 15
Métier : Utopiste
Humeur : Optimiste
Points Histoire : 0
Mer 20 Mar - 21:00
Et bien, voilà enfin notre troisième chef de nation!! Un jour on arrivera peut-être à tous les avoir xD. Bienvenue à toi, très belle histoire, des personnages intéressant, je regrette juste que tu n'ai pas développé la relation Sophian/Ascètes (Surtout Index elle est trop bien en plus xD). Bref, voici tes rangs:

Puissance - Rang S:

Oui, bon, pour résumé tu es simplement le magicien le plus puissant de cette génération, tu serais capable de tenir tête aux magiciens de l'âge obscur, voire à un émissaire si tu étais vraiment sérieux (sic). Réserve de mana, puissance du mana, maitrise de la langue et des sorts... Heureusement que tu es un enfant xD

Influence - Rang S:

Et voici le second personnage de rang S en influence sur le forum! En tant que messager d'Ehol, dirigeant d'Aquaria et dirigeant de l'Eglise, tes mots sont absolus dans ton pays et portent même au delà de ses frontières, en Ventus et à Terra.

Bon jeu, et sois gentil avec les ascètes! =p




"J'effacerai toutes les tragédies de ce monde."

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Sophian Lancasttle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les gribouillis de Sophian Meyjin-Hasegawa
» J'ai pas peur du noir •pv Sophian

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pres à revalider-
Sauter vers: